Décès d’une étudiante à l’Université de Tours : les économies tuent

Academia a relaté le 17 octobre dernier le triste décès d’une étudiante de l’Université de Tours. Le témoignage ci-dessous que nous reprenons du site Université ouverte, avec leur autorisation, pointe la responsabilité du président de Tours, Philippe Vendrix

  • par un·e enseignant·e de l’Université François Rabelais de Tours, Université Ouverte, 20 octobre 2020

Mercredi 14 octobre, une femme de 30 ans, étudiante en M1 de sociologie à l’Université de Tours, est décédée après avoir fait un malaise cardiaque pendant qu’elle suivait un cours sur le site de Fromont. Cet accident pourrait n’être qu’un tragique fait divers, s’il ne renvoyait aux manquements de l’institution en matière de sécurité et de protection de la santé des travailleur·ses et des étudiant·es. En tant que membre du corps enseignant de l’Université de Tours, j’ai moi-même pu observer plusieurs dysfonctionnements dans l’organisation de la prévention, mais aussi dans la gestion de cette crise.

En premier lieu, comme le relate la presse locale, la victime n’a pas pu bénéficier de soins appropriés, faute de matériel : ses camarades ont cherché en vain dans les locaux de Fromont un défibrillateur pour la ranimer. Ce défaut d’équipement n’a rien d’exceptionnel : bien au contraire, c’est plutôt la règle à l’Université de Tours. En tant que SST (sauveteur·euse secouriste du travail), j’ai suivi plusieurs formations aux premiers secours organisées par l’Université, où j’ai pu constater que les considérations budgétaires l’emportent toujours sur la sécurité des personnes. Dans ces formations, fondées sur le volontariat, on nous apprend effectivement à utiliser un défibrillateur, mais on nous explique aussi que tous les sites ne peuvent en être équipés car le coût d’entretien de chaque appareil serait prohibitif. De mémoire, lors de ma dernière formation il y a deux ans, seuls trois des très nombreux sites que compte l’Université de Tours en étaient dotés. Pour pallier ce manque, les formateurs conseillaient aux SST de télécharger une application sur leur téléphone permettant de géolocaliser les défibrillateurs à proximité dans l’espace public (par exemple, dans les pharmacies ou les gares SNCF) : à charge des individus de compenser le manque d’investissement de l’institution.

Cependant, l’absence de moyens n’est pas uniquement matérielle. Cette étudiante aurait eu besoin d’être prise en charge par du personnel formé aux premiers secours et, a minima, d’être accueillie dans un bâtiment correctement aménagé pour recevoir du public. Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit : ce sont ses camarades qui ont tenté de lui faire un massage cardiaque, après avoir essayé en vain de joindre des membres du personnel pendant une heure. D’autre part, les secours ont rencontré des difficultés pour parvenir au bâtiment, en l’absence de personnel muni du badge nécessaire à l’ouverture des barrières. Les étudiant·es dénoncent depuis des années la vétusté du site de Fromont, qui est très largement sous-doté sur de nombreux plans ; ce drame n’en est malheureusement qu’un tragique symptôme.

https://www.flickr.com/photos/iz4aks/3380106910/in/photolist-4Zsp4D-69FW2m-92Ju6T-92JtXx-c2637q-mT6pMY-4osZrt-8GpSWe-6o6dU3-2hmXLzk

Defibrillateur (c) Giorgio Minguzzi, 2009

Continuer la lecture

Contre la LPPR : le Conseil d’administration de l’Université de Tours vote unaniment (moins une abstention)


De: « Président de l’université » <president@univ-tours.fr>
Envoyé: Mardi 16 Juin 2020 09:14:10
Objet: [universite] Message Président du 16/06/2020 : résumé de la réunion du conseil d’administration du lundi 15/06/2020

Chères et chers collègues,

Mesdames, Messieurs,
Vous trouverez ci-dessous un résumé de la réunion du conseil d’administration du lundi 15/06/2020.
Cordialement,
Philippe Vendrix

Le conseil d’administration s’est tenu le lundi 15 juin de 14 h à 16 H 30.

Le Président a donné des informations générales sur l’assouplissement du plan de reprise sur site, approuvé par le CHSCT et adressé à l’ensemble des personnels vendredi 12 juin 2020. Ce plan invite les personnels à reprendre leurs activités sur site à compter du 22 juin 2020. Il prévoit une période transitoire, jusqu’au 31 août 2020, pour prendre en compte les situations individuelles.

Le Président présente la circulaire du MESRI sur la rentrée publiée le 11 juin 2020 et indique que les modalités de la rentrée 2020 feront l’objet d’un examen en conseil des directeurs de composantes et seront présentées au CA du 3 juillet 2020 mais l’objectif est de préparer une rentrée 100 % en présentiel tout en construisant une réponse efficace en cas de crise sanitaire.

Une présentation des principales dispositions du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) est effectuée par Corinne Manson, vice-présidente du Conseil d’administration et Daniel Alquier, vice-président en charge de la recherche. Ce projet de loi s’inscrit dans la continuité des lois PACTE du 22 mai 2019 et sur la Fonction publique du 6 août 2019. Il pose comme objectif une augmentation échelonnée jusqu’en 2030 des dépenses de recherche pour qu’elles atteignent 3% du PIB avec une clause de « revoyure » en 2023. Il comprend des dispositions visant à augmenter le taux de succès aux appels à projets ANR mais ne prévoit pas d’augmentation des dotations pour charge de service public versées aux universités. Outre les dispositions relatives au budget de la recherche, des dispositions visent à clarifier l’environnement institutionnel des UMR, à simplifier la contractualisation avec les organismes de recherches et à développer les mobilités public-privé pour les enseignants-chercheurs. Un rapport annexé au projet de loi comprend des objectifs de revalorisation salariale des enseignants-chercheurs qui sera soumis à approbation des parlementaires mais sans lui donner de force juridique contraignante.  Le projet de loi comprend également des dispositions relatives aux ressources humaines. Il créé trois nouvelles catégories de contrats (chaire de professeur junior ; nouveau type de contrat doctoral et post doctoral ; CDI de mission scientifique). Il assouplit, pour les enseignants-chercheurs, les conditions de cumul d’activités, les possibilités de détachement et de mise à disposition, les prises de participation et les créations d’entreprises en lien avec la valorisation de la recherche. Certaines dispositions concernent le fonctionnement institutionnel de l’université. Sont ainsi prévues de nouvelles compétences pour le Conseil d’administration (approbation du plan d’action égalité entre les femmes et les hommes imposé par la loi du 6 août 2019, approbation des conventions avec les organismes de recherche…). Le projet prévoit d’élargir les bénéficiaires de délégation de pouvoir et de signature du président de l’université. Il prévoit aussi la limitation de l’organisation des élections partielles en cas de vacance d’un siège moins de six mois avant la fin du mandat (conseils centraux et de composantes). A l’issue de la présentation, une motion, contre ce texte, est approuvée par le Conseil d’administration à l’unanimité avec une abstention (infra).

Un second point concerne le compte rendu de la réunion de la commission des moyens du 29 mai 2020 qui a été essentiellement consacrée au débat d’orientations budgétaires (DOB). Le document, soumis à la commission des moyens, présente le contexte budgétaire faisant apparaître une augmentation des ressources propres en 2019, une nette augmentation de la masse salariale pour les trois premiers mois de l’année 2020, un fonds de roulement disponible en légère augmentation en 2019 et un impact important de la pandémie sur le budget (hausse des dépenses de fonctionnement : achat de matériels informatiques et d’équipements de protection individuelle ; baisse des recettes : diminution de la taxe d’apprentissage, de la formation continue…). Des pistes d’orientations, s’inscrivant dans la volonté de mettre en œuvre une université durable, sont présentées. Elles concernent les équipements informatiques et l’accompagnement des enseignants-chercheurs permettant de recourir en cas de besoin à l’enseignement distanciel (pour la mise en place des PAS/LAS, en cas de résurgence de l’épidémie à la rentrée, éventuellement pour la formation continue et les formations en apprentissage). Elles concernent également les équipements nécessaires au télétravail pour l’ensemble des personnels (BIATSS et enseignants-chercheurs). Sont également présentées des pistes permettant d’améliorer la vie des étudiants (aides pour lutter contre la précarité sociale et numérique, développement de la solidarité étudiante, de la protection de la santé, de la culture et du sport). Les deux dernières pistes concernent la diminution de l’empreinte carbone de l’université de l’université et de ses usagers en développant des mobilités sans émission de gaz à effet de serres (achat de vélos, plate-forme pour le co-voiturage…) et l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments (pose de panneaux photovoltaïques, toitures végétalisées…).  Un débat s’engage sur les priorités à retenir pour le budget 2021.  Les priorités et les orientations, reprenant les échanges, seront présentées et votées au conseil d’administration du 3 juillet prochain.

Un troisième point concerne la désignation de représentants au conseil des sports, conformément aux articles 10 et 11 des statuts du SUAPS, approuvés par la délibération n°2019-80 du conseil d’administration. Six représentants des étudiants, deux représentants des enseignants-chercheurs, deux représentants des Biatss et deux représentants des services administratifs sont désignés par 16 voix pour et 6 absentions.

Annexe

La motion approuvée par le Conseil d’Administration

« Le conseil d’administration de l’université de Tours, ce 15 juin 2020, confirme son analyse du 2 mars : la loi de programmation pluriannuelle relative à “la Recherche” (LPPR) dont le texte a été diffusé le 6 juin, aurait des impacts très négatifs sur l’ensemble de l’Université, ses missions, son organisation, comme les conditions d’emploi et de rémunération de ses personnels.

Le Conseil d’Administration de l’université de Tours réaffirme son attachement aux statuts pérennes de tous les personnels. Il s’oppose au développement de toutes les formes de contractualisation tant en matière de projets que de contrats de travail dont les effets sur la recherche et la formation sont délétères. Il réaffirme la nécessité de financements pérennes pour permettre la création de postes de titulaires et la revalorisation des traitements de l’ensemble des personnels (titulaires et non-titulaires). Il affirme également sa volonté de défendre les cadres nationaux de qualification et d’évaluation.

L’université de Tours souhaite rappeler son attachement au rôle des conseils de l’université qui doit être réaffirmé dans la LPPR.

Il appelle le Parlement à renforcer significativement dès maintenant les dotations annuelles des universités, largement affectées par la crise sanitaire au lieu d’augmenter via les PIA le poids des appels à projets dans le financement de la recherche comme de l’enseignement supérieur dont l’avenir n’est pas dans le développement sans limite de la FOAD.

Pour l’université de Tours qui subit depuis de trop nombreuses années une sous-dotation notoire, compte tenu du nombre croissant d’étudiants qu’elle accueille, le conseil d’administration demande une dotation exceptionnelle pour 35 ATER ainsi que l’ouverture de concours pour 35 emplois de BIATSS pour faire face aux difficultés prévisibles à la rentrée de septembre 2020. »

États généraux de l’Université de Tours : compte rendu à partager

« Les personnels et étudiants de l’université de Tours, réunis en Etats Généraux le 31 janvier 2020, après avoir constaté une journée durant les effets de la dégradation du service public de l’enseignement et de la recherche ainsi que les menaces pesant sur son avenir, appellent les membres du Conseil d’administration de l’Université de Tours réunis en CA extraordinaire le 10 février 2020 à exprimer sans ambigüité leur opposition à la réforme des retraites et aux propositions des rapports préalables au projet de LPPR. »
Tours, le 31/01/2020
Motion adoptée en clôture des états généraux

Le 31 janvier 2020, c’est tenu une longue journée de débats, dite « États généraux de l’Université de Tours ». Le compte rendu, très complet, rapporte également des paroles des participant-es, qui soulignent plusieurs constats, partagés par toutes les universités : abandon des missions premières de l’ESR, situation des BiATSS très dégradée, bureaucratisation, perte de sens, injonctions paradoxales, étudiant-es fragilisé-es psychologiquement.

Lien vers le compte rendu:CR des Etats généraux Univ Tours 31 janv 2020

Harcèlement et démocratie : à propos de la garde à vue d’un président d’université

Academia suit de près les questions de sanction des pratiques de harcèlement moral, sexiste et sexuel dans une rubrique « Vice de forme? » essentiellement consacré à la jurisprudence disciplinaire au CNESER. Pour autant, il est intéressant de saisir, au niveau local, comment la maltraitance s’opère mais aussi comment elle est sanctionnée. Le mardi 28 janvier 2020, la garde à vue d’un président d’université, Philippe Vendrix (Université de Tours) pour des faits de harcèlement sexuel et moral. La question se pose alors de l’expérience du pouvoir professionnel que connaissent les étudiant-es.

1. Un président d’université en garde à vue après des plaintes pour harcèlement moral et sexuel

Les président-es d’université n’échappent pas à des comportements relevant du harcèlement, avec des conséquences plus graves pour la communauté universitaire. Par « ruissellement », les cheffaillons aux échelons inférieurs seraient susceptibles d’adopter un comportement similaire vis-à-vis de leurs collègues ; l’autoritarisme s’exercerait plus aisément sur les étudiants et les étudiantes. Dans ce contexte — marqué, rappelons-le, par la création d’une sanction disciplinaire pour des faits portant « atteinte à la réputation de l’établissement » et une violence policière inégalée sur les campus universitaires — la garde à vue du président de Tours invite à réfléchir à la nécessité de ces dispositions à tous les échelons hiérarchiques des Universités.

Site des Tanneurs, Université François Rabelais de Tours

À deux mois des élections pour la présidence à l’Université de Tours, Europe 1 nous informe que Philippe Vendrix a été placé en garde à vue le mardi 28 janvier 2020. Le président qui brigue un nouveau mandat en a informé les étudiants par courriel.

Continuer la lecture

Souffrance au travail à l’Université : deux enseignants-chercheurs témoignent

Citation

par Véronique Castellotti et Didier de Robillard, professeurs des Universités à l’Université François Rabelais (Tours)

Tours le 14 février 2018.

Ce texte a officiellement été envoyé à une élue du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’Université de Tours. Il a par ailleurs été adressé à l’ensemble des syndicats d’enseignant.e.s-chercheur.e.s[1] de l’établissement, en leur demandant, au titre de la démocratie universitaire, de le diffuser à l’ensemble des personnels.

L’envoi de ce document au CHSCT de notre établissement est motivé par le fait que ce texte traite de la question des troubles et risques psycho-sociaux[2] (RPS) à l’Université de Tours. Comme on le sait, une des caractéristiques de ces phénomènes c’est qu’ils sont souvent malaisés à identifier et définir précisément et de manière consensuelle. Cela confère, pour les mettre en évidence, un statut significatif aux témoignages et au point de vue des personnes concernées. En effet, une partie significative des sources de RPS, particulièrement dans les professions intellectuelles, relève de sentiments, d’impressions, de conflits de valeurs, par définition difficiles à mettre en évidence autrement qu’en se fondant sur la parole des personnes concernées. Ces phénomènes peuvent facilement passer inaperçus à une approche se focalisant sur des symptômes et signes univoques, mais surgissent lorsque les personnes concernées prennent le temps de décrire un tableau d’ensemble, des évolutions et des synergies entre des phénomènes qui, individuellement, pourraient être négligeables, mais dont la cohérence et la convergence deviennent problématiques.

Dans la mesure où nous nous adressons à des pair.e.s, plutôt que d’user du mode #balancetonhosto, il nous a paru préférable d’opter pour ce mode de diffusion, susceptible d’amorcer un débat argumenté, sans anonymat.

Ce texte conserve cependant sa vocation à être largement diffusé, dans la mesure où il ne concerne pas que l’Université de Tours.

Préambule

Ce témoignage parlera d’un point de vue qui est celui de deux enseignant.e.s-chercheur.e.s (désormais EC) ancré.e.s en Sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement dans le secteur Lettres et langues[3] (L&L), ce qui n’exclut pas que d’autres se sentent concerné.e.s et interpellé.e.s par ce qui est évoqué ici. Cette précision n’est pas indifférente : c’est en effet un des secteurs qui souffrait déjà de certains inconvénients (absence de bureaux dignes de ce nom, par exemple) et qui est parmi les plus touchés par les changements intervenant dans le monde universitaire depuis une dizaine d’années. Continuer la lecture