Bons baisers de rentrée

Academia a décidé de recenser des témoignages écrits et photographiques de la rentrée universitaire 2020, dont nous avons reçu de premiers échos épouvantables, dont la presse s’est fait l’écho.

Selon une stratégie du choc (Noemi Klein, 2008) inacceptable1, Frédérique Vidal profite d’une rentrée hors norme pour achever de faire passer sa loi rétrograde dite « de programmation de la recherche 2021-2030 ». Enseignant·es et étudiant·es subissent des conditions d’accueil épouvantables, en licence, en Master, tandis que l’administration réclame sans vergogne les droits de Contribution de la vie étudiante et de campus (CVEC) —doctorant·es doivent s’acquitter d’une cotisation de la vie étudiante et de campus — dont déjà ielles n’avaient pas profiter l’année dernière.

Voici une galerie de portraits de l’engagement pédagogique des maîtres·ses et des élèves, qui illustrent le mépris dans lequel leur Ministère de tutelle les tient.

Academia invite tous et toutes celleux qui le souhaitent de lui communiquer leurs clichés ou leur témoignage.

(c) Yann Leredde, UFR de sciences, Université de Montpellier, 9 septembre 2020

https://twitter.com/cjytheb/status/1303362655793614849?s=20

(c) Christophe Thebaud, 8 septembre 2020

 

Vicky 15 septembre 2020. Et vous remarquerez que la prof ne porte pas non plus de masque sous prétexte qu’elle ne veut pas avoir à crier sur ses 6 heures de cours consécutives 🙂
Mais sinon Sorbonne prestigieuse université apparement

 

 

https://twitter.com/elinalemaire/status/1305852328822665218/photo/1

(c) ElinaLemaire. Université de Bourgogne.
Les TD en L2 droit à l’Université, c’est 40 étudiants par groupe. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Pas de place assise pour tout le monde. La misère de l’Université française, par-delà les beaux discours et les classements absurdes.

 

 En réponse:

BELLAMY David @davbellamy,
« L’université a été abandonnée par certaines de nos élites depuis decennies. Voilà où nous en sommes. Perso, en L1 d’histoire je dois faire entre 360 étudiants dans un amphi de 400 avec une obligation de ne pas dépasser une jauge de 50%…… »
https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

Les conditions de cours à la Sorbonne en plein milieu d’une pandémie. @Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Continuer la lecture

  1. Cf. la stupeur de Fred Restagno dénonçant la conflagration vote LPPR et rentrée COVID. []

Pour des cours délivrés intégralement en présence. Motion à l’université de Bourgogne

Motion du Département de Lettres de l’Université de Bourgogne à l’heure où le discours gouvernemental fait de l’enseignement à distance une valeur en soi.

 L’expérience de l’enseignement à distance, qui s’est mise en place dans l’Université française dès le début du confinement de la nation engagé à partir du 17 mars 2020, a été douloureuse à maints égards. Nous sommes à présent en mesure d’en tirer les leçons :

  • Concernant les étudiants, l’enseignement à distance a fonctionné comme un accélérateur des inégalités sociales dans l’apprentissage des connaissances et il a entraîné le décrochage de nombre d’entre eux. Le confinement a conduit à une désocialisation dont les effets psychologiques ont été dévastateurs sans que l’enseignement à distance ne réussisse à les compenser. Nos étudiants ont besoin d’apprendre ; ils ont aussi et surtout besoin d’apprendre à apprendre ; ils ont besoin de réfléchir ensemble et avec leurs enseignants. Tout cela implique une transmission dans un cadre vivant et collectif. Contrairement à ce que l’on entend ici ou là, l’enseignement à distance mis en œuvre dans la panique du Covid n’est en rien comparable à l’enseignement à distance que nous pratiquons à destination d’un public spécifique qui a choisi – souvent par défaut – ce mode d’études.
  • Du côté des enseignants, l’enseignement à distance s’est révélé très insatisfaisant. Il a entraîné une forte déperdition pédagogique, s’est avéré chronophage à l’excès et a généré un épuisement massif. Il a également eu pour conséquence de mettre ceux d’entre nous qui sont enseignants-chercheurs dans l’impossibilité de poursuivre toute recherche et les a ainsi contraints à renoncer à une partie des missions qui font de l’Université un service public.

Malgré l’investissement des enseignants et des étudiants pour sauver ce qui pouvait l’être lors de la période de confinement, l’enseignement à distance a d’ores et déjà fait la preuve de ses graves défauts. Quels que soient les dispositifs mis en place et contrairement à ce qu’annonce notre ministre, ce qui a eu lieu durant la plus grande partie du second semestre de l’année universitaire 2019-2020 ne doit être reproduit ni pour l’année à venir ni dans le futur. Continuer la lecture