Madame la Ministre, nous n’avons pas les mêmes valeurs, de soif de savoir et de souci de partage des connaissances

Paris,
Le 7 juin 2020

 

Madame Frédérique Vidal,
Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,
Madame l’ancienne Présidente de l’Université de Nice-Sophia Antipolis,

Je ne pensais pas prendre, un jour, ma plume pour vous écrire.

Mais la rage, la colère et la fatigue m’y obligent. Vous voir détruire patiemment ce qui fait l’âme de la profession, pour laquelle je vibre depuis plusieurs années, me consume à petit feu. J’avais moins de 10 ans la première fois que j’ai dit à ma mère que je voulais donner des conférences quand je serais « grande ». On était au musée du Louvre et j’admirais déjà les conférencières et conférenciers qui se pressaient dans les allées du musée.

Aujourd’hui, j’ai 23 ans et je fais partie des chanceuses et chanceux qui ont obtenu un contrat doctoral. 3 ans d’un horizon presque stable à être payée pour chercher (et enseigner). 3 ans pour débuter le métier qui m’enthousiasme. Et un espoir plus faible de jour en jour de pouvoir l’exercer de façon pérenne.

Commencer sa thèse en octobre 2019, c’est avoir une épée de Damoclès sur la tête et la parfaite conscience que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour précariser ce qu’il reste de l’Université publique dans ce pays.

Je me suis longtemps demandée, Madame la Ministre, comment pouvait-on avec autant d’obstination défendre un tel projet ? Après mûre réflexion, je pense pouvoir dire, sans me tromper, que nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

Image par Bertsz de Pixabay

Pour vous, l’Université publique n’est pas l’outil de l’ascension sociale. Il ne s’agit pas de garantir une massification de l’enseignement supérieur dans des conditions optimales pour chacun·e. Il s’agit de diplômer les plus « méritant·es », de garantir une reproduction sociale et de veiller à ce que l’Université publique ne coûte pas trop cher à l’État. Parce que nous sommes la « start-up nation » et que les services publics sont un idéal bien désuet, parce vous considérez que nous n’avons pas les moyens d’un endettement au service du bien commun, ici au service d’un projet de savoir et de partage de la connaissance.

Continuer la lecture