Poste MCF Paris 8 : sur un recrutement sexiste en études de genre ?

Rien que cette semaine, l’INRAE en science politique s’illustre sur ce plan : 4 postes en science politique, 15 candidat·es dont 9 hommes, 4 hommes retenus en liste principale. Nous l’avions fait pour les concours du CNRS, qui ont très majoritairement déclassé des femmes ; à l’université, c’est plus diffus – et nettement moins publicisé. Nous appelons donc candidat·es et membres du jury à contribuer à l’information collective, en particulier du côté des concours de recrutements de professeur·es d’université, qui contribuent à l’élaboration de véritable « bastions masculinistes », tout particulièrement en SHS. 
Pour que les pratiques changent.


Université de Paris-8 et AMU : nos étudiant∙es ont faim

Solidaires étudiant.es Paris8, RUSF Paris8, l’antenne du Secours Populaire de Paris8 et des membres de notre université se sont mobilisé.es pour venir en aide au premier problème rencontré actuellement par les étudiant.es : LA FAIM !!
Nous organisons des distributions avec le Secours Populaire, par lots de 100 colis alimentaires devant Paris8  – et à domicile pour les étudiant.es malades, handicapé.e ou sans papier.
En 3 jours, notre petit collectif a reçu 700 mails de demande de colis alimentaire. Une intense détresse émane de la plupart des messages. Certain.es en sont déjà à plusieurs jours voire semaines de disette.
Aller sur le site de la collecte en ligne pour l’Université de Paris-8.
À Aix-Marseille Université, les paniers-repas fournis aux étudiants par le CROUS et AMU, l’UNEF s’est mis à le faire également pour compléter ce que font ces institutions et il lance un appel au don.
L’EHESS va remettre plus de 300€ à tous les étudiant·es qui en ont fait la demande, sur justificatif, pour pallier les besoins les plus criants.

Pour un lien pédagogique, social et écologique. Une tribune

  • par Makis Solomos, professeur à l’Université de Paris-8

Comment serait-il possible de passer d’une pédagogie entièrement fondée sur le contact à une pédagogie totalement en ligne ? C’est pourtant l’injonction de ce gouvernement qui s’est matérialisée par le nouveau dogme de la « continuité pédagogique », digne d’un plan Marshall si ce n’est que … aucun moyen financier et humain n’y est consacré et que le changement occasionné dans le travail n’est nullement interrogé ! Le même gouvernement qui, depuis son accession au pouvoir, ne cesse de pratiquer la discontinuité en éliminant toutes les structures qui ont fait leurs preuves…

Dans le primaire, « mettre en place une classe virtuelle, en plus d’accentuer l’inégalité scolaire, s’avère ne pas être un outil efficace pour garder le contact avec toutes les familles de nos élèves », lit-on dans une belle tribune d’enseignant·es du premier degré intitulée « On a refusé la classe virtuelle et on a bien fait » Dans le secondaire, les familles disent combien elles sont dépassées et les élèves expriment leur désarroi face à l’injonction : « Des gens vont mourir, mais il faut que tu passes ton bac »1. Jean-Michel Blanquer vient de reconnaître que 5 à 8% des élèves sont « perdus », chiffre que, le connaissant, on pourra multiplier par 5 ou par 10…

Les étudiant·es, quant à elles et eux, ont de nombreux soucis : problèmes de logement (trop petits, lorsqu’ils et elles n’ont pas été chassé·es par le CROUS), promiscuité avec les parents ou les frères et sœurs, monotonie des repas, absence d’équipements élémentaires (machine à laver…), malades dans leur entourage ou malades eux-mêmes… Une étude montre que, déjà, en temps normal, dans les filières d’enseignement à distance, les problèmes sont nombreux, alors, par temps de confinement ! Tou·tes les étudiant·es, loin de là, ne sont pas équipé·es avec le meilleur matériel informatique, le meilleur smartphone. La connexion internet, lorsqu’elle existe, est parfois très basse, en fonction de la région, voire du type d’abonnement, lorsqu’elle existe ; on constate aussi que la saturation des réseaux crée des inégalités difficiles à évaluer. Par ailleurs, le travail demandé, qui s’accumule, est devenu difficile sans l’accès aux bibliothèques. Tou·tes les enseignant·es ont constaté que de très nombreu·ses étudiant·es ne donnent pas signe de vie : ils et elles ne sont nullement « perdu·es », simplement ils et elles hiérarchisent leurs priorités. L’angoisse, les inquiétudes pour un avenir global remis en question sont bien présentes : un sondage réalisé par les étudiant·es de l’Université Savoie Mont Blanc donne, à la question « êtes-tu angoissé·e, stressé·e, inquièt·e ? » 74,6% de réponses positives2 !

https://www.flickr.com/photos/sculptorli/40010396274/in/photolist-23XzJSw-4vEWny-ESw4nU-8zAsWr-4dCPf6-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hWD73c-h35aZN-FfQf7R-bomzFC-2hu4Fq4-V1razN-opXQQv-2hX1w42-ZHgs4X-YhvNsi-RaJx4Y-dyzSya-2hWXahh-2hWV8ua-2hWTT59-hk4X3S-2iEfENJ-2hWFtCc-2hWK8TF-8cHGpp-ajivB-s85e8Y-cMKwkh-5zVNNN-dMb1EG-2bqNgTD-2hWQRrG-2hULc3m-KanLPH-R7scD8-2hWtxSR-qeZrX1-eiZT6G-24eAP2c-rWsv44-nGQ6NS-9j3yBg-j86Yv5-6eVpJE-cL6Yz3-eihhgX

Chains up, by sculptorli, 2008

Continuer la lecture

  1. Article de Mediapart, https://www.mediapart.fr/journal/france/310320/des-gens-vont-mourir-mais-il-faut-que-tu-passes-ton-bac. []
  2. Lettre ouverte du syndicat Solidaire Etudiant·e·s au Président de l’USMB, 31 mars 2020. []

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

Les étudiant·es de Paris-8 se réapproprient leur lieu de travail, 5 mars 2020

Appel des étudiant·es de Paris-8 mobilisé·es

Nous étudiant-e-s mobilisé-e-s de l’Université Paris VIII sommes actuellement réuni-e-s dans le Hall de notre Université.
Nous avons réussi à entrer ce matin, malgré la fermeture administrative, que nous dénonçons fermement.

Nous tenons à rappeler par ce texte que l’Université est à celles et ceux qui y travaillent et y étudient, et non pas au petit nombre qui se l’approprie. Nous ne sommes donc pas ici des intru-e-s comme le suggère « l’équipe présidentielle » dans son mail matinal.

Depuis 1h, on nous menace d’être expulsé-e-s par la police du hall où nous sommes installé-e-s. Nous sommes révolté-e-s par cette menace trop souvent invoquée.

Université de Paris-8, 5 mars 2020

Que veut dire dans la période actuelle de menacer de faire entrer la police dans une Université publique ? D’autant plus dans une Université ayant une forte proportion d’étudiant-e-s étranger-e-s.

Quel message envoie la fermeture administrative de Paris VIII un jour de mobilisation nationale dans l’enseignement supérieur ?
L’organisation politique des étudiant-e-s n’est pas un délit. Se saisir de nos lieux d’études et de travail pour mener à bien notre mobilisation est légitimite.

Nous soulignons ici l’absurdité de cette situation.

Nous ici, comme prévu et annoncé, jusqu’au retour de nos camarades parti-e-s en manifestation. Nous déciderons alors ensemble de la suite de la mobilisation.

 

Le logiciel libre soutient la licence d’informatique de Paris-8

En passant

L’April soutient
le collectif des enseignant·es de la licence informatique de Paris 8
pour une formation de qualité dans des conditions dignes

Mardi 11 février 2020, Pablo Rauzy, maître de conférences en informatique à l’Université Paris 8, est intervenu dans l’émission Libre à vous ! pour évoquer la décision du collectif des enseignant·es de la licence informatique (le CELI) de ne pas ouvrir la première année de licence à la rentrée prochaine. L’April soutient l’équipe enseignante dans cette décision difficile et s’inquiète de la pérennité d’une formation importante pour le logiciel libre.

Écouter le podcast ou lire la transcription

L’éthique du logiciel libre, incarnée par ses quatre libertés, se caractérise par un engagement pour l’accès, le partage et l’enrichissement collectif de la connaissance. Elle est une condition essentielle de l’émancipation de tous et de toutes dans une société largement informatisée. Une formation publique et de qualité aux savoirs informatiques est, à ce titre, un enjeu déterminant de démocratie.

La déclaration du CELI de Paris 8 annonçant ne pas être en mesure d’assurer l’ouverture de la première année de licence doit donc nous interpeller. Alors que les discours politiques évoquent volontiers l’importance de défendre la « souveraineté numérique » et d’œuvrer pour l’essor de « champions numériques », il ne saurait être fait l’économie de la question des moyens de l’enseignement supérieur dans les sciences informatiques. Pour illustrer la situation, Pablo Rauzy indique ainsi avoir fait l’an passé l’équivalent de 5 mois de travail supplémentaire pour tenter au mieux de pallier ces manques, et ne pas être le seul de ses collègues à se sur-investir dans l’enseignement, mais la situation demeure intenable malgré ça.

Le département informatique de l’Université Paris 8 est lié à l’histoire du logiciel libre en France. De manière générale Paris 8 est une université particulière, héritière du centre universitaire expérimental de Vincennes créé dans la foulée de Mai 68. C’est dans ce contexte-là qu’est apparu l’un des premiers départements d’informatique en France (tout comme les premiers départements d’art qui, avant ça, n’existaient pas à l’université mais seulement en conservatoire). Jusque-là, la licence informatique de Paris 8 s’est voulue fidèle à cette volonté d’incarner une alternative : pas de cours en amphi, approche allant de la pratique à la théorie plutôt que l’inverse, proximité des enseignant·es avec leurs étudiant·es… et bien sûr, le logiciel libre ! Ce n’est pas pour rien que l’April a été créée par d’anciens étudiants de Paris 8, à la fin de leurs études. Frédéric Couchet, délégué général de l’April et cofondateur de l’association en 1996 a expliqué lors d’une conférence TEDx le rôle majeur joué par l’enseignement reçu à Paris 8 dans sa découverte de l’importance des libertés informatiques. En se cantonnant à la même époque, on peut aussi citer l’histoire de Mygale.org. Aujourd’hui encore, la licence informatique de l’Université Paris 8 héberge l’un des rares cours de développement de logiciels libres, qui amène parfois des étudiant·es de 3ème année de licence à faire des contributions sur des logiciels aussi vénérables que GNU Emacs ou la commande ls des GNU coreutils !

Continuer la lecture

UFR Théâtre, Paris-8, 2020

En passant

À l’Université de Paris-8, la licence d’informatique n’ouvrira pas à la rentrée 2020, faute d’enseignant·es titulaires. Qu’en sera-t-il en études théâtrales ? Aujourd’hui, pour 296h de cours/semaine assurées, 133 sont assurées par des EC titulaires (soit 44%), 15 par des ATER-moniteurs (soit 0,5%), et 148 par des vacataires (soit 50%), très inégalement répartis.

Continuer la lecture

Ouverture de la licence d’informatique : bluff de la présidence de Paris-8 ?

Communiqué de la présidence sur la licence 1 Informatique, 19 février 2020

La présidence de l’université Paris 8, en accord avec la direction de l’UFR dont dépend la licence informatique tient à informer que, contrairement à des informations qui peuvent circuler, la licence d’informatique est ouverte, comme on peut le vérifier sur Parcoursup avec une capacité de 90 places, et sera en mesure d’accueillir, comme prévu, les nouveaux bacheliers à la rentrée 2020. Celles et ceux qui feront le choix de cette formation peuvent être assurés que tous les moyens sont mis en œuvre, comme chaque année et comme pour toutes les autres formations, pour garantir l’accueil des étudiants et leur accès à l’ensemble des cours.

Continuer la lecture

Paris-8. Initiative anti-syndicale de la présidente

En passant

Paris 8 • Le droit syndical existe !

Lundi 17 février 2020

Chers collègues, chères collègues,

Notre pays connaît un mouvement social d’ampleur et notre université, comme d’autres, est en grève. Nous sommes fermement opposés à la contre-réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Nous demandons le retrait de l’une et de l’autre.

Même si certains collègues et personnels ne soutiennent pas cette grève, le droit de grève existe et il doit être respecté. Ce matin, aux aurores, le piquet de grève a été démonté sur ordre de la Présidence. Les tracts, le matériel, les cafetières, les affiches, les panneaux d’affichage… tout a disparu. La grande banderole accrochée à 2m50 de hauteur a été enlevée et probablement jetée. A-t-il été demandé aux personnels de ménage (ou d’autres ?) de monter sur des chaises ou des tables, pour faire ce travail, ce qui est interdit ? Le CHSCT ne manquera pas d’être intéressé par la réponse à cette question.

De plus, le service de reprographie a interdiction totale ce jour d’éditer des tracts syndicaux et/ou politiques, alors que les syndicats ont une ligne budgétaire dédiée. Il nous a même été précisé qu’il n’y aurait pas d’édition de tracts sans vérification de leur contenu par Mme La Présidente. Des patrons qui vérifient les contenus des tracts syndicaux ? Paris 8 entrerait-elle dans l’ère de Big Brother ? Ceci est une attaque grave et une tentative inacceptable d’invisibiliser notre mobilisation, qui dure depuis le 5 décembre.

Nous sommes montés dans les bureaux de la Présidence ce matin. Tout ce beau monde étant en réunion, nous n’avons pas été reçu·es. Mme La Présidente a proposé de nous contacter dans la journée. Les syndicats de Paris 8 mobilisés se sont tenus à sa disposition sur le piquet de grève.

Le droit de grève, la liberté de se syndiquer et la liberté d’expression sont des droits garantis par la Constitution de notre pays. Tout comme le droit de grève garanti par son article 7, le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 assure chacun·e que :

    • Art. 6 : Tout homme [toute femme] peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.
    • Art. 8 : Tout travailleur et toute travailleuse participe, par l’intermédiaire de ses délégué·es, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises. Pour que les travailleurs et les travailleuses puissent exercer ces droits inaliénables sauf à vouloir remettre en cause notre Constitution, leur droit à l’information par leurs organisations syndicales doit être respecté intégralement.

Les organisations syndicales signataires exigent de la présidente de Paris 8 que leurs droits à l’information des personnels, leur droit à l’expression et les libertés syndicales soient respectées sans contraintes ni limitation de quelque nature que ce soit. Nous ne supporterons aucune atteinte à nos droits humains fondamentaux.

Nous appelons les personnels et les étudiant·es à rejoindre le piquet de grève pour le reconstruire et le renforcer. À demain 8h30 pour une journée, ensemble, sur notre piquet de grève !

Lundi 17 février 2020,

Ll’intersyndicale de Paris 8 en lutte : CGT FERC Sup,
Dionysoise,
FSU Snasub,
FSU Snesup,
SNPTES,
SUD Éducation,
Solidaires Étudiant·es

Continuer la lecture

« Qui sauvera la licence d’Informatique ? »

Communiqué de la CGT FercSup de l’Université de Paris-8

Acculé par le manque de moyens (surcharge de travail, épuisement  professionnel, travail empêché, impact sur la qualité de la formation, etc.), le collectif pédagogique de la licence Informatique a été contraint à une décision qui lui a arraché le cœur : suspendre la L1.

La CGT FERC Sup a été alertée tout de suite de cet acte désespéré. Car il est désespérant de se saborder lorsque les conditions de travail ne nous permettent plus de bien faire notre travail.

Des manifestations de sympathie de collègues de l’université, de syndicalistes, de l’Union Nationale CGT FERC Sup n’ont pas empêché un de nos collègues de cette Licence de tomber malade…La CGT FERC Sup a alerté le CNESER. Les représentants des organisations
syndicales qui y siègent, ont alors voté la motion qui vous été transmise par allP8 (!). La CGT P8 remercie la prise de position des élu·es qui rend visible la faillite de la logique de destruction qui est en train de gangréner l’ESR. Mais elle s’étonne toutefois de voir les instigateurs zélés de la mise en oeuvre de la politique macroniste verser des larmes de crocodile sur une situation qu’ils et elles ont eux-mêmes largement contribué à créer.La CGT FERC Sup rappelle que tout chef d’établissement doit donner les
moyens du travail. Et que ne pas le faire revient à manquer à ses obligations.Contre le sabordage à venir de nos formations, se mobiliser est plus que jamais nécessaire ! Ne lâchons rien !

CGT FERC Sup,

St Denis, le 8 février 2020

Osons la CGT ! –  Permanence mercredi 12h30-15h en A0171 – cgt@univ-paris8.fr

Continuer la lecture

Non-ouverture de la licence d’informatique Paris-8 : réponse de la présidence de l’Université

En passant

Que veut dire la réponse que la présidence de Paris-8 fait à la non-ouverture de la licence d’informatique à la rentrée 2020 ?

Pour mémoire,le 4 février dernier, l‘équipe pédagogique décide de ne pas ouvrir la licence à la rentrée prochaine faute de personnel pour s’acquitter des missions, équipe qui a reçu le soutien unanime du CNESER le lendemain. Ci-dessous la réponse faite ce jour par la présidence de l’Université de Paris-8 ?

Continuer la lecture

Le CNESER soutient le Département d’informatique de Paris-8

En passant

Suite à la décision du Département d’informatique de l’Université de Paris-8 de ne pas ouvrir la licence en 2020

CNESER en CP du 5 février 2020
MOTION ADOPTÉE À L’UNANIMITÉ DES 21 VOIX  

https://www.flickr.com/photos/twm_news/27326269001/in/photolist-HCJgJZ-8TPawa-8TPbqR-HBVuLf-247sESN-MHn7vN-fq18wE-TAt8LD-V8zEZq-baopPn-2dPwqob-R73A1P-9Pyp6J-aAtQ7A-2eAv7Px-dRvFYq-KkQrHH-dHqzgx-eX4TSz-25yUM3e-SNdcjb-MYBEyf-5aEAjy-yDt3bL-25UZgJq-RJdVow-t5bL3U-QwY4LZ-UHWXFR-yTMQom-gjybdX-2i4hxoY-gjxubU-5FytjL-fpNg6t-AKRtz5-RP1HJz-Un9EFm-55EDQ1-M1MrdQ-HEcr4U-2eL8TqU-8ptvCs-2fQnj2X-HtJGy3-2hCJjM8-b8SQmD-V2gY75-8S6FyS-82Z2xC

Dégâts subi par Sa Majesté Broke à la bataille du Jutland, juin 1916 (fonds: Tyne & Wear Archives & Museums)

Le CNESER soutient la démarche et les efforts réalisés par l’université de Paris 8 pour continuer d’exercer sa mission de service public d’enseignement supérieur et de recherche, dans un contexte de très forte pression démographique et une insuffisance de dotation récurrente de l’État.

Le CNESER insiste sur la nécessité de poursuivre et d’amplifier l’accompagnement budgétaire pérenne de l’État pour dégeler et ouvrir de nouveaux postes de titulaires (en particulier en L1 pour diminuer les effectifs en TD et aussi à l’IUT de Tremblay), améliorer les conditions d’étude et de travail et maintenir la qualité de l’enseignement.

Le maintien d’une université de qualité est essentiel pour le département de Seine-Saint-Denis et le CNESER ne saurait accepter sa mise en danger.
Continuer la lecture

La licence d’informatique de Paris-8 n’ouvrira pas l’an prochain

En passant

Motion du Conseil des enseignant·es de la licence informatique, 4 février 2020

À l’Université Paris 8, le Collectf des enseignant·es de la licence informatique1 s’est réuni le 4 février 2020 et a pris la décision de ne pas ouvrir la première année de licence à la rentrée 2020.

https://www.flickr.com/photos/124172291@N07/27727436508/in/photolist-JfbmS9-ypaxnv-2ieEMyJ-26i78GX-FAk2H-2eWhzz2-2drRpc7-wSaDVk-qf5EA-2ik84ee-4Y36gN-2gyM6No-23rfC7K-4y5APV-qoot6P-Jtttuu-8MZRK1-5bL5u6-2hci248-yqURQP-H2Q1MM-24NCBgZ-4qAuPr-2gQwMfo-2hMJbHe-sFF6Wa-2gAa9PJ-eFzN6-2gVEfRr-8yAByC-2hNBtX3-NazcJV-LNrZ3H-VMk8um-nsUzZo-JomJnp-Jqjvv9-rT9P9F-7szLEq-dL6yFv-2hE1QPV-nf7jE-6Jr6PK-XHxgKF-24cYDWB-bFGhuP-2age3K-d2rRG-euKPsT-dwBk5Z

La femme qui pleure, de Serena Carone (Photo: Christian Lemaäe, 2018)

Cette décision, lourde de conséquences et difficile à prendre, est la conclusion inévitable d’une situation catastrophique. Depuis des années, l’équipe pédagogique n’est plus en mesure d’assurer correctement sa mission de service public d’enseignement supérieur. Les groupes d’étudiant·es sont de plus en plus surchargés alors que le nombre d’enseignant·es diminue (non-remplacement des départs en retraite, etc).

Cela fait plusieurs années que les séances de travaux pratiques ne sont plus assurées en demi-groupe comme c’est censé être le cas, que chaque cours de première et deuxième année est amputé d’une dizaine d’heures, que plus aucune option n’est ouverte en troisième année, et depuis l’an dernier, des cours obligatoires de deuxième année ne sont plus dispensés. Tout cela malgré une équipe pédagogique dévouée qui assurait jusque là en moyenne une centaine d’heures de service complémentaire (au-delà du service réglementaire de 192h) par enseignant·e titulaire, en plus du recrutement de plusieurs chargé·es de cours vacataires.

Crying teachers, by gradyjamielee, 2015

La situation n’est plus tenable, et il ne serait pas correct d’accueillir dans ces conditions de jeunes étudiant·es en demande légitime d’une formation de qualité : celle-là même que nous voudrions pouvoir leur offrir, celle pour laquelle nous avons choisi d’exercer ce métier.

Continuer la lecture

  1. instance créée par le conseil de l’UFR MITSIC du 19 novembre 2019 pour s’occuper de la licence informatique, et regroupant l’ensemble des enseignant·es intervenant dans la licence, quelque soit leur statut, y compris les étudiant·es tuteurices. []