Être de bon ton

Rappel. Chapitre 1: vous avez appris deux ou trois choses intéressantes. Et d’ailleurs depuis vous vous dites que vous alliez scruter vos comportements – en commençant par les courriels.

L’exercice étant délicat, surtout quand vous avez des ordres à donner ou des recommandations à faire, il faut absolument comprendre que toutes  les marques de déférence disqualifient votre propos.

Continuer la lecture

Communiqué

En passant

Noémi Lévy-Aksu condamnée à 30 mois de prison par la justice turque

Communiqué de l’EHESS, 18 juin 2019

L’École des hautes études en sciences sociales a appris avec indignation, ce vendredi 14 juin 2019, la condamnation par la justice turque à 30 mois de prison de Noémi Lévy-Aksu, docteure de l’EHESS, historienne des pratiques policières et juridiques de l’Empire ottoman tardif, en raison de la signature de la pétition des « Universitaires pour la paix » dénonçant la violente répression frappant les civils kurdes.

Cette sentence inique représente une atteinte grave à ce socle démocratique que constitue la liberté d’expression. Elle s’inscrit surtout dans une répression collective et systématique des universitaires en Turquie. Plus du tiers des 2 212 universitaires signataires de la « Pétition pour la paix » ont d’ores et déjà fait l’objet de poursuites engagées par l’État turc pour « propagande terroriste » ou « insulte à la nation, à l’État et aux institutions ». 194 ont déjà été condamnés, dont 35 à une peine de prison ferme. C’est le cas de Füsun Üstel. Professeure (retraitée) de science politique à l’Université de Galatasaray, co-directrice d’une thèse en cours à l’EHESS, elle a été condamnée à 15 mois de prison sans sursis. C’est aussi le cas d’Ayşen Uysal, professeure de science politique limogée de l’université Dokuz Eylül d’Izmir, membre associée du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), dont le procès est toujours en cours. Füsun Üstel a été incarcérée suite à son procès. Tuna Altınel, maître de conférences de l’Université Lyon 1 arrêté le mois dernier sous le prétexte de sa participation à une table ronde, est emprisonné sans avoir été jugé.

Il ne s’agit de rien de moins que d’une attaque en règle contre la liberté de penser et d’élaborer en toute indépendance des savoirs indispensables à l’existence d’un débat public et à la vie d’une société démocratique. C’est un nouveau symptôme particulièrement préoccupant d’une menace frappant aujourd’hui des pays aussi différents que le Brésil, la Hongrie ou la Pologne. La garantie démocratique que constitue la liberté académique ne saurait connaître de frontières. C’est dans la capacité des chercheuses et des chercheurs à confronter en permanence leurs réflexions à celles de leurs collègues étrangers, dans une communauté des savoirs à l’échelle internationale, qu’elle se fonde.

Ne nous y trompons pas : c’est notre liberté de citoyennes et de citoyens, ici et maintenant, que touchent au cœur ces nouvelles attaques.

Paris, le 18 juin 2019

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans? Tribune de lauréates et de lauréats European Research Council

En passant

Tribune. Pour ses 80 ans, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) affiche un bilan flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par le Conseil européen de la recherche (European Research Council, ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en matière d’excellence scientifique. Le CNRS compte 503 lauréates et lauréats, contre 263 pour Oxford University, en Angleterre, et 250 pour l’Institut Max-Planck en Allemagne. Même en ramenant le nombre de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses équipes de recherche en leur accordant une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes chercheuses et chercheurs en début de carrière, faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie, car les unités de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de vingt ans mettent ce service public en péril. Selon l’Unesco, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du produit intérieur brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). A ce désintérêt de nos dirigeants s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont manifestes. Ainsi, le crédit impôt recherche, véritable niche fiscale étendue sous la présidence de Nicolas Sarkozy, triplée sous celle de François Hollande, cause un manque à gagner de plus de 5 milliards d’euros par an à l’Etat, pour un bilan tellement choquant qu’aucun des gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche européenne avec la moitié de ce budget.

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.
On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant-e-s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes. 

