Campagne participative : heures complémentaires

Plusieurs associations professionnelles et syndicats ont tenté de mesurer le nombre d’heures complémentaires utilisées par les universités françaises pour combler leur besoin d’enseignant·es-chercheur·es1. Les estimations varient entre 30% et 40%, voire 50% dans certains endroits. À ces heures complémentaires s’ajoutent des techniques de « contournement de la loi Sauvadet », pour citer un collègue, consistant à demander aux enseignant·es de monter leur auto-entreprise.

Afin d’affiner notre connaissance collective de la situation, nous vous proposons de contributer à un questionnaire. Il s’agit de repérer dans le dernier bilan social de votre Université, le nombre d’heures complémentaires versées et de les renseigner dans un formulaire que vous pouvez trouver en suivant le lien ci-dessous

Lien vers le formulaire : https://docs.google.com/forms/

NB: Nous publierons le noms des établissements déjà renseignés
au fur et à mesure, à partir du jeudi 20 février 2020, sur Academia.

  1. Par ex., citons un message qui a circulé sur une liste : cf. les propositions chiffrées du Comité National du CNRS, qui sont détaillées dans leur document de juillet 2019 élaboré pour la consultation LPPR. « Pour le seul CNRS, et s’il l’on veut seulement revenir aux effectifs de personnels scientifiques permanents de 2005, campagnes de recrutement de 400 chercheur·se·s et 700 ingénieur·e·s et technicien·ne·s par an pendant au moins trois ans. Pour les universités publiques, si l’on veut augmenter les effectifs d’enseignants-chercheurs dans la même proportion que les effectifs étudiants sur la même période (+ 16%), il faudra environ 3000 recrutements supplémentaires par an pendant (au moins) trois ans, auxquels il convient d’ajouter, en proportion, le recrutement de 2000 personnels BIATSS supplémentaires par ans » (p. 20). Soit, fourchette basse, au moins 6.100 postes par an, pendant au moins 3 ans. Le SNCS-FSU demande lui environ 6.000 postes par an sur 10 ans. Triplement du financement de base des activités de recherche : 1 500 M€ par an. []