S’en laver les mains

Communiqué de Frédérique Vidal du dimanche13 septembre 2020, posté sur Twitter à 20:49 : une dizaine de clusters identités au sein d’établissements supérieurs. La Ministre en appelle la responsabilité de chacun de limiter la propagation du virus. D’où l’humeur de Fred Sochard, qui a autorisé Academia à republier son dessin.

Responsable mais pas capable, Fred Sochard, 14 septembre 2020

La Commission Culture du Sénat rend son rapport sur le système de recherche face à la pandémie

Le sénateur Pierre Ouzoulias nous fait l’honneur de nous transmettre le résumé du rapport de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Le groupe de travail de la commission de la culture du Sénat a rendu son rapport sur le système de recherche face à la pandémie.
Il dit son admiration et sa reconnaissance pour la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté scientifique.
Néanmoins, il regrette le manque de stratégie nationale de recherche sur la Covid-19 et l’absence de structure de pilotage unique. Il demande la mise en place d’une stratégie nationale pilotée par une structure unique.
Il regrette que l’absence d’organisation et de coordination entre les institutions a eu pour conséquence la diffusion de messages au mieux désordonnés, au pire contradictoires.
Il note une dispersion des financements sur un grand nombre de projets, alors qu’il aurait été plus pertinent de consacrer des montants plus élevés sur des projets bien ciblés.

Il estime que la pandémie a mis en lumière les carences structurelles du système de recherche français et plus particulièrement le décrochage de la recherche biomédicale.

Ainsi, il regrette que les travaux de recherche sur les coronavirus ont considérablement été réduits il y a une quinzaine d’années en France, faute de financements et de programmation stratégique.

Il estime que l’érosion continue des dotations de base depuis plusieurs années oblige les opérateurs de recherche à se tourner de plus en plus vers les financements sur projets.

Or, ce mode de financement est peu compatible avec la prise de risques et ne permet pas de mener des projets exploratoires.
« Aussi, [il] estime indispensable de mettre un terme à la diminution constante des dotations de base des laboratoires de recherche et de rééquilibrer leur structure de financement entre ces dotations et les financements sur projets ».

Il considère que l’épidémie de Covid-19 confirme la nécessité d’une réforme globale de la recherche, qui tirerait les leçons de cette crise. Pour cela, il estime nécessaire :

  • d’amorcer une trajectoire financière ambitieuse qui permette d’atteindre l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique ;
  • de rééquilibrer la structure de financement des laboratoires de recherche entre dotations de base et financements sur projets ;
  • de revaloriser très nettement la rémunération et le statut des chercheurs.

À très court terme, il rappelle la nécessité d’un indispensable soutien aux doctorants et post-doctorants pénalisés par la crise.

Enfin, il déplore les excès médiatiques qui vont à l’encontre de la démarche et de l’intégrité scientifiques, lesquelles exigent de la méthode, de la rigueur, de l’esprit critique et de la discrétion professionnelle.

Rapport complet sur le site du Sénat.

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture

« La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante » : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques« , dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. « Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Etre candidat.e sur un poste de MCF, 2- L’audition

Plus encore que les précédents, ce billet doit commencer par des excuses. À ceux et celles qui ont déjà passé l’épreuve d’abord : je n’ai pas pris le temps de l’écrire avant (parmi les excuses, 13 dossiers à lire pour un poste MCF où il y a 101 candidat.e.s…). Et surtout à tous : si j’ai hésité, c’est aussi parce que j’ai plus d’éléments à lancer en discussion aux collègues des comités de sélection (même si beaucoup font de leur mieux – c’est aussi le système en général qui produit les problèmes) que de véritables conseils à donner aux candidat.e.s. Ces éléments de discussion viendront ; en attendant, croyez bien que je partage les diagnostics pessimistes sur le fonctionnement du recrutement. N’empêche, même si pas grand chose ne dépend au final de ce que les candidat.e.s feront en audition, il y a moyen de perdre un recrutement (assez facilement) voire de le gagner (parfois) à cette occasion… Donc allons-y, et comme toujours, complétez et réagissez dans les commentaires. Continuer la lecture

Etre candidat.e sur un poste de MCF, 1- L’envoi du dossier

Je parle ici d’une position inverse de celle concernant les candidatures au CNRS : je n’ai pas été recrutée comme MCF (j’ai passé quatre auditions en 2002-2003) ; en revanche, j’ai siégé depuis dans de nombreux comités de sélection en sociologie, histoire et géographie. J’ai pu voir que leurs pratiques étaient très variées. Comme bien des collègues, je considère aussi que la marge d’influence des candidat.e.s sur la décision, à travers la préparation du dossier écrit et de l’audition, est bien plus faible qu’au CNRS. Cela ne signifie pas que tout n’est que copinage, mais qu’énormément de choses se jouent en amont, dans la définition des profils ; que, dans certaines disciplines, des éléments de CV sont peu ou prou obligatoires pour être recrutable (comme l’agrégation, à la limite le CAPES, en histoire) ; et qu’il y a peu de moyens d’agir sur la phase cruciale de sélection des candidat.e.s à auditionner, dans la mesure où une pièce importante, le rapport de thèse, ne peut plus être modifiée à ce stade. J’espère néanmoins que les quelques conseils ci-dessous seront utiles – et comme de coutume, n’hésitez pas à utiliser les commentaires pour les discuter ou les compléter. Ceux à propos de l’audition, dans quelques semaines, seront sans doute plus substantiels. Continuer la lecture