Claude Danthony in memoriam

Nous sommes nombreux à avoir été choqués et meurtris par le brusque décès de Claude Danthony, victime d’un malaise mortel le vendredi 8 octobre 2021, à 60 ans. 

Claude Danthony. Photo d’archives Progrès /Richard Mouillaud

Nous avons eu la chance de croiser sa route et il nous a énormément apporté, comme enseignant, collègue, compagnon de lutte, ami. Auteur d’un billet sur le plagiat – Paris-1, la valeur des diplômes et l’appel disciplinaire, juillet 2020 – Claude était aussi un correspondant complice et compétent de la rédaction d’Academia ; nous nous réjouissions de le rencontrer bientôt à l’occasion du colloque qui allait se tenir pour les 10 ans du célèbre arrêt auquel il a donné son nom, en sa présence. Nous n’aurons plus ce plaisir.

Mathématicien, maître de conférences à l’ENS de Lyon depuis 1989, c’est dans le domaine du droit administratif qu’il a connu sa plus grande célébrité suite au recours au Conseil d’État qu’il a porté pour faire annuler un décret de constitution de l’ÉNS de Lyon pris dans l’illégalité. La décision du Conseil d’État a fait date, en annulant le décret mais en consacrant ses conséquences antérieures à l’annulation comme définitives : on parle maintenant de « jurisprudence Danthony ». Ce recours, et d’autres qui ont suivi, ont été mal perçus par certaines personnes, bien entendu, jugeant ses interventions et ses actions comme autant d’obstacle à la « bonne » marche des institutions universitaires. C’est pourtant le souci de maintenir vivante la démocratie universitaire qui motivait Claude. Il a travaillé d’arrache-pied sur ce recours historique, mais aussi d’autres actions1  pour l’ÉNS de Lyon – qui s’identifie  non à sa direction, mais à l’ensemble des personnes, élèves, personnels qui la font vivre.  Il fallait être persuadé qu’une telle institution mérite d’être dirigée dans le respect des règles démocratiques pour trouver toute l’énergie que ce combat lui a demandé, et pour se former en vue de le mener.

Profil public de @claude_danthony sur Twitter, où il était un contributeur actif.

Cet attachement à la démocratie et à la transparence à l’université, mais plus simplement aux personnes, membres de la communauté universitaire, étudiants et étudiantes incluses2, se ressentait dans beaucoup d’autres actions où les grandes compétences juridiques de Claude ont été sollicitées par la suite, comme par exemple dans le soin extrême qu’il mettait à préparer des cours limpides ou à s’engager contre les violences sexistes et sexuelles.

Nous espérons que Claude savait notre attachement, combien nous l’estimions. Il va nous manquer, beaucoup.
***

Continuer la lecture

  1. Voir tout récemment le succès collectif contre la COMUE lyonnaise Saint-Étienne dit non à la fusion universitaire avec Lyon : et maintenant ? []
  2. Parmi les témoignages de l’attachement des étudiantes et des étudiants à Claude, voir Inspectrice Gadget sur Twitter. []

Étudiantes contre violences sexistes et sexuelles : une rentrée engagée

Des réalisations mettent à l’honneur le travail du collectif Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L’Enseignement Supérieur, qui commente durement l’action en demi-teinte du Ministère en la matière.

Le podcast Thésard-es, produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier, explore le travail des doctorantes et des doctorantes, et les difficultés qu’iels surmontent. Pour sa nouvelle saison (2), Thésard-es, produit par se propose d’y ajouter quelques émissions thématiques et commence avec une invitation des membres du Clasches.

 

Autre réalisation à partir du guide de Clasches (73 pages) pour Paris-1, le tract conçu et réalisé par le Collectif fémniste de Paris-1 (version .pdf)

Merci et bonne rentrée féministe !

 

Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

#NousEtudiantEsHandiEs : L’Alternative saisit la Ministre

Suite aux révélations de Mediapart  sur le harcèlement vécu par une étudiante handicapée de l’Université de Paris1 et aux nombreux témoignages publiés sous le #NousEtudiantEsHandiEs, l’union syndicale L’Alternative écrit à la Ministre pour demander l’ouverture d’une enquête administrative, des mesures conservatoires pour le bon déroulé de l’enquête, une intervention de la ministre pour que l’étudiante puisse reprendre ses études dans un cadre protecteur, et plus largement, la mise en œuvre d’un plan national Handicap et longue maladie dans l’enseignement supérieur.

 

  1. Handicap : l’université Paris-Descartes fait vivre un calvaire à une étudiante jugée encombrante, par David Perrotin, Mediapart, 11 octobre 2021. Voir également la vidéo comprenant des éléments choquants. []

Nouvelle attaque contre le budget de la recherche scientifique dans le Brésil de Bolsonaro

  • par Laura Leal, Universidade Federal de São Paulo (UNIFESP)

Le budget du Brésil subit des coupes sévères depuis 2016, lorsqu’un coup d’État a chassé Dilma Roussef de la présidence. Ces coupes se sont aggravées après 2018, avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Bolsonaro. En 2016, 5,6 milliards de reais ont été alloués au ministère de la Science et de la technologie, alors qu’en 2021, ce montant était de 1,8 milliard de reais, soit une réduction de 68 %. En 2012, le budget total alloué à la science était de plus de 11 milliards – une réduction de 84% entre 2012 et 2021. Sur les 1,8 milliard de R$ alloués à la science en 2021, environ un milliard est utilisé pour financer les bourses de master et de doctorat des étudiants, ce qui laisse moins de 800 millions de R$ pour financer tous les projets de recherche menés par plus de 200 000 chercheurs brésiliens. Pour réduire l’impact de cette réduction massive du financement de la recherche, le Congrès et le Sénat brésiliens ont approuvé en août 2021 l’allocation d’un financement supplémentaire de R$ 690 millions à la science et à la technologie. Malgré cela, sans aucune discussion avec la communauté scientifique, Paulo Guedes, notre ministre de l’économie, a décidé d’allouer 92% de cette ressource supplémentaire à d’autres ministères, laissant la Science avec presque aucune ressource pour financer les projets de recherche déjà approuvés cette année. Cette décision a été rapidement approuvée par le Congrès et le Sénat brésiliens. Il s’agit d’un scénario catastrophe qui va étrangler encore davantage la recherche scientifique de la  9e économie mondiale.

Il est important de noter que, bien que le budget des bourses d’études n’ait pas été affecté cette fois-ci, les ressources qui lui sont allouées ont également subi des coupes sévères au cours des cinq dernières années. En 2021, le ministère de la Science et de la technologie n’a pu accorder que 13% de toutes les bourses doctorales et post-doctorales demandées. En outre, la valeur des bourses d’études au Brésil n’a pas été réévaluée depuis 2013, alors que l’inflation cumulée au cours des 12 derniers mois dépasse les 10 %. Au Brésil, les étudiants doivent s’engager pleinement dans leurs projets de master ou de doctorat, et ne sont pas autorisés à pratiquer d’autres activités rémunérées. Par conséquent, ces bourses rares et insuffisantes fonctionnent comme un salaire pour les jeunes chercheurs qui perdent progressivement la motivation pour s’engager dans une carrière scientifique.

Pour aller plus loin

 

« Que faut-il de plus au CNESER? ». Communiqué des Clasches, 16 septembre 2021

Le 10 septembre 2020 a honteusement rappelé à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR) que les instances d’appel en matière disciplinaire avaient choisi leur camp – et que ce n’était clairement pas le camp des victimes.

Ce jour-là, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), statuant en matière disciplinaire, a décidé à la majorité absolue de relaxer en appel un enseignant chercheur de l’Université Lyon 2 qui avait été sanctionné deux ans plus tôt pour des faits de harcèlement sexuel perpétrés contre une doctorante qu’il encadrait. En avril 2018, l’Université Lyon 2 avait alors interdit à l’enseignant d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche pendant douze mois, le privant de la totalité de son traitement pour les motifs suivants :

  • « Avoir eu un comportement susceptible de constituer un harcèlement sexuel à l’encontre de sa doctorante au moyen de propos et de gestes déplacés durant le mois de mars 2017 » ;
  • « Avoir encouragé cette doctorante à signer une convention de stage en lieu et place d’une autre étudiante qui, seule, aurait réalisé le stage » ;
  • « Avoir jeté le discrédit sur les collègues composant le comité de suivi institué par l’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat » ;
  • « Avoir incité sa doctorante à tromper l’appréciation et la vigilance dudit comité ».

Dans un communiqué de presse du 12 juin 2018, le Clasches s’était d’ailleurs félicité de cette décision, exemplaire en comparaison des dysfonctionnements caractérisant généralement les procédures disciplinaires et de la faiblesse des sanctions prises.

L’exemplarité de la décision était à la hauteur de la robustesse du dossier. La section disciplinaire de Lyon 2 s’était en effet appuyée sur le témoignage de la victime et sur trois enregistrements, par elle-même réalisés, de conversations téléphoniques avec le directeur de thèse. Attentive au respect du droit et de la réglementation en vigueur, la décision disciplinaire concluait que « les faits rapportés concordent » et que « des preuves existent ». Dans un arrêt du 21 juin 2019, en réponse à la demande de suspension de la sanction formulée par l’enseignant chercheur mis en cause, le Conseil d’État avait réaffirmé la validité juridique et le caractère probant d’un enregistrement audio produit à l’insu de la personne dont les propos étaient enregistrés. Pour une fois, la rhétorique de « l’absence de preuves », trop souvent mobilisée pour décrédibiliser la parole des victimes, semblait hors de propos.

Et pourtant… La décision du 10 septembre 2020 du CNESER balaie tout cela d’un revers de la main. Elle ne contient aucune mention des conversations enregistrées. Aucune. Le déni de réalité ne s’arrête pas là : les juges d’appel, dans un retournement des rôles consternant, mettent en doute l’intégrité même de la doctorante, suggérant que la victime souffrait de « faiblesse psychologique ». Appuyant leur décision sur un témoignage mensonger mobilisé par l’enseignant-chercheur mis en cause, malgré la présence dans les pièces du dossier d’éléments contredisant formellement ce témoignage, ils prennent systématiquement le parti de ce dernier et reprennent ses éléments de défense. Y compris lorsque celui-ci incite la doctorante à mentir à son comité de suivi de thèse et à signer une fausse convention de stage. « Même si la démarche de Monsieur X interpelle, les explications du déféré ont convaincu les juges d’appel », indique à ce propos la décision. Une autre manière de dire que les directeurs de thèse, aux yeux du CNESER, ont toute latitude pour s’affranchir souverainement et impunément des règles déontologiques et des normes juridiques.

On peut ainsi voir dans cette relaxe un dernier coup porté aux victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur qui peuvent se résumer ainsi : « Quelles que soient les preuves que vous accumulez, quelles que soient les sanctions qui sont prises en première instance contre nos pairs, nous ferons tout pour les protéger et protéger notre pouvoir. »

La lutte réelle et effective contre les violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, d’abord portée par les victimes et leurs soutiens, concerne toutes ses actrices et acteurs – y compris les titulaires, y compris les professeurs des universités, y compris les membres du CNESER.

Télécharger ce communiqué de presse en PDF

Pour aller plus loin

  • « Harcèlement à Lyon-2 : contre-enquête sur la relaxe d’un professeur« , par Eva Thiébaud, Mediacités Lyon – Suspendu en 2018 suite à des accusations de harcèlement formulées par une doctorante, un professeur de Lyon-2 a obtenu gain de cause en appel devant le conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Problème : selon les informations de Mediacités, la décision repose sur des éléments faux ou sujets à caution.

L’Université d’Utrecht (Pays-Bas) renonce à l’impact factor

En passant

 

« Impact factor abandoned by Dutch university in hiring and promotion decisions »

La nouvelle a notamment été annoncée par la revue Nature, le 25 juin 2021.

« Science is great. Open it! ». Illustration: Martin Clavey (CC)

Ainsi, souligne Nature, « les membres du corps enseignant et du personnel de l’université d’Utrecht seront évalué·es en fonction de leur engagement en faveur de l’open science. »

 

 

 

Afghanistan: la CPU appelle la France et l’Union européenne à se mobiliser pour les Afghans

Communiqué de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), 17.08.2021:

Au moment où les Talibans reprennent le pouvoir en Afghanistan, la Conférence des présidents d’université (CPU) affirme sa solidarité à l’égard des étudiants et universitaires afghans. Elle demande solennellement aux autorités françaises et européennes de tout mettre en œuvre pour accueillir celles et ceux qui souhaiteront quitter leur pays.

Les universités françaises, fidèles à leur tradition, sont prêtes à accueillir dans l’urgence toutes celles et tous ceux qui souhaiteront y poursuivre leurs études ou leurs recherches, aussi longtemps que leur sécurité et leurs libertés ne seront pas assurées sur place. Les demandes des étudiantes et des chercheuses devront être considérées en priorité car nul ne peut douter que ces femmes seront les premières victimes de cette nouvelle situation politique.

La CPU est attentive à toutes demandes émanant des ministères directement impliqués dans la gestion de cette crise et fera en sorte d’y répondre sans délai en apportant notamment les moyens nécessaires au Programme PAUSE dont l’objet premier est l’accueil des scientifiques en exil.

Photo: Rasande Tyskar (CC)

Cliquez ici pour télécharger le communiqué.

Les étudiant·es et artistes de cirque lancent un appel contre le harcèlement et les violences

Chères et chers artistes, compagnies, professionnel.le.s de la culture et tous leurs soutiens,

Le collectif Balance Ton Cirque est né le 2 juillet 2021 pour agir contre toutes formes de violences physiques et psychologiques (humiliation, injure, harcèlement moral, abus de pouvoir, discrimination, outrage sexiste…) exercées dans l’enceinte du centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne.

Nous voulions agir vite, et nous avons profité d’une des soirées des Échappées 2021 pour rendre publiques nos revendications et lancer un mouvement d’étudiant.e.s et d’artistes ayant subi des violences au CNAC.  En parallèle à cette action, la page Instagram @balancetoncirque a été créée pour regrouper des témoignages de victimes, élèves et ancien.ne.s élèves d’école de cirque à l’international. En trois semaines, nous avons reçu plus de 100 témoignages provenant de sept écoles différentes ce qui démontre bien que les violences sont un problème structurel ancré dans le fonctionnement des écoles de cirque. Elles sont systémiques et institutionnalisées et le cas du CNAC n’est pas isolé. Cet appel a vocation à susciter des réactions dans d’autres écoles professionnelles de cirque en France et en Europe.

Nous appelons à signer le texte (voir ci-dessous) pour manifester votre soutien au mouvement. Les signatures récoltées permettront d’appuyer nos revendications et de nous donner de la force lors des discussions à venir avec le ministère, la direction et les professeurs.

Cet appel servira d’appui pour engager un dialogue favorable à une école où chacune et chacun puisse se former dans le respect de son intégrité morale et physique.

Parce que nos blessures sont politiques, nos récits seront publics.

Le collectif Balance Ton Cirque, 16.08.2021


Lettre de soutien – Balance Ton Cirque

Nous dénonçons l’apprentissage sous pression et l’école de la course à la performance. La compétition entre élèves n’est pas une pédagogie. Nous dénonçons le fait que, dans une école supérieure d’art dont le cursus est “dédiée au développement de l’identité d’artiste [des élèves], ainsi qu’à l’expérimentation en piste”, il soit aussi difficile d’affirmer des pratiques, des corps ou des esthétiques qui sortent des canons de la tradition du cirque contemporain. Les discriminations et les outrances répétées de la direction et des professeur.e.s impactent les élèves dans leur parcours et entravent leur créativité, ainsi que leur capacité à développer un langage artistique qui leur soit propre. Nous refusons d’être des produits mis à disposition des metteur.e.s en scène d’un réseau prédéfini.

Continuer la lecture

Nuccio Ordine « L’université-entreprise et les étudiants-clients »

En passant

Citation tirée du livre L’utilité de l’inutile de Nuccio ORDINE (2016):
« Quant aux professeurs, ils se transforment de plus en plus en modestes bureaucrates au service de la gestion de ces exploitations commerciales universitaires. Ils passent leurs journées à remplir des dossiers, à faire des calculs, à produire des rapports pour des statistiques (parfois inutiles), à tenter d’apurer les comptes de budgets toujours plus maigres, à répondre à des questionnaires, à préparer des projets pour obtenir des subsides misérables et à interpréter des circulaires ministérielles confuses et contradictoires. L’année universitaire s’écoule rapidement, au rythme d’un inlassable métronome bureaucratique qui règle le déroulement de toutes sortes de conseils (conseil d’administration, conseil de faculté, conseil de doctorat, conseil du département) et celui des interminables réunions générales.
Il semble donc que plus personne ne se soucie comme il se doit de la qualité de la recherche et de l’enseignement. Le fait même d’étudier (on oublie souvent qu’un bon professeur est avant tout un infatigable ‘étudiant’) et de préparer les cours devient un luxe qu’il faut négocier chaque jour avec la hiérarchie de l’université. On ne se rend plus compte que séparer complètement la recherche de l’enseignement, ce serait réduire finalement les cours à une répétition superficielle et livresque du déjà connu.  »
 
in: Nuccio ORDINE, L’utilité de l’inutile, 2016 [2013], Les belles lettres, pp.83-84.

