Votus interruptus

Lors de la dernière réunion de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, plus d’un·e aura été surpris par le caractère particulièrement expéditif de clôture des débats par la vice-présidence. La méthode a des similitudes avec une autre, utilisée à l’Université de Grenoble, méthode que les administrateurs FSU avaient alors dénommée «votus interruptus ». Nous reproduisons ici le compte rendu syndical du Conseil d’administration du 19 mars 2013, où il était déjà question d’adopter des motions contre le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche.

https://www.flickr.com/photos/craig_r1978/7235633408/in/photolist-qFpQn8-c2ovJ9

South Beach, Blyth, by Craig R, 2012

 

Lors du CA du 19 mars [2013], les administrateurs FSU ont proposé une motion concernant le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche. Ce texte a été débattu par le CA de l’UJF, mais la discussion a donné lieu à une manœuvre assez particulière.

Le président ouvre tout d’abord les débats en expliquant (on cite de mémoire et il ne s’agit pas d’un compte-rendu officiel) que des points du texte lui semblent pertinents, d’autres moins, mais qu’en tout état de cause il ne souhaite pas que le CA adopte cette motion parce que le texte est trop général et trop vague, et qu’il aurait fallu proposer des motions différentes sur les différents sujets abordés. Réponse : les administrateurs FSU sont disposés à ce que le CA se prononce séparément sur chacun des 5 points.

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search