Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

Initiatives internationales en soutien aux universitaires et étudiant·es ukrainiens

  1. Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine
  2. Ressources pour les étudiant·es africain·es en Ukraine
  3. Artistes solidaires avec l’Ukraine“ – une initiative d’Instituts culturels étrangers à Paris
  4. alliance4ukraine” – une initiative allemande qui regroupe des réseaux et des organisations proposant de l’aide aux réfugiés ukrainiens
  5. AIIC, l’Association Internationale des Interprètes de Conférence, a créé une liste d’interprètes et de traducteurs volontaires pour aider les réfugiés ukrainiens et les ressortissants des pays tiers
  6. L’Université Lomonossov de Moscou (MGU) contre la guerre en Ukraine
  7. La BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, ouvre l’accès à ses ressources en ukrainien, russe et biélorusse
  8. L’Université de Tartu crée un fond de soutien aux étudiants ukrainiens

Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine

Liste des signataires


https://twitter.com/_n0name_____/status/1498005858097188865?s=20&t=lJVnitG1PPCRtnD3OZAJKw

Le monde part en rouille. Crédit: @_n0name_____, 27 février 2022

Continuer la lecture

Invasion militaire de l’Ukraine par la Russie: communiqué du CISR

English version                  русский язык

Nous, membres du Centre de recherche sociale indépendante (CISR)1 , demandons la fin immédiate de la guerre et le retrait de toutes les troupes russes du territoire de l’Ukraine. Le 24 février 2022, le gouvernement de la Russie a lancé une soi-disant “opération militaire spéciale pour libérer les résidents de la DNR et de la LNR“. Chaque jour, cette opération tue des gens dans toute l’Ukraine, transforme des centaines de milliers de personnes en réfugié·es et détruit les infrastructures non seulement militaires mais aussi civiles. Cette guerre** cause des dommages irréparables aux sociétés ukrainienne et russe, ainsi qu’au monde entier. Toute guerre entraîne une catastrophe sociale, des vies brisées, des familles en souffrance et de graves fractures sociétales. Elle inflige des traumatismes qui hanteront les gens pendant des générations. Nous pleurons les victimes de la guerre, les vies interrompues et brisées. Nous sommes solidaires de nos amis et collègues ukrainiens, de tout le peuple ukrainien qui lutte pour son indépendance et de tous ceux qui protestent contre cette guerre2

Non à la guerre !

Trad. Ch. Rabier, avec Deepl

“War is evil”. St Peterburg, 5 mars 2022


CISR’S STATEMENT ON RUSSIA’S MILITARY ASSAULT ON UKRAINE

We, the team of the Centre of Independent Social Research (CISR)3, call for an immediate end to the war and the withdrawal of all Russian troops from the territory of Ukraine. On February 24, 2022 the government of Russia launched a so-called “special military operation to liberate the residents of DNR and LNR.” Everyday this operation kills people all around Ukraine, turns hundreds of thousands of people into refugees and destroys not only military but also civil infrastructure. This war4 deals irreparable damage for Ukrainian and Russian societies, as well as for the whole world. All war leads to social catastrophe, broken lives, suffering families and grave societal splits. It inflicts trauma that will haunt people for generations. We mourn for the war victims, for the lives that are interrupted and crippled. We stand in solidarity with our Ukrainian friends and colleagues, all Ukrainian people that fight for their independence and all of those who protest this war. No to war!


Continuer la lecture

  1. Le ministère de la Justice de la Fédération de Russie exige que, dans les déclarations publiques, le CISR se marque comme “une organisation remplissant les fonctions d’un “agent étranger”.” “Les agents étrangers” sont contre la guerre ! []
  2. ROSKOMNADZOR a exigé que nous considérions ceux qui sont morts ou ont été blessés dans la guerre avec l’Ukraine comme des dommages collatéraux dans une “mission de sauvetage”. Nous affirmons notre droit d’appeler “guerre” le meurtre de personnes au nom de leur “sauvetage”. []
  3. The Ministry of Justice of the Russian Federation demands that, in public statements, CISR marks itself as “an organization performing the functions of a “foreign agent.”” “Foreign agents” are against the war! []
  4. ROSKOMNADZOR has demanded that we view those who have died or have been injured in the war with Ukraine as collateral damage in a “rescue mission.” We affirm our right to call the killing of people in the name of “rescuing” them a “war.” []

Où est le mot « guerre »? demande Nicolas à la CPU

Tweet de Nicolas Beaupré, historien, 26.02.2022.

Soutien à l’Ukraine et aux opposant·es russes à la guerre dans l’ESR français

https://pxhere.com/fr/photo/1456491

Ukraine, Kiev.Statue de la mère-patrie

Continuer la lecture