Quand un président d’université insulte la démocratie

Les 28, 29 et 30 novembre 2023, le personnel et les usager·es de l’Université Grenoble Alpes votaient pour renouveler leurs conseils centraux (Conseil d’administration, Commission recherche et Commission formation et vie universitaire du Conseil Académique). Le 11 janvier 2024, Yassine Lakhnech était ré-élu président par le Conseil d’administration. Mais le 8 février 2024, les élections sont annulées. Plus de conseils, plus de président, mais un administrateur provisoire et des communiqués violents.

Retour sur un épisode navrant et banal, et surtout sur une annulation aussi rare que salutaire.

L’université Grenoble Alpes et son président

L’université Grenoble Alpes est le résultat de la fusion des trois universités grenobloises, de l’Institut Polytechnique de Grenoble (ex-INPG), de l’école d’architecture et de l’institut d’études politiques de Grenoble, fondé en 2020 sous la forme d’un établissement public expérimental. Les statuts de ces établissements sont dérogatoires et permettent d’étouffer efficacement la démocratie — on l’a vu à Saclay ; mais ce n’est pas ce dont il s’agit, car à Grenoble, le choix a été fait de rester proche des statuts d’une université normale, en tout cas en ce qui concerne les conseils centraux : une majorité d’élu·es et parmi les membres extérieur·es, certain·es sont désigné·es par les élu·es du Conseil d’administration. Bref, si une majorité se dégage des élections, c’est elle qui gouverne (encore une fois, pas comme à Saclay).

Cet établissement a été fondé comme une expérimentation, pour tester de nouveaux statuts. Alors que la loi permettait de rester expérimental dix ans, ce qui permettait, après au moins deux mandatures complètes, de se rendre compte de ce qui marche ou au contraire doit être modifié — bref, d’évaluer l’expérimentation, ce qu’on peut attendre de scientifiques gérant une université, l’équipe élue en 2020 a immédiatement enclenché une sortie de l’expérimentation. C’est ainsi que le 8 novembre 2023, l’université Grenoble Alpes est devenu un grand établissement1. L’équipe au pouvoir a donc décidé de forcer les choses pour calcifier définitivement ses choix d’organisation de l’établissement.

Yassine Lakhnech est candidat à un nouveau mandat de président de l’UGA en janvier 2024. © Benjamin Houry – Place Gre’net

L’équipe au pouvoir, donc. Dirigée par Yassine Lakhnech, qui a été élu président en janvier 2020, au lendemain de la fondation de l’établissement expérimental. Informaticien, spécialiste de protocoles cryptographiques et plus spécifiquement de systèmes de vote2, il avait été avant ça vice-président recherche d’une des universités fusionnées3. Bref, un apparatchik gestionnaire comme on en trouve partout.

La campagne

Le nouvel établissement était prêt à être fondé, la campagne était en cours. Le président en exercice, et candidat à sa réélection, ne se présentait cependant pas pour être membre d’un des conseils. C’est une forme de coquetterie des présidents sortants, qui n’aiment pas s’abaisser à demander vraiment des suffrages — ou peut-être une manière d’acheter le plus de personnes possibles en les mettant sur leurs listes. N’étant donc pas candidat, son rôle était simplement d’organiser le processus électoral, ou autrement dit, être garant de la démocratie universitaire.

Continuer la lecture

  1. Mais conserve des bizarreries : ainsi, comme un établissement expérimental, l’UGA contient des établissements-composantes qui conserve leur personnalité juridique, alors que rien ne prévoit qu’un grand établissement puisse en contenir. []
  2. Ce qui ne manque pas de piquant ! Comme quoi, un système de vote peut avoir d’excellentes propriétés mathématiques, il ne sera jamais aussi bon que les humains qui le mettent en œuvre. []
  3. Sa page web mentionne encore, non sans arrogance, que «Despite the common wisdom that being in charge of a heavy responsability as vice president of research has as inevitable consequence a decrease in scientific productivity I have the objective at least to maintain mine.» []

FS-SSCT MESR, 8 décembre 2023. Avis et déclarations

Academia a obtenu en avant-première les avis et déclarations votés par la FS-SSCT ministérielle de l’ESR, qui seront bientôt publiés sur le site du Ministère et envoyé aux établissements. La FS-SSCT ministérielle de l’ESR succède au CHSCT-MESR.

Formation Spécialisée en Santé Sécurité et Conditions de Travail ministérielle
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
séance plénière du 8 décembre 2023


Déclaration intersyndicale
sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Au lendemain des annonces du président de la République, nous alertons sur les répercussions qu’une mise en œuvre de ces annonces auraient sur la santé des agent·es de l’ESR. Ces derniers sont déjà épuisés par l’enchaînement depuis 20 ans de réformes et de restructurations (LRU, ORE, LPR au plan national, regroupements d’universités en COMUE puis en EPE au plan local, INSPE, fusion d’EPST…), menées sans moyens dédiés. Même les budgets de la LPR ont été absorbés par l’inflation de ces dernières années. Le calendrier est d’autant plus irréaliste que d’autres réformes déjà engagées par l’État impactent le fonctionnement des universités et des organismes de recherche telles celles de la formation des enseignant·es, IUT, fusions ASN-IRSN. Le personnel souffre d’une désorganisation permanente et de procédures administratives de plus en plus complexes du fait des réformes et de la multiplication des statuts (CDD, CPJ, généralisation des CDI, etc.). Le président Macron leur promet d’en rajouter une couche avec plus de projets et plus de précarité, en faisant l’impasse sur les êtres humains qui font tourner les établissements de l’ESR. La FS-SSCT du MESR souligne que ces projets sont éminemment porteurs de nouveaux risques sur la santé des personnels et l’organisation de leur travail.

E. Macron à  l’Elysée, devant plus de 300 représentant-es de l’ESR. Crédit: L. Marin)


Table des matières

1. Orientations stratégiques ministérielles

1.1. Avis sur la majoration du contingent ASA dans les établissements de l’ESR

1.2. Avis sur les Orientations Stratégiques Ministérielles (OSM) 2024 : demande de publication sous forme de circulaire

2. Calendrier des travaux de la FS-SSCT MESR

3. Rapport de l’ISST

4. Points divers

4.1. Avis CROUS

4.2. Avis EHESS

4.3. Avis Université d’Orléans

Déclaration intersyndicale sur les “conditions de travail de notre instance” 

4.4. Avis d’alerte sur le fonctionnement de la formation spécialisée SSCT ministérielle de l’ESR

Déclaration intersyndicale sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Continuer la lecture

Université Grenoble Alpes: “Cher président, l’heure est à la reconnaissance d’un plan d’urgence”

Le 30 août 2023, le président de l’Université Grenoble Alpes s’est adressé à ses “chères et chers collègues” pour leur souhaiter “une bonne rentrée et une bonne année universitaire”, mais également pour “marque[r] la concrétisation de nombreux succès obtenus par l’UGA”.

Il se félicite notamment de la “création du grand établissement UGA au 1er janvier 2024” et de la mise en œuvre des “Programmes et Équipements Prioritaires de Recherche” (PEPR). Chiffres à l’appui, il relate tous les programmes auxquels l’UGA participe en mettant en avant le rôle que l’établissement joue “dans l’animation de l’écosystème territorial pour soutenir et développer la création d’emplois”.
 
Côté formation, des programmes d’excellence ad hoc permettront, selon les mots de la présidence, d’
“expérimenter, transformer, et préparer les évolutions nécessaires [de l’]

“Blind date”, oeuvre de Erik Pevernagie.

offre de formation pour la réussite des étudiantes et étudiants et mieux répondre aux besoins de la société”. Côté personnels, il souligne que “les chantiers engagés ces dernières années pour soutenir le déroulement de carrière de nos personnels et notre attractivité seront poursuivis et renforcés”.
 
Face à cette auto-célébration, 5 enseignant·es-chercheur·es en géographie et histoire lui ont répondu, le 4 septembre 2023. Academia publie le contenu du courriel ci-dessous.

Continuer la lecture

L’Université Grenoble Alpes (UGA) fête ses personnels…

… avec un stand “santé-Bien-être” et des activités sportives et ludiques.

Or, les personnels, elleux, demandent des collègues !!!

(qui pourront, l’année prochaine et les suivantes, faire la fête avec elleux, en passant !!!)

Cherchez l’erreur!

Lettre collective au Président de l’Université Grenoble Alpes concernant l’évacuation de la MSH-Alpes

Le 2 mai 2023, 92 membres de la communauté universitaire de l’Université Grenoble Alpes ont signé une lettre adressée au Président de l’établissement en revenant sur les modalités d’évacuation de la MSH-Alpes, occupée depuis quelques jours par des étudiant·es.

Crédit: DL/VL, Le Dauphiné libéré, 20 avril 2023

Le vendredi 21 avril, un peu avant midi, une intervention policière de 14 véhicules a eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes occupée depuis mercredi 19 avril par une trentaine d’étudiant·es mobilisé·es qui demandaient, depuis plusieurs semaines, parmi d’autres revendications adressées à la présidence, un lieu de réunion et de discussion. Cette occupation pacifiste, organisée selon une charte précise, a veillé à respecter les personnels de la structure avec lesquels s’est noué un dialogue. Elle a également respecté ses principes de non- dégradation des bâtiments et du matériel en place.

Les occupations de lieux, comme les blocages, ne sont ni une solution ni une stratégie faisant l’unanimité parmi nous. Force est de constater cependant qu’ils résultent de l’absence de dialogue et de la série de décisions ruineuses du gouvernement actuel ayant entraîné une profonde crise démocratique en France depuis plusieurs semaines et non d’une incartade de quelques étudiant.es.

Nous, membres du personnel de l’Université Grenoble Alpes, signataires de cette lettre, avons été profondément choqué·es par ce recours disproportionné à la force, en particulier à l’encontre des personnes qui font partie de notre communauté universitaire, quelles que soient leurs opinions et leurs positions politiques. Nous déplorons le manque de dialogue de la présidence avec les différents membres de la communauté universitaire dans cette période de crises et de tensions. Nous rappelons notre volonté d’accompagner sereinement les étudiant.es non seulement dans leur réussite, mais aussi dans leur participation à la vie publique.

Dans un lieu dédié à la transmission, au dialogue et à la parole, l’appel aux forces de police comme unique solution pour dénouer une situation de tension est consternant et très préoccupant. Nous rappelons notre attachement profond aux franchises universitaires et condamnons fermement le recours à la force sur le campus.

 

Nous ne voulons pas de la police à l’université ! Communiqué de la CGT Université de Grenoble

Le communiqué de la CGT Université de Grenoble du lundi 24 avril 2023 reproduit ci-dessous, suite à l’intervention policière du 21 avril dans un bâtiment occupé du campus universitaire, nous semble important à diffuser nationalement. Toutes les dérives observées dans nombre d’établissements s’y entremêlent : recours brutal à la police contre des étudiant·es, bascule délibérément sauvage des cours en distanciel, mobilisation massive d’entreprises de sécurité privée, pratiques de barbouzes en matière de fichage par la direction générale des services, …

Capture d’écran du site du journal du Dauphiné

Nous ne voulons pas de la police à l’université !

Saint-Martin-d’Hères, le 24 avril 2023

Mercredi 19 avril, l’AG étudiante a décidé d’occuper le bâtiment abritant la maison des sciences de l’Homme sur le campus universitaire. Dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites injuste et injustifiée, cette occupation intervient après plusieurs demandes auprès de la présidence de l’UGA de leur accorder un lieu dédié à la mobilisation afin de pouvoir se réunir et s’organiser.

Vendredi, le président de l’UGA a fait appel aux force de l’ordre afin de faire évacuer les étudiant·es alors qu’aucune atteinte aux biens ou aux personnes n’est à déplorer. Un dispositif impressionnant n’a pas manqué de choquer les étudiant·es et personnels, qu’ils.elles soient mobilisé.es contre la Loi Retraite ou non. Plusieurs étudiant.es et personnels, ont longuement expliqué au Président vendredi matin qu’elles et ils se sentaient choqué.es et en insécurité à l’université en présence de tant de cars de CRS.

