Les précarisés

En passant

#universitedeToursmobilisee

Être précarisé, savez-vous ce que c’est ?
Vous ne le savez pas, mais moi, je le sais !
Compter ses sous et les pages de sa thèse,
Vivre entre guillemets et entre parenthèses,
Avoir le ventre vide et l’esprit encombré
De théories, le cœur souvent enténébré
Comme un grand ciel d’hiver, se sentir pauvre et bête,
Marcher dans des brouillards, marcher dans des tempêtes,
Ne pas savoir, plongé dans de profonds émois,
Comment on va vivre jusqu’à la fin du mois,
Être au pied de l’Olympe et n’être qu’un satyre,
Entendre de la vie les sombres satires :
« Vacataire ! Bouche-trou ! Laquais ! Moins-que-rien ! »,
Ramer funèbrement comme les galériens,
Porter de pesants fers, dormir dans un bagne,
Pousser son roc jusqu’au sommet de la montagne
Comme Sisyphe, pour qu’il retombe sur nous,
Prier de comprendre sa banque à genoux,
Tout cela, dans les vers d’un vain prolétaire,
C’est porter le fardeau du petit vacataire.

Radeau de la Méduse, de Théodore Géricault, 1819