Tables rondes : Le racisme dans le champ universitaire

Il y a quelques mois nous revenions ici sur l’épisode des Suppliantes s’étant déroulé en Sorbonne en 2019. Il y avait eu une volonté à l’époque de monter un collectif antiraciste, mais nous étions bien trop peu nombreux, et si peu soutenu-es. 

Près de 4 ans après, nous assistons aux touts débuts du collectif étudiant Savoir Critique ! Ils organisent leur premier événement ce mois-ci. Si vous pensez qu’il est nécessaire que ces discussions puissent avoir lieu à l’université, partagez l’information, déplacez-vous, soutenez les !

Grève des universités au Royaume Uni : succès foudroyant

Aujourd’hui, 1er février 2023, commençait la grève de 18 jours organisée par University and College Union (UCU), faute de réponses acceptables sur les rémunérations, les retraites et les conditions de travail. Énorme succès dans de nombreuses villes universitaires, avec le soutien des étudiants et des étudiantes. Après l’énorme succès de la mobilisation, voici les 17 jours de grève à venir :  9, 10, 14, 15, 16, 21, 22, 23, 27, 28 février ; 1, 2, 16, 17, 20, 21, 22 mars. 

Go UCU !

La grève des universitaires britanniques en images et en portraits.

Picketline. University of Exeter, 1e février 2023. Credit: Exeter UCU

Continuer la lecture

« Pour le seul bénéfice de promoteurs immobiliers privés ». Communiqué SNCS-SNTRS au sujet de la vente par la Ministre du site de Meudon-Bellevue

Le 25 janvier, une lettre de la ministre de l’enseignement supérieur et la recherche intime l’ordre au PDG du CNRS de vendre plusieurs parcelles aux promoteurs VINCI Immobilier Ile-de-France et KAUFMAN & BROAD DEVELOPPEMENT. Les lieux doivent être libérés pour le 15 mars au plus tard : un huissier sera dépêché pour constater l’évacuation complète des locaux.

La violence faite aux personnels de la recherche occupant ce site est inqualifiable : il s’agit d’une véritable expulsion !

En six semaines, la division technique de l’Institut national des sciences de l’univers doit déménager avec, parmi le matériel à évacuer, des machines-outils de plusieurs tonnes. Les personnels, après une période de travail insoutenable, à la limite de l’humain pour réaliser ce déménagement, seront isolés loin de tout collectif de travail et même sans travail pour certains jusqu’à la réinstallation de leur service à Gif-sur-Yvette, prévue au plus tôt fin 2023. Sur le plan scientifique, les travaux à réaliser dans le cadre de programmes spatiaux ou d’observation au sol se verront, de fait, retardés.

Les personnels du service central des concours du CNRS se retrouvent également sans locaux alors même que des concours étaient déjà programmés pour la fin du mois de février. Tous les concours de recrutement du CNRS de l’année 2023 se trouvent bouleversés et devront être organisés sur d’autres sites en Ile-de-France.

Panorama et arc-en-ciel sur Paris et sa proche banlieue le 27 mars 2008 vu depuis le site CNRS de Meudon-Bellevue. Photo C.Berthod

Les personnels de CNRS-Images, la banque d’images scientifiques du CNRS, dont la mission est de créer et produire du matériel iconographique et audiovisuel pour permettre au grand public de comprendre les enjeux de la recherche et son impact sur la société, doivent aussi subir cette expulsion. Continuer la lecture

« Retraites : la réforme macroniste renforce une conception masculine du travail »

  • par Céline Bessière et Sibylle Gollac. Initialement publié par Libération, 31 janvier 2023

Depuis la parution dans la presse de l’étude d’impact de la réforme des retraites, même le gouvernement reconnaît ce que la quasi-totalité des économistes, sociologues et journalistes explique depuis plusieurs semaines : les femmes vont pâtir de la réforme encore plus que les hommes. Elles vont devoir fournir davantage de trimestres supplémentaires si elles veulent prétendre au même niveau de pension qu’avant — déjà 40% plus bas que celui des hommes ! Elles subiront plus fortement les décotes liées aux carrières incomplètes. Et même celles qui avaient tous leurs trimestres, grâce aux majorations dues à la maternité, vont devoir travailler un à deux ans de plus – comme si ces majorations avaient été supprimées. La prise en compte des congés parentaux, des aides familiales et la revalorisation des minima de pension (à condition d’avoir une carrière complète) n’amélioreront la situation que pour quelques milliers de femmes. Pour la grande majorité des travailleuses des classes moyennes et populaires, la situation se détériorera franchement, davantage que pour leurs collègues masculins, pour leurs conjoints, leurs ex-conjoints ou leurs frères.

Invité sur une matinale lundi 23 janvier, le ministre Olivier Dussopt a tenté une esquive : « Les inégalités de retraite que l’on constate entre les hommes et les femmes ne sont pas liées au système des retraites en lui-même ». Sous-entendu : elles sont dues aux inégalités de carrières. Certes, mais cela dédouane-t-il le gouvernement ? Ces inégalités sont dues au genre du travail et du capital : notre société attribue moins de valeur au travail exercé par les femmes, et les femmes accumulent plus difficilement du patrimoine que les hommes.

Continuer la lecture

Chaires de professeur junior. Recommendation du Conseil scientifique de l’INSHS du CNRS, 25 janvier 2023

Le Conseil Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales, réuni le 25 janvier 2023, redit son opposition à la mise en place des Chaires de Professeur Junior et, en cohérence avec cette opposition, recommande aux sections du CoNRS de ne pas siéger dans les jurys relatifs à ces Chaires.

Nathalie VIENNE-GUERRIN
Présidente du Conseil Scientifique de l’INSHS

Texte voté, le 25 janvier 2023 : 19 oui, 0 non, 0 abstention.

Continuer la lecture

Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant

Academia a recueilli le témoignage d’un·e étudiant·e interpelé·e lundi 23 janvier au Campus Condorcet et remis en liberté 22 heures plus tard, sans qu’il y a notification de poursuite. Iel nous a autorisé à le reproduire

Avertissement Ce témoignage comporte des descriptions des violences, des injures et d’actes de torture, occasionnés par des policiers. 


Continuer la lecture

Rassemblement silencieux de soutien aux otages français détenus en Iran, Trocadéro, 28 janvier

Communiqué de presse des proches des otages français en Iran

Actuellement, sept Français sont détenus en Iran pour des raisons fallacieuses.

Pour certains accusés d’espionnage par la République Islamique d’Iran, ils sont privés des droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à une instruction judiciaire
et
un procès dignes de ces noms.

Continuer la lecture

Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es


Communiqué de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels du Campus Condorcet du 24 janvier 2023

Avant-hier, 24 janvier 2023, une assemblée générale des personnels et étudiant·es des établissements du Campus Condorcet a rassemblé une centaine de personnes au Centre des Colloques, entre 11h30 et 14h. Avant même le début de la réunion, un important dispositif policier avait été déployé autour du bâtiment, mais également dans le hall.

Crédit: Révolution permanente, janvier 2023

Nous avons discuté de la réforme des retraites ainsi que des conditions de travail et d’études au Campus Condorcet. Plusieurs groupes se sont constitués afin d’organiser une présence visible des salarié·es et des étudiant·es du Campus à la manifestation unitaire du 31 janvier, et de construire la mobilisation (communication/caisse de grève/mobilisation interprofessionnelle avec les salarié·es du secteur).

Continuer la lecture

Contre le recours à la violence dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Communiqué de la FERC CGT

COMMUNIQUÉ de la Fédération Éducation Recherche Culture – CGT

Le jeudi 19 janvier 2023, plus de 2 millions de personnes ont manifesté dans le calme pour protester contre le projet de casse de nos retraites par le gouvernement Macron – Borne. La jeunesse participait à cette déferlante au côté des travailleur·ses, et continue à se mobiliser dans les lycées et les universités.

