Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

« Nous voulons une université sans sexisme, ni Violences Sexistes et Sexuelles ». Communiqué des étudiant∙es de l’UFR03 de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Academia relaie le communiqué des Les étudiant·e·s mobilisé·e·s de la Double Licence 2 Histoire – Histoire de l’Art et Archéologie, et Droit – Histoire de l’Art et Archéologie de l’Université de Paris-1 qui expriment leur grande inquiétude et le souhait de ne pas suivre les cours d’un enseignant, Guillaume Gernez. Ce maître de conférences en archéologie a en effet été accusé de viol, harcèlement, abus d’autorité et  de comportement inappropriés sur le chantier de fouilles qu’il dirigeait au sultanat d’Oman, condamné en appel à un abaissement d’échelon par le CNESER en octobre 2015, avant d’être une nouvelle fois condamné en première instance disciplinaire par l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne ((NDLR : décision non publiée)).

Ce communiqué qui décrit à la fois les mesures de protection de l’enseignant organisées par l’université mais également la grande inquiétude des étudiant·es, qui ne se sentent ni protégé·es ni respecté·es, doit nous alerter sur une question qui dépasse largement le Centre Pierre Mendès-France et qui continue à être bricolée aujourd’hui dans les établissements ((Voir par ex., un autre boycott à la faculté de psychologie, Université de Lorraine)) : comment gère-t-on les relations entre les étudiant·es etles  enseignant·e-chercheur ·ses qui ont été sanctionné·es en raison de leurs comportements envers les étudiant.es, une fois ces sanctions exécutées ?

https://www.flickr.com/photos/marsupilami92/5017581935/in/photostream/

Crédit: Patrick Janicek, 2010

  • Communique des étudiant·es mobilisé·es de la Double Licence 2 Histoire – Histoire de l’Art et Archéologie, et Droit – Histoire de l’Art et Archéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 9 novembre 2022. Initialement publié sur Révolution permanente

Le jeudi 27 octobre, les doubles licences 2 Histoire de l’Art et Archéologie – Histoire, et Histoire de l’Art et Archéologie – Droit, se sont rendues en CM d’Archéologie Extra-Européenne au centre Pierre Mendès France. Nous, élèves de ces cursus, nous sommes sentie·s déconsidéré·es par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et par l’UFR03 d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, nous ayant attribué comme professeur de CM et TD M. Guillaume Gernez.

Nous, avons été confronté·es à un individu “accusé d’avoir eu des comportements déplacés” vis à vis d’une étudiante en 2014 ; et d’avoir invité sur un chantier de fouilles à Oman, en décembre 2013 et janvier 2014, des étudiantes dans sa tente la nuit. Lors de ces entrevues avec les étudiantes, il est affirmé à l’issue d’une enquête datée de 2014 que “certains [des] gestes [de l’enseignant] ont dépassé le cadre d’une relation amicale”. De plus, une plainte pour viol a été déposée envers M. Gernez en février 2019 par une étudiante de master, qui a participé à un chantier de fouilles à Oman, lors d’une mission à l’hiver 20191.

Cette plainte a débouché sur un non-lieu. Par ailleurs, le climat judiciaire ne semble pas rendre compte, aujourd’hui, de la réalité puisque seuls 0.6% des accusations de viol par des personnes majeures ont fait l’objet d’une condamnation2. En outre, l’université a émis à son encontre des sanctions disciplinaires, notamment une suspension de son droit d’enseignement à Paris 1 Panthéon-Sorbonne pendant 3 ans. Il est aujourd’hui réintégré au corps enseignant, mais il fait toutefois l’objet de certains aménagements : il n’a plus le droit d’enseigner en master, ou de diriger, participer à des chantiers de fouilles avec des étudiant·es, dans le cadre de ses fonctions d’enseignant de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette situation ne participe aucunement à ce que nous nous sentions en sécurité. Comment nous promettre que de nouvelles plaintes à son encontre ne verront pas le jour ?

Continuer la lecture

  1. source : CNESER et Conseil d’Etat via un article publié par Mediapart le 20 mai 2019 []
  2. Source : Assemblée Nationale. []

Expression écrite. Des outils universitaires en partage

  • par Alice de Charentenay, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne/ ANR écrit+

Nous sommes nombreux, parmi les enseignants de tous les niveaux mais notamment du supérieur, à pester contre le faible niveau d’expression écrite de nos étudiant·es. Diverses causes à ce fléau pourront être discutées plus tard. Voici pour l’heure un petit guide de quelques outils publics, gratuits et efficaces, à divulguer sans modération.

https://www.flickr.com/photos/souravphotography/33471267340/in/photolist-SZJZEd-JJ99jY-rAWVCK-5EDBvX-2eHsrR5-6efcWq-aUfJnH-92igN6-CZjUuT-DinNuh-7wqnT8-wPRyCk-eDnrpP-KTsaGL-cCyfY5-7VeCgu-KPTncc-cnC8vY-J5nk7s-SbEqe7-2cSC8fD-884RJA-cigQb7-CoDHBM-7UGmJ8-bUmcfY-dLwkuZ-qddhq1-ZnQSUU-ecvjzZ-GFXdZD-vn75od-dw19xw-Gd4vi3-vA2aew-9Aj6Fa-9o55dm-GWT1Bz-hsocEw-hsohn7-7TzDYx-hsoQbW-hspouH-aXbYE6-fjPuSk-A6QULk-27GNkKh-gwQHkL-cKaseE-4CzuLK

Crédit: Sourav Chanda, 2017

1. ecri+. Un joyau pour toustes, d’un niveau universitaire

https://app.tests.ecriplus.fr/

Le site écri+ test est une plateforme où tout un chacun, étudiant·e ou pas, peut s’entraîner sur des milliers de questions de type Bled mais d’un niveau universitaire, conçues par des enseignant·es du supérieur.

Continuer la lecture

Hcéres : vers un accident industriel

Le Haut Conseil pour l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Hcéres), dinguerie bureaucratique française dirigée depuis fin 2020 par le très blanquero-macroniste Thierry Coulhon, serait-il en train de frôler l’accident industriel, façon armée russe, à l’occasion de la vague C d’évaluation des universités, écoles doctorales et unités de recherche, en cours actuellement dans un cinquième des établissements français ? C’est la question que se pose la Rédaction d’Academia, à la suite de très nombreuses « remontées de terrain » de nos valeureux collègues qui sont en train d’endurer, le mot n’est pas trop fort, cette vague scélérate.

Spoiler : le boycott des comités d’évaluation commencerait à porter ses fruits dans cette débâcle du HCERES constatée sur le terrain.

Avant de préciser l’étendue du désastre, un petit rappel de calendrier s’impose pour bien comprendre les enjeux de cette vague C. Arrivée en novembre 2020 à la tête du haut conseil après un rocambolesque processus de nomination, le très controversé conseiller élyséen avait dû ronger son frein et laisser passer la vague B (initiée par son prédécesseur et étalée sur deux saisons pour cause de covid, pardon de grippette d’après son grand copain Didier Raoult) avant de pouvoir déployer tout son génie créatif et bâtir une vague C à la hauteur de ses ambitions de grand architecte de l’ESR.

On a tous en mémoire le résultat concret du premier volet de cette éblouissante réforme : une levée de bouclier sans précédent, dès janvier 2021, de près de 700 directeurs de laboratoire dénonçant l’évolution délirante du référentiel d’évaluation de la recherche. Jacques Lacan et sa théorie de la jouissance avaient alors été convoqués en urgence par Academia pour tenter d’expliquer cette nouvelle forme de névrose bureaucratique obsessionnelle, mal dominant de l’ESR français depuis près de deux décennies et qui semble avoir trouvé au HCERES un terrain épidémique vierge de toute défense immunitaire. Audiard ne nous aurait pas contredit : contre la connerie, malheureusement, on n’a toujours pas inventé de vaccin !

Cette première alerte passée, la trêve estivale et une rentrée difficile dans les universités ont quelque peu détourné l’attention de la communauté des innovations coulhoniennes de la vague C. C’était sans compter sur les effets à retardement de la réforme et la mise en œuvre effective de ces nouvelles directives imposées « d’en haut ». Présidence verticale, évaluation jupitérienne1, le bonhomme a de qui tenir ! A moi les grands et beaux discours sur la « théorie de l’évaluation », au restant des troupes les problèmes bassement matériels de mise en œuvre et d’exécution ! On reste stupéfait d’un tel décalage entre le sommet et la base.

https://twitter.com/Hceres_/status/1589707620151357441?s=20&t=R6l7mWQar_JxqYugdxse8A

Autopromotion de T. Coulhon devant les recteurices d’académie sur Twitter, 7 novembre 2022

Continuer la lecture

  1. déclinée à souhait dans les « observations du président du HCERES » qui encadrent – recadrent – désormais tout rapport d’évaluation des établissements, voir un exemple ici []

Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019)

Si on cherche “Eschyle + Les Suppliantes + Sorbonne” dans Google Actualités, on retrouve 99 résultats. La “controverse” datée de mars 2019 apparaît même sur la page Wikipédia de la pièce. Systématiquement sont repris plusieurs communiqués : celui de l’Université, celui du metteur en scène Philippe Brunet et le communiqué commun de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Franck Riester, Ministre de la Culture — communiqués qui ont servi à la rédaction de plusieurs articles sans guère de réelle enquête. De nombreuses personnes et collectifs ont pris la parole1 une tribune signée par 343 personnes racisées a été publiée sur Mediapart2 en réponse à celle publiée dans Le Monde3. À aucun moment les étudiant·es à l’origine de cet appel au boycott n’ont été écouté·es.

Je voudrais ici revenir sur ce qui s’est joué à l’intérieur de la Sorbonne à ce moment-là, du point de vue d’une militante active dans l’association étudiante qui a relayé l’appel au boycott4.

Blackface

Au second semestre de l’année universitaire une étudiante publie sur le groupe facebook “Etudiant Sorbonne Université” une capture d’écran de ce tweet : 

 

Continuer la lecture

  1. Blackface au théâtre de la Sorbonne | Tribune des 343 racisé•e•s“. Arnaud Maisetti ; “Les Suppliantes : réaction de Joëlle Le Marec, professeure des universités au CELSA, directrice du département Magistère et chercheuse membre du GRIPIC“. La BAFFE []
  2. Racisme dans les arts: Lipanda Manifesto, tribune des 343 racisé·e·s“. Le Club de Mediapart []
  3. « Blackface » à la Sorbonne : « Ne pas céder aux intimidations, telle est notre responsabilité ». Le Monde []
  4. Je ne suis plus en contact avec l’ensemble des étudiant-es concerné·es, et il ne s’agit pas ici de faire seule le récit exhaustif de ce qu’il s’est passé. []

49.3 ou poubelle ? Le budget de la Mission Recherche et enseignement supérieur (MIRES) pour 2023

Faisant suite à une analyse sévère de l’application de la LPR par Laure Darcos et Stéphane Piednoir en juillet, le rapporteur pour avis, Hendrik Davi (La France insoumise) vient de faire paraître son rapport sur les lignes bugétaires consacrées à l’enseignement supérieur, à la recherche et à la vie étudiante du projet de loi de finances pour 2023. Sa conclusion est sans appel.

Le rapporteur pour avis attire l’attention sur le fait que le budget de 2023 est en réalité en baisse de 2,15 % en volume (i.e. en euros constants), une fois les 500 millions d’euros dévolus à la revalorisation du point d’indice retranchés et l’inflation prise en compte.

Ce budget 2023 ne redresse donc pas la trajectoire de ces dix dernières années. Les budgets des universités et les recrutements n’ont en effet pas suivi l’augmentation du nombre d’étudiants. Le nombre de postes de maîtres de conférences ouverts au concours a par exemple été divisé par 3 entre 1998 et 2020. Par conséquent, la dépense par étudiant a baissé de près de 10 % et le taux d’encadrement est passé d’un enseignant pour 38 étudiants en 2012 à 1 pour 47 en 2019.

L’université et la recherche souffrent du manque chronique d’investissement public, mais aussi des réformes structurelles qui mettent en compétition tous les acteurs. Or ce budget renforce la différenciation entre établissements et universités avec des financements accrus à l’ANR et le maintien des investissements d’avenir, que nous analyserons dans notre réflexion thématique. La compétition délétère qui en découle conduit à beaucoup de souffrance au travail.

Pour ces raisons, le rapporteur pour avis émet un avis défavorableà l’adoption des crédits de la mission Recherche et enseignement supérieur.

Continuer la lecture

Faire grève dans l’ESR

Comment faire grève dans l’ESR ? Avec la multiplication des statuts, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Suite à un fil de JS Carbonell faisant le point, voici un certain nombre de ressources syndicales et non-syndicales1

https://twitter.com/AuroreKoechlin

Crédit: A. Koechlin, 2022

 

 

  1. Merci à JS Carbonell, N. Pinsard, M. Sonnette. []

Augmentation des salaires, défense du droit de grève : appel intersyndical à la grève du 18 octobre

Patrimoine immobilier en mauvais État. Rapport de la Cour des comptes, 11 octobre 2022

La Cour des comptes vient de rendre un rapport sur l’immobilier universitaire au moment où le gouvernement envisage la dévolution de ce dernier.

Extraits. Second poste budgétaire des universités après la masse salariale, le patrimoine immobilier est un facteur stratégique de première importance pour l’insertion des universités dans leur territoire et un élément central pour l’accueil des étudiants et l’exécution des objectifs scientifiques Il est également au cœur de la question de l’autonomie des universités Pour l’État, l’enjeu n’est pas moindre, puisqu’il reste très majoritairement propriétaire des biens immobiliers universitaires (82 % de l’ensemble)1
Il doit, comme les universités, faire face à l’indispensable remise à niveau de
ce patrimoine dont un tiers est dans un état peu ou pas satisfaisant et qui ne répond que rarement aux besoins de sobriété énergétique Ce patrimoine représente 18 millions de m2 de locaux (surface hors œuvre nette), dont 78 % sont consacrés aux activités d’enseignement ou sportives.

L’immobilier universitaire. Rapport de la Cour des comptes, 11/10/2022. Annexe 2, p. 90

Continuer la lecture

  1. Répartition de la propriété de l’immobilier universitaire: État 82 %; Collectivités territoriales 12 %; Universités 3 %; Tiers 3 %. Source : DIE. []

La direction de l’ENSAD fait-elle vraiment “bouger les lignes” en terme de racisme ?

  • Communiqué du Massicot, union syndicale des étudiant·es en école de création
    13 octobre 2022 – version .pdf

Il y a quelques jours, Le Monde Afrique a publié un article intitulé « On nous dit que c’est un truc de Blanc » : ces étudiants africains qui cherchent leur place dans les écoles d’art. Nous avons été interpellé·es par le paragraphe suivant :

Emmanuel Tibloux est de ceux qui, par petites touches, font bouger les lignes. Le patron de l’Ensad a récemment créé un poste d’études postcoloniales et décoloniales au sein du collège « Histoire, théorie, critique ». Pour élargir le spectre social et géographique des étudiants, il a développé l’an dernier avec les Ateliers Médicis, à Clichy-Montfermeil, une école d’un genre nouveau, La Renverse, destinée aux jeunes de Seine-Saint-Denis. Sur quinze élèves inscrits en 2021, douze étaient d’origine africaine, pour moitié du Maghreb.
« On a beaucoup à apprendre des étudiants africains,  insiste Emmanuel Tibloux. Ils apportent à notre école une logique de pensée qui n’est pas basée sur l’innovation, mais sur l’artisanat et la réparation. »

Nous aurions aimé développer les biais racistes qu’expose selon nous cette citation, mais nous sommes surtout surpris de voir le directeur des Arts Déco de Paris ainsi dépeint comme une figure engagée contre le racisme dans les écoles d’art. En effet, le Massicot a été contacté en juin 2022 par des étudiant·es de l’ENSAD. D’après leurs récits, lorsqu’iels témoignent et s’organisent contre le racisme qu’iels vivent au sein de l’école, la direction semble tout à coup avoir moins envie de “faire bouger les lignes”.

Continuer la lecture

Montpellier : Confrontée à des étudiants “sans facs”, la ministre Retailleau prend la fuite.

Jeudi 13 octobre 2022, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, était en déplacement à Montpellier afin d’annoncer un nouveau plan concernant la santé étudiante. Dans cette ville qui est le théâtre chaque année de mobilisations d’étudiants sans affectation en Licence et Master, le syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), est parvenu à s’introduire dans un des lieux de la visite ministérielle afin de faire entendre ses revendications. La réaction a été plutôt surprenante d’après le SCUM : “la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée”.

Voici ici le communiqué du syndicat étudiant de Montpellier :

—————————————————————–

La ministre Sylvie Retailleau à Montpellier :  interpellée par le SCUM, elle prend la fuite.

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, était à Montpellier ce jeudi 13 octobre.

Les étudiantes et étudiants sans-fac et le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) étaient présents pour lui faire entendre les revendications étudiantes : non à la sélection sociale, et non à la mise en place de Parcoursup Master !

La visite de la ministre était l’occasion pour elle de se faire une publicité sur les quelques euros donnés pour la santé étudiante, en guise d’aumône. Aussitôt arrivée au Centre de soins universitaire devant lequel les étudiantes et étudiants du SCUM l’attendaient, la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée.

Le mépris et la fuite ne pourront pas toujours être là seule réponse du gouvernement face aux revendications étudiantes.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

À l’intersection

Il y a de ça quelques semaines, alors que je venais tout juste d’arriver à Budapest, je reçois un message d’Academia. Mon article sur l’ouvrage théorique Ecrire à l’encre violette publié cet été a recirculé1 et on me demande si cela ne vaudrait pas le coût de publiciser les intimidations à l’endroit de mon compte rendu. Je réponds rapidement en mettant en avant ce qui pourrait être discuté dans un article (la charte du collectif2 auquel appartiennent certain-es des auteurices, le communiqué qu’elles ont publié en réponse à mon article3 ) et propose qu’on s’appelle quand je rentre.

*
*   *

Je ne suis pas à Budapest pour profiter des thermes, mais à l’occasion d’un congrès lesbien. J’y suis en tant que directrice de collection pour la maison On ne compte pas pour du beurre afin d’y animer un atelier sur les lesbian narratives. Je loge avec une dizaine d’autres lesbiennes, certaines intervenantes, d’autres bénévoles, pour le même événement. Je suis la seule personne non blanche de l’appartement.

https://www.flickr.com/photos/time-to-look/18500711636

Budapest, Paris House. Crédit : Ted McGrath, 2015

Dès mon arrivée, alors que je suis bien trop happée par mes notifications twitter, je commence à compter. Elsa, éditrice chez On ne compte pas pour du beurre, compte toujours le nombre de personnes présentes dans la salle dès qu’on fait une rencontre. Déformation professionnelle qu’elle dit. Moi je compte le nombre de personnes non blanches. Dans une salle, un collectif, une ville. Pendant mon échange en République Tchèque j’en ai compté 6 en 3 mois. Alors qu’on se rend à l’appartement j’en compte aucune. J’en retrouve une le soir même, au lancement4, et bien trop peu pendant le reste du séjour.

J’ai beaucoup de privilèges en ma faveur, je maîtrise l’anglais, j’ai une expérience militante et une formation universitaire, je m’exprime bien et je suis arrivée au sein d’un groupe important de personnes qui se sont engagées à veiller sur ma sécurité, à ne jamais me laisser seule. Ce n’est pas le cas de Pierrette, présidente de l’association Diivines. Elle est seule, personne de son collectif n’a pu l’accompagner, elle ne maîtrise pas l’anglais, elle a dû mal à se faire entendre, beaucoup trop de mal. Elle participe à un panel qui a pour titre Lesbians heading social justice movements qui devrait traiter de l’intersectionnalité des activistes qui sont à la fois lesbiennes et. En l’occurence ici, lesbienne et noire, lesbienne et grosse, lesbienne et handicapée, lesbienne et victimes de violences sexuelles, lesbienne et réfugiée. On se concentre non pas sur ce que ça veut dire d’être à l’intersection de plusieurs marginalisations dans les mouvements militants lesbiens, mais ce que les lesbiennes apportent dans d’autres mouvements en étant lesbiennes. Déjà dans la matinée on parlait de comment résister face au backlash anti-gender et je sentais une colère monter en moi. On parlait de comment eux arrivaient à dépasser leurs différences pour travailler ensemble et comment nous n’y arrivions pas. Comment nous devrions trouver des liens et travailler ensemble de façon aussi efficace. Et je pense à Pierrette qui est seule dans la pièce. Est-ce que c’était aux diivines non présentes de faire l’effort de trouver des liens avec cette assemblée blanche ? Mais comme à chaque panel, il n’y a pas de temps pour les questions.