Continuer la lecture

Les doctorant·es de l’Université Grenoble Alpes face à la précarité financière

  • par Ange Mariage (UGA/PACTE), Pierre Bataille (UGA/LaRAC) et Pierre Mercklé (UGA/PACTE)

La présente étude s’inscrit dans le prolongement direct d’une enquête préalable sur les déterminants de la précarité financière pendant le doctorat durant les années universitaires 2017-1018 et 2018-2019. Cette première enquête a été effectuée par un groupe de travail formé au sein du Collège des études doctorales (CED) de l’UGA qui utilisait comme matériaux des données administratives permettant de connaitre les situations financières des doctorant·es .

1. Présentation de l’enquête

Nous avions dans cette présente étude un projet double : d’une part nous voulions actualiser les résultats de la première étude avec les données administrative des années 2019-2020 et 2020-2021, en suivant l’hypothèse que la situation financière des doctorant·es a été profondément impactée par la crise sanitaire. D’une autre, le recours à des techniques statistiques plus avancées que celles mobilisées dans la première étude devait nous permettre de mieux décrire les différents types de trajectoire de financement des thèses, et de déterminer plus précisément les causes principales de la précarité financière pendant le doctorat.

Cette deuxième étude, qui couvrent les quatre années universitaires de 2017 à 2021, a pour échantillon 12234 entrées avec en moyenne 3000 doctorant·es inscrit·es chaque année. Ces données administratives nous permettent de voir l’évolution des situations financières de même doctorant·es d’une année à l’autre, permettant une approche des trajectoires de financement des thèses.

Campus de l’Université Grenoble Alpes. Crédit: P.Jayet

Dans une première partie, cet article présentera synthétiquement les deux principaux résultats de nos analyses bivariées sur les déterminants de la précarité financière des doctorant·es à savoir : la durée de la thèse avec une forte augmentation du nombre de doctorant·es précaires financièrement à partir de la quatrième année de thèse et la discipline avec un taux de précarité trois fois plus grand pour les doctorant.es inscrit·es en SHS. La deuxième partie aura pour objectif d’évaluer à partir de nos analyses multivariées le poids de chaque variable sur le risque d’être en situation de précarité financière au cours de son doctorat, « tout autre variable observée égale par ailleurs », et d’identifier donc les Variables et modalités dont l’effet propre ont le plus d’importance.

Continuer la lecture

La présidente du syndicat étudiant UNEF Grenoble convoquée pour une audition en vue d’une mise en examen

Communiqué intersyndical, 28 février 2023

À Grenoble, le 28 février 2023

Aujourd’hui, à 11h, la présidente de l’UNEF Grenoble est convoquée devant une juge d’instruction au Tribunal Judiciaire de Paris suite à une plainte pour diffamation visant un communiqué unitaire vieux de 2 ans, publié dans le cadre de la crise traversée alors par l’IEP de Grenoble.

En mars 2021, un débat vigoureux — engagé en décembre 2020 entre animateurs et animatrices d’un atelier préparatoire à la « Semaine pour l’égalité et contre les discriminations » organisée annuellement à l’IEP Grenoble — avait pris des proportions nationales et donné lieu à une campagne contre les libertés syndicales et académiques. Continuer la lecture

Menaces de mort contre une universitaire : la haine raciste en procès. Revue de presse

En passant

Extraits. Cette audience laisse donc un goût doux-amer. Dix prévenus sur les milliers de messages reçus, cela semble bien faible. « On a sélectionné les messages les plus outrageants », reconnaît maître Kempf. Mais le mieux est l’ennemi du bien. « Quand on porte plainte, je ne suis pas certain qu’elle aboutisse », nous glisse-t-il.
« Cette audience montre que le système judiciaire est capable de réagir », positive aussi Anne-Laure Amilhat Szary, qui a remercié la cour de sa rapidité. Cette audience participe à faire reculer le sentiment d’impunité en ligne. Dominic V., un prévenu de 56 ans absent à l’audience, a revendiqué ses propos lors de sa garde à vue, croyant que « seuls des rappels à la loi sont prononcés » dans ce genre de cas. La procureure a enjoint la cour à « lui donner tort ». Réponse le 13 janvier.

Lors de la polémique qui visait Sciences Po Grenoble en mars 2021, certains journalistes à l’instar de Pascal Praud et Caroline Fourest, avaient accusé à tort une enseignante. Après avoir subi une vague de cyber-harcèlement, celle-ci avait porté plainte contre dix personnes.

Continuer la lecture

Censure 2.0 aux éditions de l’Université Grenoble-Alpes

La recension d’un ouvrage est un exercice critique délicat,désormais assuré de plus en plus fréquemment dans des publications académiques en ligne (carnets, sites) qui donne rapidement un retour sur l’actualité scientifique : c’est le cas de La Vie des Idées, Lectures, généralistes, ou encore d’AgriGenre. La recension met en jeu à la fois la compétence du lecteur ou de la lectrice, mais aussi son éthique, alors qu’iel offre à la communauté une entrée dans un ouvrage. Elle joue également dans un champ de forces académiques et politiques.  Dans “Des agricultures entre savoir et croyance : permaculture, agriculture naturelle et biodynamie“, Valéry Rasplus propose pour AgriGenre une recension de Les Esprits scientifiques (2022), collectif publié par UGA éditions, en concluant sur la fragilité du projet scientifique:

« Si cet ouvrage offre plusieurs analyses intéressantes, certaines interventions manquent d’analyses critiques, oubliant de traiter des points doctrinaux au sein de certains types d’agricultures alternatives ».

Pourtant, cette recension complète a fait l’objet d’une valorisation puis d’une censure, dont le carnet AgriGenre relate dans la rubrique Échos de l’article. Academia republie les échanges.

  • Cette publication est parue le 25 juin sur AgriGenre.
  • Le 27 juin, les Éditions de l’Université Grenoble-Alpes mettaient en ligne sur leur site le lien de la publication d’AgriGenre. Je l’annonçais par un tweet sur le compte d’AgriGenre.

Continuer la lecture

C’est demain : Et maintenant on fait quoi ? Grenoble, 23 et 24 mars 2022

Et maintenant on fait quoi ? Penser et agir collectivement à l’université.
Colloque-action,
sur place ou en visio-conférence

Conférences plénières : Julien Gossa et Annabelle Allouch

→ Informations et inscriptions  ←

Programme

Continuer la lecture

Toulouse « Objectif 2022 »: où en est la démocratie universitaire ?

Toulouse est le site d’une vaste expérimentation institutionnelle universitaire et vient d’en vivre d’ultimes péripéties en ce mois de janvier 20221. La COMUE Université fédérée Toulouse Midi-Pyrénée, qui regroupe non seulement Toulouse 1 – Capitole (droit, économie), Toulouse 2 Jean Jaurès (lettres et sciences humaines), Toulouse 3 Paul Sabatier (médecine et sciences) et quelques autres (fig. 1) s’apprête, à l’horizon 2023, à proposer de nouveaux statuts d’une COMUE étendue visant à une plus grande intégration de l’université fédérée des 31 établissements du site. Si, sur le papier, il s’agit bien d’une COMUE étendue, plusieurs membres se demandent si l’objectif inavoué serait d’en faire un Établissement public d’excellence (EPE) dérogatoire au Code de l’éducation, à l’instar de l’Université de LIlle, par exemple, qui a connu une transformation au forceps en EPE.

Fig. 1. La COMUE Université Fédérée de Toulouse Midi-Pyrénée en 2021. Crédit: Julien Gossa

Les établissements toulousains se sont pliés au grand jeu des FinancEx, financements hors dotation dits “d’excellence”, avec un succès mitigé. À la suite de la perte de l’IDEX en avril 2016, les établissements toulousains ont retenté une candidature pour reconquérir celui-ci en mars 2018 avec le projet Uniti. Pour en justifier l’insuccès, le jury international a souligné notamment  « l’absence de réelle adhésion de tous les acteurs à une démarche de transformation » et le trop grand caractère démocratique des processus de décision. Sans céder au découragement, et avec l’aiguillon de la Région Occitanie et Toulouse Métropole, les établissements toulousains ont l’opportunité de retrouver une partie de la manne des projets d’investissement d’avenir avec la 4e campagne — dite PIA4 – pour laquelle les projets devaient être soumis le 1er févirer 2022. Au lendemain du dépôt, la confusion règne.

