Frais d’inscriptions : passons à l’action ! Grève du 3 février à Rennes

Près de 600 manifestants et manifestantes ont manifesté à Rennes ce jeudi 3 février contre la hausse annoncée des droits étudiants. Photos: Union pirate Continuer la lecture

Chez les étudiant∙es, la crise sanitaire se paie au prix fort

Academia avait recensé pendant le premier confinement les enquêtes sur les condtions d’études très dégradées, et avait publié les résultats pour Rennes-2, seule enquête menée à l’échelle de l’université par la présidence. Parmi les étudiant·es,les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise, comme le rappelle Modibo Massaké.

Avec le plaisir d’accueillir dans sa rédaction un nouveau rédacteur, Ugo Thomas, Academia se donne comme nouvelle mission de recenser les initiatives locales, enquêtes comme initiatives, à l’instar de Cop’1, association de soutien alimentaire. #ResistESR

  • par Ugo Thomas, Union Pirate, Université de Rennes-2

Depuis le reconfinement, la réalité de nombreux étudiant∙es a été, à nouveau, complètement bouleversée. Alors qu’écoles, collèges et lycées ont été maintenus ouverts, les établissements du supérieur n’ont pas connu le même sort puisque l’accueil des étudiant∙es, à de rares exceptions près, y a été suspendu. Pour mesurer les conséquences de cette situation, l’Union Pirate, le premier syndicat étudiant rennais a non seulement mené des initiatives de solidarités mais également lancé une grande consultation des étudiant∙es de l’Université Rennes 2. Entre le dimanche 8 novembre et aujourd’hui, cette consultation a reçu près de 4 000 réponses. Ce chiffre, qui représente plus de 18% des étudiant∙es inscrit∙es, nous permet d’observer un certain nombre de phénomènes et en particulier les nombreuses difficultés des étudiant∙es.

Plus de deux tiers des étudiant∙es ne se sentent pas bien, près de quatre cinquièmes rencontrent des difficultés

Sur le lieu de leur confinement, 57,1% des étudiant∙es se déclarent confinés chez leurs parents contre 42,9% dans leurs logements (25,2% en appartement individuel, 12,1% en colocation et 5,5% en cité universitaire). Quel que soit le lieu où ils sont confinés, une grande majorité des étudiant∙es rencontrent des difficultés. Ainsi, seuls 41% des étudiant∙es disent se sentir bien et seuls 20,9% ne rencontrent aucune difficulté. À l’inverse, 56,9% des étudiant∙es déclarent rencontrer des difficultés scolaires, 36,7% des difficultés psychologiques, 23,1% des difficultés financières et 6,8% des difficultés liées à la santé. Dans 92% des cas, ces difficultés ont pour origine ou ont été amplifiées par la crise actuelle (42,6% provoquées par la crise, 49,4% aggravées par la crise).

Continuer la lecture

Préférer ne pas. Pourquoi et comment refuser d’être évalué∙e par le Hcéres

« Présidence du Hcére: le projet qu’avait présenté Thierry Coulhon au MESRI et au comité de sélection », Newstank, article n°198790, 10 novembre 2020

La résistance #ResistESR — résistance aux décisions de la Commission mixte paritaire fixant les formes de la loi désormais « scélérate » dite de programmation de la recherche 2021-2030, à la nomination entachée de conflits d’intérêts — se réorganise désormais rapidement. La suppression de la qualification et l’invention du délit « d’atteinte à la tranquilitié et au bon ordre des établissements », puni jusqu’à trois ans de prison et 45 000€ d’amendes ont achevé de raviver la flamme endormie avec le chaos de la rentrée. Academia invite les membres de la communauté universitaire à présenter dans ses pages toute initiative locale susceptible d’être reprise ailleurs. Commençons, avec Rennes-2, par ne plus répondre aux attentes collège du HCERES, dont son désormais président Thierry Coulhon juge que c’est du « travail de qualité, non contestable, mais menacé de vanité » (Newstank, 10 novembre 2020) et que même « les DG du Ministère ne lisent pas les rapports du Hcéres ».

