Gilles juge indispensable d’interdire les relations entre profs et étudiantes (ou étudiants)

Continuer la lecture

Les garçons innocents et l’obsédé coupable

Omerta mode d’emploi #4

← Article précédent

Article suivant →

 

  • par un collectif d’enseignantes-chercheuses

Les propos orduriers et les comportements graves et inadmissibles à l’égard d’étudiantes de Thomas Branthôme, MCF en histoire du droit, ont été très récemment exposés par Sylvia Zappi dans Le Monde1. Ils ont suscité beaucoup de réactions. Ce qui nous inquiète, c’est à quel point les réactions se focalisent sur son vocabulaire et ses expressions grossières, plus que sur son comportement lui-même, et les conditions qui lui ont permis de se conduire ainsi dans la plus totale impunité durant des années, entre l’Université d’Évry, Science Po et désormais Université de Paris.

Nous craignons que ne se mette en branle un mécanisme analogue à celui que décrit si bien Valérie Rey-Robert dans son ouvrage sur la culture du viol2 , et qui relève de la mythologie du viol que des théoriciennes et chercheuses déconstruisent depuis les années 19703 : plus on décrit le violeur comme violent, grossier, brutal, plus les hommes « normaux » se sentent dédouanés dans leurs petites manœuvres et petites pressions, leurs chantages feutrés pour extorquer des rapports sexuels—le violeur, c’est toujours l’autre, celui qui menace d’un couteau dans une ruelle obscure !4 Plus on nous décrit « l’enseignant-chercheur queutard » comme agressant verbalement des étudiantes avec des propos crus, plus les enseignants-chercheurs « ordinaires », juste modérément sexistes, avec des propos policés, s’autorisent à penser qu’eux, c’est différent : eux draguent leurs étudiantes, mais dans le respect…

Nous comprenons pleinement la stratégie des étudiantes et de la journaliste qui rapporte leurs témoignages: ces mots crus, orduriers, sont ce qui fait réagir l’opinion, qui serait sinon prompte à normaliser le comportement de Branthôme, ou à insister sur le fait qu’après tout, les étudiantes sont majeures et en mesure de consentir à une relation entre adultes… Faisant fi de la déontologie professionnelle et du fait que non, jamais, la relation entre enseignant et étudiante, même à l’université, n’est une relation entre égaux. Elle se construit nécessairement dans une relation d’autorité et de domination car même si on n’est plus directement dans une relation où l’un note le travail de l’autre, on peut toujours se trouver dans une relation où l’un peut nuire à l’autre : en refusant une lettre de recommandation, en le critiquant auprès de collègues ou de partenaires professionnels, bref, en limitant par différents gestes ses opportunités académiques et professionnelles…

The Wake Of The Angel. Elend

Continuer la lecture

  1. Voir, aussi, sur Academia, Harcèlement dénoncé à l’Université de Paris, 9 décembre 2020. []
  2. Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française, éditions Libertalia, 2020 []
  3. Martha R. Burt, 1980, « Cultural Myths and Support for rape », Journal of Personality and Social Psychology, 38 (2), p. 217-230 []
  4. Noémie Renoir, « Mythes sur les viols », en 5 parties, en ligne. []

Compte à rebours #8mars J-9 — Femmes en feu

En passant

« Nous sommes venues pour présenter la vitalité de notre vision du monde : dire qu’elle est politique, mais aussi inventive… et aimante. Qu’elle laisse la place aux gens. Voilà ce que nous sommes venues dire ».
Adele Haenel, venue présenter avec l’équipe de Portrait d’une jeune fille en feu, réalisée par Céline Sciamma, à la cérémonie des César, 28 février 2020

Continuer la lecture