Transphobie : lettre ouverte à l’Université Picardie Jules Verne

Academia reproduit une lettre ouverte qui a circulé sur les listes professionnelles de l’Université de Picardie Jules Verne1, suite à la parution d’une tribune, à l’initative de l’Observatoire de la Petite Sirène. Cette publication de cette tribune a délà eu pour conséquence l’officialisation de la démission du Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène du sociologue Smaïn Laacher, le président du Conseil scientifique de la Dilcrah.

Update 18/7/2022. Nous ajoutons en vert les signatures qui nous parviennent après la date de publication de la tribune

Lettre ouverte aux collègues et au président de l’Université Picardie Julie Verne

C’est avec autant de surprise que d’indignation que nous avons découvert le nom de cinq de nos collègues de l’UPJV parmi les signataires d’une tribune pseudo-scientifique et transphobe publiée par Le Point le 7 juillet : Anna Cognet, Bernard Devauchelle, Céline Masson, Olga Megalakaki et Véronique Quaglino, directrice de l’UFR Sciences Humaines, Sociales et Philosophie. L’UPJV se trouve ainsi être l’université française la plus représentée parmi les signataires. Cette tribune, « Changement de genre des mineurs : l’appel de personnalités aux médias », est publiée à l’initiative de l’« Observatoire de la Petite Sirène », lobby groupusculaire voué à soutenir et diffuser la transphobie la plus crasse sous un douteux vernis scientifique, codirigé par Anna Cognet et Céline Masson, et dont les liens avec l’extrême-droite catholique sont bien établis. Le groupe est aussi lié au collectif « Vigilance Université »2 dont plusieurs membres, comme Gilles Denis ou François Rastier, signent aussi cette tribune. Ce collectif s’est fait connaître ces dernières années par des articles répétés et répétitifs dans Le Point et Marianne sur le spectre d’une pensée « woke », « islamogauchiste » ou d’une « cancel-culture » qui se répandraient dans l’université française, prenant ainsi pour cible la liberté académique en général et les études de genre et postcoloniales en particulier. La même mouvance avait déjà publié une tribune le 9 novembre 2021, dans L’Express, où signaient déjà Bernard Devauchelle, Céline Masson et Anna Cognet, co-directrices de l’Observatoire de la Petite Sirène, sur le même thème que celle publiée par Le Point le 7 Juillet et avec les mêmes «arguments». Il s’agit là d’une stratégie de sape concertée, insistante, où se retrouve la frange la plus réactionnaire de l’Université française, et qui trouve, à notre consternation, une attention apparemment grandissante à l’Université de Picardie.

Université de Picardie Jules Verne. Campus de la Citadelle,

Continuer la lecture

  1. La lettre a été adressée aux UFR de SHS et d’Arts, à la présidence, au Service Santé Universitaire, à tout le CURAPP. []
  2. NDLR: À propos de Vigilances universités, voir sur Academia, le Manifeste des 100. []

« Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité

Le réseau ESPAS, GHU-Sainte-Anne psychiatrie & neurosciences et la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse ont annoncé la tenue le 20 mai 2022 d’un débat sur « la transidentité, histoire, clinique, éthique », animé par Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco. Que la SIHPP et sa présidente Madame Roudinesco, psychanalyste et essayiste, organisent ce débat n’est pas étonnant. La participation de plus en plus réduite de psychanalystes aux protocoles pluridisciplinaires de soins prenant en charge les transitions de la partie des personnes trans passant par ces protocoles hospitaliers plutôt que par le secteur libéral, réduction qui s’est confirmée à l’échelle internationale au cours du XXe siècle et a aussi, quoique plus tardivement que dans d’autres pays, touché la France, si elle a été accueillie avec un enthousiasme et soulagement explicites par la majorité de la patientèle trans, a occasionné des plaintes de la part de plusieurs psychanalystes, probablement soucieuses et soucieux de voir un secteur de soin de plus en plus échapper à leur corporation.

Plus surprenantes sont l’organisation et la participation à cet événement de la part d’un certain nombre de praticien∙nes de santé suivant des personnes trans dans les protocoles hospitaliers ou le secteur libéral : Messieurs et Mesdames Serge Hefez, coorganisateur, David Cohen, Agnès Condat, Jean Chambry et Patrick Landman. On s’étonne en effet de ce que ces soignant∙es au contact de la transidentité acceptent comme interlocutrice Mme Roudinesco, qui n’est nullement spécialiste de la transidentité, et dont la seule réputation à ce sujet provient d’une sortie médiatique ordurière invoquant une « épidémie de transgenres », allégation qu’un certain nombre de soignant∙es ont d’ores et déjà réfuté dans un récent article1.

Pinel, médecin en chef de la Salpêtrière, délivrant les aliénés de leurs chaînes , huile sur toile par Tony Robert-Fleury, 1876. Wikicommons

Il semble que l’acceptation d’un tel débat relève d’un pari de bonne foi : celui que Mme Roudinesco, et sans-doute avec elle les autres psychanalystes et essayistes divers qui inondent depuis quelques années les librairies de pamphlets transphobes dépourvus de travail scientifique sur leur objet, sont simplement ignorant∙es, et le pari que des soignant∙es, en témoignant « enfin » (pour citer l’argumentaire du débat) de leur pratique clinique auprès des personnes trans, apaiseraient les craintes exprimées par Mme Roudinesco.

Un tel pari est compréhensible et bien intentionné, de la part de ces soignant∙es. Il est malheureusement affecté de naïveté et d’une erreur.

NaÏveté ou erreur ?

La naïveté consiste à croire que l’inquiétude exprimée par Mme Roudinesco, comme par d’autres intellectuel∙les, relève d’une position rationnelle, prête à entendre des raisons adverses et à changer en fonction de celles-ci. Ce n’est hélas pas le cas. Les réactions et propos virulents représentés par Mme Roudinesco ne relèvent pas de la crainte mais de l’hostilité envers les personnes trans, et ne relèvent pas de l’ignorance mais du préjugé envers la transidentité. Une telle position militante contre la transidentité ne cherche pas le débat et n’évoluera pas par lui. ∙elle cherche à s’imposer pour des raisons politiques et à peser sur le soin apporté aux personnes trans, dans le but de restreindre les transitions.

Continuer la lecture

  1. Rozenn Le Carboulec, « Comment les mineurs trans sont pris en charge : face à la désinformation, des médecins racontent », Mediapart, 4 avril 2022. []

Choses vues … en amphithéâtre

  • par Anne-Sophie Chambost, historienne du droit, Sciences Po Lyon,  Chrystelle Gazeau, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, historienne du droit, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, historien du droit, université de Nantes, Myriam Biscay, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3.
https://www.flickr.com/photos/cubn6/2634138204/in/photolist-51LDvW-qrgZy3-ortPuE-2i9vHgH-E7HqPD-nj5Ue2-ed4kAY-FpmkbQ-2amdm4s-qrbVrY-4q4MEP-9RFWyN-XWUHP7-cXsgCG-2iFPnvy-rV4Nq3-RcnAGF-2jPehvL-bYEux9-23JsKuK-22Aa5dg-2jDccpn-88ruxJ-2jKHVwn-24r7u1T-9QhaM6-MbTrfu-9PfbqH-77N3fW-2hHmpjD-MVxEb-9nT9gP-7gqL2G-2gboDco-4MkQyp-4eXnGs-2jCycCV-NaXx37-9AavY-WZZgmy-2hvYemE-9jcxpv-2jzYwbB-XF9DGQ-huTEKJ-SrCQSm-K1S97q-P4V6uf-5w5dDp-27gnzVW

(c) Martin Gervais, 2008

Conscients de ce que les évènements tragiques survenus à Conflans-Saint-Honorine pourront perturber la réception de notre analyse de la situation provoquée par des propos proférés en amphithéâtre, nous tenons à rappeler que si l’intolérance a revêtu dans l’histoire des formes variables, le fait que notre société soit aujourd’hui régulièrement confrontée à ses manifestations les plus extrêmes appelle une dénonciation ferme de ces horreurs. Cela ne doit donc, a fortiori, pas empêcher de réfléchir à la portée de certains discours énoncés dans le cadre universitaire, lequel est, au même titre que l’école, le lieu de l’apprentissage de la tolérance.

Depuis la dernière rentrée universitaire, la presse s’est fait le relai des inquiétudes de néo-étudiants confinés dans des amphithéâtres bondés, qui documentaient « en live » la situation chaotique de certains cours à grand renfort de vidéos circulant ensuite sur les réseaux sociaux. Cette même presse, qui fait généralement peu de cas de l’activité pédagogique des historiens du droit et de leur rôle dans la diffusion des savoirs juridiques, n’a pas manqué non plus de se faire l’écho de l’émoi suscité récemment par des propos tenus dans un amphithéâtre, qui eux aussi ont agité les réseaux sociaux1. Ceux qui connaissent le monde de la justice ont déjà entendu l’adage « la plume est serve mais la parole est libre ». Force est de constater qu’à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, la parole captée par un auditoire choqué, échappe au locuteur qui pense — naïvement — la retenir dans le secret de l’amphithéâtre.

Dans le cas d’espèce, on objectera bien sûr que l’universitaire, professeur ou maître de conférences, est protégé par son statut, auquel sont attachées un certain nombre de libertés. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que

« le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (Code de l’éducation, L.141-6).

On rappellera aussi que le Conseil Constitutionnel a constitutionnalisé les libertés universitaires (Décision n°83-165 du 20 janvier 1984). Statut et liberté dont la récente Loi de Programmation de la recherche 2021-2030 montre toutefois combien ils sont fragiles dès lors que le périmètre de ceux qui en bénéficient se réduit. À charge donc, pour celles et ceux qui jouissent encore d’un tel statut — que d’aucuns ne manqueront pas bientôt de qualifier de privilège — de ne pas le rabaisser inconsidérément.

« Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité » (Code de l’éducation, L.952-2).

Les libertés universitaires et les garanties de l’enseignant-chercheur – pas plus que le port de la robe -, ne protègent en somme du ridicule d’un point de vue2 amené au renfort d’une démonstration maladroitement assénée du haut de la chaire. Pour le dire autrement : le métier d’universitaire impose la construction d’une argumentation objectivement étayée et le respect des lois de la République ; non moins fort, le respect de l’étudiant exige qu’on ne lui impose pas un point de vue discriminant, même au prétexte d’une démonstration. Car les usagers de ce service public qu’est — encore — l’enseignement supérieur jouissent aussi de garanties (Code de l’éducation, L. 811-1, alinéa 2).

Continuer la lecture

  1. NDLR: àce sujet sur Academia, voir Caméra au poing, par Christelle Rabier, 11 octobre 2020. []
  2. On est loin du « subtile (sic) questionnement philosophico-juridique » rapporté par les auteurs d’un article de soutien contre un professeur victime de la « bien-pensance » ; droit de réponse de l’auteur des propos auxquels les précédents admettent que ne revient sans doute pas la « palme de la délicatesse ». []