Solidarité académique par-delà les frontières – Academic Solidarity Across Borders

Au cours de la dernière décennie, nous assistons à une montée, à l’échelle mondiale, de l’autoritarisme et du pouvoir coercitif contre les moyens de subsistance de celles et de ceux qui luttent pour la paix. Nous appelons à soutenir l’action en faveur de la paix transnationale, de l’égalité et de la justice sociale dans le monde universitaire et au-delà. Cette campagne vise à apporter un soutien matériel aux jeunes universitaires en Turquie qui ont été injustement punis par l’État turc pour leurs opinions critiques et ont ainsi perdu leurs moyens de subsistance. Vos dons généreux, déductibles des impôts en Allemagne, aideront la pensée critique à se développer au-delà des frontières.

La photo utilisée dans cette affiche a été prise à l’Université d’Ankara le 10 février 2017, lorsque la police est entrée par la force sur le campus de Cebeci pour empêcher le lancement du communiqué de presse des universitaires licencié·es et de leurs étudiant·es.

Cette campagne, soutenue par la Confédération allemande des syndicats (DGB), vise à garantir les moyens de subsistance et la poursuite des études des étudiant·es diplômé·es et des assistant·es de recherche en Turquie qui ont été persécuté·es pour avoir signé la pétition intitulée « Nous ne serons pas partie prenante de ce crime« . Parmi les 2212 signataires, on compte 734 doctorant·es, assistant·es de recherche et jeunes chercheur·es dont la titularisation a été suspendue. La plupart d’entre elleux sont issu·es de diverses disciplines des sciences sociales et se concentrent sur les problèmes sociaux et historiques de la Turquie contemporaine. La plupart d’entre elleux n’ont pas pu quitter la Turquie en raison des interdictions de voyager et de la confiscation de leurs passeports. Parmi elleux, 160 étudiant·es ont besoin d’une aide financière urgente pour divers problèmes familiaux et de santé.

Pour lire le communiqué complet, en anglais, cliquez ici.

Pour soutenir la campagne par un don, cliquez ici.

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin

Nos collègues d’Amérique latine savent d’expérience les dangers qui menacent à l’heure de dérives autoritaires. Plus de 30 associations, réseaux, groupes de recherche et 170 signataires (Brésil, Colombie, Argentine, Équateur, Mexique…) manifestent leur soutien, en même temps qu’à moi, à tou.te.s les collègues en France «victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement». Merci!
(Eric Fassin)

« Il vaut mieux se plaindre d’une bougie que de vivre dans l’obscurité ». Paris, juin 2018. Photo: Cristina Del Biaggio

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin (professeur à Paris 8 – Vincennes – Saint Denis, chercheur au Laboratoire d’études sur le genre et la sexualité et membre fondateur de l’Internationale du genre).

Une fois de plus, notre collègue Éric Fassin a été menacé de mort. Aujourd’hui, la menace de décapitation vient de Twitter, réseau social sur lequel cet enseignant est très actif. Ses recherches sur les questions raciales, les migrations, la sexualité et le genre en font une cible pour l’anti-intellectualisme des extrémistes politiques ; même quand ils sont peu organisés, ces groupes font beaucoup de bruit. Ils accréditent l’existence d’un complot contre la civilisation qu’ils nomment : « idéologie du genre ».

Éric Fassin est menacé parce qu’il est un intellectuel qui se bat. Il répond aux médias chaque fois qu’il est sollicité et ne craint pas de revendiquer ses engagements politiques en faveur de libertés radicalement démocratiques.

Nous, professeurs.euses et chercheurs.eures brésiliens.ennes et d’Amérique latine, sommes solidaires avec le professeur Éric Fassin, un intellectuel qui a été une présence constante dans les événements universitaires importants qui se sont tenus dans notre pays. Il est partenaire de projets de recherche qui lient le Brésil et la France à la recherche de réponses à des questions qui nous mobilisent toutes et tous, comme celles liées aux droits humains et au droit et à la dignité d’existence de groupes sociaux qui ont été historiquement subalternisés.

Le dialogue est un instrument fondamental de et pour la démocratie. Le dialogue implique de promouvoir des relations symétriques et respectueuses, de savoir écouter et de mobiliser la communication pour la paix dans la recherche de solutions collectives. Les attaques télégraphiques sur les réseaux sociaux, qui peuvent aller jusqu’aux menaces de mort, favorisent la haine et montrent que les extrémistes n’ont pour argument que de réduire au silence radical ceux qu’ils désignent comme leurs adversaires. Malheureusement, ce phénomène politique se révèle d’une ampleur mondiale ; face à cela, nous ne pouvons pas garder le silence. Soyons une résistance au démantèlement de toutes les institutions qui encouragent la libre pensée.

À l’heure où le Brésil, et le monde, traversent une vague conservatrice, extrémiste, antiscientifique et qui nient la domination sexuelle et raciale, il est fondamental que nous nous unissions et luttions pour stopper les reculs dans le domaine des droits sociaux et politiques et pour pouvoir avancer vers un monde plus solidaire et démocratique.

Notre solidarité avec le professeur Éric Fassin s’étend à tou.tes les chercheurs.euses victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement dans des projets citoyens et dans la transformation des institutions autoritaires.

(Liste des signataires et traduction en espagnol et portugais de la déclaration ici)

Confinée libérée. Édition du week-end 11-12-13 avril

Édition du WE. Samedi 11 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

Illustration : fabrication de masque artisanale et solidaire. Photographie par Cécile Rolland.

  • lundi 6 avril 2020Comment (ne pas) payer les précaires confiné·es ?
    Ce n’est ni par une conférence de presse, ni même par un communiqué de presse, mais au détour d’une innocente “foire aux questions” de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) que le ministère a choisi de rendre publique sa décision de ne pas rémunérer les heures d’enseignement des vacataires.

Crédit illustration : photographie prise par Gilles Martinet lors de l’action du collectif des précaires de l’ESR d’Ile-De-France à l’Hôtel de ville de Paris le 11 février 2020.

  • mardi 7 avril 2020Sous-traitance = mal-traitance dans nos facs et labos
    La sous-traitance – en particulier pour les personnels de sécurité, de ménage, d’accueil et de restauration – est de plus en plus importante dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Les conditions de travail de ces travailleurs et travailleuses sont catastrophiques : salaires extrêmement faibles, travail dissimulé, marchandage, sanctions et licenciements abusifs, endettement des salarié·es auprès des entreprises

Image mise en avant : illustration de l’entretien avec Tiziri Kandi intitulé « Hôtel Ibis des Batignolles : une grève emblématique des femmes de chambre », publié par le site Contretemps le 7 janvier 2020.

  • jeudi 9 avril 2020Allô, précaire confiné·e ?
    Pour rompre l’isolement, organiser la solidarité et accroître encore la puissance de nos collectif de lutte, l’assemblée générale nationale des précaires de l’ESR réunie “à distance” le 27 mars à décidé de la mutualisation de deux outils créés par des collectifs locaux : un répondeur et un tumblr.

  • vendredi 10 avril 2020Une caisse de solidarité contre la précarité !Le confinement ayant contribué à aggraver la situation des membres les plus précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), le comité de mobilisation des Facs et Labos en Lutte, en concertation avec des collectifs d’étudiant·es et de précaires, réuni·es en assemblée générale nationale le 27 mars, met en place une caisse de solidarité.