Continuer la lecture

Manifeste des universitaires suisses pour la grève féministe du 14 juin 2019

Les femmes travaillant à l’université en Suisse se sont mise en grève le vendredi 14 juin 2019, rejoignant un formidable mouvement féministe qui a rassemblé plus de 500 000 personnes dans les manifestations.

À cette occasion, les universitaires ont publié un manifeste académique pour la grève féministe. Academia le reproduit en solidarité, en y adjoignant le texte circulaire publié par les femmes travaillant dans les départements de science politique.

Manifeste académique pour la grève féministe

Nous sommes des scientifiques de différentes disciplines et nous allons nous mettre en grève le 14 juin 2019. Les femmes* sont systématiquement et massivement sous-représentées au sein des universités et des hautes écoles spécialisées suisses. Cet état de fait a des conséquences fondamentales sur les processus de production et de transmission du savoir. Nous portons les revendications suivantes en lien avec notre environnement de travail :

  1. Jusqu’à ce que 50 pourcent des postes professoraux soient occupés par des femmes* dans toutes les disciplines, chaque université et haute école suisse doit pourvoir les postes professoraux nouvellement mis au concours par des femmes* à hauteur de 50 pourcent. Les femmes* ne doivent pas être renvoyées à des emplois moins bien dotés. Le même principe vaut pour tous les organes directeurs et postes académiques des hautes écoles et des universités.

  2. Nous exigeons un salaire égal pour un travail égal, sans distinction de genre. Pour cela les classifications salariales individuelles et les barèmes salariaux doivent être rendus transparents.

  3. Chaque poste professoral doit permettre le job sharing. Toutefois, le job sharing n’équivaut pas à fournir la même quantité de travail pour la moitié du salaire. Seule une réelle réduction de la charge de travail permet une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  4. Au minimum 50% des postes faisant suite au doctorat et financés par les universités doivent être de durée indéterminée.

  5. L’enseignement et la recherche doivent être rémunérés à leur juste valeur. Le fait que les privat-docents doivent enseigner gratuitement afin de ne pas perdre leur titre doit être immédiatement aboli. Les titulaires de contrats d’enseignement et de mandats ne doivent pas avoir à attendre la fin du semestre pour recevoir leur rémunération.

  6. La parité de genre est requise au sein de chaque commission de recrutement, de chaque jury et de chaque organe décisionnel du Fonds national suisse FNS de la recherche scientifique, ce pour chaque discipline.

  7. Afin de garantir des procédures de recrutement équitables et une gestion du personnel sensible aux dimensions de genre, nous exigeons des formations continues obligatoires pour les personnes siégeant dans des commissions de recrutement ou qui occupent des fonctions de cadres.

  8. L’enseignement de même que les procédures administratives au sein des universités et hautes écoles suisses doivent être attentives aux questions de genre. Nous exigeons pour cela des mesures de sensibilisations adaptées aux fonctions de chaque groupe professionnel concerné au sein des hautes écoles et des universités suisses. L’enseignement doit sensibiliser à un usage de la langue prenant en compte les questions de genre.

  9. Nous appelons à des mesures globales pour une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  10. La mobilité (notamment pour les mesures d’encouragement) doit être promue, mais ne doit pas constituer un impératif.

  11. Les obligations professionnelles régulières, telles que les réunions ou les séances administratives liées à l’institution doivent avoir lieu durant la semaine et se terminer à 17 heures.

  12. La vie familiale doit être rendue possible dans les universités et les hautes écoles et les familles doivent être soutenues. Nous exigeons l’introduction et le développement du congé parental, afin qu’un partage équitable des gardes d’enfants et des tâches éducatives soit réellement possible.

  13. La couverture légale et financière du congé parental doit également être assurée dans le cadre des projets financés par des fonds tiers. Le congé parental ne peut être déduit de la période de recherche définie pour le projet au détriment des chercheuses et chercheurs.

  14. Les infrastructures pour la garde d’enfants au sein des hautes écoles et des universités doivent être renforcées. Un nombre suffisant de places de crèche à des prix abordables doit être garanti, de même qu’une offre suffisante d’espaces parents-enfants.

  15. Nous exigeons que les acquis pour lesquels le mouvement féministe s’est battu – comme la mise en place d’études genre dans les universités ainsi qu’au sein de différentes disciplines – soient étendus et non pas démantelés.

  16. Nous exigeons davantage de moyens pour la prévention et la répression du harcèlement sexuel au sein des institutions universitaires.

  17. L’instrument d’encouragement qui soutenait spécifiquement les femmes* en lien avec leur situation familiale aux niveaux doctoral et post-doctoral (Marie Heim-Vögtlin) a été aboli par le FNS au profit d’un format se réduisant à l’excellence à partir du niveau post-doctoral. Nous appelons à la création de nouveaux instruments d’encouragement et au renforcement des instruments existants, afin que les jeunes chercheuses et chercheurs indépendamment de leur situation familiale ou de leur genre et des réseaux professionnels liés au genre, bénéficient des mêmes perspectives professionnelles.

  18. Les coming out forcés, les imputations erronées de genre et les assignations de genre superflues doivent être combattues au sein des hautes écoles et des universités. Nous exigeons des adaptations administratives et institutionnelles pour les personnes non-binaires, trans et inter ; par ex. adaptations simplifiées ou suppression de l’indication de genre et toilettes non-genrées. Nous exigeons des formations à destination du personnel ainsi que des services compétents sur ces questions dans toute université et haute école.

  19. Les discriminations liées au genre et à l’identité de genre sont étroitement liées à d’autres types de discriminations telles que celles fondées sur la racialisation, la religion, les origines sociales ou géographiques, l’orientation sexuelle, l’âge ou le handicap. Nous demandons à ce que les discriminations liées au genre au sein des établissements de recherche soient combattues dans une perspective multidimensionnelle et intersectionnelle.

  20. Enfin, nous exigeons des mécanismes et des mesures de contrôle réels et contraignants pour mettre en œuvre l’égalité des genres.

Continuer la lecture

Toute honte bue (III) : histoire moderne; philosophie

En passant

Lu sur Twitter: À on vous propose d’enseigner l’histoire moderne à temps plein mais payé à mi-temps. Ce n’est malheureusement pas une blague et encore moins une exception. N’est-ce pas ?

Évidemment cet établissement public de l’enseignement supérieur n’a ouvert aucun contrat d’ATER comme vous pouvez le voir ci-dessous. Et ici :

Harcèlement et viols à l’Université : quelles solutions ? 

Update – 19 juin 2019

Le mois de mai dernier, Lenaïg Bredoux et Sophie Boutboul font paraître sur Médiapart trois articles importants : À l’Université, la parole se libère enfin ; L’université Paris-1 secouée par deux affaires de viol ; Les raisons de l’impunité à l’Université. Academia invite ses lecteurs à en prendre connaissance et à les faire connaître. Pour ma part, je souhaite en proposer une lecture particulière : celle d’une femme qui a pris conscience tardive – en post-doctorat – du sexisme universitaire, de ses mécanismes, du silence, passif et actif, dans lequel il est tenu, et ses conséquences sur la vie des femmes de sciences – et sur la science telle qu’elle se fait. Le harcèlement, qui plus est le harcèlement sexuel et le viol, représentent à mes yeux des outils pour faire taire les femmes, et ce tout au long de leur carrière. Il est donc heureux de voir un grand journal comme Mediapart s’y intéresser dans le sillage de l’affaire #Metoo, avec des partis-pris éditoriaux surprenants, mais intéressants. Les trois articles ouvrent ainsi la voie à une réflexion pratique : comment en finir avec les viols et le harcèlement à l’endroit des femmes?

Pourquoi publiciser des “affaires de mœurs” universitaires?