*
*   *

Le dernier panel du congrès, Lesbianizing the world, tente de discuter des stratégies pour créer des réseaux de mouvements lesbiens. Je vois Rutendo Madzikanda sur scène, qui a l’air bien seule dans cet océan blanc. Je sais que Pierrette est dans la salle. Alors je dépasse la rangée de la délégation française, et quand mon amie me demande ce que je vais faire, je lui réponds très honnêtement : ouvrir ma gueule.

J’ai bloqué mon université, j’ai été attaquée par des fascistes, j’ai vu de beaucoup trop près des barres de fer. Pourtant, jamais je ne me suis jamais sentie autant en danger en tant qu’activiste qu’en prenant ce micro. Mon corps entier sait que je m’apprête à risquer mon intégrité physique et psychologique. Je suis dans un pays étranger et ma sécurité dépend entièrement des personnes qui m’ont invitée, personnes que je m’apprête à remettre en question. Je vais les forcer à voir leurs privilèges. On pourrait me rétorquer que non, jamais on ne mettrait en danger une autre lesbienne, que la solidarité entre lesbiennes primera. Sauf que mon expérience est toute différente, la solidarité blanche prime toujours.

Le 4 juillet 2020 alors que nous organisions la première pride radicale à Paris, je me retrouve à faire partie du service d’ordre du cortège de tête en non-mixité de personnes racisées. Sauf qu’il y a de la musique dans notre cortège, et que les personnes blanches trouvent ça injuste de ne pas pouvoir faire partie de la fête. Pendant tout le trajet j’ai dû protéger de mon corps cette non-mixité, j’ai dû subir la violence des personnes qui essayaient de passer par la force ou la ruse. Mais, surtout, j’ai vu des dizaines et des dizaines de personnes se tourner vers la police pour dénoncer l’injustice qu’iels vivaient. A aucun moment ces personnes n’ont réfléchi à ce qui se jouait, ni à pourquoi ce cortège en non-mixité était important, ni à la violence qu’elles nous infligaient quand iels mettaient leurs envies avant notre lutte, avant notre sécurité. Cette conscience qu’à tout moment une personne blanche peut choisir de me mettre en danger quand ses privilèges sont remis en question est un savoir incorporé gagné au fil de luttes et de violences.

Alors quand je prends le micro je suis énervée. Je suis violente. Parce que c’est une violence pour moi d’être présente dans une assemblée aussi blanche. Parce que c’est un risque mortifère pour moi que de me lever et de prendre le micro. Parce que depuis que je suis là j’ai pris en charge la détresse des personnes racisées présentes. J’aurais pu choisir de leur écrire un mail très poli une fois rentrée. J’avais mille façons de réagir à cette absence de prise en charge des questions raciales. J’ai choisi d’être violente volontairement. J’ai choisi de prendre la détresse infligée par cette structure blanche et de leur montrer. J’ai choisi de les mettre face à leurs responsabilités et à leurs privilèges. Mon but n’était pas de les convaincre, mon but était de ne pas laisser passer la violence subie par mes pairs. Mon but était que chaque personne dans la salle se sente soutenue. Ce n’est pas la première fois que je le fais, je l’ai fait quand les Suppliantes ont joué en Sorbonne5, je l’ai fait après une conférence sur la cancel culture pendant les assises de la littérature jeunesse6, je l’ai fait en quittant les Jaseuses7. Est-ce que j’ai convaincu les personnes à qui je m’adressais ? Non. Est-ce que les Jaseuses, le doyen de Sorbonne Université ou le SNE ont jamais admis avoir été responsables de violences racistes ? Non. Mais ces prises de parole ont permis de soutenir les victimes, de prévenir de potentielles futures victimes et de créer des réseaux de soutien.

Qu’est-ce que j’ai dit en prenant le micro alors ? J’ai dit qu’on avait beaucoup parlé du besoin de faire front, de construire des ponts, créer du lien, de connecter les collectifs et initiatives lesbiennes. Mais qu’avant de vouloir s’étendre il fallait d’abord regarder les espaces qu’on construisait. En l’occurrence, il s’agit d’un espace blanc. On me répond qu’elles savent, mais qu’elles ne savent pas comment faire en sorte d’être moins blanches. Je réponds directement que moi je sais, que toute personne racisée sait et que cette ignorance ne peut être que blanche. Pour permettre à toutes les voix d’être présentes il suffit de reconnaître leurs existences, d’aller à leur rencontre, de demander quels sont leurs besoins, de reconnaître l’ensemble des obstacles les empêchant d’être présentes et de les enlever un à un. Ce n’est pas aux personnes marginalisées de se faire violence pour être présentes. C’est au collectif de faire en sorte que ces personnes puissent être là, mais aussi qu’elles vivent le moins de violences possibles quand elles le sont. C’est au collectif de mettre en place un système pour faire en sorte que les violences soient prises en charge quand elles ont lieu.

*
*   *

Tout de suite, quelqu’un s’est levé pour dire qu’il fallait arrêter avec cette dichotomie blanche et noire, qu’en Europe de l’Est les personnes blanches étaient marginalisées en comparaison du reste de l’Occident de tout de façon. Elle est applaudie. Est-ce que les personnes étaient d’accord avec sa prise de parole ? Est-ce qu’elle a été applaudie parce que tout le monde a été applaudi ? Est-ce que tout le monde était trop fatigué à ce point du congrès pour prêter attention à ce qu’il se disait ?

J’ai bondi, dépassé les personnes faisant la file et arraché des mains de quelqu’un le micro. Tremblante, terrifiée, indignée, énervée plus que les mots ne pourraient le décrire je réponds. Je dis que je n’ai pas parlé de dichotomie blanche et noire, je ne suis moi-même pas noire. Je dis que la race est une construction sociale, qu’être racisée est une assignation subie, et qu’aucune personne blanche en tant que personne blanche ne l’a jamais subie8. Je dis qu’il était très possible d’être marginalisé pour d’autres raisons, mais qu’il n’était pas possible de l’être en tant que personne blanche. Je dis que nous avions passé des jours à parler des spécificités de l’Europe de l’Est, avec raison. Je dis qu’il est inacceptable de prendre la parole pour invalider les propos d’une personne racisée sur des violences racistes subies, encore plus quand c’était la première et la seule. Je suis applaudie.

D’autres personnes prennent la parole pour dire la même chose à d’autres endroits : venir ici pour moi, être présente dans cette assemblée lesbienne a été d’une violence inouïe, violence que vous n’avez pas prise en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et je ne devrais pas avoir honte de l’être. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et j’ai des besoins spécifiques qui auraient dû être pris en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et personne n’étant à cette même intersection n’a fait partie de panels.

L’organisation a demandé à la personne blanche ayant pris la parole de s’excuser publiquement. Quelqu’un est venu vers moi pour s’excuser au nom de l’organisation, on m’a demandé si j’allais bien, si j’avais besoin de quelque chose. J’ai répondu que j’allais bien même si ce n’était pas le cas. Non je n’allais pas bien, mais j’ai l’habitude et elle ne pouvait rien faire après coup. Je dis tout ce qu’elles auraient pu faire par contre, et tout ce qu’elles devraient faire. On prend des notes, on me dit d’écrire un mail avec tous ces retours, précieux.

Cette fois, personne n’a été voir la police, ou n’a critiqué la façon dont j’avais de réagir à des violences racistes. On ne m’a pas qualifiée d’harceleuse, on n’a pas minimisé les violences vécues, on n’a pas protégé avant tout la structure blanche. Pour l’instant. Le courrier sera envoyé, et peut-être que nos demandes seront prises en compte, peut-être.

Je dis nous parce qu’après ma prise de parole toutes les personnes racisées croisées pendant la marche sont venues me remercier et je leur ai proposé de participer à ce courrier. Encore une fois, je me retrouve à prendre en charge les violences racistes vécues qui seraient restées ignorées sans ma prise de parole. Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles ne seraient pas venues si elles avaient su que ce serait si blanc, qu’elles n’ont pas réussi à assister à l’ensemble du congrès parce que c’était trop dur d’être la seule personne racisée d’un workshop, qu’elles avaient prévu de renoncer à la marche, de rentrer et de ne jamais revenir. Jusqu’à ce que je me lève.

Il est crucial pour les personnes à l’intersection d’une marginalisation et de privilèges de comprendre les enjeux de cette position. Il est crucial pour toute structure, toute organisation de prendre en charge les rapports de pouvoir de leur espace, de prendre en charge les barrières entre les personnes qui manquent et elleux.

*
*   *

Je suis rentrée, j’ai appelé Christelle Rabier et nous avons beaucoup parlé. Beaucoup trop même, nos téléphones ont renoncé plusieurs fois. Je lui ai parlé du congrès, des Jaseuses, de tous les espaces où j’ai été la seule personne non blanche et de ce qu’il fallait mettre en place, à mon avis, pour qu’un espace soit moins blanc. C’est aussi le cas d’Academia.

J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire qui pourrait répondre aux besoins des personnes racisées dans l’ESR, dans mon intérêt et dans la ligne éditoriale d’Academia. A ce stade revenir sur ce qu’il s’est passé aux Jaseuses me semble contre-productif, il faudrait une médiation longue et éreintante pour pouvoir faire le récit global de ce qu’il s’est passé. J’aurais pu diffuser des outils clés en main pour les personnes blanches qui souhaiteraient bien faire, mais proposer du travail gratuit dans l’intérêt d’un collectif pour l’instant blanc me posait problème.

J’ai proposé de laisser une trace des réactions que j’avais pu avoir dans des cas de violences racistes dans l’ESR, que mes témoignages puissent être un support de réflexion. J’ai proposé de rassembler les initiatives et ressources existantes, pour qu’elles puissent être plus facilement accessibles. J’ai demandé à ce quelqu’un d’extérieur aux Jaseuses puissent critiquer leur charte et leur communiqué, afin de ne pas laisser passer et de prévenir.

Ce premier billet fleuve s’adresse aux personnes racisées dans l’ESR. Revenir sur ce qu’il s’est passé à Budapest était un moyen de faire passer un message : ce n’est pas à vous de vous faire violence pour être présent-e. Il est important de se créer des espaces en non mixité, des espaces de respiration. Et bien qu’informels pour l’instant, ils existent. Ma boîte mail vous sera toujours ouverte. J’espère trouver au sein d’Academia une adhésion assez forte pour participer à la création d’un espace qui permettra de remettre en cause la blanchité. J’espère que ce que je pourrai publier ici permettra à d’autres personnes ayant trouvé des espaces où cette remise en question serait possible d’avoir accès à des outils. J’espère que ce billet aura soulagé au moins une personne pour qui personne ne s’est levé mais en aurait eu besoin.

  1. Si cela n’a pas fait partie de vos lectures cet été, vous pouvez retrouver mon article en deux parties ici et ici, la réponse d’une des auteurices ici, et ma lecture de cette réponse . []
  2. Vous pouvez retrouver cette charte sur leur site : https://lesjaseuses.hypotheses.org/les-jaseuses/charte-des-jaseuses. []
  3. Le communiqué a été envoyé dans une newsletter mais elles sont toutes archivées sur leur carnet, vous pouvez retrouver la newsletter en question ici. []
  4. Pierrette si tu me lis tu as encore une fois toute mon admiration. []
  5. Les seuls articles disponibles sur ce qu’il s’est passé autour de cette pièce ne sont que des partages des communiqués du doyen et du metteur en scène, j’espère pouvoir y remédier sur ce carnet. Vous pouvez retrouver les communiqués écrits à l’époque ici et ici. []
  6. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition []
  7. Ghelam, S. “De la sororité”. Genre de l’édition []
  8. Il existe des exceptions de personnes blanches assignées à une identité sociale de race, les personnes juives et irlandaises surtout, mais elles ne l’ont pas été en tant que personne blanche mais en tant que personnes juives ou irlandaises en l’occurrence. Le racisme anti-blanc n’existe pas, le racisme subit par des groupes auxquels on assigne une identité sociale de race selon d’autres critères que leurs couleurs de peau, oui. []