Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

“Turkey is incarcerating its academics!” This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of “terrorist propaganda”. The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for “insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government”. Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that “war is a public health issue”.

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture