La presse quotidienne régionale craint les suicides des étudiant∙es

Étudiant immolé par le feu : « Je suis un symptôme de la précarité en France », sur France Bleu Saint-Etienne Loire

Un an après son geste, Anas témoigne. L’étudiant stéphanois était passé à l’acte après avoir rédigé une lettre évoquant ses difficultés financières. Il dénonçait alors la précarité dans laquelle sont plongés nombre d’étudiants. Un an après, il revient sur son geste au micro de France Bleu Saint-Etienne Loire.

Manifestation étudiante contre la précarité, à Lyon, le 26 novembre 2019. (P.DUBUIS / MAXPPP)

L’étudiant stéphanois qui s’était immolé par le feu le 8 novembre 2019 s’est exprimé pour la première fois sur France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 8 novembre. « Je suis brûlé à 75% du corps et il me reste quelques plaies, des brûlures assez marquées. » Le geste du jeune Anas, alors âgé de 22 ans, avait entraîné une mobilisation contre la précarité étudiante les semaines suivantes. Il était passé à l’acte après avoir rédigé une lettre évoquant ses difficultés financières et dénonçant la précarité dans laquelle sont plongés nombre d’étudiants.

Continuer la lecture

Reprendre le chemin des amphis à la rentrée : Lyon-2

De: <diffusion@univ-lyon2.fr>
Objet: [Présidence] Organisation de la rentrée en présentiel
Date: 16 juin 2020 à 10:53:58 UTC+2
À: « diffusion-tous-personnels@listes.univ-lyon2.fr » <diffusion-tous-personnels@listes.univ-lyon2.fr>
Répondre à: <ne_pas_repondre@univ-lyon2.fr>

Chers et chères collègues,
Le discours tenu dimanche 14 juin par le Président de la République tranche singulièrement avec une note que les universités ont reçue vendredi 12 juin et qui contenait des préconisations en matière de santé encore très restrictives. Sans attendre la prochaine circulaire, nous vous proposons de préparer une rentrée en présentiel. Nous ne prendrons en effet aucune décision qui nous placerait en marge de ce qui se passe dans la société et qui imposerait à la communauté universitaire des contraintes sanitaires plus fortes que celles qui seront préconisées au niveau national. La rentrée s’effectuera donc dans des conditions normales si l’amélioration se poursuit et que les conditions sanitaires le permettent avec, comme fil conducteur, l’accueil, l’accompagnement, la réussite de nos étudiant.es et le respect de la santé de toutes et de tous et notamment des plus fragiles.

Dès à présent, les emplois du temps vont être repris dans les conditions habituelles pour les salles de TD. Ils vont être élaborés en prévoyant une place sur deux dans les amphithéâtres et grandes salles afin de préserver un mètre entre chaque place. Le nécessaire sera fait pour équiper ces salles afin de permettre aux étudiant.es qui ne pourraient assister au cours de les suivre à distance. Il va de soi que, si la situation sanitaire le permet, la limitation du nombre de places par salle sera levée. A la rentrée, une attention soutenue devra être accordée aux gestes protecteurs (masques, sens de circulation…) afin de permettre à l’ensemble de la communauté de bénéficier de cette rentrée sur site dans les meilleures conditions sanitaires.

Bien entendu, des enseignements selon des modalités hybrides peuvent tout à fait trouver leur place dans des formations qui se déroulent majoritairement en présentiel. Les collègues et équipes pédagogiques qui ont le souhait de mettre en place ou de poursuivre des formes d’hybridation pourront bien sûr le faire et bénéficier d’un accompagnement pour cela.
La modification du calendrier universitaire permettra également d’organiser le semestre dans les meilleures conditions. La possibilité d’une rentrée décalée selon les niveaux de formation va être étudiée pour permettre d’étaler la période de rentrée et de nous donner plus de souplesse dans le déroulement du semestre. Pour permettre cela, une réduction de la période d’examens terminaux sera prévue, nécessitant une adaptation d’une partie des modalités de contrôle des connaissances. Nous reviendrons vers vous à ce sujet dans les prochains jours.
Il est bien sûr de notre responsabilité de poursuivre en parallèle un travail sur un Plan de Continuité d’Activité pour prévoir les aménagements nécessaires et réagir rapidement en cas de dégradation sanitaire ultérieure. Il ne s’agit pas de préparer simultanément deux scénarios pour la rentrée mais de prévoir une rentrée en présentiel tout en se donnant les moyens de s’adapter au mieux si les consignes sanitaires le nécessitaient. Les groupes de travail qui ont commencé à se réunir orienteront leur réflexion en ce sens. Selon leurs préconisations, l’université continuera à investir dans les équipements informatiques des étudiant.es et des personnels, dans l’équipement audiovisuel des salles de cours, et surtout dans l’accompagnement pédagogique et la formation sur le travail à distance.
Dans le même temps, notre établissement, en lien avec d’autres universités, portera la demande que l’appel à projet sur l’hybridation du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) soit centré, non pas sur la rentrée, mais sur le soutien durable à la capacité des établissements à accompagner les étudiant.es et à développer des formations en direction des publics empêchés (formation des personnels, équipement des personnels et des étudiant.es, équipement des salles…).

Cette période nous demande adaptation et réactivité, alors que le semestre écoulé a déjà été très éprouvant. Nous tenons à vous remercier encore une fois tous et toutes de votre engagement et de votre investissement pour les étudiant.es et notre établissement. Nous ferons en sorte que les équipes soient accompagnées pour préparer au mieux la rentrée universitaire.

Bien sincèrement,
L’équipe présidentielle