Julien démissionne du Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg

La question est d’importance, pas seulement pour les personnels et étudiants de l’Université de Strasbourg, mais pour tout l’ESR, pour lequel l’Unistra est aussi un laboratoire des réformes.

 

Parmi les expérimentations locales, la privation complète de tout espace de décision dans les Conseils, afin de mener librement des politiques contraires aux intérêts de l’établissement, en entretenant une illusion de collégialité.

 

Ne plus entretenir l’illusion Membres du Conseil d’administration et du Conseil académique, nous avons tenté durant trois ans de faire vivre ces instances, d’y représenter la communauté universitaire qui nous a élus et d’œuvrer…

C’est en tous cas le constat objectif qui ressort nettement de l’enquête menées auprès des personnels de l’Université de Strasbourg.

Et c’est pourquoi, aujourd’hui, il n’y a plus d’Alternative à l’Université de Strasbourg.

Il n’y a plus d’Alternative Démission des membres des trois conseils centraux de l’Université de Strasbourg – Conseil d’administration (CA), Commission de la recherche (CR) et Commission de la formation et de la vie universitaire…

   

La LPPR et l’Université de Strasbourg. Pourquoi les élu·es démissionnent en masse des Conseils centraux

L’Université de Strasbourg, première déconcentrée en 1970 et première refusionnée en 2009, a toujours entretenu un rapport particulier avec les réformes nationales de l’ESR. Elle fait partie de la dizaine de Grandes universités de recherche françaises. Membre non seulement de la CPU, mais surtout de la LERU et de la CURIF, elle participe aux réseaux d’influence les plus puissants de l’ESR. Son premier président fut nommé avant même la fin de son mandat à la Direction générale de la recherche et de l’innovation et son Directeur général des services est également président de l’Association des DGS d’établissements d’enseignement supérieur.

À bien des égards, l’Université de Strasbourg est un laboratoire de réformes, et ses dirigeants sont « des producteurs de solutions et de normes reprises par d’autres acteurs du système d’enseignement supérieur français ». Elle est parmi les premières à mettre en application l’autonomie de gestion prévue par la loi LRU de 2007 en passant aux responsabilités et compétences élargies. Elle a obtenu les premiers IDEX confirmés, comme les premières dérogations pour s’endetter. Elle est régulièrement citée en exemple au niveau national, notamment pour sa fondation et sa SATT, ou encore le modèle économique de l’ISIS. Encore aujourd’hui, elle expérimente avant les autres le « dialogue stratégique » qui sera étendu à tous les établissements dans le cadre de la LPPR.

Concernant cette LPPR, plusieurs mesures sont déjà mises en œuvre à l’Université de Strasbourg. Citons notamment les « Chaires professeur junior », ou tenure-tracks, modèle que nous avons décidé de « promouvoir » dès 2017 (Article 3 de la LPPR et Conseil d’administration du 9 mai 2017 de l’Unistra) ; « les primes d’intéressement » (Article 14 de la LPPR et Conseil d’administration du 14 novembre 2017 de l’Unistra, voir aussi notre dossier), et qui permettent au président de notre université de doubler le salaire d’une liste tenue secrète de chercheurs jugés de « très haut niveau » ; ou encore le développement des fondations (Article 16 de la LPPR).

Conformément à ce qui est décrit dans la LPPR, l’Université de Strasbourg s’est déjà dotée de fondations puissantes et de filiales nombreuses, permettant à la fois d’échapper aux règles de la comptabilité publique (colloque « Fusions d’universités : bilan, retours d’expérience et perspectives »), et au contrôle des Conseils centraux de l’université (texte fonctionnement des conseils).

L’Université de Strasbourg et la LPPR se renforcent mutuellement et impulsent un mouvement. Participer aux conseils de l’Université de Strasbourg, approuver en local ces transformations, c’est donc participer de ce mouvement. Or, comme le prouve le récent épisode au CNESER, le fonctionnement démocratique national de l’ESR est totalement inopérant. Et comme le montrent toutes les analyses de la loi ainsi que le bilan de notre université, ce mouvement est contraire aux intérêts de l’enseignement et de la recherche, et de ceux qui les font.

Il est donc désormais de la responsabilité de chaque élu des Conseils de l’Université de Strasbourg de légitimer ou non cette politique, au niveau local comme national.

Ruse de Sioux pour ne pas prolonger les contrats des doctorant∙es après le COVID-19

Lettre ouverte de l’Intersyndicale du site de Strasbourg sur les conditions de travail des personnels et sur le déconfinement

 

 

Le 21 avril 2020

 

Monsieur le président d’université,
Monsieur le délégué régional du CNRS,
Monsieur le délégué régional de l’INSERM,

Par la présente nous souhaitons formuler à votre attention un certain nombre de demandes qui nous paraissent à même de répondre aux préoccupations de nombreux collègues de nos trois établissements, tant dans le cadre de la gestion de la période de confinement que dans celui du déconfinement à partir du 11 mai prochain.  Notre objectif est d’obtenir des garanties sanitaires et des conditions de travail sécurisées pour tous les agents pendant le confinement et après celui-ci.

Il va de soi que ces demandes et propositions devront faire l’objet de discussions dans des réunions exceptionnelles des CHSCT, à tenir de toute urgence et en tout état de cause avant le déconfinement.
En effet, un plan de prévention des risques, en bonne et due forme, ainsi que l’impose la loi quand le personnel est exposé à un agent biologique pathogène, doit être établi en  concertation avec les représentants du personnel. Une demande de réunion exceptionnelle a été faite le 25 mars concernant l’université et une réunion a enfin été programmée le 30 avril.  Un CRHSCT INSERM a été programmé pour le 23 avril. Nous demandons une nouvelle réunion au CNRS, de même qu’un CHSCT commun à l’université et à ces deux organismes. Il conviendrait notamment de fournir les Plans de continuité d’activité (PCA) anonymés et finalisés à ces instances et de convier régulièrement des représentants lors des cellules de crise, à élargir (université) ou à créer (délégations CNRS et INSERM).  Au-delà, nous souhaitons que les instances de l’université, notamment la Commission de la Recherche mais aussi la CFVU, le CA et le CTE se réunissent pour faire le point sur la situation dans chacun des domaines qui relève des compétences de ces instances.        

Dispositions relatives à la période de confinement

  • Fourniture d’EPI aux agents. Le port de masques, de gants est aujourd’hui une nécessité avérée, ainsi que l’usage régulier et systématique de gel hydro-alcoolique. Nous estimons que nos établissements doivent fournir de toute urgence de tels équipements élémentaires de protection aux personnels en PCA.
  • Télétravail : dans les circonstances actuelles, l’absence d’interaction directe quotidienne entre collègues, les contraintes diverses liées au confinement et l’accompagnement scolaire des enfants sont autant de raisons qui expliquent une altération du travail de recherche ou du travail administratif. Les règles en vigueur pour l’usage des équipements numériques professionnels entre les établissements sont différentes. Il convient qu’elles soient harmonisées dans le sens d’un assouplissement dans le cadre des unités mixtes. La situation actuelle étant anormale, la hiérarchie doit être encouragée à ne pas exercer de pression sur les agents et à adapter la reprise du travail à partir du 11 mai en veillant à sa progressivité. Il en va de même pour les tâches d’enseignement. Si le lien pédagogique des enseignants avec les étudiants doit être maintenu – et il l’est pour l’essentiel – la “continuité” pédagogique est impossible et ne peut être imposée.
  • L’attribution des Autorisations spéciales d’absence (ASA) doit être facilitée pour tenir compte des difficultés diverses pour les personnels et enseignants, y compris en alternance avec des périodes de télétravail; les personnels doivent recevoir une notification individuelle de leur placement en ASA précisant les dates. La durée des absences doit être assimilée à une période de travail effectif pour l’acquisition des jours de RTT. Les primes doivent toutes être maintenues, et dans leur intégralité. Toute autre disposition reviendrait à sanctionner une personne en travail à distance ou sur site.

Université de Strasbourg, Palais universitaire (Photo: Julien Gossa)

Continuer la lecture

Julien participe à un Conseil d’administration en distanciel

  • par Julien Gossa, administrateur à l’Université de Strasbourg
    fil Twitter du au 27 au 31 mars 2020

    https://www.flickr.com/photos/bintkhalifa/120848158/in/photolist-bFnWW-YnRsba-DN7LA1-2iGaQ7a-Uc9f8A-WSPEw4-4EY51k-6et5iQ-2i7fMBV-A3XZXz-NnNBez-2iKgNGB-AEwdVC-2iJ96BS-aapqoY-Axbp8h-24Tjv6r-Hc1Doi-pnKYdG-JK1i13-9TKKn8-BSi1qs-fxFn3N-2cpcTjo-L5SPBK-2iDe5VX-Dtzdv6-2ijD4WZ-aScvYT-2isJfiR-2hEbg7A-2iJ3UrW-djue4i-2iuydJJ-f3snrQ-mGp8vv-dAvALa-2iHjcoX-2hYQRrD-2ikMGuw-8HjYqU-2io69t9-2iCWkbC-2gRta5Y-avBifw-Hu9C9H-6Be7st-datd2t-2iHUoMV-CTDyVf

    Distance, by BintKhalifa, 2006

Continuer la lecture

L’Université de Strasbourg contre-attaque…

Dans une lettre ouverte à Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg, quii a comparé son Université à une entreprise (cf. vidéo France3 cidessus), cent membres du personnel de l’Université de Strasbourg fustigent l’assimilation de leur université à une «entreprise» et la «lente déformation de notre idéal que signale la diffusion d’un langage managérial» qui accompagne la destruction méthodique de leur service public.

Monsieur le Président,

En une seule phrase, envoyée tel un camouflet à l’ensemble des personnels et étudiants de l’Université de Strasbourg, vous avez trahi notre idéal humaniste et les valeurs du Service public. Lors d’une conférence de presse sur «l’orientation stratégique» que vous voulez imprimer à notre établissement pour la décennie à venir, vous avez dit ceci, rapporté par les DNA du 13 février : 

« Nous sommes une entreprise qui a du mal à être heureuse d’avoir plus de clients. » 

Non, Monsieur le président, notre université n’est pas une « entreprise », ses étudiants ne sont pas des « clients », et leur nombre important ne nous empêche en rien d’être heureux. Nous ne sommes pas une entreprise : nous sommes l’Université. Faut-il vous rappeler le sens de ce mot ? Il dit l’universalité des savoirs que nous devons faire fructifier et transmettre au profit de toutes et tous. Il dit une communauté de recherche et d’enseignement unie par la construction et la transmission de la connaissance, au service de la société. Il dit encore : égalité dans l’accès au savoir, collégialité et liberté académique, recherche collective de la vérité, imagination scientifique.

Nous ne sommes pas une entreprise, nous ne sommes pas des « opérateurs » et vous n’êtes pas notre patron. Depuis de trop longues années, nous devons subir la lente déformation de notre idéal que signale la diffusion d’un langage managérial devenu aussi incompréhensible et ridicule que le globish. Vous vous en êtes fait le héraut, alors que, premier parmi vos pairs, vous devriez défendre l’honneur, la joie de faire vivre et de transmettre l’idéal de l’humanisme rhénan dont vous vous targuez pour mieux le bafouer.

