Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018, et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylie

Continuer la lecture

Confinée libérée. Édition du week-end 4-5 avril 2020

Édition du WE. Samedi 4 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

 

  • Éditorial. Dix jours de confinement – édito #1 de la Confinée Libérée
    Retour sur un peu plus d’une semaine d’analyses et de propositions, du jeudi 26 mars au jeudi 2 avril 2020.

Quel est le sens d’une recherche publique assignée à rechercher… des financements ? Nous voulons des financements pérennes pour assurer à tou·tes de bonnes conditions de travail, d’étude et de vie, pas des postes précaires et des projets ANR !

Le confinement creuse (encore) les inégalités de genre dans les carrières des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses. En continuant le travail de mobilisation, même en temps de confinement, nous refusons ces logiques et nous nous tenons prêt·es pour la suite.

Plus de 300 000 étudiant·es étrangèr·es sont venu·es étudier dans une université française cette année. Si le confinement a approfondi et révélé de nombreuses inégalités dans la société française, celles-ci sont d’autant plus flagrantes dans le cas des étudiant·es étrangèr·es, qui vivent déjà d’ordinaire dans une grande précarité économique et juridique. Force est de constater que l’épidémie de COVID-19 et les règles du confinement mises en place durant ces deux dernières semaines ont provoqué un durcissement accru des conditions de vie des étudiant·es étrangèr·es. Continuer la lecture

COVID-19. Veille sur les facilités offertes par les éditeurs

Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie, par le consortium COUPERIN

  • Dernière Modification: vendredi 3 avril 2020

Nous souhaitons pouvoir relayer les initiatives des éditeurs pour aider le monde académique, et la population en général, à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle. Ce recueil d’initiatives peut également avoir un caractère incitatif auprès d’autres éditeurs.

Le reccueil est mis à jour régulièrement à partir des informations communiquées par nos correspondants (fournisseurs, négociateurs, autres…) dernière mise à jour : 3 avril, 12h. N’hésitez pas à communiquer sur des initiatives non signalées ou signaler une erreur ou un complément d’information à : negociations@couperin.org

Lien : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie, par Couperin, printemps 2020

 

Covid-19 et examens. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020

Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.


Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

Parcoursup : archéologie des « algorithmes locaux » et de leur dissimulation

« L’existence des algorithmes locaux est indéniable,
contrairement à ce que soutient la ministre
qui s’obstine à nier cette évidence »,
Jacques Grosperrin, Commission de la culture, Sénat

Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-seine, un des meilleurs connaisseurs du dossier Parcoursup, complexe, technique et éminemment politique, nous a confié sa chronique de la discussion des « algorithmes locaux » qui ont précédé leur reconnaissance officielle par le Conseil constitutionnel ce jour. Academia l’en remercie vivement.

https://twitter.com/sluniversite/status/1246122695504379904?s=20

Sauvons l’Université, 3 avril 2020

8 mars 2018. La loi ORE

La loi n° 2018-166 du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants a introduit dans l’article L. 612-3 du code de l’éducation cette disposition :

« Afin de garantir la nécessaire protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques chargées de l’examen des candidatures présentées dans le cadre de la procédure nationale de préinscription prévue au même deuxième alinéa, les obligations résultant des articles L. 311-3-1 et L. 312-1-3 du code des relations entre le public et l’administration sont réputées satisfaites dès lors que les candidats sont informés de la possibilité d’obtenir, s’ils en font la demande, la communication des informations relatives aux critères et modalités d’examen de leurs candidatures ainsi que des motifs pédagogiques qui justifient la décision prise ».

Cette disposition, dérogatoire au principe de la communication des documents administratifs, a été introduite par le biais d’un amendement (n° 204), déposé en séance par le Gouvernement, au Sénat, le 7 février 2018. La ministre le justifiait ainsi :

« Cet amendement a pour objet de garantir la protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques, conformément au principe posé par le Conseil d’État, tout en permettant la communication aux étudiants qui le demanderont des raisons pour lesquelles on leur propose de suivre une formation ne correspondant pas à leur souhait initial, ce qui pourra se produire s’ils n’ont demandé que des filières sélectives ou sous tension ».

Lors de la discussion, la ministre a précisé ses intentions :

« La publication des algorithmes est inscrite dans la loi : ce n’est pas le sujet ici. Cet amendement vise simplement à permettre à un candidat d’obtenir communication, dans le cadre d’une démarche individuelle, des raisons de la décision le concernant, tout en préservant le secret des délibérations des équipes pédagogiques, que le Conseil d’État a consacré il y a deux ans ».

