Fermeture des archives : la recherche universitaire prise dans le tourbillon sécuritaire

Le projet de loi relatif à la prévention des actes de terrorisme et au renseignement (PATR), qui sera examiné en hémicycle par l’Assemblée nationale à partir de cet après-midi, 1er juin 2021, ne rencontre pas un écho à la hauteur du danger pour les libertés qu’il représente.

C’est vrai que ce texte – qui est une grande juxtaposition de mesures de surveillance et de contrôle réclamées par les administrations du renseignement et de la sécurité – est non seulement incompréhensible à lire, mais il est, en plus, examiné dans des conditions d’urgence telles qu’elles empêchent tout véritable travail parlementaire. Le communiqué de La Quadrature du net du 27 mai dernier en résume bien le contenu, en quatre volets :

  • Le projet fait entrer définitivement dans le droit commun certaines des mesures de l’état d’urgence (assignations à résidence et perquisitions administratives, en particulier) et crée une « mesure judiciaire de prévention de la récidive terroriste et de réinsertion » ;
  • Il pérennise les dispositifs introduits à titre expérimental par la loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, et notamment la surveillance automatisée de l’ensemble des réseaux par des « algorithmes » au fonctionnement secret, chargés de « détecter des menaces de bas du spectre » ;
  • Il réforme l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion des Français·es, pour tirer les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 21 avril dernier ;
  • Il introduit un très grand nombre de mesures d’ajustements du livre VIII – celui sur le renseignement – du code de la sécurité intérieure, d’apparence étroitement techniques, mais qui ont toutes pour point commun d’étendre les prérogatives, déjà gigantesques, des services de renseignement et de sécurité.

Indiscutablement, ce projet de loi est l’un des pires textes produits par l’antiterrorisme et le renseignement en France, poussant plus loin que jamais la bascule « préventive » qui fait de chacun·e des habitant·es de ce pays un·e suspect·e à surveiller.

Nuclear Plant – 26Dec06 (Germany). Crédit: Philippe Leroyer

La fermeture des archives publiques

C’est au beau milieu de ce texte sécuritaire qu’il a été choisi d’introduire, en plus, un article sur l’accès aux archives publiques, qui percutera directement le travail de nombreu·ses universitaires. Il s’agit de l’article 19.

Continuer la lecture

Confinée libérée – édition du WE – 9-10 mai 2020

Édition du WE. Samedi 9 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #5
  • 4 mai 2020Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 3
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 3 raconte les bouleversements intimes provoqués par le confinement, la flambée des inégalités et la violence d’une surveillance qui s’infiltre toujours plus profondément.

    «Surveillance camera» par Corey Burger , 2004

  • 5 mai 2020Étudiant·es confiné·es dans 9m² : précarité au carré
    Si les résident·es des CROUS figurent déjà parmi les étudiant·es les moins privilégié·es – le statut de boursier est un prérequis à la demande – celles et ceux qui furent contraint·es de rester dans leur chambre à la mi-mars l’étaient donc encore moins. Cela a été confirmé dès les premiers jours du confinement lorsque le collectif Solidarité : Continuité Alimentaire a reçu plusieurs centaines de demandes de colis de produits d’alimentation et d’hygiène fondamentaux de la part des étudiant·es confiné·es dans les CROUS de Bordeaux. Depuis, la solidarité s’est organisée un peu partout.

Photo prise le 12 novembre 2019 et mise en ligne par alter1fo

  • 7 mai 2020Tentative d’épuisement d’un lieu quotidien
    Ce semestre je donne un cours de pratique du dessin en L1, enfin sur le papier, puisque depuis la rentrée de janvier et la lutte contre la LPPR il s’agit en fait d’un cours alternatif autour de la mobilisation. Les étudiant·es se retrouvent de manière informelle et volontaire dans l’atelier ou dans les espaces publics de la fac où nous partons parfois nous installer. Ielles viennent des départements d’arts plastiques, de sociologie, de cinéma ou d’ailleurs, mobilisé·es ou non, iels sont là pour échanger, fabriquer, dessiner, graver, imprimer librement du matériel de lutte. […] Pourquoi ne pas impulser une forme de création sous contrainte qui permette aux étudiant·es de créer et de penser depuis cet état qui nous a vu passer de l’émulation libre et collective au repli forcé et solitaire ? À nous de prendre à bras le corps ce devenir confinable, de faire de ce quotidien imposé une source d’inspiration, de ce nouvel horizon étriqué un souffle pour passer les jours.

par Helen (22 mars)

Le traçage anonyme, dangereux oxymore. Analyse de risques à destination des non-spécialistes

L’entreprise RIPOUE souhaite recruter une personne pour un CDD. Elle veut s’assurer que le candidat ne tombe pas malade entre l’entretien d’embauche et la signature du contrat. Elle utilise donc un téléphone dédié qui est allumé seulement pendant l’entretien, et qui recevra une alerte si le candidat est testé positif plus tard.

Le traçage automatisé des contacts à l’aide d’une application sur smartphone comporte de nombreux risques, indépendamment des détails de fonctionnement de cette application. Nous sommes spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies. Notre expertise réside notamment dans notre capacité à anticiper les multiples abus, détournements et autres comportements malveillants qui pourraient émerger. Nous proposons une analyse des risques d’une telle application, fondée sur l’étude de scénarios concrets, à destination de non-spécialistes.

Analyse complète : https://risques-tracage.fr/