« Affaires de mœurs » : voilà comment sont souvent dévalorisées les cas de violences sexuelles faites aux femmes ou aux étudiant.e.s à l’Université. Les considérer non comme des chiens écrasés, mais comme la source de nombreux problèmes, voilà le choix que fait Mediapart, dans le sillage de l’affaire Baupin : « Cette enquête en trois volets a été menée durant plusieurs mois. Son sujet est d’intérêt public, posant une question majeure de société, celle des violences sexuelles au sein d’institutions structurées par des rapports hiérarchiques et des relations de pouvoir. C’est évidemment le cas du monde universitaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Continuer la lecture

Femmes philosophes : des tribunes aux recrutements

Un peu plus tôt cette année, les rédacteurs d’Academia, dont je ne suis plus, ont relayé la tribune d’un mathématicien et d’une mathématicienne s’opposant à la Position de l’INSMI sur la mobilité au recrutement en mathématiques qu’avait diffusée ès-qualités le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interaction.

Continuer la lecture

Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?

192 h : voilà le service d’enseignement dû par un·e enseignant·e-chercheur·se (EC) au statut MCF/PR. Le sens de ce « service d’enseignement » a des effets structurants sur les autres statuts et sur les contrats de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Un·e attaché·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) fait 192 h d’enseignement, à moins qu’il ou elle ne soit à mi-temps, auquel cas 96 h d’enseignement sont attendues. Un.e professeur·e agrégé·e ou certifié·e employé·e à l’Université (PRAG/PRCE) en assure le double, soit 384 h d’enseignement. Comment comprendre ce nombre d’or des universités? C’est ce à quoi se sont employés plusieurs auteurs et autrices our Academia.
 

Archéologie d’un décompte

L’origine de ces 192 heures annuelles se trouve dans les réformes menées par le gouvernement socialiste au début des années 1980.  Auparavant, le service des professeur·e·s des universités, des maîtres·se·s de conférences et des maîtres·se·s-assistant·e·s est défini de manière hebdomadaire.

Continuer la lecture

L’épuisement professionnel reconnu comme maladie par l’OMS: quid dans l’ESR?

L’épuisement professionnel touche de près les personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Charge de travail, perte du sens, désorganisation, manque de personnel : Academia a signalé certaines alertes concernant ce qui est devenu une réalité des conditions de travail dans l’ESR aujourd’ui. Il vient d’être reconnu comme maladie professionnelle

Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019L

Le syndrome qui décrit l’épuisement professionnel lié au stress a rejoint la classification internationale de l’organisation.
Que le travail puisse rendre malade n’est pas une idée nouvelle mais, pour la première fois, l’épuisement professionnel lié au stress, le burn-out, est reconnu comme maladie par la classification internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette liste sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires. Elle repose sur les conclusions d’experts de la santé dans le monde entier et a été adoptée par les Etats membres de l’OMS, réunis depuis le 20 mai, et jusqu’au 28 mai, à Genève dans le cadre de l’assemblée mondiale de l’organisation.
La classification des maladies de l’OMS fournit un langage commun grâce auquel les professionnels de la santé peuvent échanger des informations sanitaires partout dans le monde. Le burn-out fait son entrée dans la section consacrée aux « problèmes associés » à l’emploi ou au chômage.
Nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle
Il y est décrit comme « un syndrome (…) résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments : « un sentiment d’épuisement », « du cynisme ou des sentiments négatifs liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite ». Le registre de l’OMS précise que le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie ».
La nouvelle classification a été officiellement adoptée au cours de cette 72assemblée mondiale et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance. La nouvelle classification de l’OMS propose aussi un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle.
Les personnes transgenres sont cependant toujours considérées comme malades, l’« incongruence de genre » passant de la catégorie des troubles mentaux à un nouveau chapitre consacré à la santé sexuelle.


Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019

*
* *

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les burn-out sont identifiés souvent trop tardivement – entraînant des effets de très long terme sur la physiologie et la santé mentale des personnels –  occasionnent des congés longue maladie quand ils sont diagnostiqués.En attendant de proposer un billet sur la prévention et la dénonciation de conditions de travail entraînant des épuisements professionnels, signalons la liste des consultations “santé au travail”, si votre médecin généraliste n’est pas complètement au fait sur l’épuisement professionnel.

Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

“Turkey is incarcerating its academics!” This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of “terrorist propaganda”. The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for “insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government”. Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that “war is a public health issue”.

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture