Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #5

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier2 : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []
  2. Update 29/1/2021. Précisons que cette information date d’octobre 2020. Certain·es témoins, selon nos informations, ont depuis pu réécrire le document et l’ont signé. []

Un étudiant de Master, un doyen de droit : à quand les retrouvailles ?

Academia republie ici, avec l’accord de leurs auteurs, deux courriels adressés l’un sur une liste de diffusion de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne et l’autre par le doyen de la faculté de droit. Les deux disent la même chose : le souhait de se retrouver, de le faire dans des bonnes conditions sanitaires, mais de se retrouver. Aujourd’hui, seul le gouvernement — et peut-être bientôt le Conseil d’État qui devrait rendre la décision concernant le référé-liberté déposé par Paul Cassia — et audiencé le 3 décembre 2020 ((Le message que Paul Cassia a adressé à la communauté de Paris-1 à la sortie de l’audience avec un seul juge du Conseil d’État vendredi, n’était pas encourageant.)) — les en empêchent.

Nous en empêche. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/mikeensor/2116288802/in/photolist-4e1wVY-fGKXS-eDN1fr-DZDDrK-Dpnm-nTEUuF-7LovMh-22K9fsW-B1GsWV-kAZ5Gj-bpZEb4-gNSH6g-8zEaa2-mc16EB-M4LMdJ-eevZ7f-M5oP39-q5kDBu-MG9Jhc-eew3WU-nqecf5-aEHDVL-oHB6fQ-4KsJCn-PfUi95-9fzByo-5mwjw6-yJwZu2-4aKk7b-Jb2We4-pokP7U-eeqghM-LyWhmE-cC9G5Q-5bLzKa-yHLPUn-eevYVj-cLAPPY-8WSTRd-eeqhGV-pqUEs1-ESwBd5-i7JtNn-foPSbD-j7e96P-i7JrU2-6v9C7Q-eeqgQx-eevYNd-4z5wVp

…PrIsOn… Credit: Mike Ensor, 2006

Courriel de Dominik, étudiant en Master de Science Politique à l’Université de Paris-1

 » (…) Je me permets de vous transmettre le point de vue qui est le mien, celui d’un étudiant lambda, mais qui passe beaucoup de temps à échanger avec les autres. Je vous conjure d’y prêter attention, parce que ces quelques lignes ne sont pas souvent écrites, mais elles passent leur temps à être prononcées entre étudiantes et étudiants.

Continuer la lecture

Podiums « dévalorisation – pas de promo »

Academia salue l’esprit LPR de cette initiative du SNESUP et son classement très prometteur de lendemains radieux.

Classement 2020 des établissements
qui entravent l’avancement des enseignants-chercheurs

La phase locale de la campagne 2020 d’avancement des enseignants-chercheurs, retardée en raison de la crise sanitaire, a débuté. Le bilan 2019 de cette phase mérite publicité tant il est désastreux pour nos collègues. Le principe d’égalité de traitement au sein d’un corps est bafoué : la politique malthusienne d’un certain nombre d’établissements d’enseignement supérieur quant à l’utilisation des quotas de promotions locaux qui leurs sont notifiés porte préjudice aux enseignants-chercheurs qui y sont affectés.

Comment expliquer, si ce n’est par les choix politiques des équipes présidentielles, que :

  • l’université de Rennes 1 refuse à 24 candidats promouvables au moins une promotion autorisée à la 1ère classe des professeurs ?

  • l’université Paris 10-Nanterree refuse 11 promotions autorisées à la hors-classe des maîtres de conférences à 25 candidats promouvables ?

  • l’université de Lorraine attribue seulement 8 des 25 promotions autorisées à l’échelon exceptionnel de la hors-classe des maîtres de conférences en présence de 29 candidats ?

Comment croire que les collègues de ces établissements-là s’investissent moins qu’ailleurs ?

En 2019 les établissements ont fait perdre aux enseignants-chercheurs plus de 200 promotions, soit plus de 10% des contingents d’avancement qui leur avaient été notifiés par le ministère. La perte est plus sensible pour les maîtres de conférences puisqu’elle approche 15% pour le total des avancements à la hors-classe et des avancements à son échelon exceptionnel. De nombreux collègues au seuil de la retraite ayant assuré leurs missions avec compétence et sérieux toute leur carrière sont délibérément privés du niveau de pension dont ils devraient normalement bénéficier. Les enseignants-chercheurs paient au sens propre les politiques combinées d’autonomie des universités, d’austérité budgétaire et d’individualisation salariale donnant la priorité aux primes de quelques-uns sur les possibilités d’avancement du plus grand nombre.

Pour comprendre l’initative et la méthodologie, cliquez ici.

Un harcèlement peut en cacher un… ou deux autres

Omerta mode d’emploi #3

← Article précédent

Article suivant →

Le 7 septembre 2020, Camille Zimmermann, université de Lorraine, explique sur Medium pourquoi elle a interrompu sa thèse, financée – le détail n’est pas anodin dans une discipline (les lettres) où les allocations doctorales sont très rares – : après des années de comportements toxiques, elle y a vu le seul moyen d’échapper à l’emprise de son directeur de thèse. Elle explique aussi pourquoi elle rend public ce témoignage : une autre doctorante, qui lui avait confié être victime d’agissements comparables, a mis fin à ses jours. Le texte utilise des pseudos, transparents pour ceux qui ont lu le cycle de romans sur lequel portait la thèse (La Quête d’Ewilan, de Pierre Bottero), et se termine par une accusation :

« J’accuse M. Ts’liche, 6 ans après le début de toute cette histoire, de harcèlement moral, de violences psychologiques et d’abus de son pouvoir et de sa position hiérarchique, et ce notamment et dans les cas les plus graves pour mettre sous emprise des jeunes femmes vulnérables. »

Academia republie le témoignage de Camille dans un billet le 10 septembre, avec une courte introduction qui permet de suivre un lien vers la plate-forme Thèses.fr si on veut connaître le nom du directeur désigné, ainsi qu’un autre lien vers une liste d’articles précédemment parus au sujet du harcèlement. Le court texte lâche également un mot : « omerta », parce qu’il ne s’agit pas d’une affaire isolée, et que ce qu’elle révèle est tout autant le harcèlement que la loi du silence qui lui permet de perdurer.

Dès le 11 septembre, Academia a l’occasion de développer ce point : peut-être agité par la circualtion du texte de Camille sur les réseaux, le président de l’université de Lorraine écrit à certains de ses collègues. Oh, pas tous ! seulement ceux du domaine Arts Lettres Langues et Sciences Humaines et Sociales – ALL-SHS, dans nos jargons. Il ne faudrait quand même pas que tout le monde soit au courant. Le mail  jette plutôt de l’huile sur le feu : il s’achève sur un indigne retournement de la charge contre Camille, et « les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux » dont il exhorte chacun·e à se méfier comme la peste. Le professeur est suspendu à titre conservatoire pour le protéger. On croit cauchemarder ; Camille Zimmermann se dit heurtée, Academia s’étouffe. Mais on n’a encore rien vu…

Capture Facebook du post de Université de Lorraine datée du 14 septembre 2020, 9h30

Le 14 septembre, comme si de rien n’était, l’université de Lorraine touitte benoîtement une invitation à écouter le professeur, spécialiste des fictions d’apocalypse, sur un sujet qui attirera tous les regards : à quoi ressemblera le monde post-Covid ? Touitt’ supprimé quelques heures plus tard, ici cliché avant disparition. Des souffrances sont signalées, des drames surviennent, mais rien ne bouge ; une jeune femme brise ce mur du silence sur un réseau social, son témoignage circule, les réactions se font enfin entendre… mais c’est pour dévaloriser son témoignage, pendant qu’une « enquête » est évoquée, sous les opacités de la novlangue administrative, et sans aucune communication auprès du public ; le public, pendant ce temps, il continue d’être alimenté avec le ronronnement des travaux du principal intéressé, sans vergogne.

Ce touitt’ lamentable manifeste, au moins la surdité d’un service Communication fonctionnant en vase clos, où ne parvient pas un son des réseaux ou des couloirs de l’établissement, au pire le cynisme d’un programme de com’ qui se moquerait comme d’une guigne des plus graves accusations possibles pesant sur un auteur, et, dans tous les cas, d’une rhétorique qui confine à la faute morale.

Continuer la lecture

Réalité et emprise à l’Université. Newsletter du 7 au 14 septembre 2020

L’actualité de la semaine s’annonçait hautement politique, avec l’avis de la Commission des finances et l’audition de la Ministre. Alors que s’ouvre de ce 14 septembre quatre jours de débat sur les amendements devant la Commission des affaires culturelles avant le passage en hémicycle la semaine prochaine et la préparation d’une journée de mobilisation nationale le 17 septembre, la semaine passée a rappelé la réalité et ses rapports de domination au cœur des discussions de la communauté universitaire.

*
*   *

Plusieurs interventions de syndicats ou de collectifs nous ont confié l’analyse faite en audition de la Commission aux affaires culturelles ou auprès de ses membres – Sud éducation et Sud Recherche EPST, Confédération des Jeunes Chercheurs, Facs et labos en lutte – avec une belle unanimité. Pierre-Alain Raphan, rapporteur-adjoint, a quant à lui choisi de rencontrer une jeune maîtresse de conférences qui lui a relaté son expérience et exposé les dangers de la #LPPR ; tandis que le groupe La France insoumise poursuivait et filmait ses auditions en marge des auditions en plénière. Nous espérons que ces prises de contact, sans le filtre orwellien de l’administration de la recherche, contribueront à nourrir la séance en hémicycle qui débutera le 21 septembre.

Nous sommes revenu·es sur l’audition de la présidente de la CP-CNU, le 27 août dernier. Sylvie Bauer nous a rappelé – à l’occasion de la parution au Journal officiel de dispositions touchant le Conseil national des universités qui n’en avait pas été informé – de la désinvolture du Ministère comme des attaques répétées vis-à-vis de l’instance nationale. À ses yeux, le CNU qui fonctionne avec peu de moyens, compte tenu de la charge de travail qui est la sienne, se trouve menacé, menaçant par la même occasion les libertés académiques. Elle a fait entendre, dans une tribune publiée en février, que « garantir le bon fonctionnement du CNU est une garantie d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité des décisions et des libertés universitaires ». Mieux connaître le CNU, lui donner les moyens d’accomplir sereinement ses missions, ne pas chercher à recruter hors CNU, comme le rapporteur-adjoint Berta avait proposé de le faire : telles sont les inquiétudes et les recommandations que Sylvie Bauer a portées devant la Commission des Affaires culturelles.

Le mercredi, la Commission des finances a examiné les amendements proposés, ne retenant que ceux portés par le parti majoritaire, voire par son rapporteur (sic). Pourtant l’opposition y a fait entendre le caractère très critiquable du projet de loi : étude d’impact ignominieuse, durée et trajectoire incompréhensibles. L’essentiel du pouvoir d’amendement revient, avant l’examen en séance, à la Commission des Affaires culturelles, la procédure exigeant que les amendements soient déposés la veille avant 17h.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/46842369682/in/photolist-2enioxu-rokWkr-24J1X5c-WyqEJL-q9rNSU-J9zpNL-R33TAp-HYtop3-XooYfK-JYZ4M4-J1LTjR-RCQbMv-SCUTCw-HFQjP9-K6Uyp6-K3Tkxq-Jat3qw-t12QAF-HchBiy-saFqhB-2echEGe-2d8nWpm-Cjsrsa-KkKY1x-JWpaRu-LsRctv-s7eTtg-TjbN3P-UR6eWo-ShJDhf-RA7WVN-Hcp9x4-xzmArm-25BADM3-PQDJYj-26P8h1n-BKV7iB-JE6jZu-G24wpP-K3VYfu-HYtcYU-XwDcZ9-Cjmgi4-Hcpcyp-PaHyGt-TL44F5-2b6dusK-XMzghc-Ch5FcG-BKU1Ke

The end of days, by Alex Berger, 2018

Jeudi, c’est devant la même Commission que Frédérique Vidal est venue soutenir son projet de loi. Fidèle à elle-même, dans un discours à la fois soporifique, approximatif, verbeux, la Ministre a achevé la rupture déjà bien engagée, connue des partis et des médias. Confronté∙es à une rentrée hors normes non préparée par le Ministère, subissant au quotidien les résultats de l’effondrement du taux d’encadrement étudiant, nous avons désormais décidé de ne plus chroniquer les discours de notre administration de tutelle pour qui les critiques de la LPPR – soit la communauté universitaire dans son ensemble – devraient « remettre la réalité au cœur de nos discussions ». C’est donc ce que nous continuerons à faire désormais : sans plus se soucier de la communication gouvernementale, ne parler que de la seule réalité.

La réalité, en cette fin de semaine, fut brutale, sordide, cruellement politique, immensément triste. Camille Zimmermann a en effet décidé de faire connaître publiquement qu’elle arrêtait sa thèse, après avoir appris la mort d’une de ses collègues doctorantes. Cette dernière, comme Camille, aurait souffert de l’emprise et du harcèlement moral de leur directeur de thèse. L’absence de communication publique de l’Université de Lorraine ne laissant pas de surprendre, Academia a mené l’enquête : par une lecture minutieuse de la lettre du président Pierre Mutzenhardt adressé le lendemain, Christelle Rabier éclaire les ressorts de l’omerta qui règne vis-à-vis de violences faites aux femmes et aux étudiant∙es des universitaires.

Quitte à ce que la Loi de programmation de la recherche remette de la réalité au cœur de nos discussions, nous espérons que le principe constitutionnel d’égalité et de la lutte contre les discriminations (genre, race, classe), avec le problème des libertés académiques et de l’intégrité scientifique, deviennent dans les jours à venir une préoccupation majeure du législateur.

Continuer la lecture

Omerta mode d’emploi

Update. 14/9/2020

Hier, jeudi 10 septembre 2020, nous avons republié sur Academia du texte émouvant de Camille Zimmermann à la mémoire de sa consœur doctorante qui avait mis fin à ses jours. Est-ce son témoignage ou plutôt la pression syndicale qui a pesé ? Ce matin, la présidence s’est fendu d’une lettre au personnel de l’Université de Lorraine.

La lettre de Prof. Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU, a connu une large diffusion et n’était en rien confidentielle : nous la reproduisons en l’assortissant d’une petite explication de texte.

À: « all-ncy-ens » <all-ncy-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-ater-ens » <all-ncy-ater-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-lecteur-ens » <all-ncy-lecteur-ens@univ-lorraine.fr>, all-ncy-biatss@univ-lorraine.fr
Cc: « president » <president@univ-lorraine.fr>
Envoyé: Vendredi 11 Septembre 2020 09:04:13
Objet: [all-ncy] Evénement tragique

Mesdames, Messieurs,

Une doctorante de notre établissement a mis fin à ces jours au début du mois d’août. Il s’agit d’un événement plus que terrible et dramatique. Très rapidement, avec la directrice de l’école doctorale, nous avons été en contact avec la famille de la doctorante et avons, je l’espère, respecté au mieux ses volontés. Nous avons pu rencontrer ses parents à la fin du mois d’août.

Il apparaît que ce drame pourrait être lié en partie aux conditions de sa thèse et à son environnement professionnel. En conséquence, l’ouverture d’une enquête du CHSCT sera proposée le vendredi 11 septembre lors d’un CHSCT exceptionnel de l’établissement pour examiner ces conditions de travail et faire des recommandations.

Par ailleurs des témoignages récents, indépendants de ce que peuvent diffuser les réseaux sociaux, font état de faits qui pourraient être qualifiés de harcèlement. Ils m’ont amené à diligenter une enquête administrative rapide qui a pour but d’établir les faits de manière contradictoire et d’en tirer toutes les conséquences.

J’ai également suspendu de manière conservatoire le professeur et directeur de thèse de la doctorante le temps de l’investigation administrative pour protéger l’ensemble des personnes y compris lui-même.

Enfin, nous devons être attentifs également aux jugements hâtifs, à ne pas confondre ce qui relève de témoignages avec les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux. Si les réseaux sociaux peuvent être des révélateurs de situations, ils sont aussi devenus des armes qui blessent, harcèlent et propagent trop souvent la haine. Nous avons pu nous en rendre compte à d’autres occasions.

Très attaché aux valeurs de notre établissement, je m’engage à prendre toutes les mesures qui apparaîtront nécessaires à l’issue de cette enquête pour s’assurer qu’une telle situation ne puisse pas se reproduire. Le doctorat est, en effet, une période très importante dans le développement de la carrière d’un chercheur. Il appartient à l’établissement de garantir que cette période soit la plus fructueuse possible dans un contexte professionnel favorable pour les doctorants.

Bien cordialement,
Prof. Pierre Mutzenhardt
Président de l’Université de Lorraine
Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU

Il me semble que cette correspondance est parfaitement exemplaire du fonctionnement de l’omerta qui pèse sur les violences faites aux femmes à l’Université, dans le cadre d’un fonctionnement universitaire analogue à l’emprise mafieuse, comme l’ont récemment argumentés des collègues anthropologues1.

https://www.flickr.com/photos/leftymgp/27001049624/in/photolist-H8Zrmm-Fe63ZG-bmAz1-qLj55Z-5DC811-21FsLfY-siartr-cGHLy5-ET5KpR-5nwc5b-PLwCMj-TmjkZs-hUtP5d-v7KBR-8ayiD4-eYcLS9-okbWeV-howvfr-nm2hB3-26diz1-dTyCqj-oEwNhP-qkhW2s-no8FVw-f9oj2C-kafR1V-kyakq-D3fqGw-87fiQo-m9qs9-9ZgDjV-Hm2DqC-4FLXz1-9ierJ3-oZHbQr-RPEM3-tfTy8-5tB2Ei-qvh6cd-avUcvv-7pUnj2-qwXZNW-CTUGSm-4G8yY4-cekTiy-e712bc-4gdHi-9xwTPZ-cHWkaf-YnTM71

Arbres, Yosemite, par Matthew Peoples, 2016

Considérons le courriel.

Continuer la lecture

  1. Sur le silence qui entoure les pratiques criminelles de la mafia, voir les travaux de Deborah Puccio-Den et l’intervention de Vinicius Kaué Ferreira (Le regard et le non-dit : les formes du silence dans une enquête sur le milieu académique) au colloque Faire silence: expériences, matérialités, pouvoirs, 24 mai 2019). Voir également  []

Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine

Alors que le Haut Conseil à l’égalité auditionne plusieurs collègues au sujet de la Loi de programmation Recherche, Academia republie un texte poignant paru sur le site Medium ,sous le titre DE LA TOUTE PUISSANCE DES PRÉDATEURS HAUT PLACÉS, le 7 septembre 2020. Nous le republions avec l’accord de son autrice.

Alors que la rentrée a lieu avec les étudiant·es dans quelques jours, que leur dire ? Comment briser l’omerta qui, à l’Université de Lorraine ou ailleurs, continuent de maintenir au pouvoir des prédateurs comme le directeur de thèse de Camille Zimmerman, des harcèleurs sexuels ou moraux, des violeurs, hommes et femmes ? Je dis omerta car, Academia en atteste depuis 2013, le harcèlement sexuel et moral est systémique à l’université. À chaque nouvel article, chaque nouvelle affaire, les collègues, souvent masculins, découvrent l’eau chaude et se demandent comment cela est possible. En dépit de leurs ravages, qui concernent en priorité les femmes et leurs carrières,  les violences psychologiques et sexuelles envers les membres de la communauté universitaire font l’objet d’un déni tout aussi constant.

Collages féministes Tours, septembre 2020

Comment mettre en œuvre une éthique professionnelle de la protection et non de la compétition ? Telle est la question que pose le texte de Camille Zimmerman. Étrange conflagration, à l’occasion d’un abominable suicide, entre le vote d’une loi concernant l’université et ses fondements idéologiques. Fondements idéologiques qui, si on en doutait encore, tuent. 

La publication de ce texte a donné lieu à une suite le lendemain : Omerta mode d’emploi.

  • Par Camille Zimmermann, ancienne doctorante de l’Université de Lorraine

[TW : Violences psychologiques]

[TW : Mention de suicide]

Ce texte est long, mais il mérite d’être lu. Il vous raconte ce que c’est que l’emprise.

Vous êtes autorisé·es et même plus que bienvenu·es à le partager largement.

— — — — — — — — — — — — — — — — — — –

Novembre dernier, j’ai pris la décision de quitter ma thèse et la licence dans laquelle je donnais cours pour les mêmes raisons qui ont poussé mon amie, que nous allons appeler « Ewilan », à mettre fin à sa vie.

Continuer la lecture

Postes indignes à Metz

Deux postes sont publiés à l’Université de Lorraine (Metz) : Droit privé et histoire du droit, 100% / 384h, rémunération non précisée).
Commentaire de juriste : « Le fonds du puits a été atteint par l’Université de Lorraine. Un poste pour un docteur historien du droit : – service de 384 heures – sur deux sites distants de 80 km – de septembre à août. Fermez l’université si vous n’avez plus d’argent. Pathétique.
Parce que là, ce n’est plus de l’enseignement supérieur, c’est de l’abattage.»

Mesures prises pour les examens. Une recension

https://www.flickr.com/photos/cammino/41730251674/in/photolist-26zyrXQ-2iv4bAM-29swtoD-oD8umZ-28tDGY1-2h1DMSw-6vRy95-24ZMs3d-xAiXNr-AvZjiU-WQzb7H-Z2sstd-2iijhk8-24GaFZP-9q135u-26VqeFD-24zDFFr-xNGfun-4PZVbn-25NHedw-2ixfev6-SxZzYN-E7fafn-23PF1eG-2hCR4yi-WoaEBP-HvdyQV-KzyQcJ-KoLZ4G-2gWEQ47-pYvEgC-2434C86-xQEuZG-8fkzGa-2evnTEm-2fd15p4-248TrMv-2dLeiQb-MXRjsE-HvdyEe-4RzwSY-2e6sbcV-Byhzpo-upY5WK-UgY6RM-rjfXFr-25QjYp8-21TFbMW-xuSeKQ-27EFf1P

Survival of the fittest, by cammino, 2018

Dans le grand débat actuellement en cours sur la neutralisation des semestres pairs dans les universités, les discussions se sont largement déplacées, ces trois derniers jours, sur le terrain juridique. La direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle a ouvert le feu, en affirmant dans la nouvelle version de son « plan de continuité pédagogique » (p. 19) que la neutralisation pure et simple d’un semestre (entendue comme sa validation automatique) était « inadmissible » sur le plan du droit.
Dans cette fiche, les deux arguments juridiques mobilisés au soutien de cette affirmation ont fait sourire, tant ils étaient faibles. Les choses ont quelque peu changé depuis que, directement confrontée à la décision de la CFVU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de neutraliser, malgré tout, le semestre en cours, l’École de droit de la Sorbonne s’est sentie obligée de venir au secours de la DGESIP, et de mettre toute sa puissance d’exégèse dans la bataille. Dans la lettre qu’elle fait parvenir aux étudiant·es et aux collègues de Paris-1, la décision de neutraliser le semestre est « évidemment » illégale, expliquent les éminents jurisconsultes, en même temps qu’ils ne trouvent rien à redire à l’illégalité consistant à substituer le conseil d’administration de l’université à la CFVU pour fixer la liste des aménagements aux modalités de contrôle des connaissances.
Les articles du Code de l’éducation ont beau dos, en réalité. C’est une manière un peu facile de ne pas assumer le choix politique fait, comme souvent dès qu’il est question de droit : pour certain·es, l’idée que l’on puisse laisser des étudiant·es valider leur semestre sans avoir passé d’examens est insupportable, quand bien même l’épidémie en cours est dramatique, et en dépit de l’inégalité de nos étudiant.e.s devant celle-ci.
D’importants débats sont donc en cours au sein de chaque établissement. Incontestablement, la question de la neutralisation suscite au sein des équipes présidentielles de farouches oppositions, mais elle avance doucement, malgré tout. Des solutions intermédiaires émergent aussi, comme à Aix-Marseille université, même si elles restent modérément satisfaisantes à ce stade.

Suite au billet de Benoît Kloeckner, «Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP» paru le 17 avril 2020, plusieurs membres d’université nous ont informer des choix faits : Université de Lorraine ; Aix-Marseille Université ; Université de Bretagne-Sud ; Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Mise à jour : 13 mai 2020

1. « Valider les semestres pairs : un choix politique qui s’impose » Communiqué de l’intersyndicale de l’Université de Lorraine

Jeudi 9 avril, nous avons reçu un message signé par Sabine Chaupain-Guillot, vice présidente formation et insertion professionnelle et par Brigitte Nominé, vice-présidente numérique. Après nous avoir dit que nous étions toutes et tous formidables, elles nous alertent sur cette réalité qui « s’impose à nous », celle de l’évaluation à distance pour les examens des semestres pairs. Pour ce faire, nous disposons de boîtes à outils préconisées par la direction du numérique.
Quelle est la réalité qui « s’impose à nous » ?
Nous voudrions revenir sur cette réalité qui « s’impose à nous ». Ce qui « s’impose à nous », c’est une situation sanitaire que nous n’anticipions pas encore il y a quelques mois et même quelques semaines. Ce qui « s’impose à nous », c’est un éloignement des étudiants de leurs lieux d’études, pour certains l’éloignement de leurs familles, de leurs amis. Ce qui « s’impose à nous », c’est une situation dans laquelle les inégalités sont renforcées, parfois de façon extrêmement grave, par le confinement, par la pandémie et par la maladie. La réponse à la situation ne peut pas et ne doit pas être réduite à une question technique sur les modalités de l’évaluation à distance. Le gouvernement n’a-t-il pas annoncé qu’aucune évaluation à distance ne pourrait être prise en compte pour le premier des diplômes universitaires, le baccalauréat ?
Qu’en est-il du respect du principe d’égalité de traitement des étudiant·e·s ?
Les syndicats CGT FERC-SUP, FO-ESR, SNESUP-FSU et SUD-Éducation se sont déjà exprimés à ce propos dans leur communiqué du 31 mars : la période que nous vivons n’est pas normale. Parler de continuité pédagogique n’a pas de sens : quels que soient les efforts que chacun d’entre nous déploie, nous sommes collectivement confrontés à une situation de rupture dont nous devons tenir compte. S’il faut rappeler que l’ordonnance 2020-351 du 27 mars permet que le conseil de la formation et les conseils de collégiums modifient les modalités de contrôles des connaissances, notamment pour intégrer des évaluations à distance, il faut aussi insister sur le fait que cette même ordonnance précise que cela doit être fait « dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation ». Tout est dans le passage surligné en gras ! Or nous savons que ce seul principe suffit à éliminer la grande majorité des examens à distance en direct puisque les conditions matérielles, de connexions, mais aussi sociales, ne permettent pas de vérifier cette condition. Ce n’est pas parce qu’un étudiant se sera connecté une fois ou deux à Arche que l’on pourra prouver « l’égalité de traitement des candidats ».

Valider les semestres pairs pour toutes et tous

Continuer la lecture