Que rédiger un rapport Hcéres, pour Academia, Camille Noûs et Thierry Coulhon, relève bien, selon le concept popularisé par David Graeber, d’un « bullshit job ».

https://www.flickr.com/photos/mikecogh/14759733468/in/photolist-ouguxf-Gxr7ai-VVP3-PgGXXU-29DMS41-2bE4mym-sSCCR-edGaCF-J8t12P-wgSZLh-212xpze-2bdby2z-FUce2o-25RCbC1-24yi9Ee-28eD3kd-2dG5UHn-9caLD8-Kscige-JTfLe4-LMtNS5-2fA5FzV-M4f6n9-29ZFSf6-FXY9z9-J18ZNV-24qbsUE-2b1x836-23fMprB-2eBTroE-24uFhxr-XkyoSB-SFXiWW-2dUyD94-9nQLYm-yj83k-25zAia3-d2PFdG-2cq2hZA-27UzQyh-SSeJSv-azA5Ky-Hrvfbz-2F3NSm-bJ9dD6-QGcNCv-JLpKW4-iExFdj-3aSPsc-281AV6J/

Young trees (c) Michael Coghlan, 2014


  • par Camille Noûs, Université de Rennes-2

Le 1er novembre, Emmanuel Macron a nommé Thierry Coulhon à la tête de l’Hcéres, alors même que le conflit d’intérêt de la candidature du conseiller du président est évident et qu’une majorité de parlementaires s’est prononcée contre sa nomination. Cette décision achèvait de délégitimer une instance d’évaluation dont l’inutilité pour le bien commun est évidente puisque les évaluations de l’Hcéres ne sont pas là pour aider les composantes en difficulté à régler des problèmes qui trouvent généralement leur origine dans le manque de moyens pérennes.

La vague B des évaluations Hcéres en 2020-2021 concerne 70 établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, 484 entités de recherche, 1379 formations et 41 écoles doctorales.

Nous avons commencé à voir venir cette “vague” d’évaluation fin 2019, en même temps qu’une grande partie du pays s’opposait au projet de réforme du système de retraite et que la communauté universitaire commençait à s’inquiéter de la LPPR qui s’annonçait. Nous n’étions évidemment pas imperméables à la situation. La vague s’est rapprochée au premier trimestre 2018 alors qu’il fallait commencer à compléter les dossiers d’auto-évaluation, que la mobilisation contre la LPPR s’amplifiait et que le Covid-19 se rapprochait. Le tout alors que comme d’habitude beaucoup d’entre nous font de nombreuses heures complémentaires d’enseignement pour combler l’absence de recrutement pérennes. Bref, tout ça pour dire que nous n’avions pas que ça à faire et que cette vague charriant des tableaux excel à n’en plus finir achevait de nous mettre la tête sous l’eau.

Continuer la lecture

Examens confinés à Rennes-2. Communiqué de l’Union Pirate

C’est confirmé ! À l’université Rennes 2, les examens1 auront lieu en devoirs maisons avec une durée de réalisation de 21 jours. La décision approuvée en CFVU [Conseil de la formation et de la vie universitaire] par 18 voix contre 15 s’impose légalement au CA [Conseil d’administration]. Il n’y aura pas d’examens en ligne en temps limité à heure/date fixe.
Ces épreuves pourront prendre la forme de dossiers légers, d’oraux à enregistrer, de QCM ou exercices à faire sur le site de la fac, d’une épreuve classique à faire numériquement quand vous pouvez… Les modalités peuvent donc varier selon le choix de l’enseignant·e.
Il a été rappelé qu’un Devoir Maison n’est pas forcement un dossier de 15 à 30 pages. Au contraire, c’est plutôt à éviter puisque le but de passer à 100% de DM c’est de permettre aux étudiant.e.s de tout faire dans le délai imparti et malgré les conditions actuelles.
De plus à été approuvé que : les étudiant·es dans l’impossibilité matérielle de passer l’examen sont invités à se signaler auprès de etudiant-covid19ATuniv-rennes2POINTfr. Des modalités adaptées pourront leur être proposées au cas par cas en fonction de leur situation.
Au vu des circonstances exceptionnelles dans lesquelles va se tenir cette session d’examen, il est demandé aux enseignants de tenir compte de la situation en choisissant prioritairement des sujets traités en présentiel et en appliquant des critères d’évaluation adaptés.
L’ensemble des unités d’enseignement ou enseignements qui ne pourraient faire l’objet d’une évaluation au regard des circonstances actuelles se verront neutralisées et feront l’objet d’une validation avec le reste du semestre.
  1. terminaux. Cf. https://academia.hypotheses.org/22215#comment-29431. []