Harcèlements à l’Université de Paris. Communiqué intersyndical au sujet du Département d’études psychanalytiques

Omerta mode d’emploi #7

← Article précédent

Article suivant →

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

Harcèlement dénoncé à l’Université de Paris

En passant

« Thomas B. professeur harcèle et agresse vos élèves » : une figure de la gauche intellectuelle mise en cause à l’Université de Paris

Une dizaine d’élèves ont contacté « Le Monde » pour accuser Thomas Branthôme, maître de conférences en histoire du droit. Provisoirement suspendu, il dément toute forme de harcèlement ou d’abus.

  • par Sylvia Zappi, Le Monde, 9 décembre 2020.

Le collage en lettres majuscules à la peinture noire, typique des collectifs féministes, s’est étalé le 21 novembre sur les fenêtres de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (Ensae) à Malakoff (Hauts-de-Seine), en face du campus de droit de l’Université de Paris : « Thomas B. professeur harcèle et agresse vos élèves », suivi d’un « Harceler enseigner » (« harceler n’est pas enseigner »). Derrière ce prénom et cette initiale, Thomas Branthôme, maître de conférences en histoire du droit qui enseigne dans cette université depuis 2014.

Photo postée sur le compte Twitter de l’association L’Amazone montrant le collage accusant l’historien du droit Thomas Branthôme.

Une dizaine d’élèves du même campus ont également contacté Le Monde pour mettre en cause l’enseignant. D’autres nous ont été signalées par une association féministe du campus et le collectif de colleuses L’Amazone. Des jeunes femmes de Sciences Po Paris et de l’université d’Evry nous ont aussi confié leur récit. Toutes font état de pratiques qu’elles ont ressenties comme du harcèlement sexuel, voire, dans au moins un cas, comme une agression sexuelle. Plusieurs ont alerté les autorités universitaires, qui sont en train d’instruire le dossier en vue d’une procédure disciplinaire. Aucune n’a saisi la justice pour l’heure. L’enseignant, de son côté, dément toute forme de harcèlement ou d’abus.

Photo compte Twitter, L’Amazone, 23 novembre 2020

« De plus en plus vulgaire »

A 38 ans, Thomas Branthôme est un spécialiste de l’histoire de la République, un intellectuel reconnu, régulièrement invité lors des universités d’été de La France insoumise, de la Gauche républicaine et socialiste – le parti de l’ancien membre du Parti socialiste Emmanuel Maurel. On le retrouve également dans la mouvance du média en ligne Le vent se lève et au comité scientifique du think tank Institut Rousseau. Dans toutes les universités où il a donné des cours, M. Branthôme connaît un vrai engouement de la part des jeunes, qui se pressent à ses cours.

Lire la suite sur Le Monde

Tweet de l’Institut Rousseau (@InstitutRousseau), 9 décembre 2020, 12h01

Sur le harcèlement à l’Université, voir également

Continuer la lecture

La faculté des sciences de l’Université de Paris prend position contre la LPPR

Comme dit le poète, la victoire est petite mais le sourire est grand.

Vendredi 12 juin 2020, le conseil de la faculté des sciences de l’Université de Paris, réuni par la magie de la plateforme Zoom s’est prononcé à l’unanimité (moins une abstention) contre le projet de Loi de programmation pluriannuelle pour la recherche. C’est à la liste « Paris pour une université plus humaine » qu’on doit l’initiative de cette heureuse motion qui met en avant quelques uns des points les plus litigieux des 24 articles d’un projet de loi qu’on pourrait résumer par « Plus de précarité, moins de collégialité. »

La victoire est petite, parce qu’une motion ne renversera ni cette loi, ni ne provoquera, à elle-seule, un changement de paradigme à la tête de l’Enseignement supérieur et de la recherche…

Le sourire est grand, car en recueillant l’unanimité des membres du conseil facultaire, cette motion montre que les soucis que pose ce projet de loi sont partagés par l’ensemble du corps universitaire de la faculté des sciences de l’Université de Paris. Et ceci, bien que que cette faculté soit dirigée par une équipe issue des rangs de la présidente Christine Clérici qui, quant à elle, soutient la LPPR au travers de la Conférence des présidents d’université.

Mais trêve de commentaire, voici cette motion.

MOTION DU CONSEIL FACULTAIRE DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L’UNIVERSITÉ DE PARIS

Suite à la diffusion, dimanche 7 juin 2020, du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle pour la Recherche (LPPR), nous, élus du Conseil de la Faculté des Sciences de l’Université de Paris, souhaitons exprimer notre profond désaccord sur la démarche et sur le fond.

La démarche, pour commencer, n’est pas acceptable. Au début de l’année, la communauté universitaire s’est largement mobilisée contre les esquisses d’un projet que le gouvernement ne voulait pas rendre public. Le 5 mars des milliers de collègues ont ainsi manifesté partout en France. De nombreuses analyses et propositions alternatives ont été publiées, co-signées notamment par plus de 700 directeurs d’unité, 29 sociétés savantes, et la quasi-totalité des membres du Conseil National de la Recherche Scientifique, dénonçant les dangers de la politique qui s’impose aujourd’hui. Malgré cela, le gouvernement fait le choix d’une diffusion du projet de loi de la LPPR juste avant l’été, et d’un calendrier ultra-resserré pour sa présentation en Conseil des Ministres, indiquant un objectif de promulgation de la loi en plein milieu des vacances universitaires. Tout ceci au sortir d’une crise sanitaire épuisante, et au moment même où un effort supplémentaire considérable est demandé aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels BIATSS pour organiser une rentrée hybride en présentiel et en distanciel, et simultanément mettre en place la reprise d’activités de recherche stoppées pendant plusieurs mois.

Sur le fond, les augmentations budgétaires programmées pour de futurs quinquennats restent à la marge et il est certain que les principes à la base du texte de loi renforceront une mise en compétition généralisée et entraîneront des effets délétères rapides pour les personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR).

Le texte dans son ensemble pose problème et ne répond pas aux objectifs d’amélioration de la recherche en France. Nous nous concentrons ci-dessous sur quelques exemples.

L’article 5 du projet de loi instaure par exemple un « CDI de mission scientifique », qui « prend fin avec la réalisation de l’objet pour lequel il a été conclu » mais « peut être également rompu lorsque le projet ou l’opération pour lequel ce contrat a été conclu ne peut pas se réaliser ». L’appréciation de ces motifs est laissée à l’employeur et peut inclure une rupture unilatérale par manque de financement. De tels contrats instaurent pour les chercheurs une précarité et une dépendance permanentes vis-à-vis de leur employeur, contraires à la Recommandation de l’UNESCO de 2017 concernant la science et les chercheurs scientifiques.

Autre exemple, l’article 3 du projet de loi instaure des contrats de type « tenure tracks/chaires d’excellence », en rupture complète avec le mode de recrutement par concours de la fonction publique. Ces chaires permettraient à des contractuels de bénéficier en 3-6 ans d’un passage rapide au grade de Professeur ou Directeur de Recherche, sans aucune des obligations statutaires imposées aux Maîtres de Conférences et Chargés de Recherche pour espérer atteindre le même objectif. Prélevées sur le même budget que les postes de Professeurs des Universités et Directeurs de Recherche, elles diminuent ainsi les possibilités d’évolution vers ces grades pour les Maîtres de Conférences et Chargés de Recherche actuels et à venir.

Citons également le transfert à l’ANR de financements jusque-là considérés comme pérennes (article 11), qui renforce la politique actuelle d’appels à projets et de mise en concurrence systématique pour l’accès aux moyens. D’autres propositions de ce texte contribuent également à la dégradation du management de l’ESR, comme l’attribution de primes en dehors de tout principe de collégialité (article 14).

Face à ces orientations néfastes pour le fonctionnement collectif de l’ESR, nous, élus du Conseil de la Faculté des Sciences de l’Université de Paris, demandons qu’un nouveau projet de loi voie le jour, élaboré de façon collégiale par les personnels de l’ESR. Nous n’accepterons pas, ni maintenant ni à l’avenir, que soient signés des « CDIs de mission scientifique » ou des contrats de type « tenure tracks » au sein de la Faculté des Sciences. Nous appelons solennellement la Présidence de l’Université de Paris, et plus largement l’ensemble des membres de la Conférence des Présidents d’Universités, à soutenir notre démarche et s’engager pour une réécriture du projet de loi conforme aux enjeux de l’ESR et aux attentes de ses acteurs.

Texte approuvé à l’unanimité moins une abstention par le conseil de faculté, réuni le 12 juin 2020

« Liberté de réunion ». Une COMUE attaque les libertés universitaires

Des documents classés confidentiels ont fuité

L’Université de Paris veut faire contrôler les réunions étudiantes par la Préfecture

par Philomène Rozan et Youri Merad, 18 février 2020

À l’occasion de la fusion des facs de Paris 5 et Paris 7 la présidence de la fac a rédigé un projet de nouveau règlement intérieur classé confidentiel. Les documents ont fuité révélant un projet liberticide, une atteinte sans précédent à la liberté de se réunir à la fac alors même que les personnels et étudiants se mobilisent actuellement contre les réformes de l’enseignement supérieur. La moindre réunion serait désormais soumise à une déclaration préalable en préfecture et à une validation par la présidence.

Depuis le début du mois de décembre le mouvement contre la réforme des retraites s’est lancé sur l’université de Paris Diderot -Paris 7- et les assemblées générales -AG- se sont multipliées, rassemblant plusieurs centaines de personnes. À la rentrée les profs sont rentrés dans le mouvement, marquant leur refus de voir passer une nouvelle attaque contre l’université, la LPPR — Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. C’est dans ce contexte électrique sur la fac que les vigiles ont commencé à fermer les grilles et contrôler les cartes à l’entrée, une heure avant chaque assemblée générale, avant de se décider finalement à filtrer toutes les entrées 24h/24, 7j/7. « Puis récemment ils ont essayé de faire annuler des AG, en niant des réservations d’amphi à Descartes par exemple, ou en interdisant l’accès au matériel sonore ! », nous relate une professeure en sociologie sur Diderot.

https://www.flickr.com/photos/3ha-k/7461427326/in/photolist-cnkLoJ-21Lt8WE-2aUw7mG-iFyFh-8m16CG-aua8hY-RHuHBu-2hG4A6y-2hG4A6P-vyqPVu-2pmms-RyEuKN-47ttZ-C5jve-24KSmca-2gZiGud-24G29Xu-2grMooW-4KiCmX-2gXm2YN-Rbhm7c-vsH6j6-2hGURsE-272VVjy-2ikpapT-faE8Ec-2cENHhE-FkqyHj-227DL8n-vd9HQy-25dmkPm-2hD7Evc-YwSwqG-KzUEyA-2h4j6K8-j9msdc-h7hR5n-h7hQeV-h7jgSV-2cAkK6g-LSGoR-adxKqk-2hnApcy-YeRo9F-3GPMGo-Kmm92U-2hhxwgj-ReR4sW-WWBWzN-Lq1Eks

Orwell, 1984, par Nikolay FFH, 2012

C’est au milieu de cette effervescence que le 1er janvier est arrivé, et avec lui la mise en place effective de la fusion décidée en 2017. Elle devait initialement regrouper Paris 3, 5 et 7, mais la mobilisation à l’époque dans les trois facs et celle particulièrement importante sur Paris 3 a permis à l’université cette dernière de sortir du projet. C’est donc un processus de fusion entre Paris 7 et Paris 5 qui a abouti il y a un peu plus d’un mois. La fusion des universités permet d’en faire des pôles compétitifs intégrés au marché économique, en poursuivant la dualisation des cycles (licence / master-doctorat), en faisant des premières années d’études supérieures une simple extension des études secondaires, reportant le travail de recherche au moment du master. Dans le même temps, avec l’intégration toujours plus massive de représentants du patronat dans les conseils centraux, la recherche est peu à peu orientée en fonction des besoins des grandes entreprises. Ce sont ces mêmes cadres anti-démocratiques qui sont entrain de décider du règlement intérieur pour la nouvelle Université de Paris.

Continuer la lecture