Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis

Des vacataires au bord de la rupture se mettent en grève

Depuis le 23 novembre 2020, les vacataires en sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève illimitée. Ils et elles dénoncent les conditions de précarité dans lesquelles ils et elles travaillent, et demandent qu’un dialogue autour de ces problématiques soit enfin instaurer.

Suite à leur communiqué, les enseignant·e·s–chercheur·e·s du département de sociologie ont décidé de leur apporter tout leur soutien.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/krassycandoit/431229964/in/photolist-E7aDo-FygMU1-FSwYgr-5aFz32-FSxfMc-Fyh6cC-DDxSh-4XZkNf-FW6wuN-FW6As7-FQdxkJ-86bccT-F4937x-uAT4E-FSwTzx-zEVeUA-FW6Kyy-cuMfFJ-4A6PkX-UvM8n7-G1uxFv-eobWYk-2hnvq78-2hnvpRd-2hnsQJB-bcDyP6-2hiaKEL-2iuNHah-2jH33Um-2iuMuvR-4JHoJL-9PCzqB-Ug9s2R-aaNWfM-2ixRswE-4pc3fr-goTXv-5dyhgq-FYovca-F495Hz-FQdMtd-FYopuP-Vm5vaT-F3XpX9-dCW5NK-Fyhq2G-FSxeJk-F48JMn-8QARAC-Fyhrch

Credit: Krassy can do it, 2007

Communiqué des vacataires en sociologie à l’université de Bourgogne au bord de la rupture

Nous, docteur·es et doctorant·es, vacataires et contractuel.le.s au département de sociologie, prenons aujourd’hui la parole pour dire notre colère face aux dysfonctionnements structurels au sein de l’université de Bourgogne, qui nous mettent, nous et nos collègues titulaires, dans des situations ubuesques. Nous tirons la sonnette d’alarme !

L’université de Bourgogne, comme tant d’autres universités en France, recourt aux vacataires et aux contractuel·les pour réaliser des missions pourtant pérennes. Ainsi, en termes d’enseignement, nous vacataires, assurons en moyenne 20 % des enseignements des formations de l’université de Bourgogne. Et au département de sociologie cette proportion grimpe à près de 30%.

Le statut de vacataire est, à l’origine, pensé pour que des spécialistes, qui ne seraient pas enseignant·es-chercheur·ses à l’université, puissent venir effectuer quelques heures de cours dans leur domaine de spécialité. Cependant aujourd’hui ce statut est utilisé pour pallier le manque de postes, puisque sans nous, la continuité des formations ne peut être assurée : en comptant les vacations ainsi que les heures complémentaires imposées aux enseignants titularisés, ce sont en effet 46% des cours qui dépassent le cadre normal des services des enseignant-chercheurs. Nous sommes donc des rouages essentiel du fonctionnement de l’université.

Doctorant·es (bien souvent non financé·es, notamment en Sciences Humaines et Sociales) et docteur·es sans postes, nous sommes payé·es deux fois dans l’année, nous commençons nos cours bien souvent plusieurs semaines (à plusieurs mois !) avant que nos contrats de travail soient effectivement signés. Nous sommes par ailleurs rémunéré·es à l’heure de cours effectuée, ce qui, lorsqu’on prend en compte le temps de préparation des enseignements et le temps de corrections des copies, donne une rémunération en dessous du SMIC horaire1.

Au delà de nos situations personnelles, bien souvent complexes, nous constatons tous les jours les difficultés de nos collègues titulaires, qui tentent de « faire tourner » l’université avec des ressources toujours plus limitées, et en faisant face aux injonctions contradictoires de l’administration, la surcharge de travail qu’induit le nombre croissant d’étudiant·es et les tâches ingrates à laquelle oblige l’indigne sélection mise en place par Parcoursup ! Sans compter, aujourd’hui, les charges administratives qui s’alourdissent tout particulièrement avec la situation sanitaire actuelle. Nous sommes contraint·es d’adapter les modalités d’enseignement, sans matériel et sans moyens supplémentaires, et dans des situations d’incertitudes absolues sur l’évolution de la situation. Nous sommes toutes et tous au maximum de nos services et heures complémentaires et supplémentaires, à tel point que, quand l’un·e ou l’autre doit s’absenter pour quelques raisons que ce soit, nos équipes sont au bord de l’effondrement ! Et nous ne disons rien ici du sens perdu de notre travail : ce sentiment de participer à un vrai service public de l’enseignement supérieur gratuit et ouvert à toutes et tous, systématiquement saboté par les réformes en cours du lycée et de l’ESR !

C’est pour ces raisons, et face au manque de réponse de la part de l’administration, que nous avons pris la difficile décision d’entamer un mouvement de grève illimité à partir du lundi 23 novembre 2020 à 8 h. Ce mouvement prendra fin lorsqu’un dialogue nous sera proposé.

Nos revendications sont les suivantes :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires ;
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire ;
  • Exonération des frais d’inscription pour les doctorant.e.s vacataires;
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’université ;
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne.

Nous avons bien conscience des conséquences difficiles que cette décision va provoquer, autant pour nos étudiant.e.s, que pour le fonctionnement du département de sociologie. Nous ne l’avons pas pris à la légère : elle ne s’est imposée qu’à la suite d’abondantes discussions et de mûres réflexions. Nous en sommes arrivé.es à la conclusion suivante : la défense de nos conditions de travail, c’est aussi la défense de la qualité des formations de l’université de Bourgogne.

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur ce point, voir sur Academia Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?, 31 mai 2019, et Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire, 23 février 2020. []

Motion de la section 19 (sociologie, démographie) du CNU au sujet de la LPPR, votée à l’unanimité

Grenoble, 10 septembre 2020

Les membres du CNU 19, réuni·es pour statuer sur les avancements et les PEDR, constatent une fois de plus, au travers des dossiers examinés, l’engagement professionnel, tant sur le plan de la recherche que de l’enseignement, des collègues relevant de la section, et la difficulté qu’il y a à les hiérarchiser pour leur attribuer des promotions trop peu nombreuses.

Les plus de 200 candidat·es qualifié·es en février dernier, dont une infime minorité peut faire sa rentrée 2020 dans des postes de titulaires, témoignaient déjà de la qualité remarquable des dossiers de nos collègues en recherche de poste. Or, on sait qu’il manque au moins 200 postes en sociologie et démographie pour que nos formations puissent proposer aux étudiant·es un encadrement assuré par des équipes stables qui ne soient pas minées par la précarité et le sous-effectif. Le manque de postes statutaires, mais aussi parfois de locaux est particulièrement cruel en cette rentrée perturbée par le COVID où les moyens devraient être largement augmentés afin de fournir un service public d’enseignement supérieur de qualité et protégeant la santé de ses étudiant·es et personnels. L’annonce par Frédérique Vidal de l’arrivée de 30 000 étudiants supplémentaires d’ici 2022 dans l’ensemble des disciplines sans création de postes statutaires, de même que le passage en force de la LPPR dans ce contexte d’incertitude généralisée nous choquent profondément.

Continuer la lecture

La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble

En passant

« La continuité pédagogique, vraiment ? », Pierre Mercklé, 26 mars 2020

« Dès avant la fermeture des établissements le 16 mars dernier,les enseignant.es ont reçu des consignes pour leur demander d’assurer ce qu’on a appelé la « continuité pédagogique » : il fallait aussi rapidement que possible imaginer et mettre en œuvre des solutions pour continuer d’assurer les cours magistraux et les travaux dirigés, les séminaires et les stages. Face à cette injonction pressante, des solutions ont été très vite expérimentées, dès le début de la semaine dernière. Des solutions très variables, pour ce que j’ai pu en observer dans mon université grenobloise, et dans quelques autres à travers les récits de collègues : certain.es enseignant.es ont pu très rapidement trouver des formes alternatives d’enseignement en utilisant des plateformes collaboratives permettant d’utiliser la vidéo ou l’audio, comme Discord ou Zoom ; d’autres enseignant.es ont enregistré leurs cours dans des fichiers audio ; d’autres enfin, moins habitué.es à utiliser les outils numériques, ont déposé des versions écrites de leurs cours dans les ENT (environnements numériques de travail) de leur établissement. Tout y poussait : la conscience professionnelle, le souhait de maintenir le contact avec les étudiant.es pour éviter les abandons, la crainte de leur faire « manquer » un semestre.

Il m’a pourtant très vite semblé qu’on mettait en quelque sorte la charrue avant les bœufs et qu’on essayait de mettre ainsi en œuvre cette « continuité pédagogique », de façon un peu désordonnée, sans se demander ni si c’était souhaitables, ni si c’était possible et à quelles conditions. Mes interrogations me venaient de mes propres difficultés : comme les autres, je cherchais des solutions, et dans mon cas particulier, j’avais beaucoup de mal à les trouver : comment faire, en effet, pour enseigner les méthodes quantitatives avec R à distance, dans des groupes de TD de plusieurs dizaines d’étudiant.es de deuxième année de licence ou de première année de master de sociologie ? Tout ce que nous avions « en présentiel », était-il possible de le reconstituer à distance : des ordinateurs suffisamment puissants, des logiciels correctement installés, le travail en groupes, l’accompagnement individuel, face aux écrans ?

Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) « Sociologie de l’innovation et recompositions sociales », que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet ».

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/240320/la-continuite-pedagogique-cest-lenseignant-de-demain.

Crédit: Mediapart, 24 mars 2020

Academia vous invite à aller lire l’analyse, passionnante, sur le blog de Pierre Mercklé. Nous n’en publions ici après que les conclusions.

Continuer la lecture

Supprimer le CNU ? Une attaque de plus contre la collégialité et les disciplines universitaires

Par ,Le blog de section sociologie-démographie du CNU, 14 février 2020

Dans une contribution à AOC du 5 février, Christine Musselin, sociologue, se prononce pour la suppression du Conseil National des Universités, en justifiant notamment sa position par le fait qu’une telle mesure « n’est pas néo-libérale ». Argumentation sociologique ou posture managériale ?
Réponse de la section 19 (sociologie-démographie) à Christine Musselin.

Dans une contribution à Analyse Opinion Critique du 5 février 2020, Christine Musselin se prononce pour la suppression du Conseil National des Universités, en justifiant notamment sa position par le fait qu’une telle mesure « n’est pas néo-libérale ». Cette tribune interroge d’autant plus que l’autrice la signe depuis sa position de sociologue et de directrice de recherche CNRS tout en lui donnant la forme d’une note que l’on pourrait croire sortie d’un cabinet en conseil es modernisation des universités.

Argumentation sociologique ou posture managériale ?

Christine Musselin nous apprend d’abord que « La suppression du CNU n’est pas une mesure néo-libérale » : les rapports préparant la LPPR n’ayant jamais explicitement évoqué la suppression du CNU et sa propre ministre s’en étant défendue le 4 février dernier1 , l’assertion est troublante et provocante. Et ce d’autant qu’elle parait au moment même où se réunissent en session les sections Sociologie-démographie et Sciences politiques desquelles l’autrice relève. Que n’est-elle alors venue débattre des conseils avisés dont elle pourrait faire profiter ses collègues ? Cette visite aurait pourtant pu lui permettre de mieux connaître les missions d’un CNU qu’elle se plait à présenter comme une instance poussiéreuse, incapable d’accompagner la rencontre entre une « offre » et une « demande » d’emplois universitaires.

Une incompréhension des missions et responsabilités du CNU

Car depuis 1945, le CNU n’a cessé de se transformer. S’il qualifie bien des candidat.es aux fonctions de Maître.sses de Conférences et de Professeur.es des Universités et leur ouvre ainsi la possibilité de concourir aux quelques postes ouverts chaque année, il a aussi un rôle de régulation des carrières en décidant de l’attribution des promotions et des congés pour recherche ou conversion thématique. Acteur important de l’encadrement de l’emploi universitaire, le CNU participe également fortement à la structuration de la recherche, en particulier dans un contexte de forte redéfinition des frontières entre disciplines. Cette année encore, en examinant 458 dossiers de qualifications aux fonctions de maître.sses de conférences et 68 dossiers de qualification aux fonctions de professeur.es, la section 19 a contribué à les faire évoluer de manière concertée et collégiale, dans le respect de la pluralité des perspectives méthodologiques et théoriques. Le CNU n’est pas l’organisme bureaucratique figé que Christine Musselin veut faire accroire mais une instance dynamique qui sait s’adapter aux nouveaux enjeux de la recherche, tout en veillant à préserver les fondamentaux disciplinaires sans lesquels l’interdisciplinarité devient une a-disciplinarité. De la même manière, le CNU a aussi su s’adapter à des profils internationaux dont il sait apprécier la qualité puisqu’il vient de qualifier 40 % des candidats au corps des maître.sses de conférence relevant de cette catégorie.

Continuer la lecture

  1. Lors du séminaire d’accompagnement des nouveaux directeurs et directrices d’unité, organisé conjointement par le CNRS et par la Conférence des Présidents d’Université. []

“Misère et décadence des recrutements” dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur “les revers de l’excellence”.

Continuer la lecture

Être candidat.e en sciences sociales à l’IRD 1 – le projet de recherche

Par Pierre Guidi, avec de précieux ajouts de Marc Pilon

Candidater auprès d’institutions de recherche demande de connaître des règles dont certaines sont explicites et d’autres implicites, mais rares sont les institutions qui les exposent publiquement. Ce court texte contient les principaux conseils pour candidater comme chargé de recherche à l’IRD. Ils sont fondés sur mon expérience de candidat en 2015 et 2016, ainsi que sur le suivi (dossiers et auditions blanches) d’une dizaine de dossiers de candidatures depuis mon recrutement en 2016. Ces conseils ne sont évidemment pas exhaustifs et pourront être amendés en fonction des commentaires reçus. Vous trouverez ci-dessous des exemples de projets de personnes récemment recrutées.

Cette année, l’IRD a mis en place une nouvelle procédure. Comme au CNRS, une première sélection des dossiers sera effectuée avant les oraux, qui auront lieu en plénière (auparavant, il n’y avait pas de sélection et les auditions se déroulaient en sous-commissions).

Pensez à regarder attentivement le site https://www.ird.fr/. Il contient de très nombreuses informations sur la politique scientifique, les unités de recherches, les partenariats, l’implantation de l’IRD dans le monde etc.

Le projet IRD est court : quatre pages maximum pour les activités de recherche antérieures et six pages pour le projet de recherche. Il faut donc faire un important effort de concision.

Continuer la lecture

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Continuer la lecture

Femmes et hommes en sociologie : deux sexes, deux corps ?

Mise à jour: 27 mars 2020

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à “Genre et sociologie à l’université”.

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Continuer la lecture

Communiqué de l’AFSP relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

Communiqué de l’AFSP du 12 janvier 2016 relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

L’application Galaxie du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche publiera dans quelques semaines la liste des postes de MCF et de PRU ouverts au recrutement synchronisé de 2016 dans la section 04.

 
Continuer la lecture

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Concours CNRS : quand “sélectionner” devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Continuer la lecture

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont “coloriés” (une thématique précise est conseillée), mais surtout “fléchés” (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Continuer la lecture