Comment peut-on encore prétendre à une quelconque « continuité pédagogique » ?

 

Paris, le 30 mars 2020

Monsieur le Président,

Dans votre mail du 25 mars 2020, vous appelez à la   reprenant sans distance un mot d’ordre du gouvernement qui vise à donner l’illusion d’une normalité en cette période troublée. Mais face à cette année si particulière, comment peut-on encore prétendre à une quelconque continuité ?

Dès le 5 décembre, dans le contexte de la mobilisation contre la contre-réforme des retraites, à peine un mois après le début de l’année universitaire, la fermeture administrative de l’EHESS a empêché les étudiant·es de se réunir, de se mobiliser, mais aussi d’étudier dans des conditions favorables. Il n’a jamais été question, alors, de « continuité pédagogique ».

Avec la poursuite de la mobilisation, de nombreux séminaires ont été annulés du fait de la grève, qui a été suivie aussi bien par des étudiant-e-s que des enseignant-e-s ainsi que des membres du personnel administratif.

Depuis début mars et la propagation du Covid-19 en France, la fermeture des établissements universitaires, puis le confinement total décrété par le gouvernement, sont venus perturber les activités d’enseignement et le travail des étudiant·es. En effet, nous ne sommes pas tou·te·s égales et égaux face à ces mesures sanitaires. Au contraire les mesures de confinement accentuent la précarité et les inégalités :

    • les étudiant·es salarié·es sont confronté·es à des pertes partielles ou totales de revenus ;
    • beaucoup doivent composer avec un surplus de tâches domestiques, notamment celleux qui doivent prendre en charge des proches malades ou à risque ;
    • un certain nombre d’étudiant·es sont déjà ou vont tomber malades et ne sont ou ne seront pas en mesure de continuer leur travail universitaire ;
    • pour celleux qui sont resté·es dans des logements étudiants ou insalubres, les effets du mal-logement s’en voient accentués ;
    • enfin, la fracture numérique limite la possibilité pour certain-e-s de poursuivre leurs activités, salariées ou universitaires, qui nécessitent une connexion internet.

Au-delà des conséquences matérielles, la pandémie et le confinement produisent une situation extrêmement anxiogène pour nombre d’entre nous : il faut faire face à l’isolement sur une période prolongée, et à durée indéterminée ; aux inquiétudes, pour soi et pour ses proches (en particulier pour les étudiant-e-s étranger-e-s, et tou-te-s celleux qui sont éloigné-e-s de leurs familles) ; à la détresse psychologique que peut provoquer cette situation de crise. Le caractère policier et répressif de la gestion de la pandémie par le gouvernement ne fait qu’accentuer cette détresse.

La gravité de la situation était pourtant pressentie, et les mesures radicales qui ont dû être prises étaient connues et préconisées depuis plusieurs semaines par des organisations internationales (rapport de l’OMS du 31 janvier). On ne peut que regretter l’impréparation du gouvernement, mais aussi de L’École, face à cette crise qui laisse de côté nombre d’entre nous.
Dans ce contexte, ce que la direction qualifie de « continuité pédagogique » (maintien des cours et des validations, priorisation de la recherche coûte que coûte) témoigne d’une méconnaissance de la gravité de la situation et de ses conséquences sur la précarité étudiante. Les inégalités matérielles des situations aggravées par le confinement et la pression psychologique que subissent déjà nombre d’étudiant-e-s ne sont pas prises en compte par la présidence. L’injonction aux validations et à la poursuite du travail universitaire ne fait que renforcer les inégalités et les doutes que beaucoup ressentent, depuis la mobilisation, sur le sens de la recherche. Les incitations à nous « nourrir » de cette crise (validations de travaux universitaires sur le confinement, etc) apparaissent particulièrement déconnectées des réalités que nous vivons, et des expériences que traversent celles et ceux sur qui on nous invite à « enquêter » en temps de crise.

La précarité engendrée ou aggravée par cette crise sanitaire doit être prise en charge. Ce sont aujourd’hui de nouvelles solidarités, familiales et locales, ainsi que les initiatives des groupes mobilisés ces derniers mois, qui pallient les effets de la crise. Ces solidarités sont le résultat d’une défaillance de l’État et des institutions compétentes. La casse des services publics, généralisée depuis des dizaines d’années de politiques néolibérales et accentuée par le gouvernement actuel, met en danger des millions d’entre nous. Il est et sera alors urgent de se saisir de cette crise afin de penser notre système socio-politique pour le maintien de nos acquis sociaux.

C’est dans ce contexte, que le comité de mobilisation rappelle le caractère exceptionnel de cette année universitaire, et les conditions défavorables au maintien des validations, dénoncées depuis des mois par l’Assemblée générale. Il est inenvisageable de maintenir les modalités d’évaluation prévues. Le comité de mobilisation exige la validation automatique des années. Le rendu du mémoire pour les M1, s’il est maintenu, ne peut donner lieu à une note conditionnant le passage à l’année suivante, mais doit permettre une véritable « continuité pédagogique ». Ce sera alors l’occasion d’expérimenter les seuls retours qualitatifs sous la forme d’appréciations et de retours critiques de notre travail.

Plutôt qu’une pseudo continuité pédagogique, nous demandons la mise en place d’un accompagnement individuel et personnalisé en direction de tou-te-s les étudiant·es, afin de rompre avec l’isolement engendré par cette année anormale, et, sur le long terme, en finir avec l’atomisation des étudiant·es au sein de l’EHESS.

Pour répondre à l‘urgence de la situation exceptionnelle qui précarise encore plus les étudiant-e-s, nous demandons la mise En place d’aides financières pour elles et eux. Nous appelons la Présidence à entamer un travail de recensement auprès des étudiant·es, des difficultés qu’elles et ils subissent et ainsi, développer une large communication concernant les différentes ressources financières (bourses, aides, logement, matériel) auprès de toutes et tous.Ce travail doit être effectué à l’échelle de toute l’Ecole, et sans le déléguer aux tuteurs et tutrices, dont l’engagement pédagogique est inégal. Il faut avoir à l’esprit que les bourses sur critères sociaux sont aujourd’hui trop faibles et trop restreintes. Ainsi, l’attribution des bourses n’est pas suffisante pour établir un diagnostic quant aux personnes précaires au sein de l’école et l’étendue des personnes vulnérables en cette période de crise.

En ce sens, nous vous signalons l’initiative de l’université de Saint-Denis. Il s’agit d’un questionnaire en ligne pour connaître la situation matérielle des étudiant-e-s : A l’université de la Sorbonne Nouvelle, des bons d’urgence à hauteur de 100€ sont distribués aux étudiant-e-s en faisant la demande. Le mail du CROUS relayé aujourd’hui sur TLM est une réponse insuffisante aux difficultés rencontrées par les étudiant·Es et ne dispense aucunement la présidence d’apporter une aide aux étudiant-e-s de l’École. Dans votre mail du 20 mars 2020, soit il y a maintenant 10 jours, vous avez écrit : « Nous réfléchissons également activement aux possibilités de soutien matériel que l’Ecole pourra apporter aux plus fragiles d’entre elles et eux. » Quel soutien apportez vous aujourd’hui aux étudiant·es ?

Nous revendiquons par ailleurs, de manière plus globale, une revalorisation des bourses pour tou·te·s les étudiant·es. Enfin, le comité de mobilisation entamera prochainement une réflexion, à laquelle tou·te·s sont invité·es à se joindre, autour de la précarité étudiante, dans le but de voir émerger des revendications quant à un véritable statut étudiant, avec par exemple, un salaire étudiant pour toutes et tous.

Le comité de mobilisation de l’EHESS