Communiqué du Collectif féministe contre le viol concernant l’accompagnement des victimes de violences sexuelles dans l’enseignement supérieur

Communiqué du Collectif féministre contre le viol (27.07.2021):

Les revendications du CFCV concernant l’accompagnement des victimes de violences sexuelles dans l’enseignement supérieur

Nous constatons des lacunes en matière de lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

En effet, les procédures disciplinaires devant être mises en place en cas de situations de violences sexuelles ne placent pas la victime et l’agresseur sur un même pied. Ce qui peut décourager les victimes à entreprendre légitimement des démarches pour être protégées et faire valoir leurs droits.

De plus, il subsiste une distinction injustifiée entre les établissements publics et privés en matière de prévention et de traitement des violences sexuelles. En effet, les établissements  privés ne sont pas soumis aux mêmes contraintes et obligations que les établissements publics.

Tous ces manques développent chez les agresseurs un sentiment d’impunité. Nous souhaitons donc que les règlements qui prévoient des mesures en matière de lutte contre les violences sexuelles soient non seulement améliorés mais aussi applicables à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur, privés et publics confondus.

1. Améliorer les règles qui définissent les obligations des établissements publics en matière de lutte contre les violences sexuelles, en particulier la circulaire n°2015-193 sur « la prévention et le traitement du harcèlement sexuel dans les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche » et le code de l’éducation qui précise les procédures disciplinaires prévues

  • Prévenir et traiter les « violences sexuelles» dans leur globalité et pas uniquement le « harcèlement sexuel ». Le harcèlement sexuel constitue aux yeux de la loi une infraction à caractère sexuel et une violence sexuelle tout comme le viol, les agressions sexuelles, l’exhibition, etc. La circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015 ne mentionne que le harcèlement sexuel. Ce qui peut, par exemple, laisser penser à une victime d’agression sexuelle ou de viol qu’elle n’est pas concernée par cette circulaire.
  • S’assurer de la mise en place effective dans chaque établissement de cellules compétentes en matière de prévention et de sensibilisation aux violences sexuelles. Si la circulaire demande à tous les établissements de « mettre en place des dispositifs spécifiques de prévention et de traitement du harcèlement sexuel », dans les faits, ces structures tardent à être établies. Aujourd’hui, ces cellules n’existent que dans trop peu d’établissements. Nous souhaitons donc l’application réelle des mesures de prévention prévues par la circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015. Des actions de prévention peuvent être, par exemple, menées à travers la diffusion de supports de communication, des campagnes, des interventions auprès des étudiants, la formation du personnel. Ces cellules doivent aussi être en mesure de prendre en charge des victimes de violences sexuelles pour les écouter, les orienter et les soutenir.
  • Rendre obligatoire le déclenchement d’une enquête interne lorsque les établissements ont connaissance de faits de violences sexuelles commis dans le cadre de l’enseignement supérieur. La circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015 se contente de recommander fortement aux établissements publics de déclencher une enquête interne lorsqu’ils ont connaissance de faits d’une telle gravité. L’enquête est la première étape pour que des mesures soient prises rapidement pour protéger la victime. Elle est donc indispensable.
  • Rendre obligatoire la mise en place par les établissements des mesures conservatoires immédiates prévues par la circulaire afin de protéger la victime et qu’elle ne soit pas pénalisée dans la poursuite de ses études. Par exemple, en modifiant l’emploi du temps de l’agresseur pour s’assurer que la victime et lui n’aient pas de cours en commun.
  • Veiller à ce que la victime ait les mêmes droits que l’agresseur dans la procédure disciplinaire prévue par le Code de l’éducation. N’ayant pas des droits similaires, la victime et l’agresseur ne sont pas placés sur un pied d’égalité.

– Permettre à la victime de saisir directement l’instance disciplinaire sans avoir recours, comme actuellement, à un intermédiaire à savoir le chef d’établissement ou le recteur.

– Permettre à la victime de contester directement l’impartialité de l’instance disciplinaire ou de l’un des membres de cette instance. Actuellement, dans la plupart des situations, l’agresseur a cette possibilité contrairement à la victime qui doit passer par un intermédiaire.

– Permettre à la victime d’avoir accès aux pièces du dossier. Aujourd’hui, seul l’agresseur a accès aux éléments du dossier.

– Notifier à la victime la décision de l’instance disciplinaire comme elle l’est pour l’agresseur et ce afin d’assurer la sécurité et la protection de la victime. Actuellement, la victime ne peut être tenue informée de la décision uniquement lors de son affichage public. La victime est ainsi susceptible de rencontrer, lors de cet affichage public, l’agresseur ou ses proches. Il peut également être difficile pour la victime de se rendre à nouveau dans l’établissement et de devoir prendre connaissance de la décision dans un lieu public.

– Permettre à la victime de faire appel de la décision de l’instance disciplinaire si l’agresseur dispose lui aussi de ce droit.

2. Faire en sorte que les mêmes règles, tenant compte de nos revendications, soient applicables à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur (établissements publics ET privés). Aujourd’hui, contrairement aux établissements publics, les établissements privés ne sont soumis à aucune obligation légale en matière de lutte contre les violences sexuelles. Il leur revient seulement de définir leurs propres mesures dans leur règlement intérieur.

Pétition, Australie: « Save Social Sciences at University of Western Australia »

Une pétition a été lancée par les personnels de l’University of Western Australia.

Une proposition de restructuration de son Ecole de Sciences Sociales vient d’être publiée par la direction de l’Université sans consultation préalable des départements concernés.
Si appliquée telle quelle, elle aboutirait notamment à :
  • la dissolution de facto des départements d’anthropologie et de sociologie;
  • la suppression de nombreux cours en Urban and Regional Planning;
  • une conversion forcée des postes d’enseignement-recherche en Asian Studies en seul enseignement des langues (dont le japonais et coréen).
Une pétition a été lancée.
La proposition, mise en période de consultation pour deux semaines, peut être lue sur le site Save Social Sciences UWA : https://www.savesocialsciencesuwa.net/
Celui-ci explique les conséquences des coupes budgétaires imposées et permet également d’envoyer un Statement of Opposition.

« Une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations » : le Hcéres selon la Cour des comptes

Clap de fin d’année universitaire pour le HCERES qui termine cette désastreuse séquence inaugurale de l’ère Coulhon par une opération de communication soigneusement orchestrée : interview à tout va de son Président dans différents médias spécialisés1, sortie de son rapport annuel sur papier glacé réalisé par une agence de pub, communication web vibrionnante, etc… Objectif unique : montrer « quoi qu’il en coûte » que le HCERES est « utile » à l’ESR et qu’il « n’est pas une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations » (sic), d’après les mots mêmes de celui qui le dirige depuis maintenant près de neuf mois.

Les bureaucrates de l’inutile

Il faut dire que la principale attaque ne vient pas, ces dernières semaines, des vilains enseignants-chercheurs islamo-gauchistes qui ravagent l’université française ou des hackers russes, trop occupés à saboter les grandes œuvres de Jean-Michel Blanquer. Non, l’ignoble estocade vient…des très sérieux juges de la Cour des Comptes. Le texte de leur référé qu’ils ont adressé en mars dernier à Matignon est un véritable démontage en règle des activités du haut conseil. Largement commenté lors de sa parution, le premier paragraphe du référé se doit être cité in extenso :

Les rapports d’évaluation du Haut conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements et plus encore, sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques ».

Étonnante diatribe qui dit tout ou presque, avec économie des mots chère à la rue Cambon : défiance de la communauté vis-à-vis du machin, bureaucratie chronophage et papivore, inutilité des évaluations, perte de temps pour tous les acteurs de l’ESR, etc… La Cour dresse ainsi le portrait d’un véritable monstre bureaucratique que plus personne ne semble contrôler et tire le signal d’alarme : « L’inflation du nombre des rapports […] s’avère aujourd’hui intenable : pas moins de 5 185 rapports ont été produits entre 2017 et 2019 soit entre quatre et cinq par jour ». On imagine avec amusement la tête du magistrat qui a sorti sa calculatrice et qui a tapé : 5185/3/365 = 4,7 ! Et encore, le réquisitoire de la Cour des comptes ne tient pas compte de l’inflation des recrutements de ces derniers mois initiée par la nouvelle gouvernance. C’est simple, on n’arrive plus à suivre le rythme effréné de publication des offres d’emplois destinés à gonfler cette technostructure de l’inutile : directeurs et chefs en tous genres, chargés de projets, coordinateurs, secrétaire général adjoint,…. Le HCERES, c’est dorénavant une véritable armée mexicaine, les ponchos et les sombréros en moins.

Continuer la lecture

  1. Nous n’en ferons pas ici la promotion. []

Le CNESER rejette la réforme INSPÉ

Le CNESER du jeudi 8 juillet, réuni en formation permanente, doit émettre un avis sur la « soutenabilité » des offres de formation des INSPE en charge de mettre en œuvre la réforme de la FDE.

Les enjeux de la « réforme » de la formation des enseignant·es et des CPE étaient d’« attirer » des candidat·es, de « mieux former » et de « mieux recruter ». Les dossiers présentés prouvent qu’on en est loin. L’évolution de la formation se traduit finalement par la précarisation des étudiant·es, les inégalités de traitement, la fragilisation des équipes de formateurs et de formatrices, la désorganisation du schéma de formation et un localisme généralisé. 

La logique d’économies à tout prix l’emporte sur les considérations pédagogiques, la qualité et la pertinence de la formation et a pour conséquences :

  • Une insécurité des parcours de formation des stagiaires qui seront projetés à la rentrée d’une maquette de formation à une autre, inadaptée à leurs besoins ;

  • Une concurrence de fait qui s’instaure entre masters MEEF rendus dissuasifs par la charge de travail et une faible plus-value et masters disciplinaires pouvant intégrer des préparations aux concours ;

  • Des inégalités fortement développées selon les territoires, les INSPÉ et les sites avec maquettes, moyens et modalités de stage et de suivi très variables.

Le CNESER estime que cela conduira à une désarticulation des dimensions professionnelle et universitaire de la formation, avec une perspective de décrochage entre un premier degré « axé sur le professionnel » et un second degré « axé sur l’académique ». 

Étant donné les nombreux problèmes que pose la réforme, il sera de toutes façons nécessaire de rouvrir le chantier de la Formation des enseignant·es et CPE et d’engager rapidement de réelles négociations. 

Pour toutes ces raisons, et tout en saluant la mobilisation des équipes pour leur élaboration, le CNESER refuse de se prononcer sur les dossiers présentés aujourd’hui.

VOTES : 18 POUR / 0 CONTRE / O ABSTENTION / 3 NPPV (CPU et FO-ESR)

Signataires : SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SGEN-CFDT, l’Alternative, SUP RECHERCHE UNSA, CGT, UNEF

Solidarité académique par-delà les frontières – Academic Solidarity Across Borders

Au cours de la dernière décennie, nous assistons à une montée, à l’échelle mondiale, de l’autoritarisme et du pouvoir coercitif contre les moyens de subsistance de celles et de ceux qui luttent pour la paix. Nous appelons à soutenir l’action en faveur de la paix transnationale, de l’égalité et de la justice sociale dans le monde universitaire et au-delà. Cette campagne vise à apporter un soutien matériel aux jeunes universitaires en Turquie qui ont été injustement punis par l’État turc pour leurs opinions critiques et ont ainsi perdu leurs moyens de subsistance. Vos dons généreux, déductibles des impôts en Allemagne, aideront la pensée critique à se développer au-delà des frontières.

La photo utilisée dans cette affiche a été prise à l’Université d’Ankara le 10 février 2017, lorsque la police est entrée par la force sur le campus de Cebeci pour empêcher le lancement du communiqué de presse des universitaires licencié·es et de leurs étudiant·es.

Cette campagne, soutenue par la Confédération allemande des syndicats (DGB), vise à garantir les moyens de subsistance et la poursuite des études des étudiant·es diplômé·es et des assistant·es de recherche en Turquie qui ont été persécuté·es pour avoir signé la pétition intitulée « Nous ne serons pas partie prenante de ce crime« . Parmi les 2212 signataires, on compte 734 doctorant·es, assistant·es de recherche et jeunes chercheur·es dont la titularisation a été suspendue. La plupart d’entre elleux sont issu·es de diverses disciplines des sciences sociales et se concentrent sur les problèmes sociaux et historiques de la Turquie contemporaine. La plupart d’entre elleux n’ont pas pu quitter la Turquie en raison des interdictions de voyager et de la confiscation de leurs passeports. Parmi elleux, 160 étudiant·es ont besoin d’une aide financière urgente pour divers problèmes familiaux et de santé.

Pour lire le communiqué complet, en anglais, cliquez ici.

Pour soutenir la campagne par un don, cliquez ici.