De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir

  • Magali Nachtergael, professeure en études françaises et francophones

Update 10/3/2022

Cette année, une fois encore la baisse généralisée des recrutements pérennes frappe l’enseignement supérieur – et le CNRS1. Ce fait s’explique parfaitement par le programme annoncé du président Macron en 2017 : supprimer 100.000 fonctionnaires. Les fonctionnaires en question, inutile de chercher plus loin, c’est nous. Cette idée devrait éclairer les opérations de réduction qui sont mises en place depuis le vote de la LRU et qui participent de la « clarification » de l’offre de formation et surtout de l’austérité pour limiter le déficit public.

Il faut donc voir cette politique similaire à celle qui frappe l’hôpital public et auparavant qui a frappé France Telecom : un plan social à échelle nationale. Ne pas regarder la situation froidement et avec lucidité a de lourdes implications : penser que la situation va s’améliorer (spoiler : non) et qu’il y aura un jour des recrutements, à nouveau, entraîne de mauvais choix, qui mettent en péril et la structure qui les encadre, et les personnels qui les appliquent. Ces mauvais choix quels sont-ils ? le premier est de continuer comme avant en espérant que la situation se rétablisse. Elle ne se rétablira pas. Qu’on parte de ce postulat, et l’on clarifie les choses. Ensuite, croire en l’autonomie de l’université. C’est une illusion : c’est le Ministère qui pilote et attribue les dotations de fonctionnement, notamment pour la masse salariale. Il faut donc lui « plaire » en fonction des politiques explicites ou implicites qui sont mises en place pour obtenir des labels, Idex, Isite, EUR, PIAx, bref les dispositifs qu’il met en place pour identifier les établissements « excellents ». Ceux qui se restructurent (en fusionnant par exemple) peuvent avoir un bonus. Mais la fusion doit présenter un projet d’excellence ou d’avenir. Ce sont ces quelques bons élèves – les universités qui se tiennent sages – qui seront récompensés par des postes. Cela peut sembler abrupt mais c’est ainsi.

https://www.flickr.com/photos/feuilllu/14729141397/in/photolist-oryGzK-orx94h-oHMhBr-orx4hc-2hqjFjm-cAWMDw-YkGpDC-GRjmw9-t1Uurm-oryygF-2ksudLF-eSMQEC-orxt86-orvEav-oruZ3A-hNRYVq-orxwQt-oFXQay-hBjy4k-oJ1jpj-orxug8-hBj6ys-eSMM3m-eSA1cT-oJ3czr-vN2yR6-eSBSq6-eSNMw1-orxFhu-eSBgWe-eSBzY2-hNRY2m-vvqp6W-eSNAzs-oruV8R-eSNX1m-hNRcLD-s58iNU-hBmS2t-eSBDJM-eSB7JH-mkmVhk-kjotRx-eSMFbj-eSBPWM-eSA75x-eSCupa-eSN77o-2hmtjQT-eSCxpa

Mucem, Marseille. Crédit: Pierre Metivier, 2013

1. Le spectre du « collegium » : éviter la périphérisation voire la disparition

Selon le principe de « savoir situé », j’aimerais juste partager mon expérience et mon analyse, loin d’être unique comme en témoignent les discussions avec les collègues, pour énoncer explicitement cette nouvelle configuration dans laquelle nous nous sentons fort impuissants – et pour cause – mais qui n’est pas forcément sans issue. Des concessions de taille sont à prévoir, hélas mais il en va aussi de nos conditions de travail, qui se sont dégradées au point d’entamer santé et motivation de beaucoup d’entre nous. Car ce n’est pas seulement l’accueil des étudiant·es qui est au cœur de l’université de demain, c’est aussi notre capacité à fournir un travail de qualité, de ne pas mettre notre santé en péril et enfin, de préparer un avenir pour les EC et chercheur·es qui viendront après nous.

Je vais partir de mon expérience de directrice de département à l’université Paris 13 (Université Sorbonne Paris Nord) de 2017 à 2019, année de conception d’une nouvelle offre de formation, licence et master. Mon point de vue est partiel mais dans cette université, nous avons toujours discuté de façon directe et été informés de façon je pense très transparente, ce qui a permis une vision nette des enjeux financiers et humains et des demandes du ministère, malgré une certaine opacité sur les arbitrages finaux de leur part (c’est le jeu politique, la part qui échappe). Aussi nous avons rencontré et discuté avec les vices présidents chargés des moyens et de la formation et de la vie étudiante, de sorte que malgré quelques épisodes en langues de bois, les choses étaient claires. La pression du Ministère était forte. Nous devions donc faire nos choix en connaissance de cause : on nous laissait la possibilité de nous restructurer, avant de nous faire restructurer, de façon bien moins diplomatique et potentiellement pertinente, selon le principe du redéploiement. En résumé, il fallait que nous choisissions ensemble ce que nous allions sacrifier et ce que nous allions renforcer, maintenir, lier à nos projets de recherche, tout simplement pour pouvoir continuer à travailler librement, ce qui n’est pas un enjeu secondaire. Cette expérience ressemble, je le sais, beaucoup à celle d’autres collègues, avec des nuances, et témoigne aussi de la pression qui repose sur les personnes chargées de faire ces coupes, toujours à contrecœur.

Continuer la lecture

  1. Je remercie Lionel Larré pour m’avoir incitée à mettre au clair une réflexion commencée il y a plusieurs années sur le sujet. Ce billet, rédigé dans le peu de temps disponible d’une EC lambda, a été relu par Cédric Brun, que je remercie chaleureusement. []

Rentrée au Département d’histoire de l’Université Bordeaux Montaigne : le présentiel maintenant !

Assemblée générale du Département d’histoire

Université Bordeaux Montaigne  – 05 juin 2020

Réunis en assemblée générale, les membres du Département d’histoire ont remercié les responsables des charges administratives et pédagogiques qui ont souhaité achever et transmettre leur mission. Trois nouveaux collègues se sont présentés sur ces missions et ont été unanimement investis, à savoir :

  • aux Relations internationales : Céline Martin, en remplacement de Corinne Marache ;
  • à la FAD : Nicolas Patin, en remplacement d’Ézéchiel Jean-Courret ;
  • à la Responsabilité pédagogique de la L2 : Charles-François Mathis, en remplacement de Dominique Pinsolle.

1. Motions présentées à la présidence dans le cadre de la gestion actuelle

Réuni en assemblée générale à l’université Bordeaux Montaigne, le 5 juin 2020, le Département d’histoire demande à la présidence de l’université :

Motion 1 :

La réouverture sans condition de l’université aux enseignants-chercheurs dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur à compter du lundi 8 juin à 9h.

Motion 2 :

De même, il demande la possibilité de réaliser en présentiel tout type de réunion pour les nécessités du service, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 3 :

De même, il demande que les soutenances de master puissent avoir lieu en présentiel sous réserve de l’accord commun de l’étudiant et des membres du jury, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 4 :

De même, il demande que les jurys de la session de rattrapage prévus en juillet puissent se réaliser également en présentiel, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 5 :

De même, il demande un allégement des contraintes d’accès aux ouvrages des bibliothèques et un élargissement des jours et horaires d’ouverture.

Vote de l’ensemble des 5 premières motions : vote à l’unanimité moins 7 abstentions.

2. Positions du Département concernant la rentrée 2020-2021

Positions à prendre sur :

  • les modalités d’enseignement à la rentrée prochaine ;
  • la question des évaluations de fin de semestre.

Continuer la lecture