Les universités, l’enseignement à distance et le Covid-19 (1/2)

  • par David Soldini, Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne

Seconde partie

Alors que nos universités vivent depuis quelques semaines un des psychodrames dont elles ont malheureusement l’habitude au sujet des modalités d’examen ou de contrôle des connaissances à appliquer cette année, il peut être utile de prendre le temps de réfléchir quelques instants à la situation inédite à laquelle les universitaires sont confrontés et, surtout, à la manière dont cette crise va modifier, en profondeur, les métiers universitaires et l’université toute entière.

En premier lieu, il faut remarquer et apprécier une véritable révolution spirituelle chez bon nombre de collègues, hier réticents et même hostiles à l’idée d’enseigner en ligne, de se faire enregistrer et diffuser, et qui semblent s’être convertis très rapidement à ces nouvelles méthodes, au point d’exiger, aux quatre coins de la France, l’organisation d’examens en ligne afin de sanctionner les cours en ligne ! Alors qu’il y a quelques semaines, beaucoup refusaient catégoriquement de se laisser filmer en cours, considérant qu’il s’agissait d’une insupportable atteinte à leur liberté de parole ou d’enseignement, ils défendent aujourd’hui avec véhémence la conversion de l’université au tout numérique, examen compris, ce qui n’a pourtant jamais été envisagé même par les plus numériques d’entre nous. Étonnant revirement. Bien sûr, il convient d’interpréter ce nouvel amour pour ce qu’il est, c’est-à-dire un simple flirt passager lié aux circonstances particulières du confinement et la manifestation d’une addiction à l’examen et à la sélection qui frappe beaucoup d’universitaires.

Toutefois, pour quelqu’un qui s’est battu presque dix ans pour développer la politique de pédagogie numérique de son université, cela reste un phénomène plaisant à observer. Naturellement, comme souvent, les nouveaux convertis se montrent imprudents, excessifs et bien trop zélés. Leur amour naissant les fait oublier bien des enjeux, comme la protection de la vie privée ou le nécessaire respect de l’égalité entre étudiant∙es. Il convient, maintenant qu’ils ont la foi, de les faire réfléchir sur l’outil hier haï et aujourd’hui vénéré. Il y a urgence car si la conversion totale au numérique est une vue de l’esprit confiné, la réflexion sur ces outils désormais popularisés mais toujours méconnus doit désormais s’envisager dans une perspective de profonde rénovation de l’université que la crise sanitaire a complètement bouleversé au point de rendre un retour à la situation antérieure difficilement envisageable.

Des limites de l’enseignement numérique

Une des premières choses qu’il convient de rappeler est le fait que l’équation « cours présentiel = cours à distance » n’a jamais été vraie. Il y a une différence de nature entre les deux et il faut davantage envisager leur complémentarité plutôt que de les croire substituables. D’ailleurs, il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre ces deux formes d’enseignement ! Dans certains cas, l’enseignement à distance se montre plus efficace que l’enseignement présentiel : il permet aux étudiant∙es de travailler en fonction de leur propre emploi du temps, ils peuvent revoir les interventions enregistrées, les utiliser pour apprendre puis réviser, poser leurs questions au milieu de la nuit ou en plein dimanche avec l’espoir de recevoir une réponse, rarement immédiate mais dans un délai raisonnable.

https://www.flickr.com/photos/papaye_verte/35258650332/in/photolist-VHFNmm-8QJjqr-679du5-E1zvH-679dvG-2hkbCw7-JT1dGi-VP5JMV-FcWDfS-5gTgDG-dTYQPB-vK99kT-2gstSNF-fFre5n-h86HjE-nMnr7v-71QQ2b-gh9QWi-2ifqXGT-5wWCrL-3hiDnG-M4BRAE-2gMWDxF-bE9Kxt-5uHh7T-D51cjR-9sqphB-8ZJqvF-23a3Mkb-5vF2Ej-5vF2Eu-9o9iTG-29p8Yyw-Ms1JUJ-9qKWAH-Ufn51W-ATkgdq-JmDaSB-9Gtayq-MtW5mY-JmD9SR-Nk3yeR-4zwcc4-mVwru-qs7zsv-J8Ne53-eYr6S2-3GgeU-dSo3JW-5gNVvX

Student, University of Toroton, 2017

Continuer la lecture

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

À propos des outils de travail numériques : conseils d’Antonio Casilli

Reçu sur tlm, le 15 mars 2020 à 16h20

En France, le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fournissent le service de visioconférence HD RENAvisio qui représente une alternative à Zoom (voir le tableau ci-dessous) : https://services.renater.fr/renavisio/index

De surcroit, l’association française Framasoft (depuis des années engagée dans l’éducation populaire, les logiciels libres et les communs numériques), propose les services de l’annuaire « Dégooglisons Internet » (https://degooglisons-internet.org/fr/list), c-à-d des alternatives à tous les services propriétaires des GAFAM : https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives

Par exemple :

Instances de la solution Jitsi Meet pour la visioconférence
https://framatalk.grifon.fr/
https://meet.librement-votre.fr/
https://jitsi.milkywan.fr/
https://jitsi.linux.it
https://calls.disroot.org
https://jitsi.riot.im
https://jitsi2.linux.it
https://meet.artifaille.fr
https://www.colibris-outilslibres.org/ (sélectionner « visio »)

Une alternative intéressante aux cours et séminaires traditionnels est aussi représentée par les formats wiki (les étudiants et les chercheurs peuvent créer des documents participatifs) : https://frama.wiki/1

Et bien évidemment, si vous ne souhaitez pas publier sur Youtube vos les vidéos de vos enseignements ou vos diaporamas, la plateforme Peertube est à votre disposition : https://joinpeertube.org/

Cordialement,
—a
ps. Si le coeur vous en dit, n’oubliez pas de faire un don à ces associations.

Continuer la lecture

  1. Autre suggestion, par Fabrice Demarthon: https://www.goodfirms.co/blog/best-free-open-source-webinar-software-solutions []