Un suicide dans les règles (3). De l’irresponsabilité réglementaire

Marie-Claude Lorne in memoriam (3)

  • par Yves Michaud, Traverses, 4 novembre 2008

Il faudrait être simpliste pour croire que madame Lorne s’est suicidée à cause de la décision de non-titularisation prise par deux de ses collègues, décision avalisée par le Président de son université. Lorsque la philosophe Sarah Kofman, se suicida en 1994, les persécutions dont elle avait été victime dans l’université de la part d’esprits médiocres qui aujourd’hui paradent en pérorant sur la discipline et les valeurs comptèrent, certes, mais aux côtés de bien d’autres choses et notamment des persécutions nazies dont elle avait réchappé mais pas sa famille, pour ne rien dire des relations ambiguës avec celle qui l’avait sauvée1.

Je ne poursuis donc pas sur le drame humain, insondable par nature. De toutes manières, sur les détails de «l’affaire» (modes de convocation de la commission, signification des décisions, formulation des décisions), nous ne connaîtrons probablement jamais la vérité des faits.

La victime n’est plus là pour agir en justice. Les parapluies administratifs ont été déployés. L’omerta universitaire joue à plein.

Le président de l’université de Brest, le président de la commission de spécialistes — celui qui décida en son âme et conscience avec un autre membre consciencieux… — suivent, j’en suis sûr, les conseils de leurs juristes: faire le gros dos le temps qu’un autre fait divers chasse celui qui les embarrasse.

Quant aux syndicats, comme l’a remarqué une lectrice, ils sont très réticents à aborder ces drames individuels. Ils ne sont là, c’est bien connu, que pour le «général». La portée institutionnelle de ce drame n’est en revanche pas anodine du tout.

Indiquons tout de suite que la procédure dont fut victime madame Lorne s’est déroulée dans les conditions en vigueur avant la mise en place de la loi de réforme de l’université (LRU)2.

Je cite sur ce point le président de l’université de Brest dans le message de menace qu’il m’a adressé:

«Par ailleurs, vous faites des amalgames sans intérêt en faisant référence à la LRU. En cette phase de transition, la procédure relative à la titularisation de Mme Lorne s’est déroulée selon les modalités de la loi de 1984, comme nous y étions autorisés. Et j’ai veillé, avec responsabilité, à ce que l’ensemble des procédures soient strictement respectées.»

Bien que ce soit «sans intérêt», parlons-en quand même un peu.

Continuer la lecture

  1. Voir son livre Rue Ordener, rue Labat, paru en 1993 aux éditions Galilée []
  2. NDLR: ((À la différence d’un comité de sélection (COS) constitué ad hoc pour un recrutement, la commission de spécialistes qui a décidé de la non-titularisation est permanente pour les postes d’une discipline donnée. []

Tonnerre de Brest !

Notre bonne ministre de l’ESRI nous parle depuis Brest, sur France bleu Breizh Izel. On en apprend de belles… Vivement la suite de son périple déconfiné!

Elle s’exprime aussi dans Ouest France (édition de Quimper, 4 juin 2020)

Continuer la lecture