États généraux de l’Université de Tours : compte rendu à partager

« Les personnels et étudiants de l’université de Tours, réunis en Etats Généraux le 31 janvier 2020, après avoir constaté une journée durant les effets de la dégradation du service public de l’enseignement et de la recherche ainsi que les menaces pesant sur son avenir, appellent les membres du Conseil d’administration de l’Université de Tours réunis en CA extraordinaire le 10 février 2020 à exprimer sans ambigüité leur opposition à la réforme des retraites et aux propositions des rapports préalables au projet de LPPR. »
Tours, le 31/01/2020
Motion adoptée en clôture des états généraux

Le 31 janvier 2020, c’est tenu une longue journée de débats, dite “États généraux de l’Université de Tours”. Le compte rendu, très complet, rapporte également des paroles des participant-es, qui soulignent plusieurs constats, partagés par toutes les universités : abandon des missions premières de l’ESR, situation des BiATSS très dégradée, bureaucratisation, perte de sens, injonctions paradoxales, étudiant-es fragilisé-es psychologiquement.

Lien vers le compte rendu:CR des Etats généraux Univ Tours 31 janv 2020

Harcèlement et démocratie : à propos de la garde à vue d’un président d’université

Academia suit de près les questions de sanction des pratiques de harcèlement moral, sexiste et sexuel dans une rubrique “Vice de forme?” essentiellement consacré à la jurisprudence disciplinaire au CNESER. Pour autant, il est intéressant de saisir, au niveau local, comment la maltraitance s’opère mais aussi comment elle est sanctionnée. Le mardi 28 janvier 2020, la garde à vue d’un président d’université, Philippe Vendrix (Université de Tours) pour des faits de harcèlement sexuel et moral. La question se pose alors de l’expérience du pouvoir professionnel que connaissent les étudiant-es.

1. Un président d’université en garde à vue après des plaintes pour harcèlement moral et sexuel

Les président-es d’université n’échappent pas à des comportements relevant du harcèlement, avec des conséquences plus graves pour la communauté universitaire. Par « ruissellement », les cheffaillons aux échelons inférieurs seraient susceptibles d’adopter un comportement similaire vis-à-vis de leurs collègues ; l’autoritarisme s’exercerait plus aisément sur les étudiants et les étudiantes. Dans ce contexte — marqué, rappelons-le, par la création d’une sanction disciplinaire pour des faits portant « atteinte à la réputation de l’établissement » et une violence policière inégalée sur les campus universitaires — la garde à vue du président de Tours invite à réfléchir à la nécessité de ces dispositions à tous les échelons hiérarchiques des Universités.

Site des Tanneurs, Université François Rabelais de Tours

À deux mois des élections pour la présidence à l’Université de Tours, Europe 1 nous informe que Philippe Vendrix a été placé en garde à vue le mardi 28 janvier 2020. Le président qui brigue un nouveau mandat en a informé les étudiants par courriel.

Continuer la lecture

Souffrance au travail à l’Université : deux enseignants-chercheurs témoignent

Citation

par Véronique Castellotti et Didier de Robillard, professeurs des Universités à l’Université François Rabelais (Tours)

Tours le 14 février 2018.

Ce texte a officiellement été envoyé à une élue du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’Université de Tours. Il a par ailleurs été adressé à l’ensemble des syndicats d’enseignant.e.s-chercheur.e.s[1] de l’établissement, en leur demandant, au titre de la démocratie universitaire, de le diffuser à l’ensemble des personnels.

L’envoi de ce document au CHSCT de notre établissement est motivé par le fait que ce texte traite de la question des troubles et risques psycho-sociaux[2] (RPS) à l’Université de Tours. Comme on le sait, une des caractéristiques de ces phénomènes c’est qu’ils sont souvent malaisés à identifier et définir précisément et de manière consensuelle. Cela confère, pour les mettre en évidence, un statut significatif aux témoignages et au point de vue des personnes concernées. En effet, une partie significative des sources de RPS, particulièrement dans les professions intellectuelles, relève de sentiments, d’impressions, de conflits de valeurs, par définition difficiles à mettre en évidence autrement qu’en se fondant sur la parole des personnes concernées. Ces phénomènes peuvent facilement passer inaperçus à une approche se focalisant sur des symptômes et signes univoques, mais surgissent lorsque les personnes concernées prennent le temps de décrire un tableau d’ensemble, des évolutions et des synergies entre des phénomènes qui, individuellement, pourraient être négligeables, mais dont la cohérence et la convergence deviennent problématiques.

Dans la mesure où nous nous adressons à des pair.e.s, plutôt que d’user du mode #balancetonhosto, il nous a paru préférable d’opter pour ce mode de diffusion, susceptible d’amorcer un débat argumenté, sans anonymat.

Ce texte conserve cependant sa vocation à être largement diffusé, dans la mesure où il ne concerne pas que l’Université de Tours.

Préambule

Ce témoignage parlera d’un point de vue qui est celui de deux enseignant.e.s-chercheur.e.s (désormais EC) ancré.e.s en Sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement dans le secteur Lettres et langues[3] (L&L), ce qui n’exclut pas que d’autres se sentent concerné.e.s et interpellé.e.s par ce qui est évoqué ici. Cette précision n’est pas indifférente : c’est en effet un des secteurs qui souffrait déjà de certains inconvénients (absence de bureaux dignes de ce nom, par exemple) et qui est parmi les plus touchés par les changements intervenant dans le monde universitaire depuis une dizaine d’années. Continuer la lecture