En réponse à cette mobilisation légitime de la jeunesse, le pouvoir semble vouloir répondre par la violence : à l’université de Strasbourg, une Assemblée générale étudiante réunie après la manifestation du 19 a été expulsée par les CRS à la demande du Président de l’université. Sur le campus Condorcet à Paris, après une Assemblée générale étudiante réunie le lundi 23 janvier, une trentaine d’étudiant·es décident d’occuper un espace de réunion. Le président du campus Condorcet appelle immédiatement la police, conduisant à une intervention dans les locaux et à l’interpellation des étudiant·es, placé·es en garde à vue pendant vingt-deux longues heures émaillées de violences, d’insultes et de menaces contre plusieurs d’entre elles et eux.

La FERC CGT condamne avec la plus grande fermeté ces recours à la violence à l’initiative des chef·fes d’établissements en violation des franchises universitaires, garanties séculaires des libertés d’expression et de mobilisation au sein des universités. Elle appelle la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et les chef·fes d’établissements à veiller au respect des libertés fondamentales, et à préférer la discussion plutôt que le recours à une violence aveugle face à cette mobilisation massive.

La FERC CGT soutient la mobilisation de la jeunesse pour défendre sa retraite, en lien avec tou·tes les travailleur·ses, et selon les modalités qu’elle aura décidées elle-même avec ses organisations.

Elle appelle les personnels et les étudiant·es à continuer d’amplifier le mouvement pour défendre nos retraites, tous et toutes ensemble, afin de faire du mardi 31 janvier une journée encore plus puissante que le 19.

Montreuil le 27 janvier 2023

Continuer la lecture

Au courrier : pensées de Tunisie aux étudiantes et aux étudiants de France

Cet article ravive en moi de douloureux souvenirs de l’époque de la dictature.

Début  2011. L’une des toutes premières mesures du nouveau ministre de l’enseignement supérieur, feu Ahmed Brahim est la suppression des postes de police installés dans les facs et campus1. Depuis, la présence policière institutionnelle à l’intérieur des institutions universitaires, en uniforme et en civil, est un lointain souvenir.  Les  syndicats des forces de sécurité, sous couvert de lutte antiterroriste, ont essayé en vain de réinvestir l’espace universitaire 2. Nos facs sont désormais des espaces sans flics. Et c’est très bien ainsi.

De manière générale, ici, depuis 2011, les responsables d’universités ne songent guère, sauf situations extrêmes, à faire appel aux policiers. Les souvenirs de l’époque Ben Ali, où les facultés étaient encerclées par des escouades de BOP (brigades de l’ordre public, de sinistre mémoire) , armés jusqu’aux dents, et qui n’attendaient qu’un ordre pour déchaîner contre les étudiant•es une rage et une fureur spectaculaires, sont encore bien vivaces.

Lors de l’occupation de la faculté des lettres de La Manouba par les salafistes, des collègues m’ont raconté le refus initial du doyen, Habib Kazdaghli, de demander l’intervention des forces de l’ordre, et le cheminement douloureux qui l’avait mené à changer d’avis, pour sauver l’année universitaire. L’intervention avait été efficace, mais sans violence. (((https://www.webdo.tn/fr/actualite/national/fac-de-manouba-les-sit-ineurs-quittent-les-locaux-de-ladministration/172323)). 

 

Étudiante au début des années 1990,  j’évitais d’aller à la fac quand il y avait du grabuge. Enseignante à partir de 1997,  je me suis retrouvée, un jour de manifestation en 2002, enfermée, avec tout le monde, collègues, administration et étudiants. Les policiers interdisaient toute sortie hors de l’enceinte de la fac, et avaient même refusé très sèchement au doyen l’évacuation par ambulance d’un étudiant blessé au front, et qui saignait abondamment. Le bouclage de la fac avait duré jusqu’au soir.

Il  s’était bien achevé. Plus souvent, loin de se contenter de fermer les accès, les policiers chargeaient avec leurs chiens. Les récits d’étudiantes se jetant du quatrième étage pour tenter de leur échapper nous étaient familiers. Tout comme cette forme d’humiliation qui consiste à mettre tout le monde à genoux, les mains sur la tête, pendant des heures, dans la cour. Je ne l’ai pas vécue, mais bien des camarades et des collègues s’en souviennent. Il fallait “mater” la jeunesse.

 

Je plains la jeunesse de France, qui vit en 2023 ce que notre jeunesse vivait au début du siècle.

