“La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, “Attractivité des emplois et des carrières scientifiques“, dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. “Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Etre candidat.e sur un poste de MCF, 2- L’audition

Plus encore que les précédents, ce billet doit commencer par des excuses. À ceux et celles qui ont déjà passé l’épreuve d’abord : je n’ai pas pris le temps de l’écrire avant (parmi les excuses, 13 dossiers à lire pour un poste MCF où il y a 101 candidat.e.s…). Et surtout à tous : si j’ai hésité, c’est aussi parce que j’ai plus d’éléments à lancer en discussion aux collègues des comités de sélection (même si beaucoup font de leur mieux – c’est aussi le système en général qui produit les problèmes) que de véritables conseils à donner aux candidat.e.s. Ces éléments de discussion viendront ; en attendant, croyez bien que je partage les diagnostics pessimistes sur le fonctionnement du recrutement. N’empêche, même si pas grand chose ne dépend au final de ce que les candidat.e.s feront en audition, il y a moyen de perdre un recrutement (assez facilement) voire de le gagner (parfois) à cette occasion… Donc allons-y, et comme toujours, complétez et réagissez dans les commentaires. Continuer la lecture

Etre candidat.e sur un poste de MCF, 1- L’envoi du dossier

Je parle ici d’une position inverse de celle concernant les candidatures au CNRS : je n’ai pas été recrutée comme MCF (j’ai passé quatre auditions en 2002-2003) ; en revanche, j’ai siégé depuis dans de nombreux comités de sélection en sociologie, histoire et géographie. J’ai pu voir que leurs pratiques étaient très variées. Comme bien des collègues, je considère aussi que la marge d’influence des candidat.e.s sur la décision, à travers la préparation du dossier écrit et de l’audition, est bien plus faible qu’au CNRS. Cela ne signifie pas que tout n’est que copinage, mais qu’énormément de choses se jouent en amont, dans la définition des profils ; que, dans certaines disciplines, des éléments de CV sont peu ou prou obligatoires pour être recrutable (comme l’agrégation, à la limite le CAPES, en histoire) ; et qu’il y a peu de moyens d’agir sur la phase cruciale de sélection des candidat.e.s à auditionner, dans la mesure où une pièce importante, le rapport de thèse, ne peut plus être modifiée à ce stade. J’espère néanmoins que les quelques conseils ci-dessous seront utiles – et comme de coutume, n’hésitez pas à utiliser les commentaires pour les discuter ou les compléter. Ceux à propos de l’audition, dans quelques semaines, seront sans doute plus substantiels. Continuer la lecture