I.  Objectif : Université de Toulouse !

La Région Occitanie et Toulouse Métropole ont confié à Patrick Lévy, ancien président de l’Université Grenoble Alpes, la mission de « co-construire de nouvelles perspectives collectives » avec les 31 établissements d’enseignement supérieur et de recherche du « site toulousain » en vue de constituer l’Université de Toulouse (fig. 2) Il s’agit ainsi d’élargir le périmètre de l’Université Fédérée de Toulouse Midi-Pyrénées (UFTEMIP). Cette mission est soutenue par l’État à travers le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et les autorités déconcentrées (préfet, recteur, recteur délégué à l’enseignement supérieur).

Fig. 2. La COMUE étendue en préparation “Université de Toulouse”. Crédit: Julien Gossa

Cette mission Lévy dénommée « Objectif 2022 » dispose d’un calendrier serré pour créer formellement l’Université de Toulouse (UT) en janvier 2023 :

  • adoption des « principes fondateurs » en juillet 2021
  • un projet d’établissement et des statuts de la nouvelle UT en novembre 2021
  • dépôt de l’ensemble de l’appel à projet PIA 4 ExcellencES en février 2022.

Où en sommes-nous à quelques jours de déposer le projet ?

II. Le secret de la Garonne

Fort du soutien unanime des autorités politiques locales et nationales, l’ancien président de l’Université Grenoble Rhône-Alpes Patrick Lévy était censé, selon les attentes de donneurs d’ordre, « déployer une méthodologie mobilisant les énergies de toutes les parties prenantes pour faciliter l’expression et l’appropriation par la Communauté scientifique ». Pourtant, son autorité s’est trouvée rapidement minée par des pavés grenoblois dans la Garonne.

Le 24 mars 2021, le Tribunal administratif de Grenoble par son jugement du 25 février 2021 (n°1703926) annule la décision du comité de pilotage de l’IDEX de Grenoble à laquelle Patrick Lévy a avait participé en violation des règles déontologiques : l‘avis de Patrick Levy, alors président de l’université s et co-auteur de longue date d’un candidat, avait manifestement pesé en faveur dudit candidat 2.

Cette décision judiciaire majeure entraîne, par exemple, une consultation des instances de l’Université Toulouse 1 –  Capitole pour avis sur l’opportunité du maintien de l’intéressé à son poste. Les personnes consultées ont souligné la gravité des faits reprochés à Patrick Lévy dès lors qu’ils ont conduit à l’annulation d’une décision d’attribution de financement d’un programme de recherche. En dépit de la fragilisation manifeste de sa mission, les donneurs d’ordre — notamment les acteurs non-universitaires Région Occitanie et Toulouse Métropole — ont maintenu Patrick Levy à son poste. Malgré la réticence des partenaires universitaires devant le manquement de déontologie, le chargé de mission s’emploie à coordonner, d’une part, les statuts de la future “Université de Toulouse”, et d’autre part, la demande de financement PIA4 “Tiris” au cours de l’année 2021.

https://www.flickr.com/photos/pistolero31/25794627866/in/photolist-Fiodcd-6a1hxv-6NvMTF-Fa1xqS-nabnd8-nrHe7A-BTPyx3-qtdatu-8v6FJx-9i15Cy-ZmjumZ-bBan5f-eyZmnU-2hig2M6-BTPy9N-qtdXNL-p4Huzz-qtdXKE-dBoq4c-w41doC-YZUJrF-wkBVEB-dBopPt-eeQ1Vb-8ZuULf-qKH4u5-eeQ17Q-wjXg27-eeJiGD-YZULei-77D5dM-YZUPMR-9ZWASV-wjXfDU-aJZQZe-ercE3d-nTjN1G-w489Br-BTPCVb-ercExw-aJZQNp-aJZQU6-BTPzEo-aJZR64-q4L3uM-8ZrSaT-pP1fRR-w489Qx-8wN293-BTPzkf

Allées Jules Guesde, Toulouse. Crédit: Frédéric Neupont, 2015

III. L’affaire Capitole

La mission Lévy visait à coordonner des partenaires très différents en vue de la rédaction des statuts de l’Université de Toulouse. Pour que ceux-ci voient le jour, les méthodes de travail de la mission Lévy en coordination avec l’UFTEMIP reposaient sur des allers et retours entre le Conseil des Membres de l’UFTEMIP (les chefs d’établissement ou leurs représentants), les groupes thématiques de la mission Lévy et les établissements eux-mêmes, non sans ruptures de communication quelquefois volontaires 3. La confiance envers le chargé de mission se trouvant de facto amoindrie, la question s’est posée de savoir si la nécessaire confiance pour une bonne collaboration entre les acteurs pouvait subsister. En pratique, la délibération démocratique à laquelle étaient attaché·es les élu·es s’est elle aussi affaiblie. Continuer la lecture

  1. Ce billet doit beaucoup à une note très complète rédigée par des économistes, juristes et gestionnaires de l’Université Toulouse I-Capitole. La rédaction d’Academia, qui les remercie vivement, reste seule responsable du texte du billet. []
  2. « En privé, plusieurs collègues admettaient sans ambages que, dans cette histoire, le conflit d’intérêts était patent, mais officiellement ils se taisaient, probablement au moins en partie pour éviter de compromettre leurs chances de succès lors de futurs appels à projets », constate Didier Piau, professeur de mathématiques à l’UGA, membre du conseil académique, dont il démissionnera quelques mois plus tard à cause de cette affaire.” Source : David Larrousserie, Le Monde. Voir également le dossier FSU sur l’affaire Patrick Lévy à Grenoble. []
  3. Les nombreuses réserves de certains acteurs ne trouvent pas toujours écho ni auprès de certains chefs d’établissement ni auprès du Conseil des membres. []

Appel à participation et contributions du colloque-action “Et maintenant on fait quoi”, Grenoble, 23 et 24 mars 2022

Et maintenant on fait quoi ? Penser et agir collectivement à l’université.
Colloque-action,
23-24 mars 2022, Grenoble

→ Informations et inscriptions  ←

Dans quel état est l’université aujourd’hui ?  Que pouvons-nous espérer des diverses mobilisations et de l’action collective ? Comment mettre les personnels et les étudiants au cœur des processus de décision à l’université ? 

Dans un contexte de crises multiples, locale, nationale, politique, économique, sanitaire, écologique, Academia vous invite à participer à ce colloque, pendant 24 heures (du 23 mars 13 heures au 24 mars 13 heures), d’aborder ces questions, de confronter et rassembler des points de vue, et d’ouvrir un espace collectif pour entendre, discuter, débattre et proposer.

Au jour le jour nous assurons nos missions de recherche et d’enseignement, tout en continuant d’exiger des moyens à la hauteur de ces missions et en tentant de protéger les personnels de la surcharge. Cette gestion de la pénurie imposée atteint cependant ses limites, dans un contexte croissant d’individualisation du travail et de mise en compétition permanente. Nous proposons ici d’ouvrir le débat sur ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons plus accepter. Il nous faut sortir de la sidération provoquée par le rythme effréné des restructurations et autres appels à projet, nous extraire des logiques managériales et concurrentielles de “l’excellence” et prendre le temps de réfléchir et de redéfinir collectivement le sens de nos métiers.

Continuer la lecture

Soutien aux personnels de Sciences Po Grenoble

Nous dénonçons fermement la décision du Président de Région Laurent Wauquiez de suspendre tous les financements à Sciences Po Grenoble, et la surenchère politique qui s’en est suivie, notamment avec l’intervention du ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer. Ces décisions unilatérales et cette surenchère, encourageant les préjugés de l’idéologie d’extrême droite sur une prétendue diffusion de « cancel culture » ou de « wokisme » ou encore d’« islamo-gauchisme » à l’Université, posent un grave problème remettant en cause l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et la liberté académique, garante d’un service public d’ESR de qualité.

Pour toutes ces raisons, ces décisions et cette instrumentalisation politico-médiatique doivent faire l’objet d’une réaction publique forte du Président de l’UGA pour permettre aux collègues de Sciences Po de travailler dans des conditions acceptables, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les collègues vivent une pression et une violence forte, c’est inacceptable. Cette prise de position de la Présidence a été demandée à plusieurs reprises, notamment lors du Conseil Académique du 14 octobre 2021.

La CGT Université de Grenoble réaffirme toute sa solidarité envers les collègues de Sciences Po Grenoble qui travaillent aujourd’hui sous une pression particulièrement forte : outre cette pression médiatico-politique et les entraves aux libertés académiques qui les empêchent de travailler dans des conditions sereines, l’ensemble des personnels de Sciences Po, enseignant.es, enseignant.es-chercheurs.ses et personnels administratifs et techniques, subissent des conditions de travail particulièrement dures depuis des mois déjà, ayant conduit à de nombreuses alertes dont une alerte pour Danger Grave et Imminent, restées à ce jour sans réelle réponse.

Motion du conseil académique de l’UGA du 14 octobre 2021

Adoptée à l’unanimité

Le conseil académique de l’UGA apporte son soutien aux collègues du laboratoire Pacte soumis cette année à des menaces particulièrement violentes dans l’exercice de leur activité de recherche.

Dans un contexte où certaines disciplines, notamment en sciences humaines et sociales, font face à des attaques médiatiques, politiques, ministérielles, qui mettent en danger la liberté académique, le conseil académique confirme la légitimité entière de ces disciplines et des collègues qui y inscrivent leurs travaux.

Il appelle la présidence de l’UGA à s’associer publiquement à ce soutien et à la défense de la liberté académique contre tous ceux qui tentent de la remettre en cause.

Le conseil académique réaffirme son attachement à l’article L141-6 du code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique. »

Continuer la lecture

Science po Grenoble. La direction estime nécessaire de rétablir certains faits. Communiqué du 21 décembre 2021

Grenoble, le 21 décembre 2021

La direction de Sciences Po Grenoble-UGA a appris par voie de presse la décision de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, de « suspendre (…) tout financement et toute coopération avec l’établissement ».

Pour rappel, le soutien financier de la Région en lien avec l’IEP de Grenoble-UGA ne consiste pas en des subventions mais essentiellement en l’attribution de bourses aux étudiants, de soutien aux projets de formation continue et à l’action sociale, notamment pour faciliter l’accès d’un jeune public éloigné ou empêché à l’enseignement supérieur et à l’emploi.

Cette décision regrettable risque ainsi d’affecter des étudiants et publics ayant des difficultés d’accès aux études supérieures ou à une formation.

Cette décision semble par ailleurs motivée par un motif politique, davantage que par la réalité de la situation au sein de l’institution, alors même que l’IEP Grenoble-UGA aurait à gagner du soutien de tous les acteurs soucieux de l’intérêt des étudiants et de la communauté universitaire.

La direction estime ainsi nécessaire de rétablir certains faits, tout en réitérant son attachement à la sérénité des expressions de chacun.

1. La direction se tient toujours aux côtés des équipes de l’IEP Grenoble-UGA lorsque nécessaire, mais réprouve toute instrumentalisation de cas particuliers

Plusieurs professeurs, dont M. Kinzler, ont subi ces derniers mois des attaques et des menaces inadmissibles entraînant de graves conséquences, y compris pour leur sécurité. La direction s’est tenue à leurs côtés comme elle se tiendrait sans réserve aux côtés de tout collègue pouvant subir des pressions ou des attaques personnelles en raison de ses opinions. L’Inspection générale de l’Éducation, du sport et de la recherche (IGESR) a d’ailleurs souligné que les mesures nécessaires avaient bien été prises par la direction de l’IEP pour protéger la sécurité des enseignants publiquement mis en cause, notamment à travers un accompagnement personnalisé des personnels touchés.

Continuer la lecture