Montpellier : Confrontée à des étudiants “sans facs”, la ministre Retailleau prend la fuite.

Jeudi 13 octobre 2022, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, était en déplacement à Montpellier afin d’annoncer un nouveau plan concernant la santé étudiante. Dans cette ville qui est le théâtre chaque année de mobilisations d’étudiants sans affectation en Licence et Master, le syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), est parvenu à s’introduire dans un des lieux de la visite ministérielle afin de faire entendre ses revendications. La réaction a été plutôt surprenante d’après le SCUM : “la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée”.

Voici ici le communiqué du syndicat étudiant de Montpellier :

—————————————————————–

La ministre Sylvie Retailleau à Montpellier :  interpellée par le SCUM, elle prend la fuite.

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, était à Montpellier ce jeudi 13 octobre.

Les étudiantes et étudiants sans-fac et le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) étaient présents pour lui faire entendre les revendications étudiantes : non à la sélection sociale, et non à la mise en place de Parcoursup Master !

La visite de la ministre était l’occasion pour elle de se faire une publicité sur les quelques euros donnés pour la santé étudiante, en guise d’aumône. Aussitôt arrivée au Centre de soins universitaire devant lequel les étudiantes et étudiants du SCUM l’attendaient, la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée.

Le mépris et la fuite ne pourront pas toujours être là seule réponse du gouvernement face aux revendications étudiantes.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Un syndicat étudiant obtient 111 remboursements de frais d’inscription à l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Le syndicat étudiant de Montpellier annonce aujourd’hui dans un communiqué avoir obtenu le remboursement des frais d’inscription pour 111 étudiantes et étudiants de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. La question des frais d’inscription, indissociable de l’accès à l’enseignement supérieur, revient régulièrement sur le devant de la scène, que ce soit à propos de ses augmentations ciblées pour les étudiants étrangers (le plan “Bienvenue en France”, ou à propos des récentes déclaration d’Emmanuel Macron qui préfigurent une augmentation plus générale.

Voici ici le communiqué du SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier)

Continuer la lecture

L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

La réouverture des universités en 100% présentiel dès janvier ne fait pas l’unanimité chez les étudiants. Deux syndicats étudiants, la CGT Salarié-e-s-Etudiant-e-s Doubs et le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM publient aujourd’hui un communiqué commun concernant les enjeux liés à une éventuelle réouverture des universités.

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

Le communiqué des syndicats étudiants

Nous observons, depuis plusieurs jours des interventions médiatiques des patrons d’universités, et même des manifestations de quelques enseignants ayant pour revendication la réouverture immédiate des établissements de l’enseignement supérieur.
Cette revendication est dangereuse et hors sol.
Ce que subissent les étudiants c’est le surmenage couplé à une grande précarité et à des modalités d’études inadaptées déjà d’ordinaire mais d’autant plus en cette période. La charge de travail des étudiants a été multipliée par 2, par 4, selon le bon vouloir des professeurs, nombreux sont ceux qui ont dû se maintenir concentrés pendant des visios de 2, 3h, ce qui n’est certainement pas une demande raisonnable et sans oublier de conjuguer tout cela aux pertes de revenus des étudiants travaillant en parallèle de leurs études (nous rappelons que c’est le cas de 3 étudiants sur 4).
Actuellement, des étudiants rentrés dans leur famille le temps du confinement ont dû trouver des moyens de revenir dans leur ville d’études car de nombreuses filières, y compris des filières à concours, font passer des examens en présentiel. En cette période, cela est dangereux. Cette volonté absolue de maintenir le calendrier universitaire comme si tout allait pour le mieux est un non sens et un multiplicateur de la détresse étudiante.
Vouloir la réouverture et en 100% présentiel, c’est continuer à absolument pousser à maintenir le calendrier universitaire inchangé, la charge de travail étudiante également. Pour de nombreux étudiants, c’est déjà trop tard.
La détresse face à la perte de revenus, face à une inadéquation totale de la charge de travail avec les moyens et modalités d’études les aura déjà fait décrocher, aura vu s’évaporer leurs chances aux concours et pour ceux qui persistent, la sélection ne les a pas oublié, elle non plus ne ferme jamais l’œil et se tient prête à sanctionner tous ceux qui auront été touchés de plein fouet par la gestion calamiteuse de cette crise, soit la quasi totalité des étudiants.
Que changera la réouverture des facultés à cela ?
Seuls les moins touchés par la crise pourront reprendre comme si cela n’avait été qu’une courte interruption. D’autant que ces problèmes étaient déjà antérieurs, croire que la fermeture des établissements les a créés est une illusion propre à émerger là où l’on ne constatait pas déjà avant la grande précarité dont est synonyme la condition étudiante. Et la condition sanitaire ? Déjà laisser se faire les examens en présentiel alors que les mesures tendent à se durcir est un non sens et une mise en danger des étudiants et personnels, mais tout rouvrir? Nous savons comment la fac réagit à la réouverture, nous l’avons constaté en septembre : Comme si de rien n’était. Des clusters ont émergés dans toutes les facultés de France.
Nous ne voulons pas, une fois de plus, être mis en danger.
Non, ce que nous revendiquons, ce sont :
– Une suspension de l’année universitaire, ses examens et concours.
– Des cours en ligne adaptés
– Une mise en ligne de tous les supports de cours
– Quand le présentiel sera à nouveau sanitairement envisageable, qu’il soit facultatif avec cours enregistrés et mis à disposition en ligne
– Que la liberté pédagogique concernant le travail imposé aux étudiants cesse.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) – CGT Salarié-e-s-étudiant-e-s Doubs

syndicat.scum@live.fr – cgt.salaries.etudiants@protonmail.com

Paris-1 : les organisations étudiantes, la fin de la crise et les missions de l’Université

Aujourd’hui, les organisations étudiantes, qui ont tant fait pour la défense des droits des étudiant·es, n’en peuvent plus des tergiversations réactionnaires de ceux qu’elles appellent des « mandarins ». L’UNEF Paris-1 choisit la lettre ouverte, tandis que Le Poing levé (NPA) propose deux réflexions sur la séquence qui n’est pas encore tout à fait terminée.

À côté de cet appel de l’UNEF Paris-1, Le Poing levé a fait l’objet d’un entretien à Révolution permanente ce mardi 26 mai. Extraits.

Place du Panthéon, 5 mars 2020

Continuer la lecture