Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2

Le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon a fait parvenir à la rédaction d’Académia l’article ci-dessous, suite à la double interdiction – l’une décidée par la présidente de l’université Lyon 2, l’autre par la préfète du Rhône – de la conférence que ce syndicat entendait organiser avec le collectif Palestine69 dans les locaux de l’université, puis à la Bourse du travail.

Outre les enjeux importants en termes de libertés universitaires que le communiqué retranscrit bien, on notera la formule particulièrement inquiétante pour la liberté d’expression employée par la préfète dans son arrêté, pour qui “la conférence ‘Gaza. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide ? Israël au tribunal !’ organisée le 1er février 2024 à la Bourse du Travail à Lyon 03 constitue, par son objet même, un trouble à l’ordre public“.

Le 1er février 2024, le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon et le collectif Palestine69 organisaient une conférence visant à informer la communauté universitaire de Lyon sur les décisions juridictionnelles rendues en droit international concernant la situation actuelle en Palestine. Celle-ci devait se tenir à l’Université Lumière – Lyon 2. Cette conférence devait être animée par Maitre Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon et spécialiste du droit international, qui a déposé la plainte contre Israël pour génocide et crimes de guerre devant la Cour Pénale Internationale avec plus de 500 avocat-es.

Malgré de nombreux échanges entre le syndicat et l’Université en amont de la conférence, cette dernière a été annulée par la présidence le 30 janvier dernier « pour des raisons de sécurité ».

Cette annulation, en réalité une interdiction, a été faite à la demande de la préfecture, suite à une campagne de dénigrement menée par le CRIF, d’interventions du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rassemblement national de la jeunesse (RNJ) du Rhône. 

A l’heure où la Cour Internationale de Justice, devant un risque sérieux de crime de génocide, demande à l’État d’Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à et contre Gaza », cette interdiction est une nouvelle atteinte aux libertés universitaires. Qu’une université cède au chantage de personnalités politiques et de la préfecture est très préoccupant.

Les universités sont des lieux de production de savoirs et doivent demeurer des lieux de libre expression sur tous les sujets, y compris la situation au Proche-Orient. Il ne revient ni aux élu-es politiques, ni à l’autorité préfectorale de définir, directement ou par le biais d’interdictions, ce qui peut ou non être débattu, exposé ou enseigné, dans le respect de la loi, dans les enceintes universitaires ou par les universitaires.

Ces pressions ne sont pas nouvelles, l’offensive de Laurent Wauquiez qui affirme que «  le maintien de cette conférence dans l’enceinte de votre établissement aurait tout d’une provocation » s’inscrit dans une longue lignée d’attaques des libertés universitaires de la part du président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, telles que la suspension des financements de l’IEP Grenoble en 2021, et n’est pas sans rappeler la campagne contre « l’islamo-gauchisme » de Frédérique Vidal. 

Aujourd’hui, ce sont les libertés d’expression sur la Palestine qui sont le fruit de nombreuses attaques (lire notamment le manifeste du Comité pour la liberté d’expression scientifique et d’action de solidarité académique avec la Palestine), mais ce ne sont ni les premières ni les dernières, en réalité, c’est l’indépendance même de l’Université qui est attaquée.

C’est pourquoi nous avons décidé de contester la décision au tribunal administratif en déposant un référé auprès du Tribunal administratif de Lyon le 30 janvier 2024.

Continuer la lecture

Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc

Communiqué CGT Lyon 2, 17 juillet 2023

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

Continuer la lecture

Communiqué de la CGT Lyon 2 sur le projet de fusion Lyon 1 / Lyon 2

Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc (communiqué du 13/07/23)

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

Surtout, pendant que les présidences lyonnaises et les autorités de tutelles à Paris jouent au mécano institutionnel avec nos vies professionnelles, des questions fondamentales restent sans réponse. Voici celles que la CGT Lyon 2 aurait aimé entendre à ces AG dites d’information :

1) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 a-t-il pour ambition d’améliorer les conditions de travail et d’études des personnels et étudiants, déjà très dégradées ?

2) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 comporte-t-il les garanties nécessaires à l’amélioration de la démocratie universitaire, déjà fort mise à mal ?

3) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraine-t-il une hausse de la subvention pour charges de service public par étudiants, c’est-à-dire une hausse des crédits ministériels récurrents ?

4) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’augmentation relative du nombre de personnels titulaires, et donc une hausse du taux d’encadrement des étudiants par les personnels enseignants et administratifs, ainsi qu’une diminution de la précarité ?

5) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 envisage-t-il des mesures pour sauvegarder l’équilibre entre les disciplines, notamment pour que les Lettres et les Sciences Humaines et Sociales ne soient pas dominées par les Sciences de la nature ?

6) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’« excellence » d’une petite minorité triée sur le volet ou bien a-t-il pour vocation de bénéficier à tout le monde de façon égalitaire ?

7) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 garantit-il le respect des acquis sociaux des personnels des deux établissements, et leur harmonisation par le haut ?

8) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraîne-t-il des coûts raisonnables, maîtrisés, et financés par le ministère ?

9) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 évite-t-il contrairement à la dernière fois de gaspiller l’argent public en cabinets de consultants ?

10) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 prévoit-il de donner des moyens supplémentaires aux organisations syndicales afin que celles-ci puissent exercer efficacement leur mission dans un établissement qui serait extrêmement étendu et multisite ?

Ce sont là les vraies questions auxquelles une présidence réellement volontaire dans l’information des personnels et étudiants pourrait utilement répondre.

Pour la CGT Lyon 2, les expériences de fusion ces dernières années en France prouvent qu’il n’est pas possible de répondre par l’affirmative à ces questions. Au contraire, partout les conditions de travail, d’études et de recherche se sont dégradées.

Par conséquent, pour la défense de nos collègues et de nos étudiants, nous nous opposons résolument à ce projet technocratique conçu pour satisfaire les grands patrons de la bureaucratie universitaire et « performer » dans un classement de Shangaï dont tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître l’ineptie.

La CGT FERC Sup Lyon 2

« La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants ». Communiqué de la CGT Lyon-2, 22 février 2023

La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants : non à la visio imposée !

À deux reprises cette semaine (lundi et mercredi) le campus Porte des Alpes (PDA) de lUniversité Lyon 2 a été bloqué par des étudiants mobilisés contre la réforme des retraites.
Trois emails de la présidence de luniversité ont été diffusés suite à ces blocages :
  • un premier le lundi 20 février en début de matinée qui dune part incite les personnels BIATSS à venir travailler sur le campus des Berges du Rhône (BDR)
    ou à déposer un jour de travail à distance exceptionnel et dautre part décide le
    report (et non lannulation!) des cours prévus ce jour ;
  • un deuxième le lundi 20 février en début de soirée ordonnant aux enseignants
    de donner leurs cours par visioconférence en cas de nouveau blocage de
    luniversité ;
  • un troisième le mercredi 22 février en début de matinée réitérant l’ordre aux enseignants de donner leurs cours par visioconférence.

La CGT Lyon 2 dénonce cette imposition brutale et unilatérale de la visioconférence aux enseignants, et par extension aux étudiants qui suivent les cours.

Cette décision est injuste car elle revient à casser le mouvement des étudiants mobilisés contre une réforme tout aussi injuste, que la CGT combat actuellement de toutes ses forces aux côtés des organisations étudiantes et de jeunesse.

Cette décision est inepte sur le plan pédagogique, car elle fait comme si les cours assurés par les enseignants et suivis par les étudiants pouvaient passer dun format présentiel à distanciel en un claquement de doigt, sans réflexion pédagogique préalable.

Visiblement, aucune leçon na été retenue du confinement !

Si les cours par visioconférence peuvent être envisagés par les enseignants, il doit sagir dune démarche strictement volontaire, construite à partir dune réflexion pédagogique individuelle et collective préalable, et pas improvisée à la va-vite pour briser un mouvement social. La liberté académique des enseignants repose sur une liberté pédagogique qui en l’occurrence n’est pas du tout respectée par la présidence.

Continuer la lecture

Le Coronavirus va-t-il abattre le CNESER ? À propos de l’audience du 19 mars 2020

Mise à jour 16 mars 2020 : audience annulée et reportée sine die

Jeudi 19 mars 2020, doit se tenir une audience au fond d’appel de la sentente de « interdiction d’exercer toutes fonction d’enseignement et de recherche » à l’Université Lumière Lyon 2, pour une durée de 12 mois avec privation de la totalité du traitement. La décision, jugée remarquable par les associations féministes, a fait l’objet d’une contestation de Bernard Gensane, qui s’adjoint le soutien de pluiseurs autorités anonymes.

Sur la toile : sanction pour harcèlement sexuel d’une doctorante

Citation

Communiqué de Clashes du 12 juin 2018

Lutte contre le harcèlement sexuel à l’Université: une sanction qui doit en appeler d’autres

Le CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur) se félicite d’une récente décision de la section disciplinaire de l’université Lumière Lyon 2. Dans sa décision du 9 avril 2018 (ci-jointe), celle-ci a en effet reconnu le harcèlement sexuel et l’emprise exercés par un professeur sur une doctorante sous sa direction et a prononcé à son encontre 12 mois d’interdiction d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche, avec privation de la totalité du salaire. Cette décision est exemplaire à plusieurs égards.

D’abord, sur la forme, l’enquête disciplinaire et la décision font preuve d’une rigueur, notamment juridique, encore trop rare.

Ensuite, la section disciplinaire s’est appuyée sur le témoignage de la victime et 3 enregistrements, par la victime, de conversations téléphoniques, pour constater que « les faits rapportés concordent ». Attentive au respect du droit et de la réglementation, la décision motive solidement la validité juridique de la prise en compte des enregistrements. Elle rappelle ainsi que, contrairement à ce que l’on objecte trop souvent aux victimes, « des preuves existent ».

En outre, la décision met en évidence que le harcèlement sexuel s’est produit dans une configuration d’abus de pouvoir plus large de la part du directeur de thèse.

Enfin, il faut saluer la sévérité de la sanction prise, inédite pour des sections disciplinaires très souvent enclines à se contenter de « sanctions » symboliques en matière de violences sexuelles.

Si cette décision est exemplaire, c’est donc surtout en comparaison des nombreux dysfonctionnements qui caractérisent généralement les procédures disciplinaires. Elle ne doit donc pas conduire à penser que « tout est réglé » en matière de lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur. Au contraire, elle doit être le début d’une prise de conscience collective : il n’est plus acceptable que des auteurs de violences sexuelles demeurent impunis dans l’enseignement supérieur et la recherche !

Nous tenons enfin à saluer le courage de la victime et le soutien de certain.e.s de ses collègues et à rappeler qu’étudiant.e.s, doctorant.e.s, personnels précaires et, a fortiori, titulaires, doivent se mobiliser pour faire cesser les violences sexuelles dans l’ESR.

clasches.fr // clasches@gmail.com