Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes

PAR AFFORDANCEINFO

11 février 2020

Ne pas céder sur son désir. Depuis 7 ans je suis responsable pédagogique et administratif d’une licence professionnelle en Community Management. Je l’étais. Car à compter d’aujourd’hui, je démissionne. Rien ne permet d’indiquer aujourd’hui si celle licence pourra ouvrir l’année prochaine. Il faudra assurer son recrutement, le suivi des inscriptions et des négociations estivales d’étudiants en recherche de contrats ou simplement en demande d’information. Il faudra aussi recruter de nouveaux vacataires. Il faudra faire les emplois du temps en jonglant avec d’innombrables contraintes. Je ne le ferai pas. Je démissionne. Je démissionne de toutes mes fonctions administratives.

En 7 ans, je pense avoir exploré toutes les principales failles d’une université qui achève de se renier dans chacune de ses valeurs fondamentales et qui ne tient plus que par la curiosité et l’envie de ses étudiants et le dévouement, hélas souvent mortifère, d’une partie de son personnel enseignant, technique et administratif.

Quand j’ai voulu monter cette licence professionnelle je suis passé par toutes les phases au mieux ubuesques et au pire kafkaïennes. On m’a fait remplir d’innombrables dossiers et formulaires sans cesse recommencés, qui n’avaient aucun autre sens que celui de m’habituer à vivre dans un monde où chaque décision, chaque choix, chaque envie et chaque idée ne vaut que si elle peut être déclinée en autant de procédures cherchant l’épuisement de la (bonne) volonté. J’ai avalé toutes les couleuvres possibles, j’ai commencé, déjà, à m’asseoir sur un certain nombre de mes principes, parce que je pensais qu’il demeurerait une possibilité de les retrouver plus tard. Que ce renoncement n’était que provisoire. J’avais tort. Continuer la lecture

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU