Recrutements universitaires : ne pas mélanger les torchons et les serviettes

conseil-dEtatLe clientélisme universitaire connaîtrait-il ses dernières heures? Une décision toute récente du  Conseil d’État (23 septembre 2013) pourrait laisser espérer que cette pratique, largement admise et régulièrement dénoncée, trouve quelques limites.

Rappel des faits: fin mai 2012, à l’issue d’un classement pour un poste de professeur des universités de « Littérature française du XVIème siècle » à l’Université de Strasbourg (article d’Academia du 11/06/2012), qui place en première position un candidat exerçant hors de l’Université de Strasbourg, le Conseil d’administration a décidé de ne transmettre aucune proposition de nomination au Ministère de l’Enseignement supérieur. Lire la suite

Pour une réforme des comités de sélection (Claire Crignon, MCF Philosophie Université Paris-Sorbonne, Véronique Le Ru, MCF habilitée, Université de Reims)

Nous voudrions témoigner par ce billet d’une situation désastreuse sur le plan institutionnel et humain.
Une série d’annulations de recrutements de maîtres de conférences ou de professeurs vient en effet de frapper le milieu universitaire. D’abord à la faculté de lettres de Strasbourg, ensuite au département de philosophie de l’Université d’Aix-Marseille et en histoire de l’art à Clermont-Ferrand.
Lire la suite

Refus de transmission des résultats d’une sélection au Ministère (Université de Strasbourg): une pétition

http://www.petitionenligne.fr/petition/annulation-du-recrutement-d-un-professeur-de-litterature-du-xvie-siecle-a-strasbourg/261

Texte de la pétition à signer dans le lien ci-dessus:

« Nous, membres du comité de sélection chargé d’élire un professeur de littérature du XVIe siècle (Poste 09 PR 4022) à l’université de Strasbourg, avons appris avec indignation que le CA restreint de l’université réuni le 31 mai 2012 a décidé de ne pas transmettre au ministère le choix proposé par le comité de sélection. Le poste avait été publié et donné lieu à un concours qui s’est déroulé dans les règles. Il relevait de l’article 46-3 qui réserve le concours sur emplois ouverts par l’établissement aux Maîtres de Conférences titulaires de l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) ayant accompli au moins dix années de service dans un établissement d’enseignement supérieur (art. 46-3 du décret du 6 juin 1984 [modifié par décret du 23 avril 2009]). Le candidat classé premier remplit ces conditions. La non-transmission des résultats équivaut de facto à la suppression du poste.

Faut-il rappeler ici l’importance de cette chaire de XVIe siècle, la place essentielle de Strasbourg dans le monde de l’imprimerie, de l’humanisme et de la Réforme, la richesse des fonds des bibliothèques locales, l’importance qu’il y a à continuer à faire rayonner par les études universitaires ce centre culturel éminent à la Renaissance ? Nous dénonçons avec la plus grande vigueur ce procédé scandaleux qui crée un grave préjudice aux candidats et à l’université tout entière et demandons l’annulation de cette décision. »

le 8 juin 2012,
Alain CULLIERE, Professeur de Littérature française du XVIe siècle, Université de Lorraine
Nathalie DAUVOIS, Professeur de Littérature française du XVIe siècle, Université de la Sorbonne nouvelle – Paris III
Guy DUCREY, Professeur de Littérature comparée, Université de Strasbourg
Romuald FONKOUA, Professeur de Littérature française et francophone, Université de Strasbourg
Béatrice GUION, Professeur de Littérature française du XVIIe siècle, Université de Strasbourg
Caroline JACOT-GRAPA, Professeur de Littérature française du XVIIIe siècle, Université Charles de Gaulle – Lille III
Muriel OTT, Professeur de Littérature française du Moyen Âge, Université de Strasbourg
Éléonore REVERZY, Professeur de Littérature française du XIXe siècle, Université de Strasbourg
Peter SCHNYDER, Professeur de littérature française du XXe siècle, Université de Haute Alsace, Mulhouse
Anne-Elisabeth SPICA, Professeur de Littérature française du XVIIe siècle, Université de Lorraine

 

 

Un nouveau cas d’élections cassées : que faire ?

Les communiqués fleurissent sur la manière dont le classement d’un comité de sélection pour un poste de Professeur en littérature française a été cassé par le CA de l’université de Strasbourg. Une affaire analogue fait beaucoup de bruit ces jours-ci dans le petit milieu des historiens de la philosophie et des sciences du XVIIe siècle.
Lire la suite