Les Crous à la loupe : Le Canard Enchaîné, 22 et 29 décembre 2022

En passant

Les Crous, entre insalubrité et insécurité

Le Canard enchaîné s’intéresse de près aux (malheurs des) étudiants et étudiantes. Le 22 décembre, Fanny Ruz-Guidos consacre un article à l’insalubrité sordide des Crous et aux 24 000 logements manquants à la promesse d’Emmanuel Macron. Elle enchaîne le 29 décembre avec un autre article sur l’insécurité dans laquelle vivent les étudiants et surtout les étudiantes. #MeTooESR

Continuer la lecture

Lutte contre les violences masculines à l’université : un… appel à projet du MESRI

Plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le supérieur : focus sur trois projets collaboratifs

Le ministère de l’Enseignement supérieur a lancé un appel à projets pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, doté de 727.600 euros, pour un montant moyen de 14.500 euros de subvention par projet. Le comité de sélection, qui a rendu sa décision le 25 novembre [2021], a été particulièrement sensible aux dispositifs mutualisés entre plusieurs établissements. Cinquante projets ont été retenus.

Continuer la lecture

À Uppsala, l’université ferme le département de neurologie suite à des sérieux problèmes de gestion financière et de harcèlement moral et sexuel

Informée des problèmes touchant à l’environnement de travail insolubles, l’université d’Uppsala a décidé de fermer le département des neurosciences. Plusieurs employés dénoncent une culture du silence et affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel, #MeTooESR

Le 29 octobre 2021, la région et la direction de l’université ont fait savoir qu’iels cherchaient une solution qui donne à la recherche et à l’enseignement les meilleures conditions pour continuer à se développer positivement et que la fermeture du département de neuroscience était envisagée.

“L’objectif est de trouver une solution qui renforce les activités dans un nouvel environnement fonctionnel offrant de bonnes conditions pour la poursuite du développement et où les gens se sentent à l’aise et veulent travailler”, *

explique le vice-recteur Mats Larhed, en charge du processus et est en dialogue permanent avec le vice-chancelier.

Le département des neurosciences, créé en 1998, résulte de la fusion de plusieurs petits départements cliniques et précliniques, ce qui était jugé intéressant et positif par les chercheurs de l’époque. Il compte aujourd’hui près de 150 personnes. Plusieurs défis administratifs, tels que les différents systèmes de suivi, ont été résolus au fil des ans, mais certaines difficultés subsistent. Cependant, lors de l’évaluation des environnements de recherche de l’Université, KOF17, réalisée en 2016-2017, il est apparu que le département était aux prises avec des problèmes insolubles d’environnement de travail. Des mesures ont été prises, mais les problèmes ont persisté, affectant, entre autres, la capacité du département à prendre et à mettre en œuvre des décisions. Conflits entre groupe à propos du budget, comportements toxiques qui ont affecté le bien-être et la performance au travai, même si elle n’ont pas concerné l’ensemble du personnel, elles ont eu collectivement un impact négatif sur l’institution qui entendait développer la formation, la recherche et la collaboration.

Biomedicinskt centrum, Upsala Universitët

Au printemps dernier [2021], il a été décidé d’introduire un responsable externe, faute d’accord sur une candidature interne. Lars Rönnblom, ancien chef de service expérimenté dans le domaine scientifique, s’est vu confier cette mission. Après avoir considéré plusieurs options, il a été jugé que la dissolution du département est considérée comme la meilleure solution, tant par la direction de l’Université et celle de la région, que par les employés du département, comme ayant les meilleures chances de résoudre la situation à long terme. En parallèle, les cas personnels ont été examinés ; les personnes concernées se sont vues offrir soutien et accompagnement. Toutefois cette décision n’est pas consensuelle, certains jugeant que cette extrémité n’était pas nécessaire. .

Pour le vice-chancelier adjoint Mats Larhed, interrogé par Anneli Waara,  l’objectif est clair : il faut donner à la recherche et à l’éducation les meilleures conditions possibles.

“Et je tiens à souligner que de grandes parties du département mènent des activités de recherche et d’enseignement de grande qualité, il ne s’agit pas d’une disparition des activités. Nous voulons vraiment trouver une solution pour le bien de tous,”, précise-t-il.

La dissolution du département ne devra pas affecter les groupes de recherche, pas davantage que les cours ou le planning des salles de cours.

Après cette date, une procédure visant la dissolution du département s’est tenue: consultations début novembre, évaluation des risques pour l’environnement de travail le 17 novembre. Le 15 décembre, le comité disciplinaire de la faculté répartit les équipes, afin que le vice-chancelier puisse prendre la décision de fermeture le 16 décembre 2021.

Capture d’écran du site web du Département de neurosciences, Université d’Upsala, 24 décembre 2021

L’université a fait ainsi savoir qu’elle prenait cette décision en raison de tensions “liées aux finances et à des problèmes d’environnement de travail insolubles”. Pourtant selon le journal Dagens ETC, qui a été en contact avec des employés du département, il y a également eu du harcèlement sexuel, des brimades et des abus de pouvoir. Entre autres choses, les doctorantes auraient été classées en fonction de leur sex-appeal et auraient subi des avances malvenues de la part de leurs collègues masculins.

Les personnes auxquelles Dagens ETC a parlé témoignent également d’une culture du silence ; elles ont ressenti la peur de voir leur carrière détruite si elles parlaient ouvertement de leur expérience au sein du Département. Les personnes interrogées parlent également de la façon dont les doctorant·es ont connu un traitement favorable ou défavorable, et ont été menacés de se taire.

Selon l’université, les équipes de recherche et la service de la formation seront incessamment transférées à d’autres départements. Selon le CTE de Dagens, certains chercheurs seront “réaffectés”1

  1. NDLR: doute sur le sens de ce dernier mot : “suspendus”, “licenciés”? []

À Rabat, Casablanca, Fès, Meknès, Mohammedia, Tanger, le scandale du ‘’sexe contre les bonnes notes’’

Des professeurs marocains sont jugés pour avoir profité de leur statut afin d’obtenir des relations sexuelles de leurs étudiantes en échange de bonnes notes. Un scandale retentissant qui en rappelle d’autres. #MeTooESR

Depuis le 7 décembre, le tribunal de première instance de Settat, une ville à moins de 60 kilomètres de Casablanca, capitale économique du Maroc, est le théâtre d’un procès retentissant : celui de cinq professeurs de l’université Hassan I, accusés d’avoir obtenu ou cherché à obtenir des rapports sexuels par chantage sur leurs étudiantes.

Violence sur une femme par une personne ayant autorité sur elle, attentat à la pudeur avec violence, discrimination basée sur le genre, abus de pouvoir, falsification de documents, harcèlement sexuel, incitation à « la débauche », tels sont les chefs d’accusations selon une source judiciaire contactée par Middle East Eye et d’après laquelle trois accusés sont en détention préventive.

Pour lire la suite de l’article sur MiddleEastEye →

Piscine de l’Université Al Akhawayn, Ifrane, Maroc. Crédit, Beum Gallery, 2010

Abus sexuels à Lyon-2 : le doyen de droit suspendu à titre conservatoire

En passant

Rue89 Lyon poursuit son remarquable travail de traque des violences masculines à l’Université de Lyon-2. Après Jacques Gersterkorn, le “Monsieur cinéma”, accusé par plusieurs étudiantes de violences — suspendu le 9 septembre dernier après enquête administrative, et en attendant une éventuelle sanction disciplinaire — c’est au tour du doyen de la faculté de droit et ancien candidat à la présidence de l’Université de Lyon-21 de faire l’objet d’une enquête après de graves accusations de viol sur une étudiante entre ses 18 et 22 ans. Elle a dénoncé les faits auprès de l’université en novembre 2021.

#MeTooESR

Abonnez-vous pour soutenir ce média local indépendant !

Faculté de droit, Université de Lyon 2

Extraits

Continuer la lecture

  1. Lors du vote du Conseil d’administration du 5 février 2021, 8 voix sur 35 contre 24 voix pour Nathalie Dompnier, présidente sortante. []

Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Continuer la lecture

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []

Le compte @MeTooFac, qui-est-ce ?

Nous sommes un collectif d’étudiant·es et ancien·nes étudiant.e.s qui a pour vocation de libérer la parole au sujet des violences sexistes et sexuelles (VSS) dans le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous avons créé notre compte dans l’optique de publier et relayer des témoignages de VSS dans ce domaine. Les enquêtes les plus récentes montrent que près d’un tiers des étudiant.e.s dénoncent avoir été victimes ou témoins de VSS au cours des 12 derniers mois1.

Après l’émergence de plusieurs mouvements dans certaines grandes écoles comme #SciencesPorcs #supelec ou plus récemment #metooENS, il est aujourd’hui temps de créer un mouvement national pour que ces violences cessent. Nos établissements ne peuvent plus fermer les yeux et doivent agir contre ces violences ! Nous avons lancé le 12 décembre 2021 un appel à témoignages que nous invitons à diffuser largement.

Continuer la lecture

  1. Source : INED, Enquête Violences et rapports de genres, VIRAGE. []

Le CNESER et la journée internationale contre les violences faites aux femmes

Jeudi dernier, 25 novembre 2021, plusieurs établissements d’enseignement supérieur organisaient des événements à l’occasion du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes. À l’instar de la manifestation à l’ENS de Lyon, durement touché par les violences sexistes et sexuelles et par l’indigence des mesures de sa direction, a Conférence permanente égalité diversité (CPED) les a cartographiés.

Lors de cette belle fête, les hommes et les femmes engagées contre les violences masculines au sein des universités ont eu le déplaisir de lire la sentence en appel d’un professeur de l’Université François Rabelais de Tours, accusé d’attouchements et d’agression sexuelle par plusieurs étudiantes. Ces faits lui avaient valu en première instance la peine d’un an de suspension à mi-traitement.

Nous la reproduisons ci-après, après avoir précisé quelques dispositions particulières du CNESER statuant en matière disciplinaire. La décision, détaillée, indique que la procédure en première instance n’a pas été correctement conduite, que l’avocat était talentueux.

Toutefois, en cette semaine orange, la sentence finale, aussi insupportable que bien des décisions prise par le CNESER disciplinaire que nous avons recensées dans Vice de forme, nous conduit à interpeller les syndicats représentés dans l’instance : allez-vous continuer à cautionner l’impunité des agresseurs au sein des universités ?

#MeTooESR #MeTooFac

Continuer la lecture