Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

Lu sur Geotamtam, 16 avril 2020

Ci-joint un positionnement du Conseil de laboratoire de l’UMR Passages (Bordeaux / Pau – Universités et Ecole d’architecture et de paysage) dans ce contexte de crise sanitaire, en lien notamment avec les différents appels à projets émis dans l’urgence et avec la confirmation que le gouvernement poursuit son projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).
Très cordialement en ces temps où, une fois de plus, on a recours à la géographie sans le savoir ou sans vouloir le dire en appelant « distance sociale » ce qui est de la « distance spatiale », et alors même que l’on met tout en oeuvre pour garder le social en dépit de la rupture spatiale. Intéressant non ?
Bonne journée

Béatrice Collignon, pour l’UMR Passages

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

L’UMR Passages a réuni (en visio-conférence) ce 7 avril 2020 son Conseil de laboratoire afin d’échanger sur les positionnements scientifiques – individuels et collectifs – en réponse aux récents appels à projets émis dans l’urgence par divers bailleurs en lien avec la pandémie de COVID-19. La discussion a une fois de plus montré toute la pertinence des sciences humaines et sociales dans l’analyse et la compréhension des faits qui transforment sociétés et environnements, quelle que soit la nature plus ou moins « vive » des questions travaillées.

L’actualité de la pandémie, des confinemens, et le besoin de recherche sur ces sujets rappellent d’une part, la nécessité de répondre à l’urgence sans renoncer pour autant à l’éthique du chercheur (« éthique de la responsabilité, de la rigueur, mais aussi de la prudence », message commun du Comité d’éthique et de la Mission à l’intégrité scientifique du CNRS, 7/04/20) et, d’autre part, l’importance du rôle de notre communauté dans la société d’aujourd’hui et la validité sur le long terme de nos objets, de nos méthodes et de nos démarches scientifiques.

Mais les circonstances actuelles donnent aussi à voir avec une acuité particulière les dégâts que peut produire, sous couvert d’une certaine performance, le démantèlement des services publics de la santé et de la recherche. Elles nous rappellent durement qu’il est irresponsable de ne pas s’intéresser aux « signaux faibles », de rester sourd aux cris d’alarme et d’attendre une crise majeure pour se poser la question des approvisionnements et du soutien durable aux filières de production et aux services fondamentaux, y compris s’agissant de la connaissance et de la recherche.

C’est pourquoi le Conseil de laboratoire de Passages réaffirme l’impérieuse nécessité de continuer à lutter contre le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont le Ministère confirme le scénario en dépit des vives critiques dont il a fait l’objet. L’UMR reste mobilisée contre l’implantation toujours plus profonde d’un modèle de la recherche où les financements vont aux appels d’offre plutôt qu’aux crédits récurrents, aux précaires et aux CDI « de projets » plutôt qu’aux postes de titulaires, et imposent la production de résultats selon des temporalités qui entrent trop souvent en contradiction avec l’exigence d’une recherche sérieuse.

Pau-Pessac-Talence, 7-10 avril 2020

 

 

 

Lien: positionnement de l’UMR Passages, 7-10 avril 2020