Vers la fin de l’externalisation ? À propos de la sous-traitance propreté

Des témoignages d’Aix-Marseille Université et de l’Université de Toulouse Jean Jaurès permettent de saisir comment les personnels universitaires en sont venus à soutenir les salarié-es en sous-traitance et réfléchissent à remettre en cause l’externalisation des services de propreté, restauration, etc.

1. Aix-Marseille Université : une victoire intersyndicale

« Nous avons été confronté à la même situation il y a quelques jours à l’Université d’Aix-Marseille, également avec les salarié.es de la société Arc-en-Ciel.
En gros les salarié.es ont refusé qu’on leur impose une réduction d’heures. Ils ont reçus pour 6 d’entre eux.elles des convocations en vue de licenciements.
Ils.elles se sont donc mis.es en grève, avec piquet de grève sur le parvis du site d’Aix ALLSH.

Les camarades de la CGT Propreté 13 avaient déjà pris contact avec nous plusieurs jours auparavant, ce qui nous a permis d’être très réactifs.
Nous avons immédiatement lié leur lutte à la mobilisation en cours et les avons invité à s’exprimer en AG centrale de l’université.
Une motion à été lue et votée à l’unanimité, appelant à un rassemblement au siège de l’université le lendemain à l’occasion de la rencontre entre le président d’AMU et la directrice de la société Arc-en-ciel.

Continuer la lecture

Une présidente rebelle ? Réponse du syndicat CGT UT2J

En passant

Syndicat CGT de l’Université Toulouse Jean Jaurès
►  Une présidente rebelle ?

10 février 2020
Le 3 février 2020, la présidente de l’université Toulouse Jean Jaurès publiait un communiqué par lequel elle déclarait son désaccord avec les « perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi » de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Qu’en est-il vraiment ?
Pour l’emploi et la précarité par exemple :

« Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir […] pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités. »
La présidente de notre université va-t-elle donc créer tous les emplois nécessaires à son bon fonctionnement ?
Assurément pas !
Puisqu’elle doit reconnaître dans le même texte qu’elle est obligée de composer avec « un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint ».
Impuissance qu’elle a d’ailleurs confirmée publiquement lorsqu’elle a été interrogée sur cette question lors de la séance du Conseil d’administration du mardi 4 février 2020.
Pour rassurer notre communauté universitaire inquiète des projets annoncés du ministère, elle garantit qu’elle relaiera nos prises de position « tant auprès du ministère que de la CPU »
Si le ministère était attentif aux inquiétudes des personnels nous le saurions déjà.
Mais la Conférence des présidents d’université (CPU) ?
Dans son communiqué du 21 mai 2019 « La CPU pour une approche proactive de l’autonomie », les présidents et présidentes d’universités réclamaient notamment :
    • une réduction massive des textes réglementaires qui corsètent les initiatives des établissements.
    • qu’on donne aux universités l’autonomie à la fois de recrutement et de gestion des carrières de ses personnels.
C’est-à-dire, plus précisément :
    • la suppression de la qualification, et la révision de l’ensemble de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs
    • des promotions décidées localement
    • l’assouplissement du cadre des missions des enseignants-chercheurs et de la comptabilisation de leurs activités (la règle des services de 192h TD devenant obsolète)
N’est-ce pas justement ce à quoi aboutit le projet de loi LPPR dont nous avons connaissance ?
En quoi transmettre nos inquiétudes à la CPU / MEDEF de l’ESR devrait-il alors nous rassurer ?
D’autant plus que dans une lettre ouverte le 17 juin 2019 la CGT interpelait la présidente de notre université sur ce communiqué et lui demandait, dans l’hypothèse d’un désaccord avec les orientations portées par la CPU, de quitter la CPU et de mettre fin à la cotisation versée à la CPU par notre établissement pour y adhérer.
Jusqu’à ce jour, aucune réponse de la présidente et il semble bien qu’elle soit restée membre de la CPU / MEDEF.
En l’état, nous ne pouvons attendre une amélioration spontanée de la situation des personnels de notre établissement, ni en terme d’amélioration de nos conditions de travail, ni en terme de rémunération et d’avenir pour nos retraites. Seule la mobilisation de tou·tes permettra de transformer cette situation.
Le syndicat CGT FERC Sup de l’UT2J soutient le mouvement des personnels précaires de l’établissement et appelle les personnels titulaires et précaires à participer activement à la
Dans le « contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint » imposé par le gouvernement faut-il  que tant de personnels et l’équipe présidentielle passent autant d’énergie et de temps à la gestion d’un établissement du service public au lieu de se consacrer pleinement au développement de la diffusion des savoirs et à l’élaboration de nouveaux savoirs dans un établissement ouvert et accessible au plus grand nombre ?
Si l’autonomie, trop contraignante, nous empêche de faire notre travail, il faut la rendre !
Lire la pièce jointe
      • Une présidente rebelle ?

 

Lettre ouverte du Collectif des précaires à la Présidente de l’UT2J Toulouse

Lettre ouverte à Madame Emmanuelle Garnier,
Présidente de l’Université du Mirail dite « Toulouse 2 – Jean Jaurès ».

Fait à Toulouse, le 10 février 2020.

Bravo Madame la présidente pour votre tribune du 3 février 2020, qui s’élève contre une université Darwinienne. Nous saluons votre prise de position et nous vous rejoignons sur les grandes lignes de votre texte, notamment dans votre rejet « d’un grand nombre de propositions contenues dans les rapports » annonçant la LPPR et d’une vision de l’enseignement supérieur et de la recherche inégale et concurrentielle.

Cependant, il est un passage que nous voudrions commenter :

« Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations. Nous entendons poursuivre cet effort pour sécuriser davantage les conditions de vie et de travail des personnels concernés. Cela suppose que nous engagions aussi une réflexion avec l’ensemble des parties prenantes pour réfléchir à nos pratiques et à nos modes d’organisation et pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités. »

D’abord, et comme le souligne votre texte, la précarité n’a pas attendu les rapports préalables à la LPPR pour occuper l’enceinte de notre université. Certaines choses ont été mises en place : il est vrai qu’une informatisation des dossiers permet aujourd’hui de réduire les temps de signature une fois ceux-ci complétés. On ne peut pas nier les efforts faits sur ce point.

Cependant, pour le reste, nous devons déplorer une certaine lenteur à accéder à des mesures simples pour agir localement contre la précarité :

  1. Une personne dédiée au traitement des casse-têtes administratifs que sont les situations des travailleurs et travailleuses de l’université en situation de précarité. En effet, coincé·es entre plusieurs employeur·es, « dialoguant » avec la CAF et Pôle emploi, nos parcours sont souvent kafkaïens.
  2. La communication des chiffres permettant de faire un véritable diagnostic de la situation sur l’université afin de pouvoir mener une réflexion de fond en étant correctement informé·es.
  3. Un local, visible et accessible, pour permettre l’organisation et l’information des travailleurs et travailleuses précaires de l’université. En effet, un des éléments de la précarité, c’est l’isolement et le manque d’information qui accroit la vulnérabilité et les risques psycho-sociaux inhérents à nos situations.

Nous vous avons présenté ces demandes simples et claires avant votre élection, nous nous sommes rencontré·es le 28 février 2019 et nous nous sommes réuni·es avec votre équipe le 13 mars 2019 et le 23 mai 2019. Ces réunions, répétées et sur notre temps libre (avec la difficulté que nous vous avions exposée de devoir travailler doublement pour exister sur notre lieu de travail), n’ont pas permis d’avancer sur les mesures explicitées.

Pourtant, ces mesures simples ne sont qu’un préalable à des discussions en profondeur sur l’ensemble de nos revendications, à savoir :

    • La contractualisation et le paiement mensuel immédiat (nous ne sommes que quelqu’un·es à avoir de véritables contrats de travail), ainsi qu’un plan de titularisation ambitieux.
    • Le paiement de toutes nos heures de travail et pas uniquement de celles de cours (séances de cours, réunions pédagogiques, surveillances d’examen, corrections, etc.), et ce, tous les mois : nous refusons les économies faites sur le volume d’heures travaillées.
    • Le remboursement systématique des frais d’inscription pour les doctorant·es, sans quoi, nous payons notre employeur pour enseigner et faire de la recherche.
    • Un meilleur traitement du chômage à l’université et la fin du délai de traitement inacceptable qui s’étend pour l’heure entre deux et quatre mois.
    • La non-défalcation de nos jours de grève.

Dans l’attente des suites que vous donnerez à nos demandes, nous continuons à nous organiser pour lutter contre la précarité au sein de notre Université et au-delà.

Le collectif des précaires du Mirail.

Collectif des précaires du Mirail
Sans Local
Université Toulouse Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
31000 – Toulouse
precaires.mirail@gmail.com
Blog : https://precairesdumirail.noblogs.org/
Page facebook : fb.me/CollectifdesPrecairesduMirail

Continuer la lecture

La Présidente de l’UT2J Toulouse, porte-parole de la mobilisation ?

En passant

Lundi 3 février, 17h24

Cher·ère·s collègues,
Cher·ère·s étudiant·e·s,

    Le texte du projet de Loi de programmation pluriannuelle de programmation de la recherche, annoncée par le gouvernement, n’est pas encore connu, mais les rapports préparatoires ont déjà été publiés, soulevant des interrogations et des inquiétudes fortes chez l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche au niveau national. Au sein de notre université, des réactions nombreuses se sont exprimées, dans différents cadres, unanimes dans leur rejet d’un grand nombre de propositions contenues dans les rapports.

     En tant que présidence, nous réaffirmons que la vision de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous portons et que nous déployons au sein des instances de l’UT2J ne correspond pas aux perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi.

    Notre vision de la recherche ne cherche pas à accélérer la concurrence entre unités de recherche ou entre chercheur·e·s ; elle n’a pas pour objectif d’allouer les ressources sur la base d’une évaluation surplombante et discriminante ; elle ne vise pas à affaiblir le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s et à accentuer la précarité. Dans un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint, nous cherchons à préserver et soutenir les collectifs de recherche que sont les unités de recherche qui constituent le terreau des activités scientifiques, à leur apporter des moyens (dotations récurrentes, services mutualisés développés par la DAR, personnels d’appui, accompagnement des études doctorales, etc.), à veiller, autant que possible, à l’équilibre entre les aspirations et projets individuels et la nécessaire implication dans la formation et les responsabilités administratives collectives. Nous partageons le refus exprimé par les communautés scientifiques de dispositions qui viendraient aggraver la précarisation et l’insécurisation, remettre en question le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s, accentuer la mise en concurrence par une allocation des ressources financières faisant prévaloir la logique des appels à projets au détriment des dotations pérennes.

    Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations. Nous entendons poursuivre cet effort pour sécuriser davantage les conditions de vie et de travail des personnels concernés. Cela suppose que nous engagions aussi une réflexion avec l’ensemble des parties prenantes pour réfléchir à nos pratiques et à nos modes d’organisation et pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités.

    Dans l’attente que soit rendu public le texte de loi, nous relaierons, tant auprès du ministère que de la CPU, les différentes prises de position afin que soient entendues les craintes exprimées, mais aussi l’attachement de notre communauté aux principes qui fondent le service public d’enseignement et de recherche. Par ailleurs, notre université prendra part, selon des modalités qui restent à définir, à la journée « L’université et la recherche s’arrêtent » prévue le 5 mars prochain.

      Cordialement,

     Pour la Présidence,
     Emmanuelle Garnier

Update (14 février 2020)
Continuer la lecture