L’autre université que nous souhaitons !

  • par le Collectif de précaires de l’Université de Caen

La crise que nous vivons actuellement révèle au grand jour, sous une forme sensible et immédiatement perceptible, l’impasse dans laquelle mène le modèle néolibéral. Elle a montré à quel point les biens communs, les services publics, au premier rang desquels l’hôpital public, avaient été soumis à l’austérité budgétaire et à la mise en concurrence généralisée au détriment de la santé. De même, les conditions du confinement ont révélé une fois encore les fractures sociales et territoriales qui structurent le pays.

Cette crise a illustré l’importance de nombres des moins considéré.es d’entre nous : les ouvrières et ouvriers « non qualifié·es » comme les éboueuses et éboueurs ; les aides soignant·e·s ; les infirmièr·e·s ; les salarié·e·s de la grande distribution ; et tant d’autres qui ont été mis·es en danger pour permettre aux services essentiels de continuer à tourner. Certaines de ces professions connaissent souvent la précarité et méritent une meilleure considération.

Des services publics déstructurés, des brutalités policières dans « les quartiers populaires » qui ne s’arrêtent plus, une pénurie des moyens de protection élémentaires comme les masques et le gel hydroalcoolique, des situations de famine dans certains départements français : est-ce ça le progrès tant vanté par les chantres de la « start-up nation » ? Ces idéologies ont failli. Il n’est plus acceptable de devoir quémander et compter sur le bon vouloir d’institutions austéritaires pour l’obtention d’un travail digne de ce nom, de subventions, de masques ou de nourriture ! La crise du coronavirus n’a pas généré ces modes de gestion des services publics, basés sur la pénurie généralisée dont nous souffrons déjà au quotidien depuis longtemps, elle les a simplement rendus plus saillantes.

Toutefois, avec le déconfinement, à l’heure où la « haute société » priorise la reprise économique à la santé des gens, il n’est plus temps de se limiter aux diagnostics, aux expressions abstraites de solidarité et aux vœux pieux d’un « monde d’après » qui n’aboutira que si nous le construisons ensemble. Il est en effet vain d’attendre des mêmes institutions qui ont échouées hier à anticiper puis à gérer la crise, de nous en sortir demain. Au contraire, il faut impulser un nouvel imaginaire d’émancipation et construire collectivement un commun radicalement autre, à la place de la mise en concurrence généralisé des institutions et des individus, pour l’obtention des moyens concrets de notre subsistance collective.

Opération de collage de témoignages de précaires sur le campus, Caen (c) Ouest-France

Continuer la lecture

Conditions d’études en confinement. Une recension

Academia a publié plusieurs enquêtes issues de différentes universités et disciplines. Elle les recense dans ce billet. Ces enquêtes montrent la faible capacité des étudiant·es à téléétudier en confinement, même dans les universités à la population estudiante aisée. Mise à jour possible

https://www.flickr.com/photos/newsoul343/4205549630/in/photolist-7pCxoo-VuiHnd-2dtoKoG-cq8cKS-NRuyBd-21xLuLu-Qgsyyz-6aBBiQ-2i6fVfW-p775EJ-2h6cMEA-WFqBzi-XRR3fU-ECp24d-2h59PK8-25nxUFc-2gwWV1p-LATUnS-25H7SsV-pRd2qo-27fS6V2-R1LfXr-56YKWL-oAXo4C-7jMdWz-MLkVCS-4bsbQC-cfWNaj-29VRKMg-85D4XU-sWTNV-29scMDy-S1RLHv-7nn7od-JiiBDC-dCiCus-EM8LX4-2hCcfBr-cBBsrd-fisoT5-2gTQdBt-2hrPaU4-rzordX-27F7PvJ-Y12Zid-z2Sm2G-tg7gVb-KMvaym-D7avU7-dK2CFp

Precarious, by Alex [in wonderland], 2009