Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé Racisme, islamophobie, antisémitisme” a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. “Un traitement médiatique biaisé” dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée “harcèlement” — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ “affaire” de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce “islamo-gauchiste” depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi “confortant le respect des principes de la République” par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son “avis” sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les “cadets Bourbons” de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente “liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France” par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, “la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation. Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

“Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner.”

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’”islamophobie”. Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un “traitement médiatique biaisé”. Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. “Islam ≠ Terrorisme”, peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le “racisme est un délit” et pour dire “stop à l’islamophobie”. (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette “cabale” serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme “islamophobie” lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, “la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po”. “Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue”, dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

“Une réécriture de l’histoire” qui ferai “honte” à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []

La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles

Omerta mode d’emploi #9

← Article précédent

Article suivant →

Continuer la lecture

Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition

Omerta mode d’emploi #8

← Article précédent

Article suivant →

A l’ENS de Lyon, beaucoup d’événements se passent dans le calme feutré des cercles universitaires et ne sont donc pas visibles de l’extérieur. Pourtant, depuis quelques semaines, l’ENS est en ébullition, pour dire stop au déni de la direction et du président Pinton sur les questions de santé étudiante et les violences sexuelles et sexistes.

Photo de l’ENS de Lyon, toujours vide, mais où une gronde étudiante monte sur des sujets de santé étudiante et de violences sexistes et sexuelles

C’est d’abord la publication des résultats d’une grande enquête sur les formations et la santé, menée par les élu·es étudiant·es en 2019 (disponible ici), qui a mis le feu aux poudres. Les résultats de cette enquête sont éloquents et montrent une augmentation des troubles de la santé depuis la précédente vague d’enquête, en 2015. Ils montrent aussi les forces comme les faiblesses du modèle de scolarité impulsé par l’équipe présidentielle de l’ENS. Tous ces éléments, bien qu’appuyés sur une démarche de traitement des données au sein du laboratoire de l’éducation, ont été balayés par la présidence, qui, dans un mail lapidaire, a parlé d’un rapport « à charge », rempli « d’attaques personnelles », qui aurait « choqué » de nombreux·ses enseignant·es-chercheur·euses.

Continuer la lecture

Contre le déni par la Présidence de l’ENS de Lyon, du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles, organisons-nous ! Communiqué interassociatif

Google. Deuxième chercheuse licenciée dans l’équipe “Éthique et intelligence artificielle”

Deux mois après Timmit Gebru, c’est dont la responsable de l’équipe Éthique et intelligence artificielle que Google licencie. Elle avait dénoncé le licenciement de la chercheuse, mais plus généralement le déni des pratiques discriminatoires de l’entreprise.

dépêche AFP, enrichie, d’après France 24

Profil twitter de Margaret Mitchel,l AI Google

Les libertés académiques et la protection économique due aux chercheuses et aux chercheurs s’applique-t’elle dans les grandes firmes qui soutiennent des activités de recherche ? La question se pose avec le second licenciement opéré par Google dans son équipe Éthique et intelligence artificielle.

Margaret Mitchell, qui a fondé l’équipe de recherche en éthique et intelligence artificielle de Google, a été “virée” (“I am fired”), a-t-elle annoncée vendredi sur Twitter, un mois après sa suspension qui avait déjà valu des critiques au géant des technologies.

“Après avoir passé en revue le comportement de cette directrice, nous avons confirmé qu’il y a eu de multiples infractions à notre code de conduite, ainsi que de nos règlements sur la sécurité, y compris l’exfiltration de documents confidentiels sensibles et de données privées sur d’autres employés”,

a déclaré un porte-parole du groupe californien à l’AFP.

Continuer la lecture

Pour un environnement professionnel sécurisant et ouvert à la diversité

Le titre de ce billet reprend le sous-titre d’une charte récemment mise en place par l’Institut de recherche en informatique fondamentale (Irif) de l’Université de Paris.

Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir évoluer dans le meilleur environnement de travail possible, que ce soit dans les locaux du laboratoire ou en dehors (missions, colloques, comités…). En s’appuyant sur des valeurs fondatrices, telles que les principes d’égalité, de transparence et de respect mutuel, l’IRIF cherche à assurer un environnement de travail garantissant à toutes et tous l’égalité de traitement et des chances, ouvert à la diversité, sécurisant, respectueux et exempt de discrimination et de harcèlement.

— Préambule de la Charte des membres de l’Irif

Cet institut de recherche vient en effet de mettre au point une charte assez détaillée reprenant un certain nombre de recommandations et prescriptions de nature à favoriser ce « meilleur environnement de travail possible ».

Il s’appuie pour cela le rappel de certains articles de loi (article 6bis de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, articles 222-33 et 222-22-2 du code pénal concernant le harcèlement sexuel ou moral, articles 225-1 et 225-1-1 du code pénal concernant la discrimination), le réglement intérieur concernant la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel en vigueur à l’Université de Paris, les recommandations (8 juillet 2020) de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS, le code de déontologie scientifique du CNRS, ainsi que sur des chartes extérieures, telle la charte d’Engagement LGBT+ de L’Autre Cercle.

Les trois premières pages du document sont organisées suivant trois grands thèmes :

  • Égalité de traitement et de chances, ouverture à la diversité;
  • Dignité personnelle, respect du travail et des personnes;
  • Protection contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel,

et sont complétées par une vingtaine de situations concrètes accompagnées de recommandations, voire de prescriptions, plutôt précises.

Elles indiquent aussi, à l’attention des victimes, un certain nombre d’interlocuteurs, proches ou non, susceptible de les écouter et de les aider.

Enfin, ce document insiste sur la responsabilité de la direction du laboratoire « qui est là pour porter aide et secours à toute personne de l’Irif, membre ou visiteur. »

Aux Beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur. Sur StreetPress

« C’est un système entier à repenser » Aux beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur

« C’est un petit milieu patriarcal où des professeurs se permettent tout », résume une pensionnaire des beaux-arts. Depuis un an, les étudiantes des 46 écoles d’art prennent la parole pour dénoncer sexisme et harcèlement. Témoignages.

« J’ai présenté une vidéo [à mon professeur], il m’a dit qu’elle serait mieux si j’étais nu », « Il a touché mon sexe au travers du tissu », « Il m’a mis une énorme main au cul », « Désolé mais je n’arrive pas à t’écouter, tes créoles, ça me fait fantasmer ». Sur Instagram, une trentaine de témoignages racontent les agressions sexuelles et la misogynie dans les écoles d’art. Lassées des agissements de leurs professeurs, trois étudiantes des beaux-arts de Rennes lancent en février dernier un questionnaire partagé dans tous les établissements de Fralnce.

Lire la suite sur StreetPress

#ResistESR

Harcèlements à l’Université de Paris. Communiqué intersyndical au sujet du Département d’études psychanalytiques

Omerta mode d’emploi #7

← Article précédent

Article suivant →

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission d’Olivier Duhamel : publication du rapport

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission du président de la Fondation nationale des sciences politiques

Rapport IGÉSR n° 2021-028, février 2021

Ce rapport d’inspection générale fait suite à la démission le 4 janvier 2021 du président de la Fondation nationale des sciences politiques, consécutive aux accusations portées contre lui, et à la déstabilisation que cette démission a provoquée au sein de Sciences Po Paris.

Rapport – Publication : 15.02.2021

Le rapport examine dans un premier temps la chronologie des évènements qui révèle les responsabilités du directeur de Sciences Po ainsi que celles d’autres personnes exerçant des fonctions au sein de l’établissement, analyse les améliorations possibles de la gestion de crise et enfin aborde les suites possibles au plan de la gouvernance et des dispositifs internes en matière de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Auteurices :

Cristelle Gillard (pilote)
Patrick Lavaure (pilote)
Olivier Sidokpohou
Sophie Bergerat

Violences sexistes et sexuelles à SciencePo. Communiqué de la Faculté permanente, 20 janvier 2021

Position de la faculté permanente de Sciences Po-20jv2021 (version .pdf)

Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine

Instituer la domination : ce que l’on apprend (aussi) à l’École polytechnique

Le texte qui va suivre est parvenu à la rédaction d’Academia par un ancien élève de l’École polytechnique au cours de la première décennie du vingtième-et-unième siècle.

  • par un ancien élève de l’École polytechnique, entre 2000 et 2010
Ces jours-ci, Twitter a recueilli des témoignages d’anciens étudiants de classes préparatoires (@e03fx, @BrKloeckner, @Celine_at_Paris entre autres), tout particulièrement relativement au sexisme dans ces classes. Dans ce contexte, j’ai été amené à raconter pour la première fois à une observatrice extérieure quelques jours, qui me parurent à l’époque anodins, lors de mon intégration à l’École polytechnique. Ceux-là même qui sont immergés dans des rapports sociaux peuvent être les derniers à en percevoir la signification, et la violence le cas échéant. Ses remarques m’ont fait prendre conscience de ce qui se joue en quelques jours, quelques heures même, et de ce que l’on peut apprendre (aussi) à l’École polytechnique.
 
J’ai choisi de ne pas censurer ce texte. Il contient donc des propos vulgaires et sexistes.
Le vendredi après-midi de la première semaine de ma promotion à l’École polytechnique, celle-ci fut rassemblée par les élèves des promotions supérieures responsables de notre intégration sur la Cour dite d’Honneur du campus. Ils nous enseignèrent ce qui devait devenir notre slogan de promotion. Si quelqu’un criait à la cantonade “C’est la fin du monde”, nous devions répondre “Enculez-vous”. Il  y eut quelques répétitions et quelques exercices, afin que le message soit bien intégré. Ce soir-là, il y eut la première soirée de notre promotion au bar du campus. Pour la première fois de ma vie, mais pas pour la dernière, j’ai vu un groupe de jeunes hommes former un cercle autour d’une jeune femme, et littéralement faire la queue pour s’adresser à elle (rappelons ici que l’École polytechnique intègre entre 15 et 20 pour cent d’étudiantes dans ses promotions – 18% pour la mienne).
 
Le lendemain était la journée de bizutage. Quelques mois auparavant, une affaire tragique avait attiré l’attention sur les dangers de cette pratique, et il nous fut clairement expliqué qu’il n’y aurait aucune contrainte, aucun acte dégradant : cette journée ne devait être et ne serait que l’occasion de nous amuser et de faire connaissance. Divisée en sections de 30, notre promotion partit donc pour Paris avec des “missions” à remplir. La première que ma section accomplit fut de démonter un panneau de circulation, ce qui nous valut une interpellation par la police. Nos camarades des promotions supérieures organisant la journée rappliquèrent en quatrième vitesse et ils parlementèrent avec les policiers pendant que nous remontions (avec succès) le panneau. Les policiers nous adressèrent une dernière admonestation, reprise par nos camarades, puis s’en allèrent (l’usage de la comparution immédiate et du LBD fut très modéré pendant tout l’échange, je rassure les lecteurs). Dès que les policiers eurent le dos tournés, nos camarades nous félicitèrent pour cette action “géniale et parfaite” et nous assurèrent que la remontée du panneau (qui avait nécessité une pyramide humaine et qu’ils avaient filmée) serait diffusée dans le film de la journée, le soir-même. Profitant de la présence des caméras de l’École, une camarade de promotion suggéra que nous fassions un strip-tease dans une rue piétonne du 5ème arrondissement pour le bénéfice des clients d’un café en terrasse, et en échange de tasses à café : ramener des tasses à café pour le café de l’école était une des missions que nous avions reçues. Aussi dit, aussitôt fait. Cinq ou six d’entre nous — deux étudiantes et trois ou quatre étudiants — accomplirent ce strip-tease en pleine rue (je crois que je n’en faisais pas partie, il me semble que j’en aurais gardé un souvenir). Les cameramans qui nous suivaient depuis l’affaire du panneau filmèrent le strip-tease puis s’éclipsèrent : une autre section avait eu l’idée d’envahir le boulevard Saint-Michel et de le transformer en cours de tennis, il fallait au plus vite qu’ils aillent filmer la scène.

Fresques d’« Absolut Vodkès » et « World Wide Kès » sur le pavillon Foch. Crédit: Collections École Polytechnique / Jérémy Barande – CC-BY

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #5

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier2 : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []
  2. Update 29/1/2021. Précisons que cette information date d’octobre 2020. Certain·es témoins, selon nos informations, ont depuis pu réécrire le document et l’ont signé. []

Les garçons innocents et l’obsédé coupable

Omerta mode d’emploi #4

← Article précédent

Article suivant →

 

  • par un collectif d’enseignantes-chercheuses

Les propos orduriers et les comportements graves et inadmissibles à l’égard d’étudiantes de Thomas Branthôme, MCF en histoire du droit, ont été très récemment exposés par Sylvia Zappi dans Le Monde1. Ils ont suscité beaucoup de réactions. Ce qui nous inquiète, c’est à quel point les réactions se focalisent sur son vocabulaire et ses expressions grossières, plus que sur son comportement lui-même, et les conditions qui lui ont permis de se conduire ainsi dans la plus totale impunité durant des années, entre l’Université d’Évry, Science Po et désormais Université de Paris.

Nous craignons que ne se mette en branle un mécanisme analogue à celui que décrit si bien Valérie Rey-Robert dans son ouvrage sur la culture du viol2 , et qui relève de la mythologie du viol que des théoriciennes et chercheuses déconstruisent depuis les années 19703 : plus on décrit le violeur comme violent, grossier, brutal, plus les hommes « normaux » se sentent dédouanés dans leurs petites manœuvres et petites pressions, leurs chantages feutrés pour extorquer des rapports sexuels—le violeur, c’est toujours l’autre, celui qui menace d’un couteau dans une ruelle obscure !4 Plus on nous décrit « l’enseignant-chercheur queutard » comme agressant verbalement des étudiantes avec des propos crus, plus les enseignants-chercheurs « ordinaires », juste modérément sexistes, avec des propos policés, s’autorisent à penser qu’eux, c’est différent : eux draguent leurs étudiantes, mais dans le respect…

Nous comprenons pleinement la stratégie des étudiantes et de la journaliste qui rapporte leurs témoignages: ces mots crus, orduriers, sont ce qui fait réagir l’opinion, qui serait sinon prompte à normaliser le comportement de Branthôme, ou à insister sur le fait qu’après tout, les étudiantes sont majeures et en mesure de consentir à une relation entre adultes… Faisant fi de la déontologie professionnelle et du fait que non, jamais, la relation entre enseignant et étudiante, même à l’université, n’est une relation entre égaux. Elle se construit nécessairement dans une relation d’autorité et de domination car même si on n’est plus directement dans une relation où l’un note le travail de l’autre, on peut toujours se trouver dans une relation où l’un peut nuire à l’autre : en refusant une lettre de recommandation, en le critiquant auprès de collègues ou de partenaires professionnels, bref, en limitant par différents gestes ses opportunités académiques et professionnelles…

The Wake Of The Angel. Elend

Continuer la lecture

  1. Voir, aussi, sur Academia, Harcèlement dénoncé à l’Université de Paris, 9 décembre 2020. []
  2. Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française, éditions Libertalia, 2020 []
  3. Martha R. Burt, 1980, « Cultural Myths and Support for rape », Journal of Personality and Social Psychology, 38 (2), p. 217-230 []
  4. Noémie Renoir, « Mythes sur les viols », en 5 parties, en ligne. []