Bons baisers de rentrée

Academia a décidé de recenser des témoignages écrits et photographiques de la rentrée universitaire 2020, dont nous avons reçu de premiers échos épouvantables, dont la presse s’est fait l’écho.

Selon une stratégie du choc (Noemi Klein, 2008) inacceptable1, Frédérique Vidal profite d’une rentrée hors norme pour achever de faire passer sa loi rétrograde dite « de programmation de la recherche 2021-2030 ». Enseignant·es et étudiant·es subissent des conditions d’accueil épouvantables, en licence, en Master, tandis que l’administration réclame sans vergogne les droits de Contribution de la vie étudiante et de campus (CVEC) —doctorant·es doivent s’acquitter d’une cotisation de la vie étudiante et de campus — dont déjà ielles n’avaient pas profiter l’année dernière.

Voici une galerie de portraits de l’engagement pédagogique des maîtres·ses et des élèves, qui illustrent le mépris dans lequel leur Ministère de tutelle les tient.

Academia invite tous et toutes celleux qui le souhaitent de lui communiquer leurs clichés ou leur témoignage.

(c) Yann Leredde, UFR de sciences, Université de Montpellier, 9 septembre 2020

https://twitter.com/cjytheb/status/1303362655793614849?s=20

(c) Christophe Thebaud, 8 septembre 2020

 

Vicky 15 septembre 2020. Et vous remarquerez que la prof ne porte pas non plus de masque sous prétexte qu’elle ne veut pas avoir à crier sur ses 6 heures de cours consécutives 🙂
Mais sinon Sorbonne prestigieuse université apparement

 

 

https://twitter.com/elinalemaire/status/1305852328822665218/photo/1

(c) ElinaLemaire. Université de Bourgogne.
Les TD en L2 droit à l’Université, c’est 40 étudiants par groupe. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Pas de place assise pour tout le monde. La misère de l’Université française, par-delà les beaux discours et les classements absurdes.

 

 En réponse:

BELLAMY David @davbellamy,
« L’université a été abandonnée par certaines de nos élites depuis decennies. Voilà où nous en sommes. Perso, en L1 d’histoire je dois faire entre 360 étudiants dans un amphi de 400 avec une obligation de ne pas dépasser une jauge de 50%…… »
https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

Les conditions de cours à la Sorbonne en plein milieu d’une pandémie. @Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Continuer la lecture

  1. Cf. la stupeur de Fred Restagno dénonçant la conflagration vote LPPR et rentrée COVID. []

LPPR : Motion de la Commission Recherche de Sorbonne Université

La motion adoptée par la Commission Recherche a été publiée sur l’intranet de Sorbonne Université, indice que l’enthousiasme qu’a la présidence à soutenir ce texte. Merci aux collègues qui l’ont fait parvenir à Academia

Le 29 juin 2020

« Le compte n’y est pas ! », la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) pour les années 2021 à 2030 est gravement insuffisante pour redonner au pays les moyens d’une recherche de qualité, attractive pour sa jeunesse et capable de constituer une réponse aux crises que nous traversons.

Le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) avait été lancé pour réinvestir massivement dans la recherche, mais il faudra attendre 2028 pour espérer obtenir le milliard d’euros annuel nécessaire (article 2) et avec une revoyure périlleuse de l’engagement de l’État en 2023. Cela ne permettra pas d’enrayer le décrochage de la recherche française que reconnaît l’exposé des motifs de la loi.

Le 1.2 milliard d’euros engagés pour les années 2021-2022 n’est pas à la hauteur des espoirs qu’avait fait naître la perspective d’une grande loi pour la recherche.

Alors que la crise sanitaire a durement démontré l’importance d’une recherche capable et bien dotée sur la durée, que la crise économique s’apprête à le faire tout aussi violemment, la loi que nous attendions ne se situe pas au niveau des défis que nous affrontons.

Si la revalorisation des dotations de l’ANR est nécessaire pour permettre un taux de succès de 30% et un financement environné au service de la politique des unités et des établissements, elle n’est pas accompagnée par la nécessaire augmentation des moyens récurrents octroyés aux universités pour assurer le soutien de base aux unités.

Alors que la ministre avait évoqué de façon forte la rupture du contrat social dans notre secteur et que nous sommes parmi les personnels les moins bien payés de l’OCDE, la LPPR n’explicite pas à quelles mesures de revalorisation elle s’engage pour les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’augmentation du nombre de contrats doctoraux et leur revalorisation, l’augmentation de la rémunération à l’entrée des corps de maîtres de conférences et chercheurs sont une très bonne nouvelle. La loi tend globalement vers une précarisation des statuts de l’enseignement supérieur et de la recherche même si la création de contrats de mission permet de rompre avec l’enchaînement de contrats à durée déterminée d’un an pratiqués aujourd’hui. Mais ces mesures restent insuffisantes si elles ne s’accompagnent pas d’une revalorisation des carrières alors même que le gouvernement reparle de la reprise de la réforme des retraites aux effets si délétères pour notre fonction publique.

En outre, la mise en place d’un recrutement dérogatoire (article 3) qui permettrait de recruter des collègues pendant 3 à 6 ans avant de les nommer professeurs ou directeurs de recherche représente un risque de fracture de nos communautés. Comment justifier ces recrutements accélérés ? Ces 25% supplémentaires de candidats accroîtront mécaniquement la pression déjà importante sur les recrutements de professeurs et de directeurs de recherche.

Ces mesures consacrent l’idée fausse selon laquelle on améliore la qualité et l’attractivité de la recherche en augmentant toujours plus la concurrence individuelle entre les chercheurs.

Nous défendons une recherche qui doit valoriser ses dimensions collectives, collaboratives, ouvertes et inclusives afin de préserver la qualité des pratiques scientifiques, des résultats et des conditions de travail.

Pour toutes ces raisons, nous considérons qu’en l’état la loi de programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030 est gravement insuffisante pour redonner au pays les moyens d’une recherche de qualité, attractive pour sa jeunesse et capable de constituer une réponse aux crises que nous traversons.

Nous refusons un service public dégradé de l’enseignement supérieur

Communiqué de la CGT Sorbonne Université

4 juin 2020

Des annonces précipitées

Début mai, la ministre de l’ESR, Frédérique Vidal a déclaré dans la presse qu’en raison des risques sanitaires liés à la pandémie de Covid 19 les enseignements dans les universités pourraient se dérouler à la rentrée de septembre essentiellement à distance, ou tout au moins sous une forme « hybride ».

Notons qu’un communiqué de presse du Ministère, sorti le 2 juin, annonçait d’abord que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée. » Mais le communiqué (modifié dès le lendemain !) indique désormais que « les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu’il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d’anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires. »

Très vite notre université a répercuté les annonces de la ministre et les directions des facultés ont donc demandé aux départements de formation d’adapter leurs enseignements dans l’hypothèse d’un accueil restreint sur les campus. Concrètement, la quasi-totalité des CM et la moitié voire 70% des TP et des TD de licence et de master se feraient à distance au 1er semestre de la prochaine année universitaire (2020-2021), et aussi possiblement au 2nd semestre. Par ailleurs, des déclarations ambiguës de la part du président de Sorbonne Université ou de certain-e-s responsables de formation semblent indiquer que cet enseignement hybride pourrait se prolonger au-delà de la crise sanitaire.

Pour quel objectif ?

Plutôt que de s’appesantir sur le côté branquignol de notre bon ministère, on peut se demander quel est l’objectif poursuivi par nos dirigeants quand ils veulent mettre en place de manière massive des enseignements à distance (EàD), en remplacement de l’enseignement présentiel.

Bien sûr il y a une crise sanitaire en cours, face à laquelle il n’est pas question de reprendre comme si de rien n’était. Il est vrai que les politiques d’austérité budgétaire menées depuis des années dans l’ESR ont conduit à des amphis surchargés qui ne facilitent pas le respect de la distanciation physique !

Mais en réalité, la mise en place du distanciel est surtout une réponse économique à cette crise sanitaire. On voit bien où sont les priorités du gouvernement, quand il autorise la réouverture du Puy du Fou avant de donner les moyens aux écoles, aux universités, d’accueillir correctement les élèves et étudiants ; ou quand il offre aux banques 400 milliards d’euros pour garantir des prêts aux entreprises.

En effet, l’EàD semble à première vue très économique : un seul enseignant peut faire cours à des milliers d’étudiants en même temps, et une fois le cours ou le TD « on-line » créé, il peut être répété à l’identique l’année d’après, sans coût supplémentaire en heures d’enseignement.

Une autre motivation de la présidence de SU pourrait être de proposer une offre à distance, pour répondre à un marché au niveau national ou international. Il s’agirait de faire venir à SU des enseignants et des étudiants « d’élite », qui pour le moment ne viennent pas en raison du coût exorbitant de la vie parisienne. Ces personnes pourraient continuer à vivre en province ou à l’étranger tout en participant à des enseignements en ligne.

Continuer la lecture

Les pannes de réseau au secours des libertés individuelles ?

Les examens en ligne ont commencé, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a une réelle opacité sur les outils utilisés et leur conformité au réglement général de la protection des données (RGPD).

Retour vers le futur : le marché public de la télésurveillance des examens

À l’été 2019,France Université Numérique1 signe un accord de partenariat avec une entreprise européenne qui se réjouit de travailler avec 135 nouveaux partenaires. FUN, quant à lui, se satisfait que les données soient stockées sur le sol européen.

Brève Newstank – Accord entre France Université Numérique et ProctorExam

Paris – Publié le mercredi 12 juin 2019 à  8 h 28 – n° 149415 France Université Numérique et ProctorExam signent un accord de partenariat le 03/06/2019 pour déployer la solution de télésurveillance des examens en ligne néerlandaise sur la plateforme de diffusion de Mooc, qui compte 1,8 million d’apprenants. ProctorExam pourra également être utilisé sur FUN Campus et FUN Corporate.

« Notre objectif est de démultiplier les examens en ligne pour valider les connaissances et les compétences acquises par les Mooc. La réforme de la formation professionnelle ouvre de nouvelles opportunités pour démultiplier les certifications délivrées par les établissements à l’issue d’un suivi de cours en ligne. Cela répond à une envie croissante chez les apprenants », dit Catherine Mongenet, directrice de France Université Numérique, à News Tank, le 11/06/2019.

Pour ProctorExam, cet accord stratégique implique de travailler avec 130 institutions partenaires de FUN, tant dans l’ESR que dans le domaine de la formation professionnelle, un second secteur qui est ciblé par l’entreprise pour son déploiement.

« Ce partenariat nous permet de travailler avec un réseau d’établissements en France et dans toute la sphère francophone. Des établissements qui n’avaient jamais eu recours à la télésurveillance des examens en ligne découvrent les bénéfices de cette solution. Le public de la formation continue, ciblée par FUN Mooc, fait partie de nos segments de marché à la croissance la plus rapide », selon Daniel Haven, directeur de ProctorExam, interrogé par News Tank, le 11/06/2019.

France Université Numérique a choisi ProctorExam début 2019 pour surveiller les examens à distance qu’elle propose. Des tests ont été réalisés depuis le début de l’année et la mise en production est effective depuis avril 2019. Le choix de ce partenaire se fait aussi en lien avec le respect du RGPD : la législation concernant l’enregistrement des flux vidéo est particulièrement complexe. Pour FUN, travailler avec ProctorExam, qui stocke les données au sein de l’UE, est une marque supplémentaire du respect du RGPD.

https://www.flickr.com/photos/mykg/8415345500/in/photolist-dPCR2N-FMixRR-nB9QQt-txah5C-cwwgdQ-s5FMwo-nx4Srs-x3qnYa-hqT7f4-hqRWZ5-nLKuES-eTZwxC-cTeJ3U-dvfpEY-8WhBhb-jPjKmT-of5W2K-HLqbK2-qdRCHC-Gkj4uZ-jMfevj-oqgbrg-fSwjAr-8hCxHQ-zPsfjj-J79fa-bs8kJg-xkuyxi-cNUaEs-dp8RP9-x3iHf1-wGYrfc-A8b8Dy-aTrsjM-dcLmX1-bPQ1R2-fy6XcZ-9kStBN-cbobnd-of3W5v-fU1opG-MXdibT-izVpoM-onrSZ2-nuDQq5-DbW6YU-qAxRCM-dne1QP-dfAkU4-N33meD

Burnham Lighthouse shadows, by Myk, 2010

L’accord France Université Numérique concerne exclusivement les contrôles des connaissances acquises via les MOOC. Ce qui signifie que si télésurveillance il y a en ce moment, ce n’est pas par cet accord que cela passe, mais par des marchés spécifiques que chaque université passe à son niveau avec des prestataires, entre autres ProctorExam, mais aussi d’autres. Ce qu’ont fait déjà plusieurs universités avec ProctorExam (Sorbonne Université, Université de Bourgogne, Aix-Marseille Université)2. Ces pratiques avancent depuis quelques années, sans trop de débat apparemment. L’épidémie est vue par certain·es comme une opportunité d’accélérer ce mouvement.
Les questions du respect des libertés personnelles et de la conformité réelle au RGPD ne sont, à cette date, pas vraiment envisagées. Des universités comme Sorbonne Université déploie l’outil et son manuel d’utilisation3.

Continuer la lecture

  1. Groupement d’intérêt public, constitué du ministère et d’un assez grand nombre d’universités. L’État a 40% des voix, les COMUE et universités ont 60%. []
  2. Cf. 2e partie de la dépêche NewsTank susmentionnée. []
  3. NDLR. Même des adolescent·es dénonceraient le placement de produits dans les vidéos de présentations. []

Jours de congés : Lettre des syndicats au président de Sorbonne Université

 

Au président de Sorbonne Université

8 avril 2020

Bonjour,

La décision de Sorbonne Université d’imposer des jours de congés obligatoires (4 jours du 14 au 17 avril + 1 semaine à la sortie du confinement) est maladroite et choque de nombreux agents.

En cette période difficile, la seule façon de remercier des agents « formidables », c’est de leur imposer des congés obligatoires en période de confinement, ce qui revient à supprimer des congés annuels !
Un agent en congé profite de ses jours de congés pour reconstituer sa force de travail. Le confinement à la maison, ça n’est pas des vacances, c’est une évidence pour tout le monde. Promiscuité, fatigue psychologique, stress et inquiétude voire angoisse : il est impossible de se reposer dans cette atmosphère. Comment reconstituer sa force de travail dans ces conditions ?

Nous constatons également que la présidence passe outre la consultation des instances représentatives du personnel (CT et CHSCT). En temps normal, celles-ci doivent obligatoirement se prononcer par vote sur ce type de mesures (pour le CT, article 34 – 1° du décret 2011-184 ; pour le CHSCT, article 51 du décret n°82-453). Mais la présidence préfère user des pouvoirs exorbitants obtenus par les ordonnances du gouvernement, en contradiction totale avec les principes démocratiques qui régissent la vie universitaire (l’article 3 – Ordonnance n° 2020-347 du 27 mars 2020).

Si tous les agents de Sorbonne Université doivent être en congés la semaine prochaine, pourquoi ne pas décider que ces 4 jours sont donnés par l’université ? Ils ne doivent pas être décomptés sur les congés annuels de chacun, chacune.

Il est évident que certains de nos collègues, actuellement en travail présentiel ou à distance, souhaitent poser des congés pendant la période de confinement. Pourquoi ne pas proposer que les congés demandés pendant le confinement soient automatiquement accordés, au lieu d’imposer la semaine prochaine à tout le monde ?

Enfin, certains collègues souhaiteront certainement prendre une semaine de réels congés à l’issue de la période de confinement. Mais là encore, nous contestons l’obligation que chacun, chacune d’entre nous aura à poser une semaine ; nous devons pouvoir choisir de prendre des congés au moment où nous le voulons.

À la faculté de Lettres, on annonce aux personnels sur certains sites qui devaient être fermés 2 semaines qu’ils auront 15 jours de congés déduits. D’autres services en sciences font la même chose. Double peine pour les collègues concernés : confinement et congés annuels en moins !

Nous demandons que :

    • pour la semaine du 13 au 19 avril, l’université ne décompte pas de congés sur le quota annuel des agents
    • pour le reste de la période du confinement, aucun agent ne se voie imposer de congés obligatoires
    • pendant le confinement, que toute demande de congés posée par un agent soit automatiquement accordée.

Les syndicats CGT, FO, SNASUB-FSU,
SNCS-FSU, SNESUP-FSU, SUD, UNSA

Selon nos informations, la lettre n’a pas reçu de réponse à ce jour, 11 avril 2020.

Lieux de travail, franchise universitaire & libertés académiques : Brest, Rennes, Paris… Une pétition

En ce mois de décembre, il est intéressant de considérer comment la franchise universitaire s’exerce. La « franchise universitaire » est le terme qui désigne le statut dont bénéficient en France les universités et selon lequel les forces de l’ordre ne peuvent y intervenir sans leur accord ((Née au Moyen Âge du caractère religieux des universités, qui les affranchissait du pouvoir temporel, elle a été depuis confirmée par plusieurs lois, dont l’article L712-2 du code de l’éducation. Cf article « Franchise universitaire » sur Wikipedia.)). Alors que les étudiant-es et les personnels universitaires organisent le blocage de certains sites, deux événements ont défrayé la chronique à Brest et à Rennes.
À Brest, le président de l’Université Matthieu Gallou, a demandé des explications au sous-préfet à la suite d’une intervention de la police dans le hall de la Bibliothèque universitaire de Lettres le mardi 10 décembre 2019:
Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques, fait-il savoir dans un entretien accordé à l’Université de Brest au quotidien Ouest-France.

Le mercredi 18 décembre, alors que les étudiant-es revenaient de manifestation, plusieurs escadrons de police se sont présentés à l’entrée du Campus de l’Université de Rennes, avec l’intention visible d’y entrer. Prévenu, le président David Olivier, s’interpose et interdit l’accès au campus, avant de saisir les « autorités compétentes pour faire toute la lumière sur cette opération de police aux abords du campus »1. La photo de son intervention est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Capture Facebook de l’interposition de David Olivier, président de l’Université Rennes-2, entre les forces de l’ordre et le campus de son Université, 18 décembre 2019

À Paris, la situation est très différente : la plupart des campus sont rendus inaccessibles par les présidents, pour des motifs allégués de sécurité ou de manque de personnels en raison des transports perturbés. Dans ce contexte, trois professeur-es d’université mettent en cause la décision du Recteur de Paris, Gilles Pécout, de fermer la Sorbonne. Ils invitent leurs collègues et étudiant-es à signer la pétition dont voici le texte.
 
*
*     *
 

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur de l’Academie de Paris

Nous étudiants, personnels administratifs, chercheurs, enseignants, maîtres de conférences et professeurs, protestons contre les fermetures abusives et incongrues de la Sorbonne qui se répètent ces dernières années, nous empêchant de travailler. Ces blocages (comment les nommer autrement ?) vident la Sorbonne de son sens et de son existence et, selon les « éléments de langage » de notre gouvernement, nous « prennent en otages ».
La Sorbonne est, depuis sa création au XIIIe siècle, la maison des étudiants et des professeurs, et non celle du roi ou du gouvernement, même s’il plaît au roi, de temps à autre, d’y organiser une opération de com, un « grand discours » qui nous fait suffoquer de policiers, de barrières et de contrôles, et qui bloque tout le Quartier latin. La Sorbonne est le lieu du partage du savoir, par sa bibliothèque, inaccessible en cas de blocage rectoral, par ses salles de cours, de séminaire, et ses amphithéâtres.
 

Charte de fondation de la Sorbonne, février 1257
Credit:
Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Paris, Archives nationales

 
La Sorbonne, comme Paris, a un statut particulier. Longtemps, Paris n’a pas eu de maire, en raison de la réaction thermidorienne de 1795, rejouée en 1871. Aujourd’hui encore, le préfet de police de Paris n’est pas soumis à l’autorité du directeur général de la police nationale. De la même manière, la Sorbonne n’est pas vraiment chez elle, puisqu’elle abrite, fait unique au monde, les bureaux du rectorat, c’est-à-dire du représentant du gouvernement dans le monde éducatif. C’est, de fait, le recteur qui dirige ses bâtiments, dont il occupe une trop grande partie, alors qu’il n’enseigne pas et que nous manquons d’espace. Le grand amphithéâtre accueille de curieux locataires, qui payent pour y organiser leurs réunions de prestige, leurs défilés de mode et leurs opérations mercantiles, au lieu d’être dévolu à l’enseignement. Les laboratoires de la Sorbonne doivent louer aux services du recteur des salles de colloque ! Les collègues étrangers n’y comprennent rien. Nous non plus.
  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-2-interventions-policieres-apres-manifestation-du-17-decembre-1764461.html []

Dans le Canard: une élection problématique de professeur à Paris-IV

Citation

Le Canard enchaîné a publié, dans son édition du 20 juin 2018, un commentaire acidulé sur une élection contestée de professeur à Paris-IV (Sorbonne Université). Dans cette élection, c’est la relative compétence des candidats (4 hommes retenus à l’audition, dont un maître de conférences habilité,  sur 7 dossiers reçus), qui est discuté, comme les éventuels conflits d’intérêt posés par la composition du comité de sélection. Nous en retranscrivons le texte ici Nous postons ci-dessous un cliché de l’article et reprenons les éléments du Wiki Suivi des recrutements en histoire de l’Association français d’histoire économique.

Drôle de sélection à la Sorbonne

Tandis que les grandes universités occidentales se battent (façon mercato) pour attirer les enseignants le plus réputés, Sorbonne Université (Paris-IV alliée à Paris-VI) vient, à l’inverse, de s’attirer de sérieux soupçons de favoritisme.

Souhaitant recruter un historien de l’économie au – prestigieux – poste de professeur, la fac parisienne a choisi le candidat le moins diplômé et le moins coté dans le domaine de la recherche ! Sidérés, deux enseignants ont écrit, le 1e mai, pour comparer, chiffres à l’appui, les mérites des deux « finalistes ».

Continuer la lecture