Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Soutenances de thèse : publiques ou privées ? À propos des écoles doctorales des universités de Bordeaux et Paris-Saclay

Un grand flou demeure quant aux conditions de soutenance des thèses en cette période d’épidémie de Covid-19. Dans la lignée de l’article 4 de l’ordonnance du 27 mars 2020 sur les concours et examens, l’arrêté du 21 avril 2020 — qui aura pris son temps pour arriver… — pose quatre principes, concernant la soutenance :

  1. ° La soutenance de thèse peut s’effectuer intégralement à distance, « par tout moyen de télécommunication permettant l’identification des membres du jury et du doctorant et leur participation effective », ce qui est une dérogation aux règles existantes, qui prévoyaient la présence physique de deux personnes au moins, le président du jury et le doctorant (arrêté du 25 mai 2016) ;
  2. ° L’accord du doctorant à la soutenance à distance n’est pas exigé ; le président d’université a seulement besoin de l’accord du directeur de thèse pour donner l’autorisation de soutenir à distance ;
  3. ° « Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats » ;
  4. ° « La confidentialité des délibérations du jury doit être garantie ».

One lighthouse on Lake St Clair, by David Soussan, 2014

De grandes différences risquent d’émerger entre les établissements de soutenance, et il semble important de réunir les informations à ce sujet. Nous publions, à titre d’exemple, les modalités des soutenances de thèses en visioconférences prévues par le Collège des huits écoles doctorales de l’université de Bordeaux, suite à une délibération du conseil du collège des écoles doctorales du 8 avril dernier. Ces modalités de soutenance posent problème, sur un point au moins : il y est prévu que «pour des raisons techniques liées à la gestion des connexions, il n’est pas possible d’associer un public invité à assister à ces soutenances». Une telle règle est illégale : elle était illégale avant l’entrée en vigueur de l’arrêté du 21 avril 2020, dans la mesure où l’ordonnance du 27 mars 2020 autorise seulement les établissements à «adapter la composition et les règles de quorum» des jurys, non à revenir sur le principe de publicité des soutenances ; et elle est illégale depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté du 21 avril 2020, dans la mesure où celui-ci prévoit, on l’a vu, que «les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats». La publicité, autrement dit, ne peut pas être écartée par principe, comme le fait l’université de Bordeaux.

Ceci dit, on observera la prouesse légistique accomplie par la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, dans son arrêté du 21 avril 2020 : « s’efforcer », ce n’est pas bien précis, et cela relève de l’obligation de moyen, non de résultat. Bref, c’est très peu contraignant. Mais ça n’autorise pas, pour autant, à ne faire aucun effort pour organiser la publicité des soutenances.

A contrario les prescriptions de l’Université Paris-Saclay sont plus satisfaisantes.

  1. On y privilégie les reports de soutenance ;
  2. Le respect du caractère public de la soutenance est assuré, avec une salle virtuelle de soutenance ouverte au public. Pour assurer le caractère public de la soutenance, le lien vers la salle virtuelle de soutenance, destiné au public, est diffusé sur l’annonce de thèse, sur la page web de l’université dédiée aux annonces de soutenance, éventuellement par le laboratoire ou par le doctorant ou la doctorante vers des personnes privées. Pour des raisons techniques, le nombre de connections publiques peut être limité par le garant technique.
  3. Il est même prévu la possibilité pour les membres du public d’intervenir virtuellement, après la fin des débats entre le doctorant et le jury.

Academia, par souci de mettre en commun les bonnes pratiques en matières de soutenance de thèse de doctorat et d’habilitation à dirigier lesrecherches, accueillera bien volontiers d’autres décisions de Collège d’écoles doctorales.

Documents :

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

Mise à jour  mardi 14 avril 2020 – Communiqué 14/04/2020 (version .pdf)

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Signataires :

  • 16 associations représentatives de différentes disciplines du monde académique
  • 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes

 Liste intégrale des signataires ci-après

Continuer la lecture

Julien participe à un Conseil d’administration en distanciel

  • par Julien Gossa, administrateur à l’Université de Strasbourg
    fil Twitter du au 27 au 31 mars 2020

    https://www.flickr.com/photos/bintkhalifa/120848158/in/photolist-bFnWW-YnRsba-DN7LA1-2iGaQ7a-Uc9f8A-WSPEw4-4EY51k-6et5iQ-2i7fMBV-A3XZXz-NnNBez-2iKgNGB-AEwdVC-2iJ96BS-aapqoY-Axbp8h-24Tjv6r-Hc1Doi-pnKYdG-JK1i13-9TKKn8-BSi1qs-fxFn3N-2cpcTjo-L5SPBK-2iDe5VX-Dtzdv6-2ijD4WZ-aScvYT-2isJfiR-2hEbg7A-2iJ3UrW-djue4i-2iuydJJ-f3snrQ-mGp8vv-dAvALa-2iHjcoX-2hYQRrD-2ikMGuw-8HjYqU-2io69t9-2iCWkbC-2gRta5Y-avBifw-Hu9C9H-6Be7st-datd2t-2iHUoMV-CTDyVf

    Distance, by BintKhalifa, 2006

Continuer la lecture

Clôture de Galaxie en septembre : une demande des directions d’UFR de Paris-1

Monsieur le président, cher collègue,

Le ministère a décidé d’ouvrir l’application Galaxie jusqu’au 2 juillet 2020 et l’université de clore sa campagne de recrutement des MCF et PU le 19 juin. Dans ce calendrier, le recours à la visioconférence est présenté comme une nécessité.

Il nous semble important d’attirer l’attention sur les problèmes que pose cette apparence de continuité et de normalité du recrutement dans une phase de confinement dont la durée reste à ce jour inconnue. Nous demandons le maintien de la campagne d’emplois 2020 ainsi que la tenue des auditions en présence des candidates et candidats en juin ou au début juillet 2020. Nous devons toutefois dès maintenant envisager une situation qui ne permettrait pas la tenue de ces auditions en présentiel.

D’ores et déjà, les candidats n’ont pas tous les outils ou la couverture de réseau nécessaires pour remplir en ligne leurs dossiers dans des conditions optimales. Une inégalité est ainsi introduite d’emblée dans la procédure, celle de la fracture numérique de notre société et de nos territoires.

La fermeture des universités pose plusieurs problèmes réglementaires. Le principe de la confidentialité des délibérations est mis en cause par le système de la visioconférence, dès lors que celle-ci est organisée non pas depuis un espace universitaire mais depuis des habitations privées. L’organisation des auditions dans des locaux universitaires est de même seule à permettre l’identification des candidats. Surtout, elle est seule à garantir l’égalité de traitement entre tous.

Collage fading purple coneflowers, by Martien Uiterweerd, 2019

Continuer la lecture

Campagne de recrutement 2020. Communiqué de l’AECSP

  • par l’Association des Enseignant·es et Chercheur·es en Science Politique, 29 mars 2020

En cette période de crise sanitaire mondiale, le bureau de l’AECSP tient d’abord à réaffirmer son attachement à la défense des services publics et à la protection des travailleurs et travailleuses. Nous adressons un message de soutien et de remerciements tout particulier à l’ensemble des personnels soignants et à celles et ceux qui continuent à assurer les services indispensables, dans l’alimentation, la livraison, l’évacuation et le traitement des déchets, etc. Nous souhaitons également du courage à toute la communauté de l’éducation et de la recherche, ainsi qu’à l’ensemble de la population, afin de respecter au mieux les mesures de confinement et de distanciation sociale actuellement nécessaires en l’absence d’autres solutions disponibles à court terme.

Malgré cette pandémie, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis 15 ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, le bureau de l’AECSP souhaite affirmer plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne. Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. 

C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines du calendrier de la campagne, de manière à ce que les auditions puissent se tenir jusqu’à la mi-juillet sans remettre en cause l’affectation des recruté·es dans leur université pour la rentrée 2020.

Continuer la lecture

La continuité pédagogique : la question cruciale des examens – Webinaire

Aunège vous propose l’enregistrement du Webinaire intitulé La continuité pédagogique : la question cruciale des examens du jeudi 26 mars 2020.

Lien vers le WEBINAIRE

Analyse (pour celleux qui ont une connexion insuffisante):

Anne-Sophie Barthez,[Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, NDLR] prend la parole à la min 6’50, indique la surprise qui a été celle du Ministère devant le caractère subit de la fermeture des établissements. Elle apparaît impressionnée par l’adaptation des communautés universitaires à une situation « hors du commun » et salue l’ensemble des équipes (notamment UNT).

Pour ce qui touche des examens à distance, c’est d’abord adapter le contenu — moins d’épreuves, pas d’épreuves orales. La grande inconnue reste de ne pas savoir combien de temps cela va durer. Il faut donc anticiper et adapter. Une autre possibilité peut être envisager : le report, par exemple à fin juin. Dernière option : l’examen à distance

Parmi les fiches mises à disposition par la DGSIP, on trouve une fiche Examen à distance rédigée par Pierre Beust1. Elle indique le fondement juridique de l’examen à distance, soit endus possibles sur le plan réglementaire par le décret n°2017-619 du 24 avril 2017 relatif à la miseà disposition d’enseignements à distance dans les établissements d’enseignement supérieur. Se pose toutefois la question de l’adaptation des modalités de contrôle des connaissances (MCC)  ou règlement d’études.

1° Organisation des instances à distance, permise par le décret n° 2014-1627 du 26 décembre 2014 relatif aux modalités d’organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial. Si les président·es le souhaitent, ils ou elles peuvent organiser des instances à distance, soit en visioconférence – même si nous connaissons tous et toutes les difficultés que cela pose en ce moment, Zoom nous sauvant la vie —, soit consultation écrite ou débat électronique. La DGESIP va préparer une fiche sur la question, car l’ordonnance est restrictive. Il faut donc observer des choses. Deux présidents d’université viennent d’être élus par des Conseils d’administration à distance, à Reims et à Cergy.

2° Le gouvernement est en train de rédiger des ordonnances qui devraient sortir, peut-être dès demain (vendredi 27 mars). Chaque Ministère rédige tout ce qui pourrait simplifier notre vie collective. Deux mesures sont envisagées :

  • compétence des instances en matière d’adapation des examens. Barthez essaie de simplifier la réunion des instances ou de rendre possible une simple information des instances, plutôt qu’une consultation. Chaque établissement se saisira d’une des solutions proposées.

(Suite de la transcription dans la connexion Academia sera moins mauvaise <bordée d’injures>. De l’aide serait très appérciée).

https://www.flickr.com/photos/134183199@N03/48087533113/in/photolist-2ggkbfv-akCAvn-HwcJ7M-qo1V4k-7b73Rw-29XgJSs-25PMAkA-29Yt9NA-2hU3e4Q-6bMF4D-DsRX6R-d5Nm69-93qWtS-2iGhpKW-2hpX2ug-Z4Z1g-PFeZQG-2ZUMb9-GXQDKv-4BvVxA-K4t1ae-2iEhrSc-dPWj4-27Yc9nM-Wsxifr-Bc1TkW-2iGEJ6k-48u2c6-23xtLB5-25FsWk3-2kAZ4z-STyS4L-GSA3J3-8gAErh-hDnpi-2eBjJWb-HA9d7R-tn4ze8-2fku2pQ-Dy5MCq-WqGDZ7-sARGMR-25eycCc-58ZooB-9LLNd8-8eUhiT-UWqnTo-7LhCr7-PEfZaU-j3Gc3S

Distance, by Senad_, 2019

  Continuer la lecture

  1. Cf. Fiche_4_-_Examens_a_distance, version du 27 mars 2020. []

Le recrutement des enseignants-chercheurs à distance envisagé par le MESRI pose de nombreuses questions. Une dépêche AEF

Le débat commence à agiter les listes de discussions des universitaires : faut-il maintenir les concours de recrutement des maîtres de conférences et professeurs, quitte à les faire à distance, ou les reporter à la période post-confinement, au risque de ne pas avoir suffisamment d’enseignants devant les étudiants dès la rentrée ? Alors que le MESRI avait prévu de soumettre au CTMESRI du 24 mars un décret autorisant – entre autres – les recrutements 100% en visio, les syndicats ont demandé – et obtenu – davantage de temps pour trouver la meilleure solution.

https://www.flickr.com/photos/timvz/27250022576/in/photolist-HvZuks-9KJDNm-2iriCSg-JtUWbz-FC5oxG-2aMEHxT-2e7Xs65-CXMMSM-2hZ9ZpR-2hXJFuy-Jr2j2a-4G49tk-2e3LeF4-2ioKMx1-qzrvrc-Z4esn9-xnNRBR-27AgaiU-2hw626d-2iBFjxq-Xr4cjy-VN4k14-UdB9Xw-2f1gkMk-QNeZNY-Q3cwr5-77R6T4-27iN7ut-ijfm9u-h6pB1w-narjJL-2iA3U6o-CypaP5-Nfy5Uz-WeSNYH-2hxFEYX-WjdxGY-CJAKbL-dzwyA8-A2acJ6-2bCfrVK-eQU65P-24Yi476-4dCd9j-2isxsqz-djhBMt-7e4TUG-KZfrck-JTjG4g-ATwZ5u

Safe at a distance, by Tim van Zundert, 2016

La pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement qui en découlent arrivent au moment de la campagne synchronisée de recrutement des enseignants-chercheurs. Les candidats ont en effet, en principe, jusqu’au 26 mars pour déposer leur dossier sur Galaxie, les auditions devant se tenir en avril et mai.

« Si les recrutements des chercheurs peuvent être décalés dans le temps, ceux des enseignants-chercheurs sont un peu plus contraints, car nous aurions du mal à imaginer qu’ils ne soient pas recrutés avant la rentrée de septembre, pour être intégrés aux services et faire face aux étudiants», explique Stéphane Leymarie, secrétaire fédéral du Sgen-CFDT.

Mais comment procéder à ces recrutements en période de confinement ? 100% à distance ? Dans l’état actuel des textes, cela n’est pas possible car le décret statutaire dispose que « le comité de sélection ne peut siéger valablement si le nombre de membres physiquement présents est inférieur à quatre »1

Continuer la lecture

  1. Article 42 du décret du 15 février 2011 : « Les réunions des comités techniques peuvent, lorsque les circonstances le justifient, être organisées par visioconférence, sous réserve que le recours à cette technique permette d’assurer que, tout au long de la séance : n’assistent que les personnes habilitées à l’être dans le cadre du présent décret ; chaque membre siégeant avec voix délibérative ait la possibilité de participer effectivement aux débats ; le président soit en mesure d’exercer son pouvoir de police de la séance ». []

CAPES et agrégation reportés, recrutements de fonctionnaires en suspens

Beaucoup d’inquiétude traverse la communauté : les candidat·es exigent un report de la date-limite des candidatures (et vous invitent à signer la pétition) ; les jurys sont dans l’expectative. Academia invitait à reporter les concours afin de ne pas introduire de rupture d’égalité et de conditions matérielles non réunies.Certains menacent de démissionner si les concours sont maintenus ; d’autres craignent la suppression de postes, déjà au nombre si famélique.

Une hypothèque vient d’être levée à propos des concours de recrutement de l’enseignement secondaire, suite à la parution du Décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire , paru au Journal officiel ce 24 mars. 
En son article 9, on apprend ainsi :

I. – Sont suspendus, jusqu’au 29 mars 2020 :
(…)
3° L’accueil des usagers des activités de formation des établissements d’enseignement supérieur mentionnés aux livres IV et VII du même code.
II. – (…) La tenue des concours et examens nationaux de l’enseignement public et privé et des épreuves concourant au recrutement, à l’avancement et à la promotion des fonctionnaires et magistrats est suspendue dans les établissements relevant du I ainsi qu’en tout autre lieu. Ils peuvent être tenus à distance lorsque la nature des épreuves et les conditions de leur organisation le permettent.
III. – Le présent article est applicable au territoire métropolitain de la République.

Ainsi, les «concours et examens nationaux de l’enseignement public et privé» sont reportés, ce qui est confirmé par le site du MESRI. On y apprend que les concours ne seront pas reprogrammés avant la « toute fin du mois de mai » au plus tôt. Les examens classants (médecine, concours aux grandes écoles sont concernés). Les concours de l’enseignement secondaire seront reprogrammés en juin-juillet, et feront rapidement l’objet d’une communication spécifique.

https://www.flickr.com/photos/zen-evolved-optimist/24185213704/in/photolist-CRaxrb-2chCTru-ELbrnw-jwfsR-22QVX58-2caePFo-2h3XqVJ-RnE5Mt-4Uinas-DB2Agh-yYzke8-Mm1cTy-bpNA25-HsvgWU-KsWEK9-Z7H2wz-Gqez9D-2dUuS6D-mm8hCk-p1QGi7-2hjEsBY-GHwv75-8QYJFU-HpymFs-2gZyWFa-Lj5a55-7Ar3o7-QSaYeZ-2cTuXTo-S4n9Vj-G2UJh4-8QCrn8-2eG8DAR-A2N9mi-AnqaY9-8QFw2G-2hB3Lk3-JB4ENN-SYeUEH-6434Yz-y4eECE-VrAx1Z-76pTEm-7FHCGM-qzBdcF-2hTe6kG-27SYLso-24kzbJZ-tWo3NT-7J1cJ5

The Competition, by Joe Wolf, 2010

La question reste entière pour les concours de recrutement des fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche. Peut-être serait-il heureux que les COS se prononcent, à l’instar des jurys du CoNRS qui avaient demandé le report des concours ; et que la CP-CNU émette un avis sur la faisabilité de la tenue des réunions d’examens de dossiers et des auditions par visio-conférence intégrale?

À propos des outils de travail numériques : conseils d’Antonio Casilli

Reçu sur tlm, le 15 mars 2020 à 16h20

En France, le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fournissent le service de visioconférence HD RENAvisio qui représente une alternative à Zoom (voir le tableau ci-dessous) : https://services.renater.fr/renavisio/index

De surcroit, l’association française Framasoft (depuis des années engagée dans l’éducation populaire, les logiciels libres et les communs numériques), propose les services de l’annuaire « Dégooglisons Internet » (https://degooglisons-internet.org/fr/list), c-à-d des alternatives à tous les services propriétaires des GAFAM : https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives

Par exemple :

Instances de la solution Jitsi Meet pour la visioconférence
https://framatalk.grifon.fr/
https://meet.librement-votre.fr/
https://jitsi.milkywan.fr/
https://jitsi.linux.it
https://calls.disroot.org
https://jitsi.riot.im
https://jitsi2.linux.it
https://meet.artifaille.fr
https://www.colibris-outilslibres.org/ (sélectionner « visio »)

Une alternative intéressante aux cours et séminaires traditionnels est aussi représentée par les formats wiki (les étudiants et les chercheurs peuvent créer des documents participatifs) : https://frama.wiki/1

Et bien évidemment, si vous ne souhaitez pas publier sur Youtube vos les vidéos de vos enseignements ou vos diaporamas, la plateforme Peertube est à votre disposition : https://joinpeertube.org/

Cordialement,
—a
ps. Si le coeur vous en dit, n’oubliez pas de faire un don à ces associations.

Continuer la lecture

  1. Autre suggestion, par Fabrice Demarthon: https://www.goodfirms.co/blog/best-free-open-source-webinar-software-solutions []