« Parmi ces algorithmes, on trouve aussi ce qu’on appelle des outils d’aide à la décision, qui vont permettre aux établissements d’appliquer des critères plus ou moins spécifiques. Ces outils d’aide à la décision existaient déjà dans APB ; ils étaient notamment utilisés pour les admissions en classes préparatoires, en STS ou en IUT. Je signale au passage que les équipes pédagogiques de ces établissements reçoivent environ 30 000 dossiers en moyenne et savent parfaitement les gérer, en particulier grâce à ces outils d’aide à la décision. Par ailleurs, il pourra effectivement exister d’autres outils d’aide à la décision spécifiques à un établissement ou à une formation, définis à l’échelon local. Les critères utilisés devront être connus, y compris pour les outils de type fichier Excel ».

 

22 mars 2018. Décision de la CNIL sur le projet d’arrêté autorisant Parcoursup

Dans sa délibération n° 2018-119 du 22 mars 2018, la CNIL observe que le dispositif mis en place par la loi ORE est dérogatoire par rapport au principe général de la communication des documents administratifs. Elle explique pourquoi les algorithmes locaux vont être mis en œuvre par les établissements secondaires : Continuer la lecture

Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Continuer la lecture

Diplômes, examens à distance, recrutements : point d’étape sur les fiches de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #11
Article précédent

Les seize fiches qui composent le « plan de continuité pédagogique » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP / MESRI) ont à nouveau été modifiées le 1er avril.

Cette énième modification était attendue. Il fallait notamment intégrer au « plan de continuité pédagogique » les différentes ordonnances publiées la semaine dernière, et en particulier les deux ordonnances du 27 mars déjà analysées par Academia : l’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » et l’ordonnance « adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire ».

Voici quelques-uns des enseignements que l’on peut tirer de cette actualisation, sur trois points sensibles qui préoccupent énormément la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche : 1° l’adaptation des conditions de scolarité, et en particulier de délivrance des diplômes ; 2° les examens à distance ; 3° les recrutements.

1° L’adaptation des conditions de scolarité (fiche n° 6)

Academia y a déjà consacré deux articles1, et nous irons donc vite sur ce premier point : les ordonnances du 27 mars dernier permettent au ministre, aux recteurs et aux présidents d’universités – selon les hypothèses dans lesquelles on se trouve – d’« adapter » les conditions de l’accès aux formations de l’enseignement supérieur et de la délivrance des diplômes, « pour faire face aux conséquences de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation ».

Comme déjà expliqué, c’est un pouvoir considérable qui a été accordé à chacune de ces autorités car ces « adaptations » peuvent se faire « nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire »,  c’est-à-dire sans que les règles existantes puissent y faire obstacle. C’est sur le fondement de cet ordonnance, par exemple, que le ministre de l’Éducation nationale Blanquer est autorisé à modifier de manière particulièrement simplifiée – c’est-à-dire sans avoir aucune procédure à suivre, et en particulier sans avoir aucune consultation à mener – les conditions de délivrance du « premier grade de l’enseignement supérieur » qu’est le baccalauréat, ce qu’il annoncera vraisemblablement aujourd’hui lors de sa conférence de presse consacrée au bac et à la fin de l’année scolaire.

https://www.flickr.com/photos/pamloring/5370680593/in/photolist-9bA9eg-UQFL37-5v8RzC-qPhVW9-5XW2QD-54CjrJ-bzunge-9JCTF8-9Wr9kb-9SYy62-pVtxvF-5pNstE-4N83A5-fuzyuY-oNaF8S-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-6hTQXr-9QntbE-97wfuB-adV3W8-a8mhac-535Ghb-diPyH2-WEiW3Y-ecDgZS-5NfHMX-zQzNsb-7pdBSS-9xv1re-pwdqjT-3SwjaE-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-9tnGBJ-bg5uHv-mCqe5D-5SMeFb-7A25nm-VGbaX7-KQuvi-d4LT4A-7ZbxSB-gjh5Wu

Lighthouse, by Pamela Loring, 2010

Continuer la lecture

  1. https://academia.hypotheses.org/21693 et https://academia.hypotheses.org/21742 []

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que lesl mois passée la situation fragile deshommes et des femmes  chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

“Unser Leben”, Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Le Covid-19 et la continuité pédagogique à tout prix

En passant

« Depuis plusieurs jours, j’ai des difficultés à respirer pour cause d’infection au Covid-19. J’ai averti mon établissement d’enseignement supérieur de mon état de santé. En réponse, ce dernier m’a demandé de former ma remplaçante par Skype. Cet appel a duré 3 heures, il m’a tuée. À la suite de cet appel, je suis tombée en détresse respiratoire, et mon médecin hésite depuis à m’envoyer à l’hôpital. J’ai pour ordre de ne plus bouger, de rester allonger et de ne plus parler (c’est une camarade précaire qui a écrit ce témoignage pour moi). La collègue qui me remplacera est bien entendu précaire et ne sera pas payée pour ce travail supplémentaire »
Témoignage publié sur le Tumblr “Le confinement des précaires de l’ESR et la fracture numérique” et sur la page Facebook “Précarités de l’ESR mobilisées”

Comment évaluer les étudiant·es confiné·es ? Enquête et propositions

  • par un collectif d’étudiant·es et d’enseignant·es

La question de l’évaluation est centrale dans les cursus étudiants et dans la vie d’une université. Le confinement déstabilise les enseignements, mais rend également caduques les modalités d’évaluation des connaissances, et donc de validation des modules, unités d’enseignement (UE) et diplômes.Pourtant, la situation de confinement pose de nombreux problèmes, de la tenue d’enseignement à distances à celles de celui de l’accès des étudiant·es à un équipement et une connexion adaptés1

À partir d’un travail initial entre étudiant·e·s et enseignant·e·s de l’Université de Strasbourg, un collectif d’enseignant·es et d’étudiant·es animé par Julien Gossa se propose de recenser les situations et les propositions dans les universités françaises, en vue de mener à bien la séquence critique d’examens qui doit bientôt s’ouvrir.

Ce collectif interroge ainsi les principes généraux d’évaluation, en s’interrogeant sur l’autorité la plus à même de décider, notamment en cas de suspension effective des instances2.

Pour enrichir ce document, le collectif réuni par Julien Gossa souhaite collecter :

  • les observations et proposition de modifications ;
  • des témoignages concrets d’étudiant·e·s et enseignant·e·s.
Pour participer à cette action, vous pouvez renseigner l’enquête suivante :
https://framaforms.org/enquete-sur-les-evaluations-confinees-1585741433

Les résultats seront actualisés en temps réel sur le site suivant :

  1. Voir par exemple, sur Academia; Mathieu s’inquiète de la (dis-)continuité pédagogique, 26 mars 2020 ;  ou La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble, 27 mars 2020 – mais aussi tous les textes tagués par Continuité pédagogique. []
  2. Voir « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités, 28 mars 2020 []

Retour sur le paiement des vacataires en période de confinement

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #10
Article précédent

On ne redira jamais assez qu’il faut lire avec la plus grande attention le moindre des documents émanant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). L’épisode de la « FAQ administratives » mise en ligne le 30 mars, puis actualisée le 1er avril, nous l’a violemment rappelé, une fois encore : ce n’est ni par une conférence de presse, ni même par un communiqué de presse, mais au détour d’une innocente « foire aux questions » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) que le ministère a choisi de rendre publique sa décision de ne pas rémunérer les heures d’enseignement des vacataires qui étaient prévues dans les emplois du temps, mais qui n’ont pas pu être assurées du fait de la fermeture des universités.

Le choix de principe : ne pas payer les heures non réalisées du fait de l’épidémie

Ce choix est insensé, tant sur la forme que sur le fond.

Songvaar lighthouse, by Øyvind Byhring, 2009

Il est insensé sur la forme, d’abord, car il signifie que personne, au ministère, n’a été capable de sonner l’alerte, et de rappeler à la directrice générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle et au directeur général des Ressources humaines qu’on ne règle pas le sort de 120 000 personnes en pleine épidémie – le nombre de vacataires faisant fonctionner les universités françaises1 – par une simple « foire aux questions ».

Il est insensé sur le fond, ensuite, car en dépit de la tournure trompeuse qu’en donne le ministère, il faut dire les choses comme elles sont : quoi qu’en dise le ministère, le choix qui a été fait consiste bien à ne pas rémunérer les vacataires de l’enseignement supérieur des heures d’enseignements qui ont été annulées en raison de la fermeture des établissements. Et ce choix vaut pour tous les vacataires, quel que soit leur statut : à la fois pour les « attachés temporaires vacataires » (ATV, au sens de l’art. 3 du décret du 29 octobre 1987 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi de vacataires pour l’enseignement supérieur) et pour les « chargés d’enseignement vacataires » (CEV, au sens de l’art. 2 du décret du 29 octobre 1987), soit, respectivement, 20 000 et 100 000 personnes.

C’est une des vertus paradoxales de l’épidémie du covid-19, d’ailleurs : elle jette une lumière plus crue que jamais sur l’indignité de la condition dans laquelle on laisse les vacataires, sans lesquels, pourtant, le service public de l’enseignement supérieur ne serait pas assuré. Leur situation est désastreuse sur le plan du droit social, c’est bien connu, car elle n’offre presque aucune protection : ils n’ont pas de contrat de travail mensualisé, leur rémunération, reposant sur un service fait, s’exécute a posteriori, et c’est très précisément la raison pour laquelle le ministère se sent autorisé à considérer que le paiement des heures d’enseignement annulées du fait de l’épidémie n’est pas un droit auquel ils peuvent prétendre.

Continuer la lecture

  1. Ce nombre de 120 000 est à mettre en comparaison avec les quelques 90 000 personnels enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MESRI, qu’ils soient titulaires (professeurs des universités, maîtres de conférences, enseignants du second degré affectés dans l’enseignement supérieur) ou contractuels (doctorants contractuels effectuant un service d’enseignement, ATER, contractuels LRU enseignants, …). []

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source: