Les étudiant·es entrent en grève. Les policiers besognent. Libération, 7 janvier 2021

En passant

A la Sorbonne, des violences policières émaillent les mobilisations étudiantes

Ce jeudi matin, un étudiant a été interpellé et plusieurs blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre, à l’occasion du blocus de l’université parisienne. La veille, des violences policières avaient déjà été dénoncées lors d’un autre blocus.

  • par Cassandre Leray, Libération, 7 janvier 2020 [sous embargo]. Extraits

Depuis le début des partiels, Suzanne, 20 ans, n’a pas passé le moindre examen. Boycott complet, pour un ras-le-bol total. Ce jeudi ne fait pas exception. Etudiante en troisième année d’anglais, elle est censée composer à 8h30. Mais au lieu de ça, dès 7h du matin, elle se pointe avec sa meilleure amie Ilona1 et plusieurs dizaines d’autres étudiantes et étudiants devant la Sorbonne (Ve arrondissement). Le groupe installe collectivement chaînes, grilles et poubelles pour bloquer l’entrée. «Puis on a fait une chaîne humaine. On était pacifiques, on ne disait rien, on ne bougeait pas. C’est là que les policiers sont arrivés et qu’il y a eu des violences…» raconte Ilona, la voix enrouée. «Je suis encore sous le choc», embraye sa meilleure amie.

Depuis plusieurs jours, les mobilisations s’enchaînent sur différents sites de la Sorbonne, prestigieuse université parisienne. À leur échelle, les étudiants tentent de se faire entendre face à une administration qui «n’écoute pas», déplore Suzanne : «Tout ce qu’on veut, c’est l’égalité pour les partiels. On ne dénonce pas seulement les examens inadaptés, mais aussi les conditions dramatiques dans lesquelles on vit depuis des mois et le silence de l’université», ajoute-t-elle.

Continuer la lecture

  1. Les prénomns ont été modifiés. []

Chronique d’un hiver, par Broute

Les mots de Blanquer et les yeux des manifestants : assaut étatique contre la liberté d’expression

Les mots de M. Blanquer, les mains et les yeux des manifestants: ce sont là les deux faces d’un même assaut étatique contre la liberté d’expression. La sortie de Blanquer, bête, peu informée et aveugle aux inégalités systémiques et au vrai séparatisme, n’est que le bras rhétorique des lacrymogènes, LBD et violences policières.

L’art dans le parc, Kaboul, Afghanistan (c) Canada en Afghanistan, 2014
En octobre 2014, l’ambassade canadienne en Afghanistan a organisé sa célébration annuelle de la liberté d’expression des femmes par l’art et la musique. ART IN THE PARK a présenté des performances d’étudiantes du célèbre Institut national afghan de musique.

Depuis l’affreux attentat de Conflans-Sainte Honorine, les sorties médiatiques de certains ministres montrent qu’il est loin le temps où le pouvoir macronien, ou en tout cas son leader éponyme, ne voulait pas verser dans la surenchère sur le « communautarisme », la laïcité » (mal) comprise comme interdiction des signes religieux dans l’espace public, « le problème musulman », etc. En quelques jours, M. Macron a montré son incapacité à cadrer ses troupes, dont certains membres importants chassent en toute quiétude sur les terres politiques de l’ex-Front National.

Blanquer et les philosophes du dimanche

Les propos de M. Blanquer sur « l’islamo-gauchisme » qui gangrènerait l’université sont en train de susciter un tollé légitime dans les facs de France. En reprenant une antienne sans le moindre début de fondement dans les sciences sociales, M. Blanquer a fait un clin d’œil complice à certains intellectuels du dimanche qui, en France, sont ubiquitaires dans les médias, mais invisibles dans les archives, les bibliothèques, et dans l’espace social au-delà, bien sûr, d’un périmètre feutré autour de Saint-Germain des Prés.

Beaucoup plus grave : M. Blanquer s’immisce sur un terrain qui n’est pas le sien. On attend toujours une réaction sans aucune équivoque de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, notre ministre. Continuer la lecture

Sidération. Newsletter du 28 septembre au 4 octobre 2020

La stratégie du choc.

On a beau le savoir, avoir lu Naomi Klein, avoir vu et revu La stratégie du choc (2008), on reste subjugué par la puissance de la mécanique, l’efficacité du rouleau compresseur.

Rappelons la séquence que nous, chercheur∙ses et universitaires, venons de subir : nous avons découvert les grands traits d’une Loi, dite de Programmation pluriannuelle de la recherche, à l’automne 2019, et son idéologie morbide dite « darwinienne » dans la bouche du pdg du CNRS. Plusieurs collectifs — précaires, Facs et labos en lutte, RogueESR, Sauvons l’université, syndicats réunis en intersyndicale — ont appelé à une mobilisation croissante jusqu’au point culminant du 5 mars 2020, lors de l’événement « L’Université et la recherche s’arrêtent », dont l’ampleur a surpris préfet et Ministère. Le gouvernement a ensuite placé la société française un état d’urgence bientôt plus politique que sanitaire. Méfiants, nous avons présenté à la Ministre une pétition, soutenue par de nombreux collectifs et sociétés savantes, ainsi que 17 000 signatures, pour exiger que le report de l’examen de la LPPR à la sortie de l’état d’urgence. La Ministre a décidé d’initier le processus législatif au moment le plus difficile pour les universités, pleinement engagés sur l’évaluation des diplômes en juin ; et dans l’accueil des étudiant∙es à la rentrée 2020.

L’Université et la recherche s’arrêtent, Paris, 5 mars 2020

Non seulement le gouvernement a-t-il engagé une procédure accélérée pour l’examen d’un texte devenu entre-temps « Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur », mais il a refusé de financer les surcoûts d’une rentrée dantesque, de recruter des agents supplémentaires, d’engager des budgets d’équipement. Qui plus est, le Ministère ne s’est pas préoccupé d’accompagner les établissements dans la gestion de cette situation inédite ; il n’a eu de cesse d’énoncer des injonctions contradictoires — scenarii à préparer pendant l’été ; tout présentiel à la rentrée ; responsabilité individuelle des étudiant∙es dans la propagation de l’épidémie ; jusqu’à l’imposition du 50% de jauge du jour au lendemain au moment où nous bouclons cette Newsletter.

Tous les efforts de la Ministre se portent sur le vote de la LPR. Academia a continué à décortiquer la loi et ses divers amendements. Julien Icard a repéré un cheval de droit législatif visant à faciliter la privatisation de l’enseignement supérieur. Un collectif de géographes a proposé une analyse de la désertification scientifique en cours. « L’État abdique de ses responsabilités » dans la gestion de la rentrée, déplore Valérie Rabault, députée PS. Il est temps d’avoir une autre interprétation : le Ministère organise le chaos, en vue de briser toute contestation et d’imposer une loi décriée par tous, même par les facultés de droit.

Continuer la lecture

« Manifestants, pas criminels » : de la négation active des droits constitutionnels par l’appareil d’État et des conséquences à en tirer

« France : Comment des milliers de manifestants pacifiques ont été arbitrairement arrêtés et poursuivis » : tel est le titre, acide, du rapport qu’Amnesty a rendu public le mardi 29 septembre 2020. Au terme d’une enquête de 18 mois, l’association établit que, depuis la fin 2018, en France, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Manifester pacifiquement expose au risque de violences policières, mais aussi à celui de finir en garde-à-vue. Les autorités, précise-t-elle, ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des milliers de personnes qui n’avaient commis aucune violence. .

Démontant les mécanismes de “maintien (sic) de l’ordre”, les usages abusifs de lois pour organiser, à l’instar de pays totalitaires, les arrestations préventives, les condamnations abusives, l’usage d’armes létales et asphyxiantes, l’État français a empêché l’expression démocratique des opinions et de la constestation. Jusqu’à se voir condamnée à l’interdiction de manifester, comme Odile. Dans cette répression, la communauté universitaire n’a pas été épargnée :  on se souvient de Gilles Martinet, doctorant de l’UPEC, blessé au visage sur le Parvis des droits de l’homme  le 21 janvier, à l’occasion d’une contre-manifestation lors de voeux de Frédérique Vidal. L’an passé, le sociologue Nicolas Jounin jugé et relaxé. En 2018, les collègues de Nanterre condamnés en première instance pour avoir participé à une assemblée générale à Nanterre évacuée violemment par les CRS le 9 avril. Ils seront jugés en appel demain (13 octobre) à la Cour d’appel de Versailles1.

Continuer la lecture

  1. Pour exiger la relaxe de Victor et Roga, et contre la répression qui s’abat sur de nombreux·euses militant·es des mouvements sociaux, appel à un rassemblement de soutien le 13 octobre à 12h30 devant la cour d’appel de Versailles ! []

Violences étatiques faites aux femmes

 

7 mars 2020. Une marche nocturne des droits des femmes est organisée au départ de la Place des fêtes, jusqu’à la Place de la République. Rapidement, elle réunit plusieurs milliers de manifestantes, équipées de pancartes, très inspirées des gestes d’Aïssa Maiga, d’Adèle Haenel et de Virginie Despentes. (Photos: Mathilde Larrère)

Dans cette joyeuse ambiance survoltée, des chants se sont élevés :

 

À l’approche de la symbolique place de la République, les brigades de politicers choisissent de charger des manifestantes nombreuses, bruyantes, déterminées, et pacifistes.

Continuer la lecture