Université Paul Valéry Montpellier 3 : les apprentis sorciers tentés par l’Evaluation Continue Intégrale

La période de crise sanitaire semble propice à l’innovation pédagogique dans le milieu universitaire Français. A l’Université Paul Valéry Montpellier 3, la présidence, dirigée par Patrick Gilli, a tenté lors de la séance du CEVU/CFVU de mardi 9 juin 2020 de proposer rien de moins que la suppression de la seconde évaluation et des examens terminaux, en faveur d’un contrôle continu intégral. Face à l’opposition du syndicat étudiant local (le SCUM) qui y voit un accroissement des logiques sélectives et élitistes, et aux craintes d’enseignants redoutant d’avoir un surplus de copies à corriger (chacun ses priorités !), le projet a été retiré. Mais ce retrait, n’est-ce pas finalement reculer pour mieux sauter ?

Retrouvez ici l’analyse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) : Continuer la lecture

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

Revendications – Montpellier3

Revendications
L’Assemblée générale adopte les revendications suivantes :

  1. Retrait du projet de réforme des retraites ;
  2. Pour une université gratuite et accessible à tou.te.s et une recherche scientifique publique au service de tou.te.s ; (1 abstention)
  3. Pour une véritable démocratie universitaire et une réappropriation de l’université par ses acteurs ; contre la dérégulation, la re-féodalisation et l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche ;
  4. Pour le retrait de Parcoursup (1 abstention ; 2 NPPV) ;
  5. Contre la remise en cause du statut de fonctionnaire (refus des CDI-chantier, des tenure tracks qui ouvrent la voie à la destruction des statuts de MCF et de CR, à la dérégulation des carrières et à la modulation des services des enseignant.e.s-chercheur.se.s) ; (1 abstention)
  6. Pour des mesures efficaces de lutte contre la pauvreté et la précarité étudiantes (revenu étudiant, revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire) ;  (2 NPPV, 1 abstention)
  7. Réaffectation des fonds du Crédit Impôt Recherche (CIR) vers l’Enseignement supérieur et la Recherche publics ; (1 abstention)
  8. Pour la mise en place de moyens effectifs de lutte contre toutes les discriminations dans l’ESR qui utilisent et renforcent les situations de précarité et les inégalités entre personnels ; (2 NPPV)
  9. Pour le maintien du CNU et de la procédure de qualification ; (2 NPPV)
  10. Pour la suppression de l’ANR, du HCERES et des autres outils de management néolibéral de l’université et de la recherche ; pour un financement pérenne et la fin de la culture de l’évaluation et des appels à projets, dispendieux en temps et en énergie ;
  11. Pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant.e.s et des besoins publics de recherche ;
  12. Pour la suppression de la mastérisation des concours d’enseignement ; contre l’attaque des socles disciplinaires et contre la pré-professionnalisation dès la L2.

Motion de l’Assemblée générale des personnels
de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 du 22 janvier 2020

Nous, personnels de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, réunis en Assemblée générale le 22 janvier 2020, affirmons notre opposition au programme concerté de destruction de nos conditions d’emploi, de travail et de vie par les contre-réformes voulues par le gouvernement d’Edouard Philippe, en particulier le projet de réforme des retraites et la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Continuer la lecture

La LRU va me tuer: le cas de Montpellier-III et de Béziers

linteau st charlesPour éviter une troisième année de déficit consécutive, l’université Paul Valéry – Montpellier III annonce, par la voix de sa présidente et sur la recommandation du CA, plusieurs mesures d’économies, parmi lesquelles la fermeture de son antenne de Béziers constitue un coup d’éclat médiatique. La nouvelle, d’abord annoncée par mail à tous les personnels et étudiants de l’université, s’est rapidement propagée.
Continuer la lecture

Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Continuer la lecture