Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Mis en avant

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Depuis la Suisse: Communiqué de solidarité aux collègues de l’ESR en France

Contre la stigmatisation des sciences humaines et sociales, pour l’indépendance de la recherche !

Face aux attaques du gouvernement français et de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal dirigées contre la communauté universitaire et en particulier les sciences humaines et sociales, nous, chercheur·e·s des universités suisses, tenons à affirmer notre soutien aux collègues de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) en France.

Nous condamnons fermement la stigmatisation des recherches en sciences humaines et sociales sur les rapports sociaux de race, l’intersectionnalité ou le postcolonialisme. Les attaques récurrentes du gouvernement français qui s’intensifient depuis octobre 2020 et la volonté exprimée récemment par Frédérique Vidal de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène l’université » remettent non seulement profondément en cause la liberté académique, mais semblent également s’inscrire dans un recul net de la démocratie et des libertés individuelles en France.

Ces remises en cause de l’autonomie de la recherche, qui présentent des similarités glaçantes avec la rhétorique illibérale et les mesures d’intimidation des gouvernements hongrois, turc et indien contre les universitaires de leurs pays, stigmatisent de plus un secteur déjà visé par les politiques néolibérales de privatisation. Elles interviennent en effet dans un contexte de précarisation croissante de l’ESR français avec la loi de programmation de la recherche, couplé à une mauvaise gestion de la crise sanitaire dont pâtissent en premier lieu les étudiant-es, doctorant-es, chercheur-es précarisé-es et l’ensemble du corps enseignant.

Enfin, elles s’inscrivent dans un contexte alarmant de remise en cause des libertés individuelles, marqué par une islamophobie croissante et un racisme anti-Musulmans si décomplexé qu’il peut désormais être déployé sur le mode de l’évidence comme une arme de délégitimation. Nous sommes préoccupé·e·s par la dérive autoritaire du gouvernement et de la classe politique française qui s’attaquent désormais au secteur de la recherche et semblent vouloir instrumentaliser la production scientifique à des fins politiques et idéologiques. Comme celles d’autres disciplines connexes, les recherches académiques en sciences sociales visent à documenter les logiques sociales de discrimination et d’exclusion, non à y participer.

Pour ces raisons, nous, chercheur·e·s des université suisses, soutenons les organisations et institutions universitaires françaises (CNRS, ANCMSP, ASES, et d’autres) qui demandent que soit préservées l’indépendance de la recherche et la liberté académique en France.

*** Signataires ***

Agnès Aubry, Université de Lausanne
Alain Kaufmann, Université de Lausanne
Alain Simon, Association Pouvoir d’agir
Alix Heiniger,Université de Lausanne
Anastasia Koukouna, Université de Lausanne
André Berchtold, Université de Lausanne
Anne-Christine Trémon, Université de Lausanne
Anne-Laure Bertrand, Université de Neuchâtel
Annelise Erismann, Université de Lausanne
Anouk Jasmine Albien, UNIL
Baptiste Dufournet, Université de Lausanne
Barbara Duc, IFFP
Bennani-Chraïbi Mounia, Institut d’études politiques, Université de Lausanne
Bernard Debarbieux, Université de Genève
Bernard Voutat, Université de Lausanne
BOCCO Riccardo, The Graduate Institute, Genève, Suisse
Boris Beaude, UNIL
Bruno Corthésy, chercheur indépendant
Camille Bajeux, Université de Genève
Camille Jaccard, Unil
Carole Christe, Université de Lausanne
Cécile Péchu, Institut d’Etudes Politiques, Université de Lausanne
César Jaquier, Université de Neuchâtel
Charlène Calderaro, Université de Lausanne
Charles-Antoine Courcoux, Université de Lausanne
Christian Staerklé, Université de Lausanne
Christin Achermann, Université de Neuchâtel
Claske Dijkema, Université de Bâle
Claudio Bolzman, HES-SO
Collet Isabelle, UNIGE
Cynthia Kraus , Université de Lausanne, Suisse
Damian Rosset, Université de Neuchâtel
Dana Landau, Universität Basel
David COMTE, Université de Lausanne
Déborah Da Silva, Université de Lausanne
Dr Jeremy Moulard, UNIL
Ehemann, Université de Lausanne (UNIL)
Eléonore Lépinard, Université de Lausanne
Elisabeth Militz, Universität Bern
Ellen Hertz, Université de Neuchâtel, Suisse
Elsa Raynal, Université de Lausanne
Emilie Martini, Université de Lausanne
Emmanuel Charmillot, Université de Neuchâtel
Eva NADA, Université de Genève
Farinaz Fassa, Université de Lausanne
Fautras Mathilde, Université de Fribourg
Felix Bühlmann, Université de Lausanne
Fiona Friedli, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
François Allisson, Université de Lausanne
François Schoenberger, Université de Lausanne
Françoise Grange Omokaro, IHEID Genève
Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne
Frédérique Leresche, Université de Genève
Garance Clément, Laboratoire de Sociologie Urbaine – EPFL
Gardey Delphine, Université de Genève
Gil Viry, University of Edinburgh, UK
Giraut, Université de Genève
Gottraux Philippe, UNIL-IEP Institut d’études politiques
Graziella Moraes Silva, IHEID
Hagen Steinhauer, Universität Bremen
Ibrahim Soysüren, Université de Neuchâtel
Ilana Eloit, Université de Lausanne, Centre en Études Genre
Irene Maffi, Université de Lausanne
Iris Stricker, Université de Berne
Jackie Vorpe, IFFP
Janick Marina Schaufelbuehl, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Université de Neuchâtel
Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Joanna Menet, Université de Neuchâtel
Jobin Raphaël, Université de Lausanne
Johanna Yakoubian, UNIL et UNIGE
Jonas Masdonati, Université de Lausanne
Jonathan Klemp, Université de Lausanne
Karel Héritier, Université de Lausanne
Karin Schwiter, Universität Zürich
Karine Duplan, Université de Genève
Kate Schipper, Université de Lausanne
Kerstin Duemmler , IFFP
Koorosh Massoudi, Université de Lausanne
Kornelia Imesch Oechsin, Université de Lausanne
Kristine Balslev, Université de Genève
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Laura Nkula-Wenz, Universitaet Basel
Laura Perler, Universität Bern, Universität St.Gallen
Laure Kaeser, Université de Lausanne
Laurence Bachmann, Haute école de travail social, Genève (HES SO)
Lucile Franz, Université de Lausanne
Lucile Maertens, Université de Lausanne
Lucile Quéré, Université de Lausanne
Lysiane Adamini, Université de Lausanne
Maëlys Tirehote-Corbin, Université de Lausanne
Magali Feller, Institut Fédéral des hautes études en formation professonnelle
Marc Perrenoud, Université de Lausanne
Marianne Modak, HES-SO
Marine Kneubühler, Université de Lausanne
Maroua Sbyea, UNIL – CEG
Martina Avanza, Université de Lausanne
Martine Schaer, Université de Neuchâtel, Suisse
Marylène Lieber, Université de Genève
Meier Daniel, Université de Genève
Michael Strebel, Université de Lausanne
Milana Aronov, Université de Lausanne, University of Warwick
Miriam Odoni, Université de Neuchâtel
Muriel Bruttin, Université de Lausanne
Nadia Lamamra, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle – IFFP
Nelly Valsangiacomo, Université de Lausanne
Nicholas Pohl, Université de Lausanne
Nicolas Bancel, Université de Lausanne
Nils Kapferer, Université de Bâle
Nora Komposch, Institute of Geography, University of Bern
Olivier Ejderyan, ETH Zurich
olivier fillieule, Institut d’Etudes Politiques de Lausanne
Olivier Voirol, Université de Lausanne
Oriane Sarrasin, Université de Lausanne
oscar mazzoleni, université de Lausanne
Pascal Roman, Université de Lausanne
Patricia Roux, Revue Nouvelles Questions Féministes
Philip Balsiger , Université de Neuchâtel
Pierre Eichenberger, UNIL
Prof. Grégoire Mallard, Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), Genève
Prof. Laure KLOETZER, Université de Neuchâtel
Prof. Véronique Mottier, Université de Lausanne
Quentin Tonnerre, Université de Lausanne
Rafaël Lazega, Université de Lausanne, Centre Walras Pareto
Rahel Kunz, Université de Lausanne
René Levy, Université de Lausanne
Rey Séverine, Haute école de santé Vaud HES-SO
Robert Avery, University of Lausanne
Robin Stünzi, Université de Neuchâtel
Roca escoda marta, Université de Lausanne
Romaine Girod, Université de Lausanne
Sabot Cléolia, UNIL – Université de Lausanne
Sandrine Billeau, Université de Genève
Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Silvia Wojczewski, Université de Lausanne
Stefan Manser-Egli, Université de Neuchâtel
Stefan Schlegel, Université de Berne
Stefanie Boulila, Hochschule Luzern
Stéfanie Prezioso, Université de Lausanne
Stephane Rothen, Université de Genève
Stéphanie Ginalski, Institut d’Etudes politiques, Université de Lausanne
Sunčana Laketa, Université de Neuchâtel
Tamara Constantin, Université de Lausanne
Thomas Bouchet, Université de Lausanne
Verschuuren, Université de Lausanne
Vonnard Philippe, Université de Lausanne
Yves von Roten, Université de Lausanne

Pour lire le communiqué en allemand, cliquez ici.

Qui a peur de la non-mixité à l’UNEF et ailleurs ?

Communiqué de la section LDH EHESS, 14 avril 2021

Le 1er avril dernier, le Sénat votait un amendement au projet de la loi confortant le respect des principes de la République (dit « projet de loi contre le séparatisme ») ; il visait à dissoudre toute association qui interdirait « à une personne ou un groupe » de participer à une réunion, « à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion ». Dans le viseur : l’UNEF, coupable d’organiser des groupes de paroles entre racisé.es. Ce n’était nullement un poisson d’avril, mais un déni, voire une méconnaissance de l’histoire et de la mémoire des luttes qui ont jalonné à la fois les revendications pour la mixité et le recours à des espaces non-mixtes permettant aux dominé.es de se ménager un sas de réassurance pour mieux accéder à une parole plus égalitaire dans des groupes mixtes.

La polémique contre l’UNEF a la mémoire courte, qu’on en juge au prisme de l’histoire des femmes en France depuis 50 ans. La République, forte du monopole masculin de l’universel, a longtemps vécu sans le vote et la représentation des femmes, et il a fallu les lois sur la parité des années 2000 pour que l’accès à des postes de représentation au niveau national ne soit plus une exception.

Mais la loi fut aussi le résultat d’une mobilisation autonome des femmes. Les groupes « femmes » dans les syndicats, « le groupe G » au parti socialiste, « les groupes de paroles » au MLF, sont quelques-unes des façons de débattre pour mettre en forme des revendications acceptables dans les groupes mixtes. Dans tous les cas, il fallait arriver en force, c’est-à-dire après des délibérations entre femmes pour que la préséance et la rhétorique masculine bien huilée par des siècles de prises de parole aient quelques chances de baisser la garde.

Continuer la lecture

Suppression de l’ENA : Les (véritables) raisons du conformisme de l’administration

Emmanuel Macron a décidé de la suppression de la l’Ecole nationale d’administration, remplacée par une autre institution. Plusieurs collègues se sont exprimé·es sur le manœure du chef de l’État1. Nous reproduisons une analyse faite lors que les premiers effets d’annonce ont eu lieu.

  • Léa Guessier,  collectif d’agents publics engagé·es, Blog de Médiapart, 5 avril 2019

Chaque année, la publication du rapport du jury de l’ENA charrie son lot de débats et de polémiques sur le conformisme des candidat·es à l’école emblématique de la haute fonction publique, parfois à raison. On tente cependant plus rarement de comprendre et d’expliquer les ressorts sous-jacents de cette homogénéité dans la pensée et l’attitude des étudiant·es concerné·es. Or, le problème est plus fondamental et dépasse les quelques candidat·es dont les copies ou propos sont épinglées : au-delà de la seule ENA, c’est tout le système de formation des cadres de la fonction publique qui véhicule, sous couvert de normes de « bonne gestion », les idées politiques dominantes dans le corps administratif, et qui les diffuse dans un cadre propice à leur intégration passive par les futur·es fonctionnaires.

https://www.flickr.com/photos/joopey/906614579/in/photolist-2o7CVR-Ea6kv-5Dycra-9xWtdU-25XjYFo-hrgz-rGuaHW-MSmaG-FiufJT-r3gkdx-pk8jkW-ebMgqH-xq5ehs-z4NgQy-Gdk2cF-8VM3ei-7SBWGP-S5Q5G-bXcvGi-C91o2u-3eZPK-iVzn-HJsoDb-7NSW4K-fCjTxn-athayM-2fpcz2h-CUqESX-8DSEFz-dCY7xi-9qWrx-93dg-5rarAd-vcPiRG-pSC2h5-BqnJY-8ppwd4-fAQCCv-3Cq3s-4TJw31-tNCayK-cXwod9-9xgySN-4DRD8w-nJhZhQ-f48PZ3-a87gFx-26A5Tni-7Q9BVy-54UZdL

Plant. Crédit: Joopey, 2007

Continuer la lecture

  1. Par exemple, « Suppression de l’ENA : effet d’annonce ou annonce suivie d’effets ? » par Marc-Olivier Baruch, AOC, 12 avril 2021. []

Travail d’archive (9). « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

« STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00 »
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de « couper la République en deu », chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était « garden-party » tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : « C’est qu’ils se confinent mal »

Continuer la lecture

Programme B: « Qu’avons-nous fait de la recherche ? »

« C’est une crise qui accable l’univers de la recherche depuis des années, bien avant que le Covid vienne y ajouter son grain de sel. Le constat est assez accablant, au manque de moyens s’ajoutent le manque de postes, de reconnaissance, de débouchés

Malgré l’envie, malgré le dévouement des chercheur·euse·s, leurs parcours se jonchent d’obstacles de plus en plus durs à franchir. Certain·e·s s’accrochent, certain·e·s abandonnent, d’autres partent en quête de solutions alternatives. Toutes et tous ont à l’esprit une même interrogation : qu’avons-nous fait de la recherche ? »

Une série de Norah Benarrosh-Orsoni, réalisée par Alexandre Ferreira, proposée en podcast par Binge Audio.

Pour écouter les 4 épisodes (Faire le métier, Persister, Déserter, Tout changer), cliquez ici.

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Ces épisodes ont été produits en mars 2021. Réalisation : Alexandre Ferreira. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

Réguler le recours au travail précaire dans l’ESR.

— Le cas des fonctions d’enseignement et de recherche —

Les vacations et le travail gratuit dans l’enseignement supérieur et la recherche conduisent à masquer le manque structurel d’emplois titulaires d’enseignantes-chercheurs/ses. Il est nécessaire de revenir à des pratiques plus vertueuses en matière d’emploi.

La vacation : uniquement pour des besoins ponctuels.

Abolir la précarité dans l’Enseignement supérieur et la recherche ? On peut peut-être le souhaiter. Mais on nous objectera que cela est impossible car le recours à des personnels précaires « permet aux établissements d’ajuster de manière optimale leur besoin en personnel, qui ne peut être satisfait par le seul recours aux enseignants-chercheurs titulaires et aux enseignants non-permanents ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Le problème ne vient pas d’un recours aux vacataires mais d’un recours systématique à ces dernier.e.s, sur des tâches d’enseignement – le cas de l’intervention de professionnels extérieurs dont l’enseignement n’est pas le métier est différent. On constate alors que la vacation dans l’enseignement supérieur tend à remplacer l’emploi pérenne. Or, cet usage est expressément contraire aux textes qui régulent le travail dans les universités : les vacations dans l’enseignement supérieur « correspondent à un besoin ponctuel de l’établissement pour faire face à la charge d’enseignement » (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
À la place d’un emploi ponctuel, nous assistons au développement de l’emploi vacataire et au gel des recrutements des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses statutaires, de manière concomitante. Y a-t-il un lien délibéré entre les deux ?
Les textes précisent que « les conditions d’emploi et de rémunération des chargés d’enseignement vacataires (CEV) et des agents temporaires vacataires (ATV) feront l’objet d’un examen avec les organisations syndicales, les représentants des employeurs et les associations représentant les jeunes chercheurs et les candidats aux métiers de l’enseignement supérieur ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 – https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Ces discussions doivent impérativement réguler le recours à l’emploi vacataire en ne le déviant pas de son sens originel: l’emploi vacataire doit être limité à des besoins ponctuels.

Une nécessaire régulation du travail gratuit

En l’absence de volonté gouvernementale, les personnels ne sont pas entièrement démunis. Ils peuvent aider à stopper le recours au travail gratuit. Ils le peuvent notamment, en suivant ce Vade mecum de bonnes pratiques contre le travail gratuit non rémunéré des chercheurs sans postes :
  • ne pas inviter une personne sans poste à un colloque ou un séminaire sans s’assurer de lui garantir l’argent pour l’inscription, le transport et l’hébergement ( et donc ne pas lui annoncer après l’avoir invitée qu’en fait c’est elle qui doit tout payer de sa poche)
  • ou quand on organise un colloque, faire en sorte que les précaires et/ou étudiant·e·s, ou les personnes sans postes de chercheurs/ses, qui participent à l’organisation du colloque soient rémunéré·e·s (car dans les lignes des budgets pour les colloques, la main d’œuvre n’est, de manière générale, pas incluse)
  • ou encore, lorsqu’on sollicite un précaire ou une personne sans poste de chercheur/se pour l’édition d’un dossier de revue ou d’un livre collectif ou toute autre tâche de ce genre (animation d’un site internet par exemple), veiller à ce que cela soit payé
  • et de manière générale, lorsqu’on sollicite un-e précaire ou personne sans poste de chercheur/se pour des tâches de recherche, qu’une rémunération soit sollicitée auprès des laboratoires bénéficiant de ce travail. »

Mais le plus important reste de remettre la réglementation au coeur des pratiques : qu’elle vienne mettre un terme aux pratiques actuelles.

 

Continuer la lecture

Violences sexuelles à l’ISBA de Besançon : le directeur de l’établissement est suspendu

Academia vous parlait il y a quelques jours d’une lettre de soutien honteuse au directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, sous fond de violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement.

Les conclusions de l’enquête administrative viennent de tomber. Laurent Devèze, directeur de l’établissement, est suspendu pour fautes graves et une commission disciplinaire va être convoquée. En parallèle, une enquête judiciaire est en cours. Nous rappelons ici que l’affaire a commencé suite à des témoignages relayés sur une page Facebook « Balance ton école d’art ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision, premier pas vers la reconnaissance des témoignages des victimes. Un grand BRAVO à elles pour avoir eu le courage de témoigner.

Deux articles de presse pour en savoir plus :

Bruno Latour: C’est sur la biochimie de Madame Vidal qu’il faudrait enquêter

Bruno Latour sur Hors-série, 03.04.2021:

« Il y a une discipline sur laquelle j’aimerais bien qu’on ait une enquête de l’université et du CNRS, c’est la biochimie de Madame Vidal. C’est l’une des disciplines les plus corrompues par l’accès des entreprises à la science.

Neuraminidase Ribbon Diagram. Source: wikipedia

Donc, d’accord, on fait une enquête sur les ‘corruptions’ éventuelles du post-colonialisme à l’université, mais on le fait aussi sur la biochimie. Et puis peut-être aussi sur l’économie. Et puis, au fond peut-être aussi sur d’autres disciplines.

Si on commence à attaquer la question de la corruption de la politique de recherche, c’est une bonne question, mais il faut la faire sur toute la gamme des disciplines. »

Les œillets rouges, par Louise Michel

F. Roy, libraire-éditeur, (p. 158-159).

Dans ces temps-là, les nuits, on s’assemblait dans l’ombre,
Indignés, secouant le joug sinistre et noir
De l’homme de Décembre, et l’on frissonnait, sombre,
Comme la bête à l’abattoir.

L’Empire s’achevait. Il tuait à son aise,
Dans sa chambre où le deuil avait l’odeur du sang.
Il régnait, mais dans l’air soufflait la Marseillaise.
Rouge était le soleil levant.

Il arrivait souvent qu’un effluve bardique,
Nous enveloppant tous, faisait vibrer nos cœurs.
À celui qui chantait le recueil héroïque,
Parfois on a jeté des fleurs.

De ces rouges œillets que, pour nous reconnaître,
Avait chacun de nous, renaissez, rouges fleurs.
D’autres vous reprendront aux temps qui vont paraître,
Et ceux-là seront les vainqueurs.

Freedom day celebrations, Portugal. Crédit: Jaime Silva, 2015

« Le droit d’agir, le devoir de rendre compte »

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Racisme d’État : les « Sages » républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

Le sens des priorités. La ministre réforme discrètement la protection fonctionnelle

Pour qui en doutait, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) sait être réactif et protecteur. Simplement, il choisit soigneusement ses sujets, en fonction de priorités qui lui sont propres.

Alors que le président de l’ENS de Lyon, Jean-François Pinton, est sous le feu des critiques pour son inaction face aux violences sexuelles et sexistes qui sévissent dans son établissement1 un décret vient opportunément de paraître au Journal officiel pour modifier les règles de la protection fonctionnelle dont peuvent bénéficier les président·es d’établissements placés sous la tutelle du MESRI (universités, écoles normales supérieures, établissements publics de recherche, …). Jusqu’ici, l’octroi de la protection fonctionnelle aux président·es était géré de manière autonome par chaque établissement, comme le rappelait une note de la DAJ B2 – le doux nom de code du bureau des affaires contentieuses de l’enseignement supérieur et de la recherche au ministère – du 19 juillet 2019. Avec le nouveau décret, c’est désormais le recteur ou la rectrice de région académique qui assurera cet octroi.

Nous nous contenterons de deux remarques à ce stade :

  1. C’est une idée étrange de penser qu’il est préférable de placer la protection fonctionnelle des président·es entre les mains des recteurs et des rectrices, donc du ministère, plutôt que d’organiser les conditions d’une gestion autonome et satisfaisante de cette question à l’intérieur des établissements.
  2. Surtout, le message envoyé est désastreux : plutôt que de reprendre à bras-le-corps le problème général de la protection fonctionnelle des personnels des université, qui n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, traité de manière satisfaisante, le ministère organise exclusivement la protection des présidences.

On voit les priorités.

Extrait du décret du 29 mars 2021 [Journal officiel]

Sur Academia

  1. Sur ce sujet voir « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021. []

L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore « produire » des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture