Parcoursup TrouvermonMaster: un point par l’Alternative et pétition


Depuis quelques semaines, c’est l’effervescence autour d’un mystérieux projet de nouvelle plateforme de sélection : trouvermonmaster.
Depuis 2016 ((Texte établi à partir du fil Twitter de l’Alternative du 24 novembre 2021), les universités peuvent — et sauf dérogation, doivent — sélectionner en M1. La plupart des universités qui ont essayé d’échapper à cette réforme se sont faites rattraper par le sous-financement : faute d’enseignant·e en nombre suffisant, on sélectionne. 🤡
Conséquence : c’est la catastrophe, comme à Nanterre, une des universités les plus sous-dotées, avec le scandale des #SansFacs ou des #ÉtudiantsSansMaster, qui touchent des milliers d’étudiant·es : l’an dernier, 12 000 étudiant⋅es ont fait un recours après avoir vu tous leurs vœux refusés !
Heureusement, Frédérique Vidal a une solution ! La ministre vient d’annoncer un grand plan d’investissements pour recruter des enseignant⋅es et accueillir tou⋅tes les étudiant⋅es qui ont le droit de poursuivre en Master.
Hahahaha, non bien sûr, on rigole. 😂

Continuer la lecture

Suisse: Remise de la pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique”

Le 8 octobre 2021, la pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail” a été remise à l’Assemblée nationale suisse.

Elle a été signée par 8603 personnes.

Source: compte twitter Petition Academia (@ProAcademiaCH).

Source: compte twitter Petition Academia (@ProAcademiaCH).

Pour télécharger le dossier de presse, cliquez ici.

Dossier de presse pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde
académique”

 

Le CNESER et la journée internationale contre les violences faites aux femmes

Jeudi dernier, 25 novembre 2021, plusieurs établissements d’enseignement supérieur organisaient des événements à l’occasion du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes. À l’instar de la manifestation à l’ENS de Lyon, durement touché par les violences sexistes et sexuelles et par l’indigence des mesures de sa direction, a Conférence permanente égalité diversité (CPED) les a cartographiés.

Lors de cette belle fête, les hommes et les femmes engagées contre les violences masculines au sein des universités ont eu le déplaisir de lire la sentence en appel d’un professeur de l’Université François Rabelais de Tours, accusé d’attouchements et d’agression sexuelle par plusieurs étudiantes. Ces faits lui avaient valu en première instance la peine d’un an de suspension à mi-traitement.

Nous la reproduisons ci-après, après avoir précisé quelques dispositions particulières du CNESER statuant en matière disciplinaire. La décision, détaillée, indique que la procédure en première instance n’a pas été correctement conduite, que l’avocat était talentueux.

Toutefois, en cette semaine orange, la sentence finale, aussi insupportable que bien des décisions prise par le CNESER disciplinaire que nous avons recensées dans Vice de forme, nous conduit à interpeller les syndicats représentés dans l’instance : allez-vous continuer à cautionner l’impunité des agresseurs au sein des universités ?

#MeTooESR #MeTooFac

Continuer la lecture

Le sens de l’histoire. Deux entretiens avec Sylvie Bauer

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

Sylvie Bauer a récemment accordé deux entretiens à des organes spécialisés (AEF et Newstank). Compte tenu de l’importance de ce qu’elle précise, Academia en publie des extraits, en invitant ses lecteurs à se référer aux articles originaux

Continuer la lecture

Le Hcéres supprime la visite sur site des unités de recherche et modifie la nature de l’évaluation et sa qualité. Communiqué SNCS

Communiqué du 29 novembre 2021 du SNCS-FSU

 Le SNCS-FSU alerte la communauté scientifique : Le Hcéres supprime la visite sur site des unités de recherche et modifie la nature de l’évaluation et sa qualité

Le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) organise en cette fin d’année 2021, sur les différents sites concernés, une tournée de présentations des modalités d’évaluation de la vague C, rassemblant les unités de recherche qui seront examinées en 2022-2023. Des membres du Hcéres viennent principalement présenter les « nouvelles modalités » d’organisation de l’évaluation des unités de recherche à leurs directrices et directeurs. Sont exposés durant ces séances non seulement un « référentiel » censé servir de base à la rédaction des rapports, mais aussi une toute nouvelle procédure qui met en place des panels d’experts et supprime la visite sur site.  Alors que le président du Haut conseil Thierry Coulhon s’est contenté d’une présentation au collège du Hcéres des changements qu’il voulait initier, alors qu’aucune concertation n’a eu lieu avec les organismes de recherche et les universités sur ces nouvelles modalités, alors que jusqu’ici aucune publicité n’avait été faite par le Haut conseil de ces projets, alors que le collège du Hcéres n’a encore pris aucune décision, les nouvelles modalités sont décrites aux directrices et directeurs des unités de recherche comme étant d’ores et déjà entérinées. Il leur est demandé de travailler dès maintenant à la préparation de l’évaluation de leur unité en suivant ces nouvelles directives.

la page 20 du support de présentation des nouvelles modalités d’évaluation énonce « le remplacement de la visite sur site par des entretiens en visioconférence ».

Les changements que le Hcéres veut ainsi imposer sont pourtant violents et modifient profondément la nature de l’évaluation ainsi que sa qualité et son utilité potentielle.  20 panels d’experts, couvrant chacun un large domaine scientifique, seraient formés d’individus sélectionnés par un « comité scientifique » ad hoc, sans qu’on sache par qui et comment ce comité serait lui-même constitué. Ces panels examineraient tous les laboratoires du domaine. La visite sur site serait, sauf exception, supprimée et les panels et les experts se contenteraient d’auditionner à distance, en visio-conférence, les représentants des laboratoires avant de rendre leur rapport d’évaluation.

Continuer la lecture

Les universités prestigieuses n’attirent plus les chercheurs et les chercheuses, en raison de l’insécurité de l’emploi, selon Times Higher Education

Alors que les universités britanniques s’apprêtent à connaître à partir du 1er décembre une grève historique, en faveur des salaires, des retraites et des conditions de travail, la vice-chancelière de Cardiff Metropolitan University précise que le désir de travailler pour des universités prestigieuses s’affaiblit, dans certains cas, à cause de leur utilisation massive de contrats à court terme.

Pour lire l’article

Qui sera le prochain PDG du CNRS ? Deux candidatures

En passant

Olivier Coutard, ancien président de la Conférence des Présidents du Comité National) a déclaré sa candidature à la tête du CNRS et oppose son programme au bilan d’Antoine Petit, sortant. Chercheurs et chercheuses invitent à soutenir sa candidature. 

Plus de 600 soutiens aux propositions d’Olivier Coutard pour la Présidence du CNRS

Le renouvellement du poste de la présidence du CNRS est prévu le 25 janvier 2022, un an après le vote de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR). Deux candidats connus sont en lice, Antoine Petit, l’actuel président – directeur général, et Olivier Coutard, qui a été président de la CPCN (Conférence des Présidents du Comité National) durant ces cinq dernières années.

Les deux professions de foi font apparaître des programmes profondément divergents.

Continuer la lecture

Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble

En passant

Sciences Po Grenoble : relaxe pour les étudiants passés en conseil de discipline

La décision prise par le Conseil de discipline de l’Université de Clermont-Auvergne, où l’affaire avait été dépaysée sur la suggestion de l’Inspection va à l’encontre du souhait de la ministre de l’enseignement supérieur de voir sanctionnés les dix-sept étudiants poursuivis pour avoir participé à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs au début de 2021.

Extraits.

Continuer la lecture

#MeTooENS : après Lyon, les élèves de l’ENS Ulm dénoncent un agresseur

Update: 29/11/2021

En début de semaine, rue d’Ulm et rue Erasme, des tags féministes sont apparus, désignant comme un agresseur sexuelle directeur d’études Lettres de l’École normale supérieure. Alertée par un témoignage la direction de l’établissement a pris très rapidement des mesures.

NDLR: Capture d’écran du 16/11 d’un compte twitter fermé le 29/11.

Continuer la lecture

Contre l’avis du CNESER, le MESRI attribue le grade de licence au diplôme de PSL financé par la BNP

Comme prévu, le ministère s’assied allègrement sur l’avis pourtant très tranché du Cneser (49 contre, 8 pour) et accorde le grade de licence à la formation de greenwashing dite diplôme « Sciences pour un monde durable » de Université PSL financée notamment par la BNP Paribas, décision publiée au Journal officiel du 20 octobre 2021.
Encore une fois, l’avis d’organes consultatifs comportant des élu·es, tel le Cneser, est purement et simplement ignoré par un pouvoir autoritaire : toutes les vraies décisions sont prises dans le secret des cabinets ministériels et à l’Élysée.
https://twitter.com/ContrePsl/status/1438529160914214915Cet affront, qui n’est pas le premier, montre, si c’était encore nécessaire, qu’il faut continuer d’exiger, y compris dans l’enseignement supérieur et la recherche, la mise en place d’un système réellement démocratique promouvant l’intérêt général, et à même de répondre aux attentes de la population et aux défis qui nous attendent.