Solidarité académique par-delà les frontières – Academic Solidarity Across Borders

Au cours de la dernière décennie, nous assistons à une montée, à l’échelle mondiale, de l’autoritarisme et du pouvoir coercitif contre les moyens de subsistance de celles et de ceux qui luttent pour la paix. Nous appelons à soutenir l’action en faveur de la paix transnationale, de l’égalité et de la justice sociale dans le monde universitaire et au-delà. Cette campagne vise à apporter un soutien matériel aux jeunes universitaires en Turquie qui ont été injustement punis par l’État turc pour leurs opinions critiques et ont ainsi perdu leurs moyens de subsistance. Vos dons généreux, déductibles des impôts en Allemagne, aideront la pensée critique à se développer au-delà des frontières.

La photo utilisée dans cette affiche a été prise à l’Université d’Ankara le 10 février 2017, lorsque la police est entrée par la force sur le campus de Cebeci pour empêcher le lancement du communiqué de presse des universitaires licencié·es et de leurs étudiant·es.

Cette campagne, soutenue par la Confédération allemande des syndicats (DGB), vise à garantir les moyens de subsistance et la poursuite des études des étudiant·es diplômé·es et des assistant·es de recherche en Turquie qui ont été persécuté·es pour avoir signé la pétition intitulée « Nous ne serons pas partie prenante de ce crime« . Parmi les 2212 signataires, on compte 734 doctorant·es, assistant·es de recherche et jeunes chercheur·es dont la titularisation a été suspendue. La plupart d’entre elleux sont issu·es de diverses disciplines des sciences sociales et se concentrent sur les problèmes sociaux et historiques de la Turquie contemporaine. La plupart d’entre elleux n’ont pas pu quitter la Turquie en raison des interdictions de voyager et de la confiscation de leurs passeports. Parmi elleux, 160 étudiant·es ont besoin d’une aide financière urgente pour divers problèmes familiaux et de santé.

Pour lire le communiqué complet, en anglais, cliquez ici.

Pour soutenir la campagne par un don, cliquez ici.

Tuna Altinel de retour à Lyon !

Ami-e-s Solidaires,

Le vendredi 11 juin 2021, après 2 ans et 2 mois de séjour forcé en Turquie, je suis rentré à Lyon. C’est la victoire d’un combat solidaire et
de longue haleine. Je vous en remercie infiniment.
Je tiens à rappeler que cette victoire ne sonne pas la fin de ce combat. La décision du tribunal administratif qui m’a permis de récupérer mon passeport
est en appel. Une décision tardive ou négative de la cour d’appel risque de m’imposer une vie d’exilé en France. Gardons notre vigilance, restons actifs.Dans le monde où nous vivons, où les valeurs démocratiques sont sans cesse menacées, agressées partout, il y a encore une multitude de combats
qui nous attendent.

Solidairement,

Tuna Altınel

Friends in Solidarity,

On friday june 11th 2021, after 2 years and 2 months of retention in Turkey, I was back to Lyon. This is the victory of a longstanding solidarity
and struggle. I thank you infinitely.

I emphasize that despite this victorious achievement, this struggle has not yet reached its final point. The decision of the administrative court
that allowed me to obtain my passport has been appealed. A late or negative decision of the appeals court will force me to an exile in France.
We keep our vigilance, we remain active.

In this world, our sole living place, democratic values are incessantly threatened and aggressed wherever we are. Many more struggles are
in front of us.

In solidarity,

Tuna Altınel

Lettre à Frédérique Vidal

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre. Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.
Madame Vidal,

Vous vous souvenez de moi, l’enseignante-chercheure exilée que vous aviez accueillie, dans le cadre du Programme PAUSE, à l’Université Côte d’Azur, quand vous étiez sa présidente. Mais nous nous sommes rencontrées la première fois, le 30 septembre 2019, dans le cadre de la conférence de presse du Programme PAUSE ( Programme national d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil). En tant que ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vous souteniez ce programme. Je pense que vous le soutenez encore. Tant mieux : vous soutenez les enseignant.es-chercheur.es qui ont fui la répression politique dans leur pays et qui ont besoin d’un espace de liberté pour continuer à poser des questions et à conduire leurs recherches.

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre, sous l’islamo-fascisme. Je pense que tout.es les scientifiques exilé.es qui sont aujourd’hui accueilli.es par le Programme PAUSE sont entrés dans le même cauchemar, car elles-ils savent aussi très bien comment les libertés académiques se rétrécissent quand les pouvoirs politiques interviennent dans le champ scientifique avec la justification de la lutte contre le terrorisme. En général, c’est comme ça que ça se passe. En Turquie, en Chine, en Iran. Et aujourd’hui en France.

J’ai envie de vous dire que si vous ne revenez pas publiquement sur vos propos ou si vous ne démissionnez pas, le cancer se diffusera et des scientifiques français.es prendront le chemin d’exil.

Ne me dites pas qu’en France ce n’est pas possible. Si, Madame Vidal, si. Vous le savez mieux que moi : le pétainisme n’est pas si vieux que ça. Rappelez-vous dans les années 1940, il y avait beaucoup d’universitaires français exilés, refusant de se soumettre au fascisme.

Vous vous souvenez peut-être, dans la conférence de presse de PAUSE, j’avais commencé mon intervention en disant ceci :

« Pour vous épargner un récit victimisant et pour me distancier d’une vision intégrationniste imprégnée de colonialisme, j’avais pensé d’abord rappeler que chaque pays a besoin de passeurs des théories scientifiques. Surtout la France qui a de grandes difficultés de traduction. Elle a besoin de savant.es qui se sont formés dans d’autres pays. De plus, accueillir les scientifiques qui ne sont pas soumis à l’autorité ne peut être qu’une richesse pour ceux et celles qui les accueillent. »

Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.

Madame Vidal, essayez d’écrire des articles scientifiques, avec votre casquette universitaire, pour remettre en question les notions scientifiques et inscrivez-vous dans le débat collectif des chercheur.es, mais surtout cessez d’intervenir en mettant votre casquette politique !

Sinon vous allez mettre la machine infernale en marche.

Et la machine du pouvoir peut aller plus loin que vous ne l’imaginez.

Pinar Selek

Pour aller plus loin

Turquie. Le président Erdoğan s’en prend nommément à Ayşe Buğra, professeure de l’Université Boğaziçi, à Istanbul

Update 11/2/2021. Statements in Arabic, English and Italiano below

Communiqué du RÉASOPO

Paris, le 7 février 2021

Ayşe Buğra, professeure émérite de l’Université de Boğaziçi, membre fondatrice du Réseau européen d’analyse des sociétés politiques, vient de faire l’objet d’attaques personnelles, qui valent menaces, par le président de la République de Turquie.

Vendredi 5 février 2021, au moment même où le tribunal confirmait la détention d’Osman Kavala, son époux, et reportait son procès au mois de mai en modifiant une fois de plus l’accusation, au mépris du droit, Recep Tayyip Erdoğan, à la sortie de la prière du vendredi, s’est attaqué à Ayşe en la qualifiant avec mépris de « femme de celui que l’on nomme Osman Kavala, le représentant de Soros en Turquie », en l’accusant d’être l’une des « provocatrices » derrière les manifestations étudiantes dans le pays, en réponse à la nomination d’un administrateur non qualifié et inféodé au gouvernement à la tête de l’Université Boğaziçi.

Ayşe Buğra est une universitaire de renom. Spécialiste d’économie politique, elle a fait toute sa carrière à la prestigieuse université de Boğaziçi, notamment à l’Institut Atatürk d’histoire moderne turque, et y a créé le Social Policy Forum. Elle est connue comme l’une des plus grandes spécialistes de Karl Polanyi dont elle a traduit l’œuvre en turc et dont elle a montré l’actualité dans de très nombreux livres et articles en proposant des lectures originales de son œuvre, participant de façon décisive à leur diffusion au-delà du cercle des spécialistes et à une compréhension élargie de sa méthode de travail comme de ses principaux thèmes.

Au-delà de ce travail, Ayşe Buğra contribue de manière décisive à la réintroduction des sciences sociales dans les analyses économiques et plus encore à la pleine insertion des mécanismes et raisonnements économiques dans les sciences sociales. Son approche est ainsi sensible à l’histoire des idées économiques et politiques, aux trajectoires politiques et économiques des États, à la prise en compte des valeurs, des habitudes et des compréhensions propres des sociétés, aux conditions et rapports de force politiques. Ayşe Buğra a notamment développé une analyse dynamique des politiques sociales. Elle a fait ressortir la dimension subtile et ambiguë de variables trop souvent introduites de façon globale et unidirectionnelle, à l’instar de la religion, des classes sociales, des femmes, de groupes marginalisés. Elle aborde de front la dimension politique de l’économie, en rendant compte des processus de redistribution, de répartition des richesses, des revenus mais aussi des savoirs et des arts-de-faire, des interrogations sur l’inégalité et l’injustice, en faisant preuve d’une très grande distanciation et d’un esprit critique aiguisé.

Reconnue pour la qualité et l’originalité de ses travaux, elle a publié dans les grandes revues académiques américaines et européennes et a été professeure ou chercheure invitée aux États-Unis (Harvard University ; New York University) et en Europe (Université européenne de Florence ; London School of Economics ; Wissenschaftskolleg à Berlin ; Université de Vienne ; SciencesPo et EHESS à Paris ; CNRS-Centre d’Etudes et de Recherches Internationales également à Paris). Outre le REASOPO, elle est membre de nombreux conseils scientifiques, et notamment, jusque peu, du conseil scientifique des Instituts d’Études Avancées français. Mais ce qui caractérise le mieux son insertion internationale, c’est son ouverture et son partage. Elle a toujours su faire bénéficier ses jeunes collègues de son savoir et de ses connaissances, y compris de ses relations dans le monde académique, comme le prouve son dévouement au sein de son université et du Social Policy Forum. Le Prix World Academy of Science 2015 Celso Furtado lui a été décerné pour honorer son œuvre et son action dans le champ universitaire.

Les accusations du président Recep Tayyip Erdoğan à l’encontre d’Ayşe Buğra sont abjectes, grotesques, nulles et non avenues. Elles illustrent une fois de plus l’instrumentalisation de la Justice par ce dernier et ses violations systématiques des libertés universitaires. Le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques demande aux gouvernements européens et aux autorités universitaires européennes de protester solennellement contre cette mise en cause indigne d’une professeure réputée et respectée de par le monde.

Communiqué du REASOPO au sujet d’Ayse Bugra, 7 février 2021

Nouvelle attaque contre les libertés académiques en Turquie : « Cette fois, nous n’abandonnerons jamais »

Dans le texte suivant, notre collègue Asli Telli, en anglais et en traduction française, attire notre attention sur la détérioration récente et accélérée des libertés académiques en Turquie, mais également sur la résistance à l’emprise politique du gouvernement, de l’intérieur des universités, et appelle à une nécessaire solidarité avec les étudiants et personnels de l’Université Boğaziçi  (Boğaziçi Üniversitesi, Istanbul, parfois appelée en France Université du Bosphore), en lutte contre l’imposition d’une nouvelle direction par un décret d’en haut.

La nomination par le président turc Recep Tayyip Erdoğan d’un nouveau recteur non élu à la tête de l’Université Boğaziçi, le 1er janvier de cette année, a suscité un tollé et un mouvement de protestation qui se prolonge. Depuis novembre 2016, dans le cadre de l’état d’urgence décrété à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet de la même année, les universités publiques turques se sont vu imposer par la présidence des recteurs au mépris des processus électoraux internes. Le processus est similaire au remplacement en série de maires de l’opposition de gauche par des fidéicommis (trustees dans le texte ci-dessous, kayyum en turc) désignés en fonction de leur loyauté politique au gouvernement.

La nomination de M. Melih Bulu comme recteur de l’Université Boğaziçi représente une étape supplémentaire dans la mise au pas du monde universitaire, non seulement en raison de la personnalité du nouveau recteur, mais aussi du fait que la décision sans élection court-circuite complètement la démocratie universitaire. À la place, les nominations de ce genre, à l’Université Boğaziçi et dans d’autres institutions universitaires, sont caractéristiques d’une tendance à imposer la tutelle du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi), le parti du président, sur la société civile et en particulier sur la population estudiantine.

Celle-ci est de fait l’objet d’une suspicion constante par le pouvoir, en particulier depuis le mouvement de protestation populaire de Gezi en mai-juin 2013, qui avait canalisé les aspirations à l’émancipation sociale et économique au sein de la jeunesse turque. La nomination de M. Bulu a déclenché un mouvement de protestation large, lui aussi, au nom de la défense des libertés académiques formulée dans les Principes du Sénat de l’Université Boğaziçi en 2012, et de la résistance à la mise au pas de l’opinion. Les manifestations ont déjà fait l’objet de la répression policière, et les étudiants engagés, d’une série d’arrestations. Mais le combat continue.

La rédaction d’Academia

Revue de presse française: « Erdogan veut mettre au pas l’Université du Bosphore« , par Marie Jégo, Le Monde,7 janvier 2021

Traduction française

Assaut contre l’autonomie des universités en Turquie :
Cette fois, #WedontAcceptWeWillNeverGiveUp

  • par Asli Telli

L’année 2021 apporte avec elle l’espoir, la joie et la persévérance ainsi que des défis comme jamais auparavant en raison de la période de pandémie sans précédent. Dans certaines régions du monde, ce changement est plus net et plus fort contre l’hégémonie. À Istanbul et dans d’autres parties de la Turquie, des milliers d’étudiants ont protesté contre la nomination par le président d’un recteur de l’université Bogazici, l’une des universités les plus réputées de Turquie. Ces nominations de complaisance ont eu lieu dans des dizaines d’universités du pays depuis 2016 ; ainsi, la protestation massive à Istanbul a non seulement rapidement déclenché un mouvement à travers tout le pays, mais aussi un puissant soutien international en seulement quelques jours. Les manifestations étudiantes et les rassemblements sur les campus ont fait l’objet d’interventions violentes de la part de la police, qui a notamment arrêté des dizaines d’étudiants, procédé à des arrestations à domicile, violé les droits de garde à vue et infligé des blessures lors de flash mobs. En raison du profil politique (membre de l’AKP et sympathisant de longue date) et du parcours universitaire bien connu du nouveau recteur, les enseignant·es-chercheur·ses (faculty) de l’université de Bogazici sont également très préoccupés par leur autonomie institutionnelle ; plusieurs universitaires ont leurs responsabilités administratives. Ce débat sur l’autonomie institutionnelle existe depuis longtemps en Turquie puisque la République a fait face à quelques interventions militaires par le passé, dans un pays à l’histoire relativement jeune. Cependant, le décret datant de 2016, point noir de l’état d’urgence et du régime présidentiel, qui supprime le droit des professeur·es d’université à élire leurs recteurs et transfère le pouvoir direct de nomination au président, est une caricature en soi.

Manifestation à la Sorbonne, 16 janvier 2021

Chronique de la semaine écoulée

Continuer la lecture