Nouveau déni des franchises universitaires. Communiqué de la présidence de l’Université Paris-Nanterre, 19 février 2021

Guillaume, étudiant de 20 ans, s’est suicidé la semaine dernière sur le campus de l’Université de Paris Nanterre. Il était à l’origine du mouvement #MeTooGay, Pendant l’hommage, la police a investi le campus, sans autorisation puis verbalisé les personnes rassemblées. Face à la détresse étudiante, la répression.

Le président de l’Université manifeste, dans un communiqué, ses graves inquiétudes.

Flash Info – Message de la présidence – 19 février 2021

Hier, 18 février sur le Campus de Nanterre, un rassemblement d’étudiants et étudiantes, de personnels de l’Université et du Crous ainsi que de représentants et élus de la Mairie de Nanterre devait être suivi par une marche blanche en hommage à un étudiant décédé la semaine dernière.

Ce rassemblement et cette marche étaient organisés à l’initiative de l’assemblée des résidents de la cité universitaire située sur le campus. Cet événement de recueillement a donné lieu au déploiement de forces de police au sein de l’université, sans aucune consultation, information ni demande de la présidence de l’établissement.

A l’issue de ce rassemblement, nombre de participants ont été verbalisés par les forces de police pour avoir contrevenu aux règles du couvre feu.

L’Université Paris Nanterre exprime sa plus vive inquiétude face à ce déni de la franchise universitaire. Elle demande aussi l’annulation immédiate des amendes infligées.

Dans le contexte actuel où des accusations graves sont portées contre l’université française, où la liberté académique est interrogée et où la situation des étudiants doit être notre préoccupation première, une telle intervention policière prend une dimension particulièrement inquiétante.

Philippe Gervais-Lambony

 

Covid-19 et examens en ligne. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

Appel à signatures (France entière) : accès au site

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020
Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.
Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

#10 – Chroniques de grève : Nanterre, 6-7 mars 2020