Motion de la section 19 (sociologie, démographie) du CNU au sujet de la LPPR, votée à l’unanimité

Grenoble, 10 septembre 2020

Les membres du CNU 19, réuni·es pour statuer sur les avancements et les PEDR, constatent une fois de plus, au travers des dossiers examinés, l’engagement professionnel, tant sur le plan de la recherche que de l’enseignement, des collègues relevant de la section, et la difficulté qu’il y a à les hiérarchiser pour leur attribuer des promotions trop peu nombreuses.

Les plus de 200 candidat·es qualifié·es en février dernier, dont une infime minorité peut faire sa rentrée 2020 dans des postes de titulaires, témoignaient déjà de la qualité remarquable des dossiers de nos collègues en recherche de poste. Or, on sait qu’il manque au moins 200 postes en sociologie et démographie pour que nos formations puissent proposer aux étudiant·es un encadrement assuré par des équipes stables qui ne soient pas minées par la précarité et le sous-effectif. Le manque de postes statutaires, mais aussi parfois de locaux est particulièrement cruel en cette rentrée perturbée par le COVID où les moyens devraient être largement augmentés afin de fournir un service public d’enseignement supérieur de qualité et protégeant la santé de ses étudiant·es et personnels. L’annonce par Frédérique Vidal de l’arrivée de 30 000 étudiants supplémentaires d’ici 2022 dans l’ensemble des disciplines sans création de postes statutaires, de même que le passage en force de la LPPR dans ce contexte d’incertitude généralisée nous choquent profondément.

Continuer la lecture

La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble

En passant

« La continuité pédagogique, vraiment ? », Pierre Mercklé, 26 mars 2020

« Dès avant la fermeture des établissements le 16 mars dernier,les enseignant.es ont reçu des consignes pour leur demander d’assurer ce qu’on a appelé la « continuité pédagogique » : il fallait aussi rapidement que possible imaginer et mettre en œuvre des solutions pour continuer d’assurer les cours magistraux et les travaux dirigés, les séminaires et les stages. Face à cette injonction pressante, des solutions ont été très vite expérimentées, dès le début de la semaine dernière. Des solutions très variables, pour ce que j’ai pu en observer dans mon université grenobloise, et dans quelques autres à travers les récits de collègues : certain.es enseignant.es ont pu très rapidement trouver des formes alternatives d’enseignement en utilisant des plateformes collaboratives permettant d’utiliser la vidéo ou l’audio, comme Discord ou Zoom ; d’autres enseignant.es ont enregistré leurs cours dans des fichiers audio ; d’autres enfin, moins habitué.es à utiliser les outils numériques, ont déposé des versions écrites de leurs cours dans les ENT (environnements numériques de travail) de leur établissement. Tout y poussait : la conscience professionnelle, le souhait de maintenir le contact avec les étudiant.es pour éviter les abandons, la crainte de leur faire « manquer » un semestre.

Il m’a pourtant très vite semblé qu’on mettait en quelque sorte la charrue avant les bœufs et qu’on essayait de mettre ainsi en œuvre cette « continuité pédagogique », de façon un peu désordonnée, sans se demander ni si c’était souhaitables, ni si c’était possible et à quelles conditions. Mes interrogations me venaient de mes propres difficultés : comme les autres, je cherchais des solutions, et dans mon cas particulier, j’avais beaucoup de mal à les trouver : comment faire, en effet, pour enseigner les méthodes quantitatives avec R à distance, dans des groupes de TD de plusieurs dizaines d’étudiant.es de deuxième année de licence ou de première année de master de sociologie ? Tout ce que nous avions « en présentiel », était-il possible de le reconstituer à distance : des ordinateurs suffisamment puissants, des logiciels correctement installés, le travail en groupes, l’accompagnement individuel, face aux écrans ?

Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) « Sociologie de l’innovation et recompositions sociales », que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet ».

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/240320/la-continuite-pedagogique-cest-lenseignant-de-demain.

Crédit: Mediapart, 24 mars 2020

Academia vous invite à aller lire l’analyse, passionnante, sur le blog de Pierre Mercklé. Nous n’en publions ici après que les conclusions.

Continuer la lecture

Supprimer le CNU ? Une attaque de plus contre la collégialité et les disciplines universitaires

Par ,Le blog de section sociologie-démographie du CNU, 14 février 2020

Dans une contribution à AOC du 5 février, Christine Musselin, sociologue, se prononce pour la suppression du Conseil National des Universités, en justifiant notamment sa position par le fait qu’une telle mesure « n’est pas néo-libérale ». Argumentation sociologique ou posture managériale ?
Réponse de la section 19 (sociologie-démographie) à Christine Musselin.

Dans une contribution à Analyse Opinion Critique du 5 février 2020, Christine Musselin se prononce pour la suppression du Conseil National des Universités, en justifiant notamment sa position par le fait qu’une telle mesure « n’est pas néo-libérale ». Cette tribune interroge d’autant plus que l’autrice la signe depuis sa position de sociologue et de directrice de recherche CNRS tout en lui donnant la forme d’une note que l’on pourrait croire sortie d’un cabinet en conseil es modernisation des universités.

Argumentation sociologique ou posture managériale ?

Christine Musselin nous apprend d’abord que « La suppression du CNU n’est pas une mesure néo-libérale » : les rapports préparant la LPPR n’ayant jamais explicitement évoqué la suppression du CNU et sa propre ministre s’en étant défendue le 4 février dernier1 , l’assertion est troublante et provocante. Et ce d’autant qu’elle parait au moment même où se réunissent en session les sections Sociologie-démographie et Sciences politiques desquelles l’autrice relève. Que n’est-elle alors venue débattre des conseils avisés dont elle pourrait faire profiter ses collègues ? Cette visite aurait pourtant pu lui permettre de mieux connaître les missions d’un CNU qu’elle se plait à présenter comme une instance poussiéreuse, incapable d’accompagner la rencontre entre une « offre » et une « demande » d’emplois universitaires.

Une incompréhension des missions et responsabilités du CNU

Car depuis 1945, le CNU n’a cessé de se transformer. S’il qualifie bien des candidat.es aux fonctions de Maître.sses de Conférences et de Professeur.es des Universités et leur ouvre ainsi la possibilité de concourir aux quelques postes ouverts chaque année, il a aussi un rôle de régulation des carrières en décidant de l’attribution des promotions et des congés pour recherche ou conversion thématique. Acteur important de l’encadrement de l’emploi universitaire, le CNU participe également fortement à la structuration de la recherche, en particulier dans un contexte de forte redéfinition des frontières entre disciplines. Cette année encore, en examinant 458 dossiers de qualifications aux fonctions de maître.sses de conférences et 68 dossiers de qualification aux fonctions de professeur.es, la section 19 a contribué à les faire évoluer de manière concertée et collégiale, dans le respect de la pluralité des perspectives méthodologiques et théoriques. Le CNU n’est pas l’organisme bureaucratique figé que Christine Musselin veut faire accroire mais une instance dynamique qui sait s’adapter aux nouveaux enjeux de la recherche, tout en veillant à préserver les fondamentaux disciplinaires sans lesquels l’interdisciplinarité devient une a-disciplinarité. De la même manière, le CNU a aussi su s’adapter à des profils internationaux dont il sait apprécier la qualité puisqu’il vient de qualifier 40 % des candidats au corps des maître.sses de conférence relevant de cette catégorie.

Continuer la lecture

  1. Lors du séminaire d’accompagnement des nouveaux directeurs et directrices d’unité, organisé conjointement par le CNRS et par la Conférence des Présidents d’Université. []

« Misère et décadence des recrutements » dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur « les revers de l’excellence ».

Continuer la lecture

Être candidat.e en sciences sociales à l’IRD 1 – le projet de recherche

Par Pierre Guidi, avec de précieux ajouts de Marc Pilon

Candidater auprès d’institutions de recherche demande de connaître des règles dont certaines sont explicites et d’autres implicites, mais rares sont les institutions qui les exposent publiquement. Ce court texte contient les principaux conseils pour candidater comme chargé de recherche à l’IRD. Ils sont fondés sur mon expérience de candidat en 2015 et 2016, ainsi que sur le suivi (dossiers et auditions blanches) d’une dizaine de dossiers de candidatures depuis mon recrutement en 2016. Ces conseils ne sont évidemment pas exhaustifs et pourront être amendés en fonction des commentaires reçus. Vous trouverez ci-dessous des exemples de projets de personnes récemment recrutées.

Cette année, l’IRD a mis en place une nouvelle procédure. Comme au CNRS, une première sélection des dossiers sera effectuée avant les oraux, qui auront lieu en plénière (auparavant, il n’y avait pas de sélection et les auditions se déroulaient en sous-commissions).

Pensez à regarder attentivement le site https://www.ird.fr/. Il contient de très nombreuses informations sur la politique scientifique, les unités de recherches, les partenariats, l’implantation de l’IRD dans le monde etc.

Le projet IRD est court : quatre pages maximum pour les activités de recherche antérieures et six pages pour le projet de recherche. Il faut donc faire un important effort de concision.

Continuer la lecture

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Continuer la lecture

Femmes et hommes en sociologie : deux sexes, deux corps ?

Mise à jour: 27 mars 2020

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Continuer la lecture

Communiqué de l’AFSP relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

Communiqué de l’AFSP du 12 janvier 2016 relatif à la campagne synchronisée de recrutement de MCF en science politique

L’application Galaxie du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche publiera dans quelques semaines la liste des postes de MCF et de PRU ouverts au recrutement synchronisé de 2016 dans la section 04.

 
Continuer la lecture

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Continuer la lecture

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont « coloriés » (une thématique précise est conseillée), mais surtout « fléchés » (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Continuer la lecture

Rapport d’activité – CNU 19

cnuLa section 19 (sociologie, démographie) du CNU a publié son rapport d’activité 2014. Il est diffusé largement par l’intermédiaire de nombreuses listes, tout comme l’est en général le rapport d’activité de la section 04 (science politique). Quid des autres sections? J’ai essayé de savoir si la rédaction de ce rapport était une obligation, mais je n’ai rien trouvé en ce sens dans le décret sur le CNU ou sur le portail de la CP-CNU. Pourtant, sur les pages de sections sur le site du CNU, on trouve bien un onglet « rapports d’activité et documents » (voir ici pour la section 22) mais qui est le plus souvent vide. Cela ne contribue pas à donner aux jeunes chercheurs les éléments nécessaires à la compréhension des critères qui président à leur entrée dans les carrières académiques et on ne peut que souhaiter que davantage de sections du CNU se livrent à l’exercice.

Ou même aillent encore plus loin en réunissant et en publiant l’ensemble des informations, qu’il s’agisse de résultats individuels ou de discussions sur les procédures mises en oeuvre, comme le propose la section 34 d’astronomie, astrophysique.

Guide de candidature (officiel) au CNRS – section 36

Après la section 40, la section 36 du Comité national du CNRS prolonge l’effort collectif d’information aux candidat-e-s qui apparaît de plus en plus comme une attente légitime, mais aussi nécessaire dans la conduite des concours. Elle publie un guide pratique à destination des candidat-e-s qui concerne aussi bien le concours CR que DR, et précise ou complète plusieurs points évoqués dans un précédent billet.

télécharger le guide