Pourquoi l’Université des plateformes commerciales est-elle la fin de l’université ?

Un groupe d’enseignant·es de quelques universités italiennes a écrit une lettre ouverte sur les conséquences de l’utilisation de plateformes numériques dans l’enseignement à distance. Nous espérons qu’une discussion sur l’avenir de l’éducation s’ouvrira le plus rapidement possible et que les investissements discutés au cours de ces semaines seront utilisés pour la création d’une infrastructure numérique publique pour les écoles et les universités.

Autres langues disponibles ici : italien, allemand, anglais


Chèr·es collègues et chèr·es étudiant·es,

Comme vous le savez certainement, les écoles et les universités italiennes, depuis le début de l’urgence COVID, pour des raisons initialement compréhensibles, se sont appuyées sur des plateformes et des outils privés, appartenant pour la plupart à la galaxie dite « GAFAM » (Google, Apple, Facebook, Microsoft et Amazon), pour la gestion de l’enseignement à distance (y compris les examens). Il y a peu d’exceptions, comme le « Politecnico » de Turin, qui a adopté des solutions non commerciales et autoproduites. Cependant, le 16 juillet 2020, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt très important qui, en résumé, indique que les entreprises états-uniennes ne garantissent pas la vie privée des utilisateurs conformément au règlement européen sur la protection des données, connu sous le nom de GDPR (General Data Protection Regulation). Par conséquent, à l’heure actuelle, tous les transferts de données de l’UE vers les États-Unis doivent être considérés comme non conformes à la directive européenne et donc illégaux.

Un débat est en cours au niveau de l’UE sur cette question et le contrôleur européen de la protection des données a explicitement demandé « aux institutions, offices, agences et organes de l’UE d’éviter les transferts de données à caractère personnel vers les États-Unis pour de nouvelles opérations de traitement ou en cas de nouveaux contrats avec des prestataires de services ». Alors que le Garant irlandais a directement interdit les transferts de données des utilisateurs de Facebook vers les États-Unis. Enfin, certaines études soulignent que la majorité des plateformes commerciales utilisées pendant l' »éducation d’urgence » (principalement G-Suite) posent de sérieux problèmes juridiques et comportent une « violation systématique des principes de transparence ».

Continuer la lecture