Nous ne voulons plus entendre ce langage qui accompagne la destruction méthodique de notre service public. Nous voulons continuer à être l’université, caractérisée par la production et la transmission des connaissances à tous et toutes, une université ouverte sur le monde et accessible à tous ceux en recherche de connaissances. Nous ne voulons plus de managers et technocrates de la recherche et de l’enseignement supérieur qui, au lieu de soutenir le développement de notre activité, l’entravent en réduisant le nombre de personnels permanents et en rendant aléatoires les financements.

Nous ne sommes pas une entreprise, nous sommes l’université.

Et vous, Monsieur le Président, êtes-vous aussi l’Université ? 

Liste des premiers signataire

Lien: Nous ne sommes pas une entreprise, nous sommes l’Université  par les invités de Mediapart, 21 février 2020.

Représentation – motion de Strasbourg

Forte de ces constats, l’assemblée générale des personnels s’interroge :
est-ce la LPPR qui influe l’Université de Strasbourg,
ou bien l’Université de Strasbourg qui influe la LPPR ?
La présidence de l’Université de Strasbourg a activement oeuvré à la promotion de ces mesures dans différents réseaux (CPU, CURIF, LERU) et auprès du ministère et des tutelles, qu’elle rencontre et invite d’ailleurs très régulièrement.
Tout cela a été fait sans consultation des personnels, et en opposition aux intérêts des missions premières de l’université, qui sont l’enseignement et la recherche.

Motion de l’AG des personnels de l’Université de Strasbourg
23 janvier 2020

Les personnels de l’université de Strasbourg, réunis en Assemblée générale ce 23 janvier 2020, dans le prolongement de la motion de l’AG du 15 janvier , demandent le retrait de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), de la réforme de la formation des enseignants ainsi que de la réforme des retraites. Ces trois projets font système et visent à affaiblir la solidarité et les services publics de l’éducation et de la recherche. Concernant la LPPR, nous déplorons que ses principales mesures soient déjà expérimentées ou mises en oeuvre au sein de l’Université de Strasbourg :

  • tenure-tracks : l’Université de Strasbourg s’est déjà dotée d’un tel dispositif et participe ainsi aux appels à financement et au financement de chaires ;
  • modulation des services d’enseignement : l’Université de Strasbourg s’est prononcée plusieurs fois en sa faveur et s’est déjà dotée d’instruments de modulation tels que le référentiel d’activité des enseignants, actuellement en refonte ;

Continuer la lecture

Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez?

Une annonce récente de l’Université de Strasbourg propose un poste de maître.sse de conférences contractuel, pour 3 ans renouvelable. La fiche de poste souligne les qualités du ou de la candidat.e : un doctorat en droit, 5 ans d’expérience professionnelle, enseignement en langue anglaise, une spécialité en « spécialisé en droit européen et international de la propriété intellectuelle, droit des brevets, droit du contentieux et mise en œuvre des droits de propriété intellectuelle ». Ses missions : « Coordination d’appels à projets nationaux, européens et internationaux », mais surtout « Responsabilité pédagogique de formation ».

Tout est légal, à ceci près que la loi désigne ce type de poste sous le titre d' »agent contractuel ». Merci la LRU !

Il reste à savoir si la responsabilité d’un diplôme peut être du ressort d’un agent contractuel de l’Université. Et s’il existe quoi que ce soit sous le nom de « corps de maîtres de conférences contractuels ».

Continuer la lecture

Recrutements universitaires : ne pas mélanger les torchons et les serviettes

conseil-dEtatLe clientélisme universitaire connaîtrait-il ses dernières heures? Une décision toute récente du  Conseil d’État (23 septembre 2013) pourrait laisser espérer que cette pratique, largement admise et régulièrement dénoncée, trouve quelques limites.

Rappel des faits: fin mai 2012, à l’issue d’un classement pour un poste de professeur des universités de « Littérature française du XVIème siècle » à l’Université de Strasbourg (article d’Academia du 11/06/2012), qui place en première position un candidat exerçant hors de l’Université de Strasbourg, le Conseil d’administration a décidé de ne transmettre aucune proposition de nomination au Ministère de l’Enseignement supérieur. Continuer la lecture

Pour une réforme des comités de sélection (Claire Crignon, MCF Philosophie Université Paris-Sorbonne, Véronique Le Ru, MCF habilitée, Université de Reims)

Nous voudrions témoigner par ce billet d’une situation désastreuse sur le plan institutionnel et humain.
Une série d’annulations de recrutements de maîtres de conférences ou de professeurs vient en effet de frapper le milieu universitaire. D’abord à la faculté de lettres de Strasbourg, ensuite au département de philosophie de l’Université d’Aix-Marseille et en histoire de l’art à Clermont-Ferrand.
Continuer la lecture

Refus de transmission des résultats d’une sélection au Ministère (Université de Strasbourg): une pétition

http://www.petitionenligne.fr/petition/annulation-du-recrutement-d-un-professeur-de-litterature-du-xvie-siecle-a-strasbourg/261

Texte de la pétition à signer dans le lien ci-dessus:

« Nous, membres du comité de sélection chargé d’élire un professeur de littérature du XVIe siècle (Poste 09 PR 4022) à l’université de Strasbourg, avons appris avec indignation que le CA restreint de l’université réuni le 31 mai 2012 a décidé de ne pas transmettre au ministère le choix proposé par le comité de sélection. Le poste avait été publié et donné lieu à un concours qui s’est déroulé dans les règles. Il relevait de l’article 46-3 qui réserve le concours sur emplois ouverts par l’établissement aux Maîtres de Conférences titulaires de l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) ayant accompli au moins dix années de service dans un établissement d’enseignement supérieur (art. 46-3 du décret du 6 juin 1984 [modifié par décret du 23 avril 2009]). Le candidat classé premier remplit ces conditions. La non-transmission des résultats équivaut de facto à la suppression du poste.

Faut-il rappeler ici l’importance de cette chaire de XVIe siècle, la place essentielle de Strasbourg dans le monde de l’imprimerie, de l’humanisme et de la Réforme, la richesse des fonds des bibliothèques locales, l’importance qu’il y a à continuer à faire rayonner par les études universitaires ce centre culturel éminent à la Renaissance ? Nous dénonçons avec la plus grande vigueur ce procédé scandaleux qui crée un grave préjudice aux candidats et à l’université tout entière et demandons l’annulation de cette décision. »

le 8 juin 2012,
Alain CULLIERE, Professeur de Littérature française du XVIe siècle, Université de Lorraine
Nathalie DAUVOIS, Professeur de Littérature française du XVIe siècle, Université de la Sorbonne nouvelle – Paris III
Guy DUCREY, Professeur de Littérature comparée, Université de Strasbourg
Romuald FONKOUA, Professeur de Littérature française et francophone, Université de Strasbourg
Béatrice GUION, Professeur de Littérature française du XVIIe siècle, Université de Strasbourg
Caroline JACOT-GRAPA, Professeur de Littérature française du XVIIIe siècle, Université Charles de Gaulle – Lille III
Muriel OTT, Professeur de Littérature française du Moyen Âge, Université de Strasbourg
Éléonore REVERZY, Professeur de Littérature française du XIXe siècle, Université de Strasbourg
Peter SCHNYDER, Professeur de littérature française du XXe siècle, Université de Haute Alsace, Mulhouse
Anne-Elisabeth SPICA, Professeur de Littérature française du XVIIe siècle, Université de Lorraine

 

 

Un nouveau cas d’élections cassées : que faire ?

Les communiqués fleurissent sur la manière dont le classement d’un comité de sélection pour un poste de Professeur en littérature française a été cassé par le CA de l’université de Strasbourg. Une affaire analogue fait beaucoup de bruit ces jours-ci dans le petit milieu des historiens de la philosophie et des sciences du XVIIe siècle.
Continuer la lecture