« Il n’y avait pas de place pour s’asseoir ». La rentrée universitaire selon France Info

En passant

Covid-19 : « Les universités ont avancé en ordre dispersé » jusqu’à la mise en place de la jauge de 50%

Les bâtiments universitaires ne pourront pas accueillir plus de 50% de leur capacité habituelle, dans les zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale. Cette nouvelle mesure doit mettre un terme aux stratégies variables d’un établissement à l’autre.

Objectif : des amphis à moitié remplis. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a demandé aux universités de réduire le nombre d’étudiants accueillis dans leurs locaux à partir du mardi 6 octobre, quand elles sont situées dans une zone d’alerte renforcée ou d’alerte maximale. Dans le détail, les salles d’enseignement, les cantines et les bibliothèques ne pourront plus accueillir plus de 50% « de leur capacité nominale ».

Branle-bas de combat dans les facs ? « Pour nous, ces nouvelles mesures ne changent rien », répond le président d’Aix-Marseille Université, Eric Berton. Après les annonces d’Olivier Véran concernant Marseille, il y a une dizaine de jours, il a donné la consigne aux 18 facultés, écoles et instituts de réserver la présence des étudiants aux TP, aux étudiants en fracture numérique, aux examens et aux évaluations. Chaque doyen ou directeur de composante doit ensuite affiner le dispositif en fonction des équipements et de la taille des locaux.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-universites-ont-avance-en-ordre-disperse-jusqu-a-la-mise-en-place-de-la-jauge-de-50_4129415.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Des étudiants en médecine lors d’un cours magistral à l’université de Nantes (Loire-Atlantique), le 24 septembre 2020. (MAXPPP)

Continuer la lecture

Les pannes de réseau au secours des libertés individuelles ?

Les examens en ligne ont commencé, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a une réelle opacité sur les outils utilisés et leur conformité au réglement général de la protection des données (RGPD).

Retour vers le futur : le marché public de la télésurveillance des examens

À l’été 2019,France Université Numérique1 signe un accord de partenariat avec une entreprise européenne qui se réjouit de travailler avec 135 nouveaux partenaires. FUN, quant à lui, se satisfait que les données soient stockées sur le sol européen.

Brève Newstank – Accord entre France Université Numérique et ProctorExam

Paris – Publié le mercredi 12 juin 2019 à  8 h 28 – n° 149415 France Université Numérique et ProctorExam signent un accord de partenariat le 03/06/2019 pour déployer la solution de télésurveillance des examens en ligne néerlandaise sur la plateforme de diffusion de Mooc, qui compte 1,8 million d’apprenants. ProctorExam pourra également être utilisé sur FUN Campus et FUN Corporate.

« Notre objectif est de démultiplier les examens en ligne pour valider les connaissances et les compétences acquises par les Mooc. La réforme de la formation professionnelle ouvre de nouvelles opportunités pour démultiplier les certifications délivrées par les établissements à l’issue d’un suivi de cours en ligne. Cela répond à une envie croissante chez les apprenants », dit Catherine Mongenet, directrice de France Université Numérique, à News Tank, le 11/06/2019.

Pour ProctorExam, cet accord stratégique implique de travailler avec 130 institutions partenaires de FUN, tant dans l’ESR que dans le domaine de la formation professionnelle, un second secteur qui est ciblé par l’entreprise pour son déploiement.

« Ce partenariat nous permet de travailler avec un réseau d’établissements en France et dans toute la sphère francophone. Des établissements qui n’avaient jamais eu recours à la télésurveillance des examens en ligne découvrent les bénéfices de cette solution. Le public de la formation continue, ciblée par FUN Mooc, fait partie de nos segments de marché à la croissance la plus rapide », selon Daniel Haven, directeur de ProctorExam, interrogé par News Tank, le 11/06/2019.

France Université Numérique a choisi ProctorExam début 2019 pour surveiller les examens à distance qu’elle propose. Des tests ont été réalisés depuis le début de l’année et la mise en production est effective depuis avril 2019. Le choix de ce partenaire se fait aussi en lien avec le respect du RGPD : la législation concernant l’enregistrement des flux vidéo est particulièrement complexe. Pour FUN, travailler avec ProctorExam, qui stocke les données au sein de l’UE, est une marque supplémentaire du respect du RGPD.

https://www.flickr.com/photos/mykg/8415345500/in/photolist-dPCR2N-FMixRR-nB9QQt-txah5C-cwwgdQ-s5FMwo-nx4Srs-x3qnYa-hqT7f4-hqRWZ5-nLKuES-eTZwxC-cTeJ3U-dvfpEY-8WhBhb-jPjKmT-of5W2K-HLqbK2-qdRCHC-Gkj4uZ-jMfevj-oqgbrg-fSwjAr-8hCxHQ-zPsfjj-J79fa-bs8kJg-xkuyxi-cNUaEs-dp8RP9-x3iHf1-wGYrfc-A8b8Dy-aTrsjM-dcLmX1-bPQ1R2-fy6XcZ-9kStBN-cbobnd-of3W5v-fU1opG-MXdibT-izVpoM-onrSZ2-nuDQq5-DbW6YU-qAxRCM-dne1QP-dfAkU4-N33meD

Burnham Lighthouse shadows, by Myk, 2010

L’accord France Université Numérique concerne exclusivement les contrôles des connaissances acquises via les MOOC. Ce qui signifie que si télésurveillance il y a en ce moment, ce n’est pas par cet accord que cela passe, mais par des marchés spécifiques que chaque université passe à son niveau avec des prestataires, entre autres ProctorExam, mais aussi d’autres. Ce qu’ont fait déjà plusieurs universités avec ProctorExam (Sorbonne Université, Université de Bourgogne, Aix-Marseille Université)2. Ces pratiques avancent depuis quelques années, sans trop de débat apparemment. L’épidémie est vue par certain·es comme une opportunité d’accélérer ce mouvement.
Les questions du respect des libertés personnelles et de la conformité réelle au RGPD ne sont, à cette date, pas vraiment envisagées. Des universités comme Sorbonne Université déploie l’outil et son manuel d’utilisation3.

Continuer la lecture

  1. Groupement d’intérêt public, constitué du ministère et d’un assez grand nombre d’universités. L’État a 40% des voix, les COMUE et universités ont 60%. []
  2. Cf. 2e partie de la dépêche NewsTank susmentionnée. []
  3. NDLR. Même des adolescent·es dénonceraient le placement de produits dans les vidéos de présentations. []