Le Président de l’EPE(x) de Lille se prend pour Dieu

Sémiotique de la communication d’entreprise

  • par deux membres de l’Université de Lille

La présidence de l’Université de Lille (Etablissement Public Expérimental à compter du 1er janvier 2022) vient d’adresser aux collègues lillois ses best wishes par la voie postale. Cet objet collector est un remarquable exemple de communication interne d’entreprise et de dilapidation de l’argent public Il s’agit du sixième changement d’identité graphique depuis 2000 pour l’Université de Lille, au moins côté Sciences et Technologies1, soit autant que, par exemple, la SNCF en plus de 80 ans.

Imprimée sur du papier recyclé avec des encres biodégradables — comme il se doit : l’Epe(x) sera écolo ou ne sera pas — la carte-de-vœux-faire-part-de-naissance est constituée d’une enveloppe scellée contenant un dépliant.

Dépliant de l’EPE “Université de Lille”, décembre 2021

Sur le rabat de gauche de l’enveloppe, la direction de l’Epe(x) avertit ses personnels que, dans un contexte de bouleversements de toute nature, il leur faudra transformer leur « manières d’être, de penser, d’agir », ce qui suppose « une capacité d’adaptation continue des individus comme des organisations ».

On croirait du Antoine Petit dans le texte.

Malheur, donc, aux inadaptés de tout poil. Les voilà prévenus, les contempteurs des fusions universitaires, les adversaires de l’EPE(x), les ennemis de la LPR, de ses CPJ, et autres Ripec : ils s’adapteront continument ou ils crèveront.

Sur le rabat de gauche, donc, un Père Fouettard néo-darwinien et néolibéral promet aux collègues du sang et des larmes.

Continuer la lecture

  1. Voir annexe. []

“La nécessité d’un financement public des universités à la hauteur des besoins”. Motions de Conseils d’administration universitaires

Décrochement budgetaire, non compensation du glissement vieillesse-technicité, recrutements insuffisant : plusieurs Conseils d’administration ont rejeté les dotations attribuées ou constesté certains choix budgétaires. C’est le cas à Lille, Nanterre et Poitiers.

Université de Lille

Première à initier la révolte, l’Université fait le constat amer d’un budget par étudiant en diminution de 13% en 12 ans. À l’unanimité le Conseil d’administration de la nouvelle Université de Lille (EPEX) vote à l’unanimité un texte virulent contre l’insuffisance budgétaire.

Phare de Gatteville, Cotentin. Crédit: Filip42, 2015

 

Université de Nanterre

Continuer la lecture

Appliquer la Loi de programmation de la recherche (LPR) (2). Les chaires de professeur junior

Cinq décrets viennent d’être déposé au pied du sapin “français” et paraissent en ce premier dimanche des vacances de fin d’année. De quoi parfaitement nous réjouir, puisque deux d’entre eux concernent la mesure-phare de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, avec les contrats de chaires de professeur junior.

Il s’agit :

  • du Décret n° 2021-1710 du 17 décembre 2021 relatif au contrat de chaire de professeur junior prévu par l’article L. 952-6-2 du code de l’éducation et par l’article L. 422-3 du code de la recherche
  • de l’Arrêté du 17 décembre 2021 fixant le nombre de contrats de chaires de professeurs juniors susceptibles d’être pourvus pour l’année 2021 et le montant du financement par l’Agence nationale de la recherche

Il y a donc 74 contrats ouverts au concours, dans 34 établissements d’enseignement supérieur — particulièrement Université de Lorraine (avec 7 chaires) Université de Paris-Saclay (6), Université de Paris (5), University de Cergy-Paris (4), Université de Lille (4) et de Rennes-1 (4) — dotés chacun de 200 000€ de financement de recherche par l’ANR. Notons que le CNRS ayant refusé des CPJ, certaines sont néanmoins labellisées “CNRS”, selon une logique du “en même temps” ou de duplicité désormais familière.

“Overshadowed”. Talacre Lighthouse. Crédit Aaron Crowe, 2017

Le décret précise les modalités de “reconnaissance du doctorat” pour le candidat n’en disposant pas1, les conditions de recrutement ainsi que le cadre du contra, en particulier à l’article 14  les obligations d’enseignement et l’accès par dérogation à un compte épargne temps.

Les obligations de service d’enseignement peuvent être fixées de façon pluriannuelle sur la durée du contrat, sans être inférieures :

1° Pour les agents ayant vocation à être titularisés dans un corps de professeurs relevant du titre V du livre IX du code de l’éducation à une référence annuelle de 42 heures de cours magistral ou de 64 heures de travaux pratiques ou dirigés, ou toute combinaison équivalente ;
2° Pour les agents ayant vocation à être titularisés dans un corps de directeurs de recherche, de 28 heures de cours magistral ou de 42 heures de travaux pratiques ou dirigés, ou toute combinaison équivalente.

Ces obligations de service doivent laisser à chaque agent un temps significatif pour ses activités de recherche. Pendant la durée du contrat, il ne peut effectuer de travaux supplémentaires ni de cours complémentaires.
Par dérogation au premier alinéa de l’article 2 du décret du 29 avril 2002 susvisé, il peut bénéficier d’un compte épargne temps. Pour les agents qui sont titularisés dans un corps soumis à régime d’obligations de service mentionné à l’article 7 du décret du 25 août 2000 susvisé, ce compte épargne temps doit être soldé dans l’année qui suit leur titularisation.

Les termes du contrat, pour ce qui touche à son “évolution” et sa rupture (Articles 18 à 24), méritent également le détour, puisqu’il n’est demandé quasiment aucune justification de la part de l’employeur.

Concluons en précisant qu’il s’agit d’une inégalité de plus entre les universités dont les dotations ne respectent pas le principe d’égalité2, mais aussi et surtout entre les enseignantEs-chercheurSES, puisque le titulaire de la CPJ va désormais cohabiter avec les PRAG docteur·es au profil MCF, les maîtres et maîtresses de conférences (MCF) plus ou moins chargé·es d’heures supplémentaires, des membres de l’Institut universitaire de France, et bien sûr, des milliers de vacataires rémunéré·es sous le SMiC et plusieurs mois après.

  1. Nous masculinisons car ces CPJ n’ont pas été pensées avec des candidates féminines en vue. []
  2. Voir, à ce sujet, la tribune de François Pigeon, président de l’Université Jean Monnet, sur Newstank, 17 décembre 2021. []

Petit meurtre entre amis : la démocratie universitaire liquidée par les tutelles

Academia partage la conséquence pratique et politique de l’entrée en établissement public d’excellence : un nombre de personnalités nommées qui empêchent toute représentation crédible de la communauté universitaire.

UPDATE 25/112021: Pour information, le message qui devait être envoyé à tous les étudiant-es et personnels de l’EPEX lillois a été rejeté (sans motif) par le service dit de “démocratie universitaire”.

Ce mardi 23 novembre, les membres du CA de l’EPEX élu·e·s à la suite des élections des 8-10 novembre, rejoint·e·s par un représentant des écoles composantes et par les représentant·e·s des tutelles (CNRS, INSERM, INRIA, CHU, IPL, MEL, Région), ont désigné les 7 « personnalités extérieures » qui viennent compléter le CA.
À l’issue de cette séance, l’identité du futur président de l’Université de Lille ne fait plus de doute. Même si, l’élection formelle n’aura lieu que le 7 décembre prochain, nous félicitons d’ores et déjà Régis Bordet, soutenu par les listes Élan Collectif, pour sa victoire à la Pyrrhus.
En effet, la liste Élan Collectif, minoritaire en nombre de voix et même de sièges (malgré la prime majoritaire en collège A) parmi les personnels, est parvenu à faire désigner 7 des personnalités extérieures qu’elle avait proposé grâce au soutien des représentant·e·s des écoles et des tutelles. Alors que nos listes « Pour une alternative à l’EPEX » ont recueilli à peine 200 voix de moins que les listes Élan Collectif (1045 contre 1266 voix dans les 3 collèges A, B et BIATSS) et alors que les étudiant·e·s, dont la participation a augmenté par rapport à 2019, ont plébiscité les listes syndicales opposées à l’EPEX (54 % au total pour les listes Unef et Solidaires-FSE), la liste Élan Collectif s’est assurée une majorité écrasante grâce aux représentant·e·s des écoles et des tutelles et aux 7 personnalités extérieures désignées ce 23 novembre. C’est là l’une des nouvelles preuves du caractère anti-démocratique de l’EPEX, dérogatoire au code de l’Education, puisque le nombre de membres non élus du CA a été doublé.
Nous regrettons que la désignation des personnalités extérieures lors de la séance du 23 novembre se soit faite en dehors de toute procédure sérieuse1. Surtout, cette désignation n’a donné lieu à aucun débat sur les profils des personnalités extérieures retenues. Les listes Élan Collectif n’ont même pas pris la peine de présenter les personnalités pour lesquelles elles ont voté. De même, le questionnement porté par nos élu·e·s des éventuels conflits d’intérêts et le besoin d’une déclaration publique d’intérêts a été balayé. Or, cette question n’est pas anodine : on trouve parmi les personnalités désignées deux représentants d’EuraSanté ou encore une directrice d’une entreprise américaine de biotechnologies, ancienne lobbyiste passée par Bercy.
Pour autant, si le scrutin du 7 décembre prochain pour la présidence de l’EPEX semble désormais joué, nous prolongerons notre démarche alternative en soutenant la candidature de Thomas Alam, MCF en science politique et notre tête de liste en collège B. Même si Régis Bordet et Élan Collectif disposent désormais d’une majorité confortable au Conseil d’Administration grâce à l’apport des voix des extérieurs, mais sans une majorité chez les élus des personnels et des étudiant·es, notre travail collectif et intersyndical dans les instances se poursuivra au cours du mandat. Nous vous informerons au mieux et porterons la contradiction à la nouvelle équipe présidentielle en lui rappelant ses engagements et en restant fidèle au programme que nous avons porté et qui a rassemblé les suffrages de 1045 collègues.
  1. l’EPEX ne dispose pas encore de règlement intérieur, contrairement à ce que prévoient l’article 10 des statuts []

Trouvermonmaster. Alerte d’un Conseil de faculté lillois

Quelques doyens ou directrices d’UFR ont reçu l’information selon laquelle Trouvermonmaster servirait de plateforme unique au printemps 2022, engageant des “remontées” urgentes et bureaucratiques. Voici la première alerte qui nous est parvenue.  Pour s’informer

La direction de l’école d’architecture de Lille, spécialiste des tours d’ivoire

Communiqué de presse

Les signataires du présent communiqué, rassemblés sous le nom d’Instance Démocratique Expérimentale (INDEX), souhaitent porter à la connaissance du plus grand nombre les méthodes antidémocratiques qui ont été employées par le Conseil d’Administration de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille (ENSAPL) en vue d’imposer son adhésion à l’Etablissement Public Expérimental (EPE) de l’Université de Lille.

Logo de l’ENSAPL

Peu de temps avant le début de la crise sanitaire, le Conseil d’Administration (CA) de l’ENSAPL a été invité à suivre l’élaboration des statuts de ce futur EPE, regroupant autour de l’Université de Lille 5 grandes écoles (Centrale Lille, ESJ, Sciences Po, Institut des Mines de Douai, ENSAPL). Les différentes instances de l’établissement ont été invitées par le directeur à s’exprimer à propos de ce projet. De nombreuses composantes de l’ENSAPL ont alors rédigé et adressé au CA des motions clairement opposées à l’adhésion de notre école à l’EPE. Ce fut le cas de la totalité de la formation Paysage (l’une des deux formations regroupées à l’ENSAPL), de la commission de la recherche (CR, l’une des deux composantes de la CPS, c’est-à-dire de l’assemblée des enseignants, administratifs et étudiants de l’école), mais aussi du comité technique (CT) et du conseil du laboratoire de recherche de l’école. Ces motions n’ont pour la plupart pas motivé de réponse de la part de la direction ni du conseil d’administration.

Un vote, commun à l’ensemble des établissements concernés par le regroupement,  a été organisé le 22 Avril 2021, à un jour des congés de printemps. En ont résulté 10 voix favorables à l’adhésion, 9 contre et 1 abstention. Conformément aux règles du vote préalablement établies qui exigeaient la majorité absolue de voix favorables à l’adhésion, soit 11 voix pour,  le CA a conclu que l’adhésion de l’ENSAPL à l’EPE n’était pas validée.

Quelques jours plus tard, en plein congé de printemps, un membre extérieur du CA, occupant une place importante dans l’organigramme de direction de l’Université de Lille, a demandé à la présidente du CA d’organiser un nouveau vote pour qu’une position plus nette soit dégagée. Cette demande impliquait d’invalider une décision légitime d’une instance élue de l’ENSAPL. La présidente du CA, avec l’appui du directeur de l’ENSAPL, et le soutien du ministère de tutelle (le ministère de la Culture), a entériné le principe de ce nouveau vote, et en a fixé la date à la rentrée, soit le 12 Mai, ne laissant ainsi aucun temps à l’échange et au débat contradictoire des points de vue, condition demandée par une majorité des enseignant.es titulaires de l’établissement par voie pétitionnaire.

Face à cette situation ubuesque, 4 membres du CA, représentants des enseignants et des étudiants, (rejoints depuis par 2 autres) ont démissionné pour protester contre le caractère irrégulier et antidémocratique du second vote. Cela n’a pas troublé la direction et la présidence du CA, et ces défections ont permis de faire passer à 13 le nombre de voix favorables à l’adhésion.

C’est dans ce contexte que le collectif d’enseignants, d’étudiants, de doctorants et de personnels administratifs que nous représentons s’est formé, en rassemblant les personnes qui ne se sentent plus légitimement représentées par le CA de l’ENSAPL, suspendent leur participation à toute forme d’instance et conditionnent leur retour dans ces instances à la démission préalable du CA et de sa présidente. L’INDEX a organisé une consultation électronique de l’ensemble des enseignants de l’école pour savoir s’ils seraient favorables à ce qu’un recours contre le second vote soit porté devant le Tribunal Administratif, afin de clarifier la situation et de ramener les instances sur des bases saines et légitimes. La majorité des enseignants ont approuvé ce choix et ce recours a donc été déposé durant l’été et transmis en Septembre dernier aux directions concernées.

Continuer la lecture

“Une situation devenue ingérable et surtout menaçante tant pour ma santé physique et mon équilibre psychique que pour mon intégrité professionnelle”. Démission d’une responsable de diplôme à l’Université de Lille

Décrochage de l’exposition 100% APV, Galerie commune du pôle arts plastiques de Tourcoing, crédit photo: Delphine PK

Continuer la lecture

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture, Street Press, 26 janvier 2021

En passant

Le 19 janvier, Mégane, 26 ans, est mise à la porte de sa chambre étudiante gérée par le Crous. Une expulsion menée par un huissier, sans la présence des forces de l’ordre. Depuis elle alterne nuits à l’hôtel et dans sa voiture.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture

Mardi 19 janvier 2021, Lille (59) – Le Crous met à la rue Mégane, étudiante en sociologie. L’expulsion est, raconte la jeune femme, exécutée de force et sans l’autorisation du préfet par maître José L., huissier de justice à Roubaix. Pour l’occasion, il est accompagné de deux « témoins » et d’un serrurier. Alors que l’État d’urgence sanitaire impose un couvre-feu à 18 heures et que la météo est glaciale, l’étudiante alterne désormais les nuits dans sa voiture et à l’hôtel.

Mégane, 26 ans, donne rendez-vous à côté de sa Peugeot qui fait office d’abri depuis mardi. Elle est calme et souriante malgré la situation mais déterminée à faire valoir ses droits. Elle est en rupture familiale depuis ses 15 ans :

« Mes parents ne sont pas dans la métropole lilloise et ne m’ont jamais aidée. »

À la sortie du lycée, elle enchaîne les petits boulots puis travaille un an pour une association pour laquelle elle distribue des paniers alimentaires. C’est en 2018, qu’elle décide de reprendre ses études. Elle s’inscrit en Licence de psychologie à l’Université de Lille. Après deux premières années difficiles, elle se réoriente en septembre dernier en sociologie. Son année, comme beaucoup d’étudiants, est compliquée : confinement, couvre-feu, cours à distance. Sa situation financière est précaire : elle ne peut plus prétendre aux bourses étudiantes.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Street Press →

Le doyen Gabriel en a marre

https://twitter.com/ASBarthez/status/1313179934496620544?s=20

Tweet de la Dgesip, 5 octobre 2020, 20:11

Circulaire inopinée de la Ministre hier, 5 octobre, bons vœux de la Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle aux Parisien·nes :ce matin, le doyen de la faculté des Humanités sature.

Examens à distance à l’Université de Lille : Solidaires étudiant∙es saisit le tribunal administratif en urgence

Soutenu par la FSE et la section SUD éducation de l’Université de Lille, Solidaires étudiant.e.s a déposé un recours en urgence devant le Tribunal administratif ce 2 mai 2020, demandant la suspension de la décision de l’Université de Lille imposant des examens en ligne à ses étudiant.e.s.

Les modalités d’examen attaquées sont précisées dans un document appelé « Plan de Continuité Pédagogique », adopté le 10 avril par la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), instance de l’université compétente en matière d’organisation des formations. Cette décision doit être suspendue, car les examens en ligne constituent une rupture d’égalité entre les étudiant.e.s discriminant les plus précaires (situation de handicap, mauvaise santé physique ou psychologique, accès au numérique fragile).

Des alternatives aux examens en ligne ont été proposées par des élu.es au sein de la CFVU, telles que la note plancher à 12/20, ou a minima le recours exclusif aux examens asynchrones. Toutes ces alternatives ont pourtant été balayées d’un revers de main par la présidence, qui a refusé de les soumettre au vote dans un déni total de démocratie. Tandis que plusieurs universités de France ont fait le choix de la validation automatique du semestre, la CFVU de l’Université de Lille a donc validé, dans la précipitation et l’opacité, la tenue d’examens en ligne, sans aucune considération pour les inégalités qu’ils creusent. Elle est même allée jusqu’à autoriser le recours à la télésurveillance sans aucune information concernant la protection des données, en dépit de tout bon sens et des risques juridiques encourus.

Cet « acharnement à évaluer » et ses dérives ne correspondent pas à la vision que nous portons d’un enseignement supérieur égalitaire et émancipateur, vision qui doit être réaffirmée et non bafouée en contexte de crise sanitaire. Après l’avis qui sera rendu par le juge administratif, nous souhaitons qu’un dialogue constructif soit enfin ouvert avec les instances de l’université de Lille, afin d’envisager toutes les solutions qui permettraient de rassurer les étudiant.e.s, et de surmonter cette crise sans pénaliser aucun.e d’entre eux.elles.Source : Page Facebook

Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture