« Balkanysation du Loiret » universitaire : les élections perturbées par une double garde à vue au sommet

Hechmi Toumi, président du département sciences et candidat à la présidence de l’université d’Orléans.• © Grégoire Grichois / France Télévisions

En 2016, peu après son élection comme président de l’université d’Orléans, Ary Bruand avait dénoncé bruyamment les malversations de son prédécesseur, Youssoufi Touré, reconnu en juin dernier coupable de détournement de fonds publics. Quatre ans plus tard, le professeur de géosciences a décidé de candidater à sa réélection. Trois autres listes ont été déposées, dont l’une menée par Hechmi Toumi, directeur de l’UFR Sciences et Techniques. Prévues pour le mardi 6 octobre 2020, ces élections se déroulent dans un contexte très particulier.

Ary Bruand, président de l’Université d’Orléans © Radio France – Eric Normand

Une semaine avant les élections universitaires, le mardi 29 septembre 2020, Ary Bruand et Hechmi Toumi ont en effet été placés en garde à vue aux côtés du médecin Eric Lespessailles, directeur d’un institut de recherche en rhumatologie, l’ISPROS. Le lendemain, la procureure de la République d’Orléans expliquait avoir « ouvert une information judiciaire pour détournement de fonds publics par personne chargée d’une mission de service public, faux et usage de faux ainsi qu’abus de confiance » pour un préjudice estimé à plus de 150.000 € de notes de frais et primes indues. Le détournement présumé de telles sommes résonne d’autant plus amèrement dans le contexte actuel d’appauvrissement organisé de l’université :

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de gérer, Hechmi Toumi abandonnait dans la foulée sa direction d’UFR. La presse locale a largement couvert l’affaire :

Placé sous le statut de témoin assisté, le président Ary Bruand a pu conserver ses fonctions et le 2 octobre, à l’issue d’un conseil d’administration, il annonçait le maintien des élections prévues quatre jours plus tard, déclarant au micro de France Bleu être « totalement serein, absolument serein » et « faire confiance à la justice ». Le parquet d’Orléans venait pourtant d’annoncer faire appel de la décision du juge d’instruction et demander la mise en examen du président, décision non suivie d’effet à ce jour.

Ce lundi 5 octobre, les différentes listes ont communiqué sur la nécessité de voter pour assurer le renouveau de l’université.

Puisse le futur président ou la future présidente ne pas faire les gros titres en 2024 !

https://www.flickr.com/photos/watchsmart/1402371308/in/photolist-38Vw8E-Pg1Mam-DQhsCU-9SZd4-MiUg9i-GzQ1Bt-GXhBxp-t2S66-pXwz62-KSn7qe-8ahiKY-FKSLqe-t2SaA-pcrPZ5-Ne7Uwh-pcs4UP-ptW434-pcqYk6-ptW65v-HSYTkF-pcqW2P-ptDLmr-pcqZ7M-ptW6gH-ptW95t-pcrPwm-ptUo1A-ptDKXa-ptW9Gv-pcrfCY-prU1Po-ptUnkh-ptUjQN-pcrNvd-prTX23-ptWaq4-ptDPPt-ptUm6U-pcrYvH-ptW9fP-pcqVRP-prTZvw-ptUoz1-ptUmTL-pcqUNM-prTYeU-C8Xqn9-2bveJpE-Bm2CGj-GiHkBS

Corruption box, Leh, India. (c) Watchsmart, 2007

Liens

Souffrance au travail à l’Université : deux enseignants-chercheurs témoignent

Citation

par Véronique Castellotti et Didier de Robillard, professeurs des Universités à l’Université François Rabelais (Tours)

Tours le 14 février 2018.

Ce texte a officiellement été envoyé à une élue du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’Université de Tours. Il a par ailleurs été adressé à l’ensemble des syndicats d’enseignant.e.s-chercheur.e.s[1] de l’établissement, en leur demandant, au titre de la démocratie universitaire, de le diffuser à l’ensemble des personnels.

L’envoi de ce document au CHSCT de notre établissement est motivé par le fait que ce texte traite de la question des troubles et risques psycho-sociaux[2] (RPS) à l’Université de Tours. Comme on le sait, une des caractéristiques de ces phénomènes c’est qu’ils sont souvent malaisés à identifier et définir précisément et de manière consensuelle. Cela confère, pour les mettre en évidence, un statut significatif aux témoignages et au point de vue des personnes concernées. En effet, une partie significative des sources de RPS, particulièrement dans les professions intellectuelles, relève de sentiments, d’impressions, de conflits de valeurs, par définition difficiles à mettre en évidence autrement qu’en se fondant sur la parole des personnes concernées. Ces phénomènes peuvent facilement passer inaperçus à une approche se focalisant sur des symptômes et signes univoques, mais surgissent lorsque les personnes concernées prennent le temps de décrire un tableau d’ensemble, des évolutions et des synergies entre des phénomènes qui, individuellement, pourraient être négligeables, mais dont la cohérence et la convergence deviennent problématiques.

Dans la mesure où nous nous adressons à des pair.e.s, plutôt que d’user du mode #balancetonhosto, il nous a paru préférable d’opter pour ce mode de diffusion, susceptible d’amorcer un débat argumenté, sans anonymat.

Ce texte conserve cependant sa vocation à être largement diffusé, dans la mesure où il ne concerne pas que l’Université de Tours.

Préambule

Ce témoignage parlera d’un point de vue qui est celui de deux enseignant.e.s-chercheur.e.s (désormais EC) ancré.e.s en Sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement dans le secteur Lettres et langues[3] (L&L), ce qui n’exclut pas que d’autres se sentent concerné.e.s et interpellé.e.s par ce qui est évoqué ici. Cette précision n’est pas indifférente : c’est en effet un des secteurs qui souffrait déjà de certains inconvénients (absence de bureaux dignes de ce nom, par exemple) et qui est parmi les plus touchés par les changements intervenant dans le monde universitaire depuis une dizaine d’années. Continuer la lecture