Référentiel d’évaluation de la recherche : la délibération bidon du Collège du HCERES

Le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est un peu comme les Galeries Lafayette !

À tout instant, il se passe quelque chose. Dernière trouvaille en date de la rédaction d’Academia : la délibération bidon du Collège du HCERES.

Spoiler : le Collège du HCERES n’a jamais adopté le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche, considéré pourtant comme le document de référence pour la vague C en cours ! On vous raconte tout dans la suite de ce billet.

Continuer la lecture

Academia et les élections présidentielles 2022. Éditorial

Dans quelques jours, le 28 mars, commence la campagne officielle de l’élection présidentielle de 2022. La rédaction d’Academia a hésité à faire un comparatif des programmes, après une invitation à organiser un débat ESR par un lecteur en février.

La décision fut aisée à prendre : nous ne ferons rien.

https://www.flickr.com/photos/86902522@N06/8006912576/in/photolist-dcxw9Q-2hLSvjy-w6j9LV-7hLhmf-8uZUEJ-2gu1mke-JE9We-gPWXXL-SDEhg-V4WZuS-2houECc-2mWji2o-2mGHCc7-AAk73L-mcKn6-pzwCAZ-2gGVyBf-5SVCxy-2mWWZqi-2n5337U-2hdeJEc-7ASU6X-kAeQph-6t5Vb6-EGm1yi-8sCYPM-8vf6UF-2gPr3mu-4kMngY-mcjiQH-GAKR-2eKLmcd-66Mqfb-8Ju3Ph-2gkWL1m-ahbzvH-2fLV3Nw-aD7kLK-R66UjK-f7VBGF-oxk4rJ-SyFkZN-SyFkRb-2mQzYDu-QWqNzV-2mbLmSz-2c4DA99-7LTp64-29xUnqE-pzxjf8

Nothing. Crédit: Selen Sender, 2009

Nous documentons depuis 2013, très activement depuis 2020, les manoeuvres de l’exécutif, basses et très basses, à l’endroit de l’université. Les discours, les actes, les sous-textes, les rapports d’inspection, les conséquences, l’inaction coupable à l’endroit des étudiant·es, les « milliards » versus les diminutions effectives des recrutements et les centaines d’étudiant·es attendant leur tour aux distributions alimentaires.

Continuer la lecture

Pour les libertés académiques, contre Blanquer et Coulhon. Motion de la section 17, 9 février 2022

En passant

Motion de la 17e section (Philosophie) du CNU

Adoptée à l’unanimité moins un bulletin blanc

En ces temps où l’intolérance et la violence, absolument condamnables d’où qu’elles viennent, menacent le débat démocratique et la liberté académique, nous souhaitons rappeler des principes constitutifs de notre mission de service public dans l’enseignement et la recherche.

Les attaques médiatiques venues d’une fraction du monde intellectuel, mais aussi du monde politique contre l’autonomie de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales témoignent d’une intrusion inquiétante – et inédite – du pouvoir politique dans le monde universitaire de la formation et de la recherche.

Il est inacceptable que le ministre de l’éducation nationale et le président du HCERES, instance en charge de l’évaluation des formations et des laboratoires de recherche, prennent ouvertement position en participant à des « rencontres » en Sorbonne auxquelles les organisateurs donnent le nom usurpé de colloque « scientifique ». De fait, cet étonnant paradoxe n’a échappé à personne : plusieurs des membres de ce colloque qui prétendait défendre une véritable approche scientifique étaient des essayistes et éditorialistes qui ne connaissent ni de près ni de très loin le monde académique. Il est également inacceptable, pour la section 17 du CNU, quelles que soient les approches et thématiques très diverses que ses membres développent, que des courants philosophiques historiques et importants soient calomniés et accusés auprès du public des pires maux, et leurs représentants parfois littéralement insultés. La section 17 du CNU dénonce les brutalisations qui s’immiscent dans le contexte académique d’où qu’elles viennent et demeure résolument attachée au respect de l’autonomie des institutions de formation et de recherche. Cette garantie d’autonomie et de liberté est la seule manière de préserver, dans un climat de respect mutuel, l’intégrité des débats et des controverses scientifiques qui participent au progrès des connaissances et de la réflexivité.

À Paris, le 9 février 2022


Autre motion (votée le 7 février 2022)

Le recours contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres a été examiné par le Conseil d’État

Il est désormais bien connu que Thierry Coulhon, l’ancien conseiller du président de la République devenu, par la grâce du prince et contre l’avis du Parlement, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), a de sérieux problèmes avec la déontologie. Il n’a, en particulier, pas encore bien compris la différence entre ses anciennes fonctions politiques au sein du pouvoir exécutif et son nouveau mandat à la tête d’une autorité publique indépendante. Certains individus se transcendent lorsque la République leur confie une fonction de contrôle indépendant. Ce n’est à l’évidence pas le cas de Thierry Coulhon.

Ce faible niveau d’exigences déontologiques le conduit parfois aux limites de la légalité. Mais l’homme sait indiscutablement jouer dans les zones grises. C’est ce que le rapporteur public du Conseil d’État a constaté vendredi 21 janvier, dans les conclusions qu’il a prononcées devant la 1ère et la 4e chambres de la haute juridiction, lors de l’audience dédiée à l’examen du recours pour excès de pouvoir déposé en janvier 2021 par onze enseignant·es-chercheur·ses titulaires contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres.

Voici donc le communiqué des onze enseignant·es-chercheur·ses ayant formé ce recours. La décision du Conseil d’État est attendue dans deux semaines environ.


Le rapporteur public du Conseil d’État dit sa « gêne » devant la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, mais assure qu’« aucune règle ni aucun principe n’empêchait le président de la République de procéder à un tel choix »

Communiqué

Paris, le 22 janvier 2022.

Le Conseil d’État a examiné vendredi 21 janvier après-midi en séance publique le recours de onze enseignant·es chercheur·ses titulaires contre la nomination par le président de la République de son propre conseiller, Thierry Coulhon, à la présidence du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), l’autorité publique indépendante chargée d’évaluer les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que les formations et les équipes de recherche.

Rôle de la séance publique du Conseil d’État statuant au contentieux du 21 avril 2022

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (8): à propos d’une note d’observations du président du Hcéres au sujet de l’Université de Bordeaux

Le rapport d’évaluation de l’Université de Bordeaux (vague B 2020-2021) vient d’être publié sur le site internet du Hcéres1. Cette publication s’accompagne d’une note d’observations du président du Hcéres, Thierry Coulhon, publiée hors rapport. Cette initiative, sans précédent dans le processus de publication des rapports du Hcéres, est scandaleuse car elle déroge aux règles élémentaires et à l’éthique de l’évaluation par les pairs, fondement méthodologique du Hcéres.

Cette note d’observations apparait dans un premier temps comme un résumé du rapport d’évaluation, qui peut avoir son intérêt (communication rapide sur les analyses du comité d’évaluation) mais fait courir le risque de détourner le lecteur d’une étude plus approfondie du contenu du rapport. À noter toutefois une incise pour le moins désobligeante pour l’Université de Bordeaux et totalement inappropriée dans le cadre méthodologique du Hcéres :  la première phrase mentionne en effet que la sélection de l’Université de Bordeaux dans le cadre de l’Idex aurait été opérée « à la surprise du monde académique ». Ce type d’appréciation, relevant plus d’une brève de comptoir que d’une analyse étayée par des preuves objectives, constitue une prise de position du président du Hcéres inacceptable qui laisse entendre que l’Université de Bordeaux n’avait pas a priori le niveau pour une telle reconnaissance ! Ceci s’entend évidemment du point de vue du microcosme parisien de l’ESR dont fait partie Thierry Coulhon….

Mais bien plus grave encore, et motivant la présente brève,  la fin de la note va au-delà du résumé du rapport avec des prises de positions directes au nom du Hcéres.

Désobligeance de méthode

Le président du Hcéres « regrette que l’université n’ait pas souhaité utiliser la possibilité qui lui était donnée de répondre publiquement au rapport pour assumer sa position sur le sujet » des « synergies nouvelles avec les divers acteurs universitaires » du site bordelais. J’objecterai que la réponse du président de l’établissement, insérée dans le rapport comme il en va traditionnellement dans les publications du Hcéres, est totalement libre et le président du Hcéres n’a pas à en commenter le contenu, ce qui est particulièrement irrespectueux à l’égard du président de l’Université de Bordeaux.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Les évaluations d’établissements se font sous la responsabilité du département dirigé par Pierre Glaude, éternel directeur, proche de l’Action française. []

L’évaluation du Hcéres ne répond plus aux critères minimaux de qualité, de rigueur et de pertinence scientifique. Motion du CNESER, 18 janvier 2022

Le Conseil national de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) s’est réuni aujourd’hui en commission permanente1. Thierry Coulhon y présentait un “point d’information sur le Hcéres qu’il préside, à la stupéfaction des membres qui n’y comprenaient rien.  Iels se sont toutefois mis d’accord à la majorité sur la nécessité de se débarasser de cette bureaucratie.

  1. Pour l’ordre du jour, voir l’information de L’Alternative. []

La bureaucratie nuit gravement à la recherche. Tribune d’ADL, 10 janvier 2022

Tribune parue dans Le Monde signée par 500 directeurs et directrices de laboratoire

Alors que les sciences et les savoirs sont plus que jamais nécessaires pour faire face aux crises de notre temps, la recherche française est malmenée et menacée par l’intensification du nouveau management public. Après le renforcement de la logique compétitive et du financement par projet, entériné par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, voici l’apparition de nouvelles procédures d’évaluation des activités de recherche, instaurées récemment par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), qui ne font qu’amplifier ce phénomène délétère.

En mars 2021, la Cour des comptes rendait public un rapport d’une grande sévérité sur les activités menées par le Hcéres entre 2014 et 2020 :

« Les rapports d’évaluation du Haut Conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements, et plus encore sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques. »

Que diraient les magistrats de la Rue Cambon un an après l’arrivée de Thierry Coulhon à la tête du Hcérès ? Ils constateraient certainement, à rebours de leurs recommandations, un alourdissement de la technostructure de cette autorité administrative indépendante, une complexification des procédures normatives et, en conséquence, l’accroissement mécanique de la charge de travail administratif, déjà phénoménale, demandée aux acteurs de la recherche.

Contre-pied

Lors de sa prise de fonctions, en novembre 2020, le nouveau président du Hcérès avait pourtant déclaré : « Il faut trouver un équilibre entre la simplicité, la légèreté de l’évaluation, et son efficacité. » En outre, le Hcérès vient de signer la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), laquelle défend une évaluation qualitative, portant sur les contenus de la recherche, au détriment d’une approche quantitative recourant à des critères « scientométriques ».

Dans la pratique, le Hcérès fait donc tout le contraire de ce qu’il défend publiquement. Sans aucune concertation avec le terrain et en toute opacité, il vient de mettre en place une usine à gaz aux antipodes des principes du texte de DORA. Le Haut Conseil a décidé qu’il n’avait plus à évaluer les contenus scientifiques et les projets des laboratoires : il entend désormais uniquement procéder à un bilan « ex post », c’est-à-dire à une évaluation comptable suivant d’innombrables indicateurs (on n’en recense pas moins de 57 pour les structures de recherche).

Continuer la lecture

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

“Ceci n’est pas un colloque universitaire”. Communiqué de Sud éducation, 4 janvier 2021

Du 7 au 9 Janvier, l’association loi 1901 “Le Collège de Philosophie” présidé par l’un de nos collègues de la Faculté des Lettres (Pierre-Henri Tavoillot) organise un colloque intitulé « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ». Utilisant pernicieusement le crédit de l’université qui l’héberge – l’université est un lieu de liberté d’expression, cette réunion partisane se présente comme un colloque “d’échanges scientifiques” visant à “étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, “wokisme”, ou “cancel culture” et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique” (sic).Les conclusions de ce “colloque” sont déjà connues, puisqu’elles sont dans son titre : la “cancel culture” (terme utilisé par les conservateurs américains et amalgamé ici avec la pensée décoloniale, courant intellectuel anti-raciste) venue des États-Unis aurait détruit les sciences et la culture, et il faudrait les reconstruire. Par un grossier retournement de la réalité, ce pseudo-colloque universitaire implémente exactement ce qu’il entend dénoncer : le camouflage d’une idéologie sous couvert de recherche universitaire, aidé par la localisation de cette réunion politique dans une université !

La liberté d’expression est la règle à l’université, et il est donc possible d’y organiser des réunions politiques. Une réunion de La France Insoumise ou d’En Marche qui y aurait lieu n’entraînerait aucun doute sur l’absence de caractère universitaire d’une telle réunion. Par contre, un “colloque” organisé par “le Collège de Philosophie” (qui n’a aucune reconnaissance universitaire) utilise la tutelle du lieu pour déguiser des propos idéologiques en “recherche” ou “échanges scientifiques”.

  SUD Éducation appelle les collègues de toute catégorie professionnelle et les étudiant·es à ne pas tomber dans le panneau de ce colloque idéologique pseudo-scientifique

1. Un parti pris idéologique revendiqué, indigne d’un vrai colloque scientifique

Continuer la lecture

Colloque “Après la déconstruction” en Sorbonne. Communiqué CGT, 4 janvier 2022

Update 6/1/2022

Bonjour,

Les 7 et 8 janvier 2022 se tiendra dans un amphithéâtre de la Sorbonne un événement intitulé Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture.

Cette réunion se présente comme un colloque “d’échanges scientifiques” visant à “étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, “wokisme”, ou “cancel culture” et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique”.

Ce colloque va être ouvert par Blanquer le ministre de l’Education nationale qui affirmait il y a un an, sans jamais être revenu sur ses dires que “Notre société a été beaucoup trop perméable à des courants de pensée“, “Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages”, “Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’UNEF cède à ce type de chose, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire”.

Ce colloque pourrait-il être instrumentalisé en meeting politique qui s’inscrirait dans la droite ligne des discours de Blanquer et Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche ? Blanquer, comme Vidal, prétendent que l’islamogauchisme (terme maintenant remplacé par celui de wokisme) “gangrène l’université”. Or, cette parole ministérielle, pendant une année de campagne présidentielle, et en pleine pandémie qui étouffe encore un peu plus les personnels de l’éducation nationale et l’hôpital, dans un colloque universitaire soulève des questions bien légitimes.

En outre, cet événement est organisé sur le site de Sorbonne Université. Dès lors, la responsabilité et l’image de notre université sont engagées.

Continuer la lecture

Président du Hcéres et parent d’élève

Aujourd’hui, dans le Journal du dimanche paraît une “tribune” par laquelle “1 200 élus, personnalités et acteurs de l’éducation défendent le bilan de Macron sur l’école“. À quelques exceptions près, il s’agit en fait de militants et de militantes LREM, ainsi que l’ont fait remarquer plusieurs lecteurs attentifs, pour la Loire Atlantique, le Doubs ou encore la Somme, par ex. On trouve aussi l’ancienne présidente d’Avenir lycéen, Alexia Desdevise ou le président de la Commission des affaires culturelles du Sénat, ou l’ancien vice-président de la Fage, membre du Conseil national des “Jeunes avec Macron”, et chef du cabinet du président du collège du Hcéres, Alexandre Arlin qui se présente comme “Société civile”. Bien évidemment, rien n’y est dit des 7900 suppressions de postes — l’équivalent de 135 collèges — au cours du quinquennat Macron.

On trouve également l’ancien Conseiller du président Macron aux questions d’enseignement supérieur, de recherche et d’éducation, présentement présidente d’aune haute autorité indépendante et qui s’en justifie.

Tweet de Thierry Coulhon, 2 janvier 2022, 13h34. Une première réponse à ScribeOtis, présentant l’enfant non flouté, a été supprimée.

Soyons rassurés : le président du Hcéres est également membre du Comité de déontologie du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Un pirate, en somme.

Continuer la lecture

Désavouer le HCÉRES. Communiqué de l’Assemblée des directions de laboratoire (ADL), 16 décembre 2021

Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCÉRES) a rendu public le « référentiel d’évaluation » de la vague C pour les unités de recherche1 . Ce référentiel conduit à une intensification de la logique bureaucratique, à une extension du pilotage de la recherche par des objectifs d’« excellence » et à une disparition de la collégialité de l’évaluation au profit de la production automatique de rapports formatés selon des critères qui ne sont pas les nôtres.

En rupture radicale avec les pratiques de ces dernières années, le référentiel concernant les unités de recherche occulte toute référence au projet scientifique et aux axes de recherche de l’unité. Au lieu de permettre une réflexion sur le projet scientifique, dans la perspective d’un accompagnement de sa mise en œuvre par les pairs et d’une éventuelle discussion des difficultés rencontrées (par exemple en cas de ressources insuffisantes ou d’absence d’un soutien suffisant de la part des tutelles), la rédaction du rapport devient un exercice chronophage de jonglage avec de multiples indicateurs inutiles et de manipulation d’éléments de langage visant à produire l’image d’excellence attendue. L’évaluation se transforme quant à elle en un monstrueux contrôle de l’utilisation des moyens accordés et de conformité réglementaire ou normative, tout en favorisant le jeu de concurrence néfaste entre unités.

Ce référentiel d’évaluation a été voté par le collège du HCÉRES sans que la communauté scientifique ait été associée de quelque façon que ce soit à son élaboration, conformément aux pratiques délétères de cette agence, que l’ADL, avec toute la communauté scientifique, a déjà dénoncées2. Il s’inscrit même à contre-courant des pratiques aujourd’hui prônées à l’international, et en cours d’adoption par les principaux acteurs de la recherche en France3. Le Directeur général délégué à la science du CNRS déclarait récemment : « Un comité de vingt experts est plus juste qu’un tableur ! »4. Au HCÉRES, nonobstant les déclarations de principe5, on persiste à penser qu’un tableur suffit à connaître ce qui fait la valeur de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Dans ces conditions, l’ADL engage vivement les collègues sollicités pour être experts à refuser de participer à des évaluations qui se serviraient de ce référentiel ; ou, s’ils avaient accepté de participer à ces évaluations, à revenir sur cette décision.

L’ADL appelle également les collègues concernés par la vague C à ne pas remplir les fiches Excel demandées par le HCÉRES, mais à renvoyer aux bases de données existantes, qui contiennent déjà toutes les informations demandées (HAL, ADUM, GESLAB).

Enfin, l’ADL s’associera aux projets visant à repenser l’évaluation scientifique, par la production d’une réflexion alternative qui serait adaptée aux pratiques et aux besoins des unités de recherche. Les collègues volontaires pour participer à cette initiative peuvent écrire à l’adresse suivante : <assemblee.dirlabo(at)gmail.com>

  1. Ainsi que pour les formations et établissements d’enseignement supérieur. []
  2. Voir notre « Appel à désavouer le HCÉRES », 18 décembre 2020. []
  3. Comme en témoigne l’axe « Transformer les pratiques pour faire de la science ouverte le principe par défaut » du 2e Plan national pour la science ouverte, p. 21. []
  4. Cité par David Larousserie, « Chambardements dans l’évaluation des scientifiques », Le Monde, 23 novembre 2021. []
  5. Telle celle d’aujourd’hui même. []