Centre universitaire de La Manouba. Crédit : Jorge Franganillo, 2015


Sur Academia

Continuer la lecture

  1.   https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Brahim []
  2. https://directinfo.webmanagercenter.com/2015/07/03/tunisie-luget-opposee-au-retour-de-la-police-universitaire/ []

La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse

Update 26/10/2023

Une semaine après l’évacuation par les forces de police d’une assemblée générale à l’université de Strasbourg, ce sont 29 étudiants du campus Condorcet près de Paris qui ont fini en garde à vue. La fébrilité quant à une possible conjonction des étudiants et des salariés contre la réforme des retraites pousse certains présidents d’université à faire appel à une aide policière très décriée.  Mediapart, 25 janvier 2023

 

Communiqué de Solidaires étudiant·es EHESS

Hier, l’EHESS a vécu une journée de mobilisation réussie. Aujourd’hui, toutes et tous nos camarades ont été libéré·es, mais avec beaucoup de dommages.

Lundi 23 janvier, à 20h, une Assemblée générale a été appelée à l’Espace associatif et culturel. À 20h30, ce n’est pas la présidence qui est venue discuter, ce sont les policiers qui sont venus réprimer. À partir de ce moment, nos camarades ont été traite·es comme des terroristes et nous qualifions ces violences de torture. Nos camarades ont été menotté·es. Au sein des différents commissariats, 16 étudiant.es ont été mis·es dans une salle de 4m2 sans VMC, et ont subit des blagues de la part de policiers sur qui allait mourir en premier. D’autres policiers rigolaient sur qui allait être violée. Par conséquent, un.e étudiant·e inconscient.e a fait un malaise et a été trainé·e sur le sol, dans des escaliers par les policiers, sans avoir recours au médecin. Un·e étudiant.e a eu les côtes cassées. Ces étudiant·e.s n’ont pas pu aller aux toilettes, avoir accès à boire, même dormir. Toutes ces gardes à vue ont duré 22h. Cette garde à vue collective allait à l’encontre de la volonté de nous organiser démocratiquement dans un mouvement social qui concerne le pays tout entier. La Préfecture et le parquet de Bobigny ont accepté ces poursuites judicaires, nous attendons des explications.

Nous ne sommes pas de la chair à matraque. Nous ne sommes pas non plus des ignorant·es. Nous connaissons les coupables. La direction du Campus Condorcet n’a admis que du bout du lèvres avoir convoqué une intervention policière. Pourtant, grâce à la mobilisation du personnel et des étudiant·es, nous avons forcé la présidence à descendre des ses bureaux et à parler directement aux personnes mobilisées. Nous avons été 150 dans une salle face aux présidences du Campus Condorcet et de l’EHESS. Nous espérons que la direction du Campus maintiendra ses promesses qu’aucun.e étudiant.e n’aura de poursuites judiciaires. Le parquet inculpe les étudiant.e.s d’intrusion par effraction, de dégradations et que ce n’était pas des étudiant.e.s, mais un groupuscule militant obscur. Cette occupation a été la volonté des étudiant·es de l’EHESS qui l’ont organisé. Militer n’est pas un crime.

Cette répression s’inscrit dans un mouvement social grandissant contre la réforme des retraites. Nous l’avons vu à Strarsbourg. Le gouvernement a peur du potentiel de mobilisation des étudiant.e.s. Pour 29 étudiant.e.s en garde à vue, nous avons été 150 étudiant·es et membres du personnel réuni.e.s en solidarité pour obtenir la libération de nos camarades et l’avancée dans nos revendications.

Ceci est le premier pas. Poursuivons la dynamique pour frapper fort. Nous appelons donc à une Assemblée générale, ouverte à tout le monde, le Jeudi 26 janvier à 14h. Nous appelons tout le monde à nous rejoindre, toutes et tous les étudiant·es, et le personnel à s’organiser ensemble !

Solidaires étudiant-e-s EHESS et étudiant.e.s mobilisé.e.s- solidaires_ehess@riseup.net

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONTRE LA REPRESSION POLICIERE

Jeudi 26 Janvier – 14h00
Espace Associatif et culturel – Campus Condorcet