Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications

La revue Communications publie un important dossier “Libertés pour les sciences sociales”.Vous trouverez ci-dessous la table des matières et les extraits d’un article sur la séquence très sombre pour les universités turques.

Liberté pour les sciences sociales, Communications 2024/1 (n° 114)

La double contrainte : piégés entre néolibéralisme et autoritarisme, les universitaires de Turquie politisent la liberté

Extraits.Affirmons-le d’emblée : prétendre que la connaissance est neutre ou indépendante du pouvoir n’est pas la solution aux désastres auxquels nous autres universitaires sommes confrontés aujourd’hui partout dans le monde. Cette assertion fait partie du problème. L’université est un champ de bataille – peu importe que nous en soyons de longue date persuadés, ou que nous l’ayons découvert plus récemment sous l’effet de la contrainte. Elle a une signification politique, et la production académique des connaissances est inextricablement impliquée dans les structures de pouvoir dominantes dans toute société. Aujourd’hui, les forces qui entravent notre capacité à produire et diffuser la connaissance ont certes changé, mais comprendre comment l’université – et avec elle la liberté académique et l’autonomie de ses institutions – est enracinée dans des dynamiques sociétales plus larges dissiperait nos désillusions et nous fournirait ces outils de combat que nous peinons à inventer. Pour cela, nous devons nous concentrer sur la conjoncture historique qui est la nôtre, et renouveler nos interrogations sur les conséquences des récentes transformations de la production des connaissances. […]

Continuer la lecture

À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire

  • Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS. Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024
  • Communiqué de soutien au mouvement étudiant. de la mention Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie, 23 mai 2024
  • Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025
  • Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024
  • Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet, 27 mai 2024
  • Appel au Président de la section LDH de l’EHESS, 25 mai 2024
  • Communiqué des  étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS
Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024

Aujourd’hui, mercredi 22 mai, nous, étudiant·es engagé·es du master Études Politiques, avons décidé d’interrompre le déroulement habituel de notre séminaire de tronc commun. Nous  avons profité de ces deux heures de séminaire pour ouvrir un espace d’échange et de discussion suite à la décision unilatérale de la présidence de fermer le bâtiment EHESS du Campus Condorcet.

Nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Deux mandats d’arrêt internationaux pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont d’ailleurs été demandés par la Cour pénale internationale il y a deux jours à l’encontre du Premier ministre Netanyahou et de son ministre de la défense Gallant.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisations collectives ; espace primordial qui manquait cruellement au sein du Campus Condorcet.

Dans un contexte français de fascisation et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et nous condamnons donc les fichages des étudiant·es par des personnels de direction de l’EHESS, les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti-Criminalité ayant eu lieu durant l’occupation ouverte.

Continuer la lecture

Acte II : ce que l’on trouve dans le document fuité du SneSup

La rédaction d’Academia, alarmée par le programme intitulé “Acte II”, reproduit ici le scoop du SneSup FSU, en espérant trouver temps et énergie de l’analyser et de proposer des actions très pratiques pour l’empêcher d’exister.

Acte II, de quoi ? On a déjà eu l’épouvantable Loi “Libertés et responsabilités des universités”, imaginée par Valérie Pécresse, plagieuse de la droite dure japonaise, conçue et mise en œuvre par son âme damnée, avant l’élaboration du programme ESR fuité des MacronLeaks.

Acte II du règne, après la loi de programmation de la recherche (LPR, 2021-2030), dont aucune promesse sinon la destruction de l’emploi à coups de vacations,  de contrats de mission, de chaires de professeurs junior et autres idées élyséennes  tandis que la diminution des emplois statutaires continue ? Tandis que les universités fusionnent en EPE, de Grenoble à Toulouse, en passant par Lille, y compris, pour Lyon-1 avec lui-même, les établissements sortent un à un du Code de l’éducation et de la démocratie universitaire.Le ton était déjà donné avant l’élection du monarque, même si touché, celui qui s’était fait adouber évaluateur-en-chef par le fait du prince, est allé chercher meilleur salaire à Polytechnique.

D’un budget déjà en chute libre en 2023,  Ministre vient d’abandonner près d’1 milliard sur le misérable budget alloué pour 2024, sans broncher. Plus d’emploi, plus de démocratie interne, plus de budget. Qu’attendre de cet acte II ? On attend des explications de la Ministre, de la CPU “France Coulons l’Université” et de Bercy.

À la suite des annonces du Président de la République en décembre dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé dans son discours du 26 mars 2024, que l“Acte II” de l’autonomie serait expérimenté dans plusieurs établissements “pilotes” dès juillet 2024 pour une généralisation à l’été suivant. Lors d’une multilatérale le 9 avril avec les organisations syndicales elle a simplement repris son discours sans qu’aucun document support n’ait été transmis (voir lettre flash du 23 avril).

Or, circule en même temps dans certains établissements un document dont le ministère peine à nous expliquer le statut (voir sur notre site en cliquant ICI). Ce dernier, intitulé “Autonomie Phase 2”, décline les “nouvelles marges à prévoir dans l’acte II” ainsi que des commentaires sur leur mise en œuvre. 

Continuer la lecture

Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

Continuer la lecture

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []

Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

Non à la répression policière à Sciences Po Lyon

Communiqué des enseignant⸱es et enseignant⸱es chercheur⸱es de Sciences Po Lyon du 7 mai 2024

Nous, universitaires de Sciences Po Lyon, tenons à exprimer notre profonde indignation face à l’évacuation de l’amphithéâtre Pacaut par la police ce vendredi 3 mai. Les images de nos étudiant·es aligné·es contre un mur et contrôlé·es par les forces de l’ordre sont choquantes. Elles nous rappellent s’il était besoin le sens des franchises universitaires. Cette évacuation a eu lieu alors qu’aucun signe de trouble à l’ordre public ne se manifestait et après une nuit d’occupation sans incident. Nous dénonçons avec force la répression et la criminalisation des mouvements sociaux.

Nous sommes solidaires de nos étudiant·es ainsi traité·es alors qu’ils et elles protestent pacifiquement contre des massacres de civil·es et se soulèvent pour le respect des droits humains les plus élémentaires. Quelles que soient nos divergences d’opinion et d’analyse sur la guerre en Palestine et en Israël, nous sommes uni·es pour condamner ce climat délétère où il semble aussi inaudible de condamner les massacres du Hamas et ceux perpétrés par l’armée israélienne. L’indispensable solidarité vis-à-vis des victimes gazaouies n’empêche en rien notre réprobation sans ambiguïté de toute forme d’antisémitisme.

Continuer la lecture

Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!”

Commettre un génocide est un crime, résister est un droit !

Dans la continuité de la mobilisation de jeudi dernier à Sciences po Lyon, le mouvement étudiant lyonnais engagé pour une paix durable a décidé, en ce lundi 6 mai 2024, d’occuper en partie l’ENS de Lyon. Nos revendications sont les mêmes :

Continuer la lecture

« Pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza » par 394 membres de l’EHESS

Academia reproduit la motion endosée par près de 400 membres de l’EHESS, motion qui n’a pas fait l’objet d’un vote dans les instances.

À l’heure où la Cour internationale de justice a alerté sur les risques de crime de génocide contre le peuple palestinien à Gaza, où les Nations unies ont produit un rapport accablant sur le sujet, où elles appellent à cesser les ventes d’armes à Israël pour empêcher toute nouvelle violation du droit humanitaire, et ont également condamné la colonisation en Cisjordanie comme crime de guerre, plusieurs centaines de membres de l’Ecole des Etudes en Sciences Sociales (EHESS) ont demandé à leur institution de se prononcer pour un cessez-le feu immédiat et durable.

Cette motion été soumise au conseil scientifique, au conseil d’administration et à l’assemblée des enseignants-chercheurs de l’EHESS : aucune de ces instances n’a jugé opportun de la considérer ou de la soumettre au vote. Comment comprendre qu’une institution fondée sur le respect du droit, y compris international, refuse de se prononcer clairement pour un arrêt des massacres en cours ?

Cette expression de solidarité s’inscrit pourtant dans un contexte de guerre où les douze universités de Gaza ont été entièrement détruites ainsi que leurs archives matérielles et digitales, plus de 94 universitaires palestinien·e·s tué·es dans des attaques ciblées de l’armée israélienne, et des milliers de vies étudiantes fauchées, endeuillées, mutilées et privées d’avenir. Nous la portons donc en notre nom collectif, en tant que membres d’une communauté engagée à comprendre le monde dans sa complexité, et à former les générations à venir.  Nous condamnons à ce titre avec fermeté et inquiétude la répression des étudiant·e·s, à l’EHESS et partout ailleurs en France et dans le monde, et la criminalisation de leur mobilisation. Face aux violences institutionnelles et physiques que subissent celles et ceux qui élèvent la voix dans les universités en exprimant leur solidarité avec la Palestine, nous affirmons l’espoir incarné dans cette composante de la connaissance qui fait défaut à notre institution : le courage de la vérité.

Maison des sciences de l’homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e. Crédit: Célette

Motion signée par 394 membres de l’EHESS pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza

“Nous, membres de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous nous prononçons solennellement pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza dans l’intérêt des peuples. Nous exigeons le respect du droit international, en particulier les résolutions passées du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la récente ordonnance de la cour internationale de justice imposant de prévenir un crime de génocide et une nouvelle Nakba à l’encontre des Palestiniennes et Palestiniens résidant dans la bande de Gaza et à Rafah.

Continuer la lecture

En passant

Financement, divergences, méthodes : comment l’Observatoire du décolonialisme s’est enfoncé dans la crise, par Alix L’Hospital, L’Express, 28 avril 2024. Extraits.

“À l’initiative de professeurs d’université, tels les linguistes Yana Grinshpun, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle, Jean Szlamowicz, professeur à l’université de Bourgogne ou encore Xavier-Laurent Salvador, maître de conférences à l’université Sorbonne-Paris-Nord, le groupe, rejoint par une soixantaine d’universitaires lors d’un “appel” publié dans Le Point, s’était fixé comme projet d’analyser, et si besoin dénoncer, les travaux de recherche en sciences sociales flirtant avec le militantisme woke. Près de trois ans et demi plus tard, le bilan de l’organisation pose question, sans doute parce que sa mission elle-même est devenue ambiguë. Dernière manifestation en date, l’émergence d’une rumeur : le fond du Bien Commun, organisation philanthropique fondée par le milliardaire conservateur Pierre-Edouard Stérin, serait l’un des soutiens financiers de l’Observatoire. Si l’hypothèse se confirmait, tous les ingrédients d’un mauvais procès seraient réunis : l’un est un
entrepreneur catholique au profil libéral et conservateur, dont les rencontres avec le polémiste Éric Zemmour, avant qu’il ne s’en éloigne une fois la campagne présidentielle de 2022 lancée, avaient été relatées
dans les colonnes de L’Express. […]

Continuer la lecture

Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués

Plusieurs collectifs se sont exprimés en faveur de la mobilisation et de la liberté d’expression des étudiant·es. Nous les recensons ci-dessous.

Communiqué du medialab, 25 avril 2024

Dans la nuit du mercredi 24 avril, la direction de Sciences Po a fait intervenir les forces de police pour déloger les étudiant·es rassemblé·es en solidarité avec la Palestine. L’intrusion de la police, ainsi que le recours croissant aux convocations d’étudiant·es dans le cadre de commissions disciplinaires, marquent de dangereux précédents dans la vie de notre institution. Répondre par la force à une mobilisation pacifique de nos étudiant·es est en dissonance avec les valeurs universitaires, et fait courir des risques disproportionnés à l’intégrité de nos étudiant·es.

Continuer la lecture

Santé au travail dans la fonction publique : la faire revenir « par la porte ou par la fenêtre »

Tribune des Assises Santé-Travail. Paris, 13 mars 2024. Crédit: Patrice Raveneau

  • par Jennifer Bellay, Christine Eisenbeis, Gwenaëlle Fabre, Lorena Klein, Christelle Rabier, représentantes des personnels en Formation spécialisée Santé-Sécurité-Conditions de travail et actrices des Assises Santé-Travail

Les Assises de la santé et sécurité des travailleurs et travailleuses des 13 et 14 mars 2024 ont réuni 500 participants et participantes, rassemblées autour de préoccupations partagées, souvent invisibles dans nos organisations syndicales. À l’instar des «intersyndicales femmes», un réseau de réflexion et d’entraide autour des syndicats CGT-FSU-Solidaires, associations, équipes de recherche, médecine du travail, inspection du travail, avocat∙es, etc. est appelé à devenir un collectif de soutien militant, juridique et technique aux nombreuses luttes en cours. Préparant la journée mondiale du 28 avril de la santé et sécurité au travail initiée par l’Organisation internationale du travail (OIT), cette première édition des Assises portait prioritairement sur les accidents au travail1. Les agents publics — et surtout les agentes — étaient très représentés. En conclusion des Assises, les secrétaires confédéraux, Sophie Binet en tête, ont souligné que l’état de la santé au travail dans la fonction publique dépassait la situation scandaleuse de France Télécom en 2006-2011. Les conditions de travail dans la fonction publique et leurs effets sur la santé des personnels sont désormais devenus une question majeure qu’il nous faut faire entrer, dans le débat public et dans chacune de nos administrations, « par la porte ou par la fenêtre ».

Affiche du film documentaire Par la fenêtre ou la porte, par Jean-Pierre Bloc, 2023

Depuis 20062, en effet, la fonction publique connaît un plan social de grande ampleur, même s’il ne dit pas son nom3. Des décennies d’attaques et de maltraitance institutionnelle ont donné lieu à des dé/ré-organisations du travail qui ne semblent pas connaître de fin. Trop de directions se refusent à mettre en débat ces transformations alors qu’elles affectent profondément la santé des agent·es.

Continuer la lecture

  1. Matthieu Lépine brise le silence sur la mort au travail“, par Clémentine Goldszal, Le Monde, 9 mars 2023; “Les morts au travail, une hécatombe silencieuse en France“, par Jules Thomas, Le Monde, 6 février 2024. []
  2. La LOLF (Loi organique relative aux lois de finances) s’applique en 2006 à l’administration, avec la Révision générale des politiques publiques (RGPP) en 2007. []
  3. Sur Academia, Magali Nachtergael, De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir, 9 mars 2022. []

“The students give us hope”. Grafitti de Gaza

Réponse aux étudiant·es de Columbia et autres universités aux États-Unis

Continuer la lecture

Manifestations étudiantes en soutien à Gaza: les Nations Unies s’alarment pour la liberté d’expression

En passant

Guerre à Gaza : la liberté d’expression en question dans un contexte de répression sur des campus universitaires

Aux États-Unis, des universités sont accusées de réprimer les étudiants qui protestent contre la guerre d’Israël à Gaza, braquant les projecteurs sur la question de la liberté d’expression dans le monde entier, selon une experte indépendante des droits humains de l’ONU, Irene Khan.

Extraits. La crise de Gaza est en train de devenir une véritable crise mondiale de la liberté d’expression », a déclaré Mme Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression. « Cela aura d’énormes répercussions pendant longtemps ». […]

Lors d’un entretien exclusif à ONU Info, l’experte a soutenu que la manière dont la liberté académique est restreinte aux États-Unis porte atteinte aux droits des personnes à manifester contre la guerre et l’occupation en cours, y compris sur les campus des université d”élite de l’Ivy League telles que les universités de Columbia, Harvard et Yale. […]

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d'expression et d'opinion.

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d’expression et d’opinion.

Continuer la lecture

La santé au travail à la moulinette législative. Gouvernance et prévention après la LRU

À l’occasion de la journée internationale de la santé au travail, à l’initiative de l’Organisation internationale du travail, Academia reproduit l’intervention d’une collègue, représentante SneSup-FSU dans les instances santé-travail de l’Université d’Orléans. L’alerte est sonnée.

À partir de 2006 environ, les agents de la fonction publique, dans des proportions sans doute différentes selon les ministères, vivent une modification profonde de leurs pratiques professionnelles avec l’introduction du pilotage de la performance et ses indicateurs. Dans le même temps, on pousse la fonction publique dans une logique de rentabilisation des services qui heurte les valeurs qu’on associe à ses missions (LOLF et RGPP)1.

Nouvelles responsabilités, déficits de moyens

Les universités n’échappent pas à cette logique, avec en particulier, la loi dite Liberté et responsabilité des universités (LRU) promulguée à l’été 2007, renforcée par la loi Fioraso en 20132. Dès sa promulgation, la LRU bouleverse totalement le fonctionnement des universités où s’exerçait jusqu’alors un certain contrôle collectif, fait d’une certaine collégialité et de contre-pouvoirs cadrés.

La LRU repose sur la réduction de la représentativité des agents et usagers dans les instances, au profit des personnalités extérieures, le renforcement massif des pouvoirs de la présidence et la mise en concurrence généralisée : celle des universités entre elles, notamment via le partage de la dotation budgétaire, jusqu’à celle des agents, notamment via l’individualisation des services (référentiels des tâches), des rémunération (système de primes) puis, ultérieurement, des carrières.

En temps contraint (5 ans), les universités doivent passer aux « responsabilités et compétences élargies », c’est-à-dire à la gestion autonome des établissements. Concrètement, il s’agira de gérer la masse salariale avec un budget dédié délibérément sous-dimensionné par le ministère3. Cette sous-dotation conduira mécaniquement à un recrutement massif de personnels contractuels et à l’externalisation de certaines fonctions pour un « bénéfice » à court terme (ménage, gardiennage, imprimerie centrale par exemple). Pour n’évoquer que les deux plus gros postes budgétaires, il reviendra aussi aux universités de gérer leur patrimoine immobilier qui représente 20% du patrimoine immobilier de l’État et dont chacun sait le triste état et les nombreux risques associés (notamment amiante)4 Il faudra l’entretenir, voire le rentabiliser (location par exemple puis vente dans une ultime phase).

https://urbex45.wordpress.com/2014/06/29/ancienne-fac-de-sciences-dorleans/

Batîments présumés de physique-chime. Crédit: Ubex45

À l’époque, nombre d’universités n’ont pas les compétences pour faire face à ces nouvelles « responsabilités et compétences élargies » et/ou n’ont pas de budget pour les acquérir.

L’université, monde du travail

Pour rappel, une université, c’est une organisation initialement cadrée par le Code de l’éducation. C’est une fourmilière de gens : ce sont des étudiants – souvent salariés par ailleurs – et des travailleurs de différents métiers, avec différents employeurs publics et maintenant privés, sous différents statuts (env. 70% de fonctionnaires).

Tout ce monde, agents comme usagers, est soumis à des risques variés : les risques bâtimentaires liés à des locaux usés et ceux issus de la proximité des salles de travaux pratiques et laboratoires (des risques chimiques, biologiques, lasers, explosifs, etc.), auxquels on est d’autant plus exposé que la pénurie bâtimentaire tend à conduire à la coactivité des bâtiments. Agents et étudiants sont aussi soumis aux risques psycho-sociaux et organisationnels, aux violences sexistes et sexuelles évidemment… en plus bien sûr des risques plus spécifiques à certains métiers ou domaines d’activité (port de charge, entretien des bâtiments par exemple).

C’est aussi un univers où se manifeste un certain mépris de classe des uns envers les autres, et ce d’autant plus que l’on ne saisit pas ou plus les rôles et nécessités de chacun dans l’organisation, ce qui arrive notamment quand on méconnait la structure parce qu’on y est employé sur un contrat trop court, ou quand on sort du cadre qui définit l’ensemble de la structure… Et c’est précisément cette dérégulation que permettent les textes promulgués à partir du début des années 2000.

Continuer la lecture

  1. Promulguée en 2001, la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF) s’applique à toute l’administration en 2006 ; elle sera suivie en 2007 de la Révision générale des politiques publiques (RGPP). []
  2. Rappelons aussi l’introduction du financement de la recherche via les appels à projets (cf. Loi de programme pour la recherche de 2006). []
  3. L’enveloppe dédiée à la masse salariale est calculée sur des années antérieures, sans prendre en compte le « glissement vieillesse technicité » (GVT), autrement dit les évolutions des salaires des fonctionnaires en lien avec les changements automatique d’échelons. Le Rapport du Sénat n° 446 (2012-2013), déposé le 26 mars 2013 indique, par exemple, « Une évaluation de la prise en charge du GVT des universités passées aux RCE par la Cour des comptes s’avèrera sans doute nécessaire ». []
  4. Cour des comptes. L’immobilier universitaire. Synthèse. octobre 2022 ;  Sauvons l’université, La gestion de leur patrimoine immobilier par les universités, condition de leur autonomie assumée, nd .; Soazig Le Nevé, “Plus du tiers des locaux des universités sont en mauvais état, selon un rapport de la Cour des comptes“, Le Monde, 11 octobre 2022. []