Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

La circulaire du 5 janvier 2022 ou la banalisation au forceps des chaires de professeur junior

La direction générale des Ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation accélère encore sur les « chaires de professeur junior », la voie dérégulée d’accès au corps des professeur·es des universités créée par l’article 4 de la loi de programmation de la recherche du 24 décembre 2020.

La première campagne, lancée par voie de circulaire au début de l’été 2021, avait déjà été menée tambour battant, avant même que le décret d’application ne paraisse. Elle a débouché sur l’arrêté du 17 décembre 2021 ouvrant 92 chaires, dont 74 dans les établissements publics d’enseignement supérieur. Comme Academia l’avait résumé dans un précédent billet, certains établissements ont été particulièrement zélés, et cela ne surprendra personne : dix chaires pour Paris-Saclay1 ; sept pour l’université-qui-a-essayé-d’usurper-une-histoire-collective-avant-de-se-faire-condamner-par-le-Conseil-d’Etat ; ou encore quatre pour Cy Cergy Paris Université.

La LPR permet néanmoins de monter jusqu’à 15 % des recrutements annuels autorisés de professeur·es des universités, soit presque 250 chaires. On était encore loin du compte avec ces 74 chaires, et c’est pourquoi la DGRH a envoyé le 5 janvier 2022 une nouvelle circulaire à tous les établissements, annonçant l’ouverture in extremis d’une campagne complémentaire de recrutements pour des entrées en poste en octobre 2022.

L’effet a été immédiat. Des universités réticentes, et pire même, des universités dont les conseils centraux avaient solennellement pris position contre les chaires de professeur junior, commencent à s’agiter. C’est le cas, par exemple, à l’université Paris 1, comme le dénonce le collectif des doctorant·es mobilisé·es de cette université. C’est le cas, aussi, à l’université Paris-Est Créteil, où l’équipe présidentielle a demandé ingénument, mi-janvier, à toutes les composantes de transmettre leurs « éventuels projets » de chaires pour cette seconde vague, oubliant opportunément qu’il y a quelques semaines à peine, la Commission Recherche avait voté à l’unanimité le vœu que l’établissement ne recoure pas à ce dispositif, peu après que le Conseil académique en formation restreinte avait solennellement demandé, à l’unanimité aussi, que l’université ne participe à aucune « procédure locale ne permettant aucune évaluation nationale ».

Maxime Raynal, Le phare rouge. Port-la-Nouvelle par temps gris, 15 février 2019

C’était malheureusement prévisible : tout est fait pour imposer les chaires de professeur junior dans le paysage.

D’ailleurs, à chaque nouvelle étape administrative depuis la LPR, les conditions légales qui encadraient le recours aux chaires de professeur junior, pourtant déjà bien légères, s’érodent un peu plus. Les chaires sont non seulement inacceptables dans leur principe ; mais à l’évidence, le ministère entend en imposer la version la plus dure possible. Retour sur ce durcissement. Continuer la lecture

  1. Six pour l’université Paris-Saclay stricto sensu, auxquelles s’ajoutent : une chaire pour Centrale Supélec, membre-composante de cette université, une pour l’UVSQ, membre-associée, et une pour Evry, membre-associée aussi []

Non aux chaires de professeur junior à Paris 1 !

  • par les Doctorant·es mobilisé·es pour l’Université de Paris 1

Version .pdf        –     version en ligne

À l’automne, c’est avec grand étonnement que nous avons vu être abordée, en commission de la recherche, la question des chaires juniors, et ce sans en avoir été informé·es auparavant. À l’étonnement a succédé la colère lorsque, au détour des questions diverses, nous avons appris le 11 janvier dernier que la présidence comptait mettre au vote des conseils la mise en place de ces contrats, sans la concertation préalable qui nous avait été promise en commission de la recherche. Si sur le fond la présidence peut défendre une position, nous sommes floué·es sur la forme : le conseil académique devant trancher cette question se réunira en formation restreinte. Aucun·e doctorant·e ne pourra siéger, alors que nous sommes concerné·es au premier chef par cette question. Présentée comme “solution la moins pire” par certain·e·s, voire comme “bonne solution” par d’autres, nous tenions à rappeler à tou·te·s et à chacun·e que financer de la précarité sur de la précarité n’est pas acceptable.
Les éléments de communication du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) font de ce dispositif un moyen de développer “des carrières plus attractives”. Ainsi, les chaires juniors visent à permettre aux jeunes chercheur·se·s d’accéder plus rapidement à un poste, de favoriser le développement de disciplines émergentes, de mettre en avant les projets de recherche, en sortant des logiques disciplinaires et en prenant en compte “la diversité des mérites des candidats”, de réduire la précarité des années d’après thèse puisque ce dispositif a “vocation à déboucher sur de l’emploi titulaire”. Pour autant, ces belles intentions affichées par le ministère ne doivent pas faire oublier les dangers liés au développement de ces chaires juniors.

Logo de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Pourquoi signer la pétition “Carrières universitaires” de la CP-CNU ?

Relayer la pétition lancée par la commission permanente du Conseil national des universités pour “que l’université et la recherche restent un service public national” a suscité quelques discussions au sein de la rédaction d’Academia. Les étudiant·es font la queue aux distributions alimentaires et résistent désormais à la menace d’une augmentation des droits ; les jeunes docteur·es sans poste font des vacations moins rémunérées que le SMIC tandis que l’emploi statutaire s’érode inexorablement. Pire, la loi de Transformation de la Fonction publique, passée en catiminié l’été 2019, a privé les Commissions administratives paritaires(CAP) de leurs prérogatives en matière de promotion, condamant des dizaines de milliers d’agent·es BIATSS à dépendre exclusivement de leur hiérarchie pour leur avancement de carrière et ce, sans aucune réaction au sein de l’université1. Dans ce contexte, demander, comme le fait le début de ce texte, aux “étudiantes et étudiants, personnels d’accompagnement, citoyennes et citoyens” de défendre nos modes de promotion ne nous paraît pas être la manière la plus heureuse d’entrer dans le débat. Et pétitionner à propos de la procédure nationale d’avancement de grade ne nous semble pas tout à fait à la hauteur des enjeux du moment pour l’ESR.

Mais il est vrai aussi que lorsque chacun chipote, on ne fait plus rien collectivement. Il est vrai, surtout, que cette histoire de promotions est un marqueur : cette réforme, qui va toucher presque immédiatement la totalité de 60 000 enseignant·es-chercheur·ses, compromet effectivement “l’intégrité, la diversité et la qualité du travail universitaire, en amputant le CNU de ses principales compétences décisionnelles et en conférant aux chefs d’établissements une capacité exclusive de décision de toute promotion au sein des corps universitaires. En cela, elle est, de fait, une attaque majeure contre la liberté académique et le service public de l’ESR. Une parmi d’autres.

“Carrières universitaires : pour l’équilibre entre le local et le national”

→ Signer la pétition ←

Affiche, 2018

  1. Academia espère publier rapidement un billet sur ce sujet et en appelle aux bonnes volontés. []

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Continuer la lecture

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []

McCarthyisme, ou pogrom ?

WOID XXII-19

I.

Commençons par une faute d’orthographe et d’interprétation : le mot s’épelle « McCarthyisme » et non pas « MacCarthyisme ». Par convention aux USA les noms en « Mac- » suggèrent une parenté écossaise, les noms en « Mc- » une parenté irlandaise catholique et donc une position sociale inférieure à celle des immigrants écossais protestants ; le sénateur Joseph (ou plutôt « Joe » ) McCarthy tirait sa popularité du fait qu’il se présentait comme un intrus issu des classes populaires, un trouble-fête dans les bastions élitistes, anglo-saxons en prédominance, que constituaient les dirigeants au gouvernement et dans les universités. En fin de compte, les opinions politiques de Joe McCarthy comptaient moins que les ressentiments de cette classe qui, à travers lui, s’imaginait en contestation ouverte avec les dominants culturels et politiques.

Louis Budenz’s article, “Do Colleges Have to Hire Red Professors?” was published in November 1951. Soon after this article was published, the Americanism Committee of the American Legion began targeting Sarah Lawrence faculty members. November, 1951. (Harold Taylor Papers, Sarah Lawrence Archives)

C’est pourquoi, dans les universités américaines et dans les centres culturels, la résistance au McCarthyisme se fondait moins sur des différends idéologiques que sur des questions de préséance et de pouvoir. En 1950, quand la Régence de l’Université de Californie tenta d’imposer un serment de loyauté1 au professorat, la proposition déclencha un mouvement de protestation parmi des centaines de professeurs ; selon un éminent biochimiste,

« Les méthodes de filtrage propres à la faculté sont plus efficaces que n’importe quel serment de loyauté. Les compagnons de route, bien plus dangereux que les Communistes avoués, sont tenus à l’écart ou mis à la porte par ce filtrage. »

Les universitaires revendiquaient pour eux-mêmes le droit de mener la chasse aux rouges parmi leurs collègues : être Communiste, ou même penser comme un communiste, revenait à un manque de d’objectivisme scientifique que les experts seuls avaient la compétence de juger. Le mccarthyisme professoral se poursuit encore aujourd’hui aux USA, plus ou moins en sourdine : le droit à la parole (freedom of speech) garanti par le Premier Amendement à la Constitution étatsunienne ne s’applique qu’à une petite élite de professeurs attitrés.

Continuer la lecture

  1. Sur les origines du serment de loyauté imposé aux universitaires, voir le serment dans l’Italie fasciste in Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat. []

L’évaluation du Hcéres ne répond plus aux critères minimaux de qualité, de rigueur et de pertinence scientifique. Motion du CNESER, 18 janvier 2022

Le Conseil national de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) s’est réuni aujourd’hui en commission permanente1. Thierry Coulhon y présentait un “point d’information sur le Hcéres qu’il préside, à la stupéfaction des membres qui n’y comprenaient rien.  Iels se sont toutefois mis d’accord à la majorité sur la nécessité de se débarasser de cette bureaucratie.

  1. Pour l’ordre du jour, voir l’information de L’Alternative. []

Academia ne recommande pas la nouvelle extension Sci-Hub de Firefox

La rédaction rappelle que Sci-Hub endommage les affaires de grosses compagnies parasites. En conséquence, il ne faut surtout pas installer cette extension Firefox qui ajoute des liens ScitHub aux articles scientifiques pour rendre la science plus accessible.

Ce serait une faute morale, rien de moins.

Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture