Les femmes ne sont pas sélectionnées dans la course à la publication en temps de Covid. Un preprint

En passant

Pas de tickets pour les femmes dans la course COVID-19 ? Une étude sur les soumissions de manuscrits et les évaluations dans 2347 revues publiées par Elsevier durant la pandémie

Au cours des derniers mois de la pandémie COVID-19, le taux de soumission aux revues scientifiques a augmenté de façon anormale (par exemple, plus de 90% dans les revues de santé et de médecine Elsevier). Étant donné que la plupart des universitaires ont été obligé∙es de travailler chez elleux, les femmes ont pu voir leur productivité scientifique pénalisée, alors qu’elles assuraient le suivi de l’enseignement des enfants, les soins à leur apporter, et d’autres tâches relevant du care. Pour tester cette hypothèse, nous avons examiné les manuscrits soumis et les activités d’évaluation par les pairs pour toutes les revues Elsevier entre février et mai 2018-2020, y compris des données sur près de 6 millions d’universitaires. Les résultats établissent que les femmes ont soumis proportionnellement moins de manuscrits que les hommes pendant les mois de blocage de COVID-19. Ce déficit a été particulièrement prononcé chez les femmes à un stade plus avancé de leur carrière. La différence selon le genre est moins prononcée pour ce qui touche aux propositions d’évaluation (peer-review), en dehors de la santé et de la médecine, où les femmes étaient également moins enclines à accepter d’évaluer les articles somis. Nos conclusions indiquent que la pandémie a déjà avantagé les hommes de manière cumulative.1

https://www.flickr.com/photos/kecko/24434785490/in/photolist-DedEr1-2jspEiM-envkrH-RGWDXk-RGWE1g-2enoZbu-2enoZgu-5u18Ud-2enoZcS-2e5sv7D-2e5sv8F-2enoZfs-ekYK1J-2e5svae-2hXHx1m-KFX84b-8o7b9j-8LJehm-8WhdVi-pLPGGv-4tshrT-v574A-efoEAE-v58NZ-7HfLAN-2iAYJTH-2iiJSDg-J718f8-jR1PuL-2iwoPKo-2hkKGYn-YkPaeW-SR6sMo-2hkHRns-UZL8gt-2gnWCi9-civqTC-nvxU8N-5xh7AV-9Ax1ex-Zfug2i-ezhCoo-dwmcyj-2AuGsp-2aZScd-FnB4sy-YNxwb-FKQbj4-6MWCeJ-xxTM8j

Parity Church, Thal, Suisse (c) Kecko, 2018

  • Lien : Squazzoni, Flaminio and Bravo, Giangiacomo and Grimaldo, Francisco and Garcıa-Costa, Daniel and Farjam, Mike and Mehmani, Bahar, No Tickets for Women in the COVID-19 Race? A Study on Manuscript Submissions and Reviews in 2347 Elsevier Journals during the Pandemic (October 16, 2020). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3712813
  1. Résumé traduit avec l’aide  www.DeepL.com/Translator (version gratuite). []

1,2 millions de dollars versés par l’Université de Princeton aux femmes en compensation des discriminations liées au genre

Academia est heureuse de vous réveiller avec une bonne nouvelle : une deuxième université prend l’initiative de compenser l’injustice salariale du fait de d’une discrimination sexiste. La précédente initiative datait de 2017 à l’Université de Essex (Royaume-Uni). En France, c’est plus simple, on ne dispose d’aucune donnée, donc on ne peut pas procéder à des rattrapages de salaire.

L’université de Princeton accepte de verser près de 1,2 million de dollars à des professeurs femmes après avoir reconnu les conclusions du gouvernement fédéral : les hommes gagnent plus du seul fait de leur genre

Plus de 100 enseignantes-chercheuses de l’université de Princeton pensaient avoir atteint le sommet de leur profession : un poste de professeure à plein temps dans une université de la Ivy League.

Mais une étude du ministère américain du travail sur les salaires entre 2012 et 2014 a révélé que les femmes étaient moins bien payées que les hommes professeurs à Princeton, avec les mêmes emplois, la même expérience et les mêmes diplômes.

Les responsables de l’université de Princeton ont fait valoir qu’ils ne faisaient pas de discrimination à l’égard des femmes. Ils ont déclaré que les différences de salaire pouvaient s’expliquer par les différences entre les départements, les performances professionnelles et le marché du travail pour les professeurs de haut niveau.

Après des années de contestation des conclusions de l’enquête fédérale sur la discrimination salariale, l’université de Princeton a accepté de verser près de 1,2 million de dollars — dont 925 000 dollars d’arriérés de salaire et au moins 250 000 dollars d’ajustements salariaux futurs — aux professeurs féminins.

Continuer la lecture

Une place à soi

En cette période de rentrée où la question des violences sexistes et sexuelles se posent crûment, comme à l’Université de Lorraine où l’omerta règne, certains établissements, comme l’École normale supérieure de Lyon, organisent des formations de rentrée à desintation des étudiant·es et des enseignant·es  Academia publie un témoignage portant sur le contexte scolaire. Il s’applique parfaitement à l’enseignement supérieur.

http://www.chouyosworld.com/

Madame… on a besoin de votre aide.

Cela a commencé comme ça. Un petit groupe de six filles, à la fin d’un cours. J’ai mon sac prêt pour aller remplir ma bouteille d’eau et chercher un café, dans les dix minutes de récréation qu’il reste. Je leur dis avec un sourire que, s’il s’agit d’astuces pour leur devoir de physique-chimie, c’est pas gagné mais que je ferai mon maximum. Elles sourient. Trois autres filles, déjà parties dans le couloir, reviennent dans la salle.

L’une d’elle regarde ses camarades et commence à m’expliquer en choisissant bien ses mots. Depuis plusieurs semaines, certaines d’entre elles subissent des « remarques ». Des « moqueries ». Des « blagues ». J’écoute, hoche la tête. Vous avez vu comme cela va vite ? Elles ont 14 ans au mieux et elles ont déjà si bien intégré comment, dans le langage, édulcorer la réalité. Car ceux qui ont subi « blagues », « moqueries » et « remarques » savent de quelle réalité ces mots sont lourds.

Mais l’élève porte-parole tourne autour du pot : je lui dit que j’ai besoin d’exemples concrets pour comprendre ce dont il s’agit, ce qui se joue ici, et surtout clarifier ce qu’elles ne savent pas ou n’osent pas, plutôt, nommer. Elles dansent d’un pied sur l’autre, hésitent, l’une d’entre elles réajuste son sac sur l’épaule et se tournant vers la porte esquisse un « Nan mais c’est rien Madame, et puis vous n’avez pas le temps ».

Je pose mon sac et ma bouteille.

Je pose mes clefs de salle.

Je pose ma voix.

J’ai tout mon temps. Et vous aussi.

Continuer la lecture

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

La science politique à l’INRAE, c’est un métier d’homme

Sur le wiki de l’ASES, on trouve décidemment des choses intéressantes.

Postes en sociologie ou science politique à l’INRAE (fusion de l’INRA et de l’IRSTEA)

Poste 2 : N° POSTE CRCN20-ECOSOCIO-4
– Profil « Chargé-e de recherche en science politique »
– Mots clés du poste : https://jobs.inrae.fr/concours/concours-charges-recherche-classe-normale-h/f/crcn20-ecosocio-4
– Localisation : Bordeaux (Cestas)
– composition du comité de sélection : https://jobs.inrae.fr/sites/jobs/files/decision_de_composition_crcn-adb_0.pdf
– date d’examen des dossiers : fin avril 2020
– date d’audition : 11-12 juin 2020

– liste des candidat.es auditionnées (liste commune à l’ensemble des postes du concours n°13, qui inclut également deux postes en économie non indiqués ci-dessus)

Mme BOURBLANC Magalie
Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
M. CHEMO DZUKOU Kevin, Randy
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme CORNILLEAU Lise, Laure
M. FALLUCCHI Francesco
Mme GAUDEUL Alexia
M. KOTRAS Baptiste, Paul
Mme LAMANI Viola
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. LUNEAU Aymeric, Claude, Noël
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Résultat:
# ADMIS SUR LISTE PRINCIPALE:

M. KOTRAS Baptiste, Paul
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel

# LISTE COMPLEMENTAIRE:

Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme GAUDEUL Alexia
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Ainsi, l’INRAE auditionne 15 candidat·es, soit 11 candidats et 6 candidates. Au final les femmes se retrouvent sur la liste complémentaire, aucune en liste principale.

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Dans le cadre de la journée de lutte du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’est tenu sur le campus d’Orsay un atelier sur les inégalités Femmes/Hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Un des objectifs était d’interpeller la présidente de l’Université Paris Saclay et le Président du CNRS qui, tout à la fois, prétendent agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes et soutiennent la LPPR que la ministre remet à nouveau à l’agenda. La pandémie du COVID-19 et le confinement ont interrompu la rédaction de cette adresse. En voici le texte repris et actualisé.

  • par Atelier inégalités Femmes/Hommes du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la LPPR

Orsay, juin 2020

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Adresse à Sylvie Retailleau (Présidente de l’Université Paris Saclay) et Antoine Petit (Président directeur général du CNRS)

Les deux mois de confinement dus à la pandémie du COVID-19 ont vu l’exacerbation brutale des discriminations, et violences envers les femmes. Concernant l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), des éditeurs, des associations et des tribunes ont alerté sur la dégradation spécifique des conditions de travail des femmes scientifiques et ses prévisibles conséquences négatives sur leur avenir et leurs carrières, notamment pour les plus jeunes et les plus précaires. Cette crise démontre – s’il en était encore besoin – combien les choix politiques qui ont prévalu jusqu’ici dans l’ESR, et qui seront aggravés par la loi de programmation de la recherche (LPPR) que la ministre Frédérique Vidal compte présenter au parlement en juillet, loin d’être une réponse à ces inégalités, en sont une des causes principales.

Comment pouvez-vous prétendre agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes en défendant le système actuel de l’ESR et en soutenant son aggravation via la LPPR ?

Les violences sexistes, sexuelles et morales, au premier rang des inégalités et discriminations subies par les femmes.

Si elles ont dramatiquement explosé dans le cadre familial durant le confinement, elles sont une réalité à laquelle les femmes ont trop souvent à faire face également dans l’ESR. Une étude menée dans 159 pays sur plus de 30000 scientifiques révèle que les femmes sont 14,4 fois plus victimes de harcèlement sexuel au travail que les hommes1. Or, il est avéré que les trois facteurs les plus corrélés à ces violences sont (outre le genre) : travailler dans un univers à dominante masculine, être jeune, et avoir un emploi précaire2. Ainsi, en renforçant les rapports hiérarchiques par la généralisation des contrats précaires et le recul des postes permanents (contrats court terme, CDI de chantier, tenure tracks…), la LPPR augmenterait les risques de harcèlement sur les personnels précaires, et donc en particulier les femmes. Continuer la lecture

  1. Cf Gender Gap in Science – A Global Approach to the Gender Gap in Mathematical, Computing and Natural Sciences – How to Measure it, How to Reduce it (janvier 2020) []
  2. Le Défenseur des Droits, « Enquête sur le harcèlement sexuel au travail«  []

La LPPR et les femmes : une priorité majeure ?

  • par Une femme1.

« On a beau le savoir, on a beau vous connaître,
on a beau l’avoir pris des dizaines de fois
votre gros pouvoir en travers de la gueule,
ça fait toujours aussi mal. »

Virginie Despentes, Libération daté du 1er mars 2020

« 4.5.1 impacts sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. En effet les Françaises ont en moyenne leur deuxième enfant vers 31 ans et les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ont leur premier enfant en moyenne à 29,6 ans. Les recrutements dans le corps des maîtres de conférences se font en moyenne à 34 ans, soit un âge auquel les besoins éducatifs des enfants sont encore particulièrement importants.

Le dispositif prévoit à cet égard que le contrat de pré-titularisation peut être prolongé dans la limite de la durée des congés pour maternité ou adoption et des congés de paternité et d’accueil de l’enfant. »

Étude d’impact
du Projet de loi de programmation pluriannuelle
de la recherche pour les années 2021 à 2030, p. 46

À un moment, un Jean-Christophe ou un Damien quelconque, une Stéphanie peut-être, a reçu un appel de son n+quelque chose : « Il faut tout de suite rédiger un paragraphe pour dire que la LPPR, c’est bien pour les femmes, même plus : c’est mieux, pour les femmes. Tu sais, comme pour les retraites, vas-y, je compte sur toi ! » Alors Jean-Christophe s’est exécuté mais il devait avoir d’autres choses plus marrantes à faire donc il a été un peu vite, un truc bref qui claque avec des stats – c’est bon les chiffres, Jean-Chri – à midi c’est torché, envoyé avant le déj et hop, on passe à un truc vraiment intéressant.

Soit, ça s’est passé comme ça, soit. Disons que ça s’est passé comme ça, c’est préférable pour tout le monde.

 « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. »

« Plus tôt » que quand, que quoi, que qui, Jean-Chri ? Au-delà du fait qu’asséner des phrases non argumentées contredit la volonté de rationalité accrue affirmée par la ministre dans sa lettre du 15 mars 20192 il faudrait préciser. La réduction du temps entre la soutenance et l’embauche dans l’ESR n’est pas synonyme de dispositif favorable aux femmes. Le nombre d’étudiantes est supérieur à celui des étudiants mais la proportion de femmes dégringole dès la thèse et l’écart va se creusant à mesure qu’on grimpe les échelons hiérarchiques3.

Pour augmenter le nombre de femmes à l’embauche, avant de regarder leur utérus, il faudrait s’assurer qu’elles puissent équitablement atteindre le diplôme requis. Si elles sont moins nombreuses au départ, peu importe qu’elles attendent moins longtemps pour entrer dans une carrière (où elles seront moins reconnues), elles seront logiquement moins nombreuses que les hommes à intégrer l’ESR.

Tôt ou tard, il faudra les embaucher à parts égales avec les hommes. Idem pour les salaires.

Enfin, au risque de paraître excessivement susceptible, moi qui suis femme, je ne demande pas qu’un dispositif me soit « favorable ». « Juste » me conviendra parfaitement. Ce n’est pas une « faveur » de lutter contre les inégalités, c’est la base. Et pour établir la parité, il faut recruter autant d’hommes que de femmes. Simple, basique.

Or l’ESR manque déjà de mixité et de diversité et en manquera davantage dans l’avenir grâce à ses nombreux dispositifs récents : « Bienvenue en France », « Parcoursup » et la « Loi Recherche » étant les plus évidents freins à la richesse du débat par la diversité des participant.e.s et à l’égalité des chances entre tous et toutes.

Je corrigerai donc, s’agissant des femmes, par ceci : « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer dans les métiers de la recherche dans les mêmes proportions qu’en premier cycle est favorable à la recherche ».

Et il n’y a aucune raison logique pour que cela signale une ambition démesurée.

Continuer la lecture

  1. dans le civil, Camille Noûs []
  2. Vidal Frédérique, Lettre de la Ministre aux acteurs de la recherche, consulté le 14 juin 2020. []
  3. MESRI, Vers l’égalité femmes-hommes, chiffres-clés 2020, p.14, consulté le 14 juin 2020. []

Falsifier la démocratie : l’étude d’impact de la LPPR

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #31
← Article précédent

L’étude d’impact du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030 a donc été divulguée jeudi 11 juin. 187 pages de texte, que les membres du CNESER – devant lequel le projet était présenté le lendemain, vendredi après-midi – étaient censés avoir lues, soupesées et critiquées en quelques heures à peine.

Julien Gossa en a déjà proposé une lecture serrée, à la fois sur Twitter et sur son blog, qui met désormais en regard le projet de loi et l’étude d’impact  Il faut saluer son courage, tant l’analyse de ce document suppose un travail de titan. C’est bien simple, en effet : à chaque phrase de chacune de ces 187 pages de néoparler, il y aurait à redire. Les efforts conjugués de toute la rédaction d’Academia n’y suffiraient pas pour remettre à l’endroit le sens renversé des mots et le contenu inversé des démonstrations qui y sont à l’oeuvre.

Détournement de l’étude d’impact

Nous ne sommes pas sûr·es, cependant, que la communauté de l’ESR ait tout à fait pris conscience de la gravité de ce que le ministère vient d’accomplir avec cette étude d’impact. Une étude d’impact — qui est une obligation d’origine constitutionnelle depuis 2008 — n’est pas un dossier de presse vantant les mérites d’une réforme : falsifier une étude d’impact, que ce soit avec des manipulations de chiffres ou des biais argumentaires, comme Julien Gossa a pu en identifier un certain nombre, c’est falsifier tout le processus démocratique d’adoption d’une loi.

Comme le rappelle le très officiel Guide de légistique du Conseil d’État et du Secrétariat général du gouvernement, en effet, l’étude d’impact

« s’attache a fournir une évaluation préalable de la réforme envisagée, aussi complète, objective et factuelle que possible », « destinée a éclairer les choix possibles, en apportant au Gouvernement et au Parlement les éléments d’appréciation pertinents » (p. 14). Elle « ne doit être ni un exercice formel de justification a posteriori d’une solution prédéterminée, ni une appréciation technocratique de l’opportunité d’une réforme qui viendrait se substituer a la décision politique ».

Une étude d’impact, autrement dit, ce n’est pas un discours de propagande : si elle est biaisée, c’est tout le processus de discussion de la loi qui se trouve détourné. Et c’est cela que le ministère vient de faire.

Avec l’étude d’impact du projet de LPPR, nous voilà tout simplement revenu.e.s six mois en arrière, au moment du désastreux épisode de l’avis du Conseil d’État sur la réforme des retraites. Souvenons-nous que dans cet avis des 16 et 23 janvier 2020, le Conseil d’État avait dénoncé, dans des termes d’une rare vigueur chez lui, les documents de l’étude d’impact, rappelant qu’ils ne répondaient pas « aux exigences générales d’objectivité et de sincérité des travaux procédant à leur élaboration » (p. 1). Rappelons aussi, au passage, que dans ce même avis, le Conseil d’État s’inquiétait des délais très restreints dans lesquels les consultations obligatoires avaient été faites, signalant avec euphémisme que

« si la brièveté des délais impartis peut être sans incidence sur les avis recueillis lorsqu’ils portent sur un nombre limité de dispositions, il n’en va pas de même lorsque la consultation porte sur l’ensemble du projet de loi, tout particulièrement lorsque le projet de loi, comme c’est le cas en l’espèce, vise à réaliser une réforme de grande ampleur » (p. 2).

De ce point de vue, la LPPR présente donc un air de déjà-vu, en forme de confirmation des pires pratiques de fabrication de la loi.

La réduction des inégalités femmes-hommes selon l’étude d’impact

Un seul paragraphe concerne un objet majeur des politiques de recherche aujourd’hui: l’égalité hommes-femmes

LPPR – étude d’impact, page 46

Rions un peu : nous savons que le MESRI traîne déjà la patte à établir des données correctes sur les inégalités entre les femmes et les hommes, les inégalités salariales, de promotion, d’écarts de rémunération à la retraite, d’inégal accès aux financements de la recherche et aux responsabilités de l’ESR. Dans un accès de bêtise crasse, le Ministère réduit donc celles-ci aux différences de capacités reproductives et de nourrissage ; bien pire, il concocte une politique à l’endroit des seules femmes, en aggravant leur précarisation en début de carrière1. Academia lui tire son chapeau.

Pour une autre analyse de ce paragraphe, voir
La LPPR et les femmes : une priorité majeure ?, 17 juin 2020

https://www.flickr.com/photos/mariano-mantel/27022308764/in/photolist-HaSoXf-5u2UKm-716Gg6-cp89xG-8kh1AG-f28cUg-dwzfEc-52yDr9-tjBno-TPoysM-59Zwie-3MV8WA-6skiXG-pi6Jfg-5csvZ-cFUjNh-5ezEMu-dhUdF-9kqRG-t6uhab-6EyzS-9rXFhL-a92DbQ-jBp8XM-dGtCNC-d2yL7N-jUomZ-eRbG7-aVktw-caLE2o-33wJ7f-8m5qPP-2dASo-4xAkC6-pYxhX8-7NH9DA-9d21EE-jtY63-59QYg-9d1Unm-Gr6qEC-jFtRi-LfiKC-cDmYEf-jUoBu-FF9fJC-WYyQs-BQobTW-4eKm39-rnzgD

Chicago Harbor Lighthouse, by Mariano Mantel, 2016

Ce que nous apprend l’étude d’impact : l’exemple des tenure tracks

Que l’étude d’impact soit un vaste tissu de mensonges et d’omissions, c’est une chose, et il faut en prendre acte tout en le dénonçant. Mais cela ne signifie pas, pour autant, que l’on n’apprend rien à sa lecture, et c’est à ce travail qu’il faut s’atteler pour préparer le débat parlementaire à venir. Prenons un seul exemple, à ce stade — en attendant que nous nous organisions collectivement pour produire enfin un contre-discours à la LPPR, qui se traduise lui-même dans un vrai projet législatif. Cet exemple, ce sont les tenure tracks (article 3 du projet de loi).

Début de l’article 3 de la LPPR

Pour mémoire, le mécanisme envisagé est le suivant : une procédure dérogatoire de titularisation dans les corps de directeurs de recherche et de professeurs des universités est créée, qui se traduit par la reconnaissance d’un privilège d’accès à ces corps au bénéfice d’individus ayant d’abord été recrutés par voie contractuelle par un établissement, ce que l’étude d’impact nomme des « pré-recrutements conditionnels dans un cadre contractuel » ou « pré-titularisations ». Le schéma, plus précisément, est le suivant : un établissement (une université, par exemple) recrute par contrat un individu pour une période de trois à six ans, puis se voit reconnaître le droit de procéder à sa titularisation dans le corps des DR ou des PU, l’individu signant alors « un engagement à servir » dont la durée n’est pas précisée. Comme Academia a déjà pu l’expliquer, ce qui est établi ici est bien plus grave encore que les « contrats LRU », qui étaient déjà une ignominie : avec les tenure tracks, en effet, ce n’est pas un mécanisme contractuel qui est établi à côté du statut ; c’est le statut lui-même qui est détricoté, dans une proportion potentiellement très importante, puisqu’un recrutement de DR et PU sur quatre pourra passer par cette voie.

Qu’apprend-on de plus à propos des tenure tracks après lecture de l’étude d’impact ?

Continuer la lecture

  1. Sur les inégalités femmes-hommes, voir aussi l’Adresse à Sylvie Retailleau et Antoine Petit, Inégalités femmes/femmes après la confinement, la LPPR?. []

Archéo-sexisme – ou l’été de tous les dangers pour les apprenties archéologues

En passant

En archéologie, des étudiantes et chercheuses dénoncent le sexisme de la « culture chantier »

Elles témoignent de brimades et d’agressions dans ce milieu, en particulier lors des chantiers de fouille. L’exposition « Archéo-Sexisme » a recueilli leur parole et fait le tour de France des campus.

 

Alors que s’ouvre la période des chantiers de fouilles, maintenus pendant cet été de déconfinement, les « histoires » commencent à circuler de nouveau. Des histoires qui se murmurent dans les couloirs, puis sont rangées dans un tiroir. « On en a toujours à se raconter, entre étudiantes. Sur tel terrain de stage, le chef d’opération met la main dans le pantalon des filles. Sur ce terrain-là, les blagues sexistes fusent… », détaille Béline Pasquini, doctorante en archéologie à l’université Paris-I. La jeune chercheuse passe en revue les témoignages rassemblés pour l’exposition « Archéo-Sexisme », qui, pendant plus d’un an, a fait un tour de France des campus pour alerter sur le sexisme qui règne dans le milieu universitaire de l’archéologie, et qui continuera de tourner dans les universités l’année prochaine.

Jets de gravier dans le décolleté

Dans l’un d’entre eux, une étudiante anonyme confie : « C’était mon premier chantier. Le responsable d’opération est passé derrière moi. Il m’a attrapée par les tresses et a mimé qu’il me prenait par-derrière. Ça l’a beaucoup fait rire. » Une autre évoque les « jets de gravier » dans le décolleté des fouilleuses. Une troisième raconte que son responsable lui a lancé : « Toi, tu passes le balai (…), comme ça, je peux te surveiller et mater tes fesses. »

Ces situations sont loin d’être nouvelles. Pour les trois membres de l’association Archéo-Ethique, qui portent cette exposition, « l’aspect physique et terrain des fouilles archéologiques, qui engage le corps dans des positions souvent inconfortables – les mains dans la terre, les fesses en l’air –, en fait un domaine à risque où, en tant qu’étudiantes, on peut être très exposées », estime Béline Pasquini, la coprésidente.

Séjours en vase clos

Des faits fréquents et même « banalisés » sur de nombreux terrains de stage, pointe une autre membre de l’association, Laura Mary, archéologue à Namur (Belgique) et jeune chercheuse qui étudie les discriminations dans sa discipline.

Lire la suite sur Le Monde

Lien: Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel, 8 mars 2017

À l’université, un homme reste un homme

On trouve énormément de témoignages venant d’enseignantes-chercheuses qui dénoncent les comportements sexistes de collègues qui se trouvent en position de pouvoir vis-à-vis d’elles : elles sont non-titulaires et ils sont titulaires, elles sont doctorantes et ils sont directeurs de thèse ou en comité de suivi, elles sont MCF et ils sont PU. Le genre croise et produit alors de façon consubstantielle d’autres rapports de pouvoir, ce qui rend les phénomènes de domination d’autant plus brutaux et les manifestations de l’asymétrie particulièrement aiguës.

Mais il existe une autre situation, loin d’être inintéressante. C’est lorsque l’enseignante-chercheuse se trouve dans une position de pouvoir vis-à-vis de l’homme qu’elle a en face d’elle, qui se trouve dans une situation plus précaire, moins installée, plus incertaine, etc. Il est doctorant, elle est docteure. Il est ATER, elle est MCF. Il est en début de thèse, elle est en fin de thèse. Et là, c’est éclairant d’observer ce que se « permettent » les hommes dans une situation où l’asymétrie statutaire est en leur défaveur, dans un milieu où écrire « cordialement » plutôt que « respectueusement » à la fin d’un courriel peut vous coûter un poste, dans un milieu où il ne faut pas craindre que les génuflexions finissent par vous mettre à genoux, dans un milieu où « ne pas faire preuve d’obséquiosité » peut vite être compris comme « manquer d’égard » ou « être indélicat ».

L’autrice considère que cet habitus est délétère, elle exècre ce climat qui oblige les plus vulnérables à marcher sur des œufs alors qu’ils sont eux-mêmes malmenés et méprisés quotidiennement, elle ne souscrit pas à ces codes (implicites, bien sûr) qui font que les puissants finissent par prendre goût à la soumission de celles et ceux qui les entourent. Mais elle considère que l’impolitesse, le culot et l’indélicatesse de certains interlocuteurs masculins vis-à-vis desquels elle est pourtant en position de pouvoir en dit long sur les rapports de genre et en particulier sur le travail invisible sans contrepartie qu’on attend et qu’on considère exigible des femmes. Elle n’est pas victime d’un rapport d’exploitation, car elle a les ressources et le pouvoir pour refuser ces requêtes. En revanche, elle se dit que si ces hommes-là se sont comportés ainsi avec une femme relativement « puissante » ou « légitime » vis-à-vis d’eux, alors elle ne préfère pas imaginer la façon dont ils se comporteront un jour avec des étudiantes, doctorantes, collègues, etc. en position de moindre pouvoir.

Voici donc un échantillon ; l’autrice précise que ces sollicitations librement retranscrites proviennent toutes, sans exception, d’hommes, et qu’elle n’a pas retrouvé d’équivalent provenant de femmes dans ses souvenirs (en revanche, elle avait d’autres exemples masculins mais elle a choisi de s’arrêter à trois anecdotes).

  • « Peux-tu relire cet article sur un sujet que tu maîtrises (et moi beaucoup moins, mais j’essaie de me frayer une place dans ce champ, parce que je suis assez opportuniste), sachant que c’est urgent ? Par contre, c’est presque un brouillon que je te donne, même si je ne te préviens pas, tu verras qu’il y a des passages qui sont à peine rédigés. C’est très mauvais et tu vas devoir corriger énormément de choses et me donner énormément de références. Bon, j’ai dit que c’était « urgent » mais je te ferai un retour sur tes retours seulement trois mois après et parce que tu m’as relancé par mail, et je te demanderai alors sans honte de relire la V2. Tu refuseras gentiment, du coup je pillerai la bibliographie de ta thèse et bien sûr je ne te remercierai pas dans l’article finalement publié [soyons honnête, tu es soulagée, car tu ne veux pas voir ton nom associé au mien et surtout pas à un article aussi mauvais]. Par contre, quelques mois plus tard, j’enverrai une proposition en réponse à un appel à contributions de revue pour un dossier que tu codiriges, et là, ne t’inquiète pas, la bibliographie sera constituée pour moitié d’articles à toi, dans un appel du pied particulièrement subtil [pourtant ma proposition va être refusée, pas de chance…] »
  • « Tu es spécialiste du sujet Y, et je m’y suis mis il y a peu de temps moi aussi parce que c’est assez bankable et à la mode. J’organise un séminaire dans lequel j’invite un peu n’importe qui. Tu as beau être dans mon laboratoire et même dans mon axe, je ne t’ai jamais invitée [et ça t’arrange en réalité parce que j’y défends une conception de Y que tu considères théoriquement et politiquement très problématique, pour ne pas dire catastrophique]. Par contre je vais t’écrire pour te demander les coordonnées personnelles de cette chercheuse star sur le sujet, qui m’évite et ne répond pas à mes mails sur son adresse institutionnelle, alors que je cherche à l’inviter depuis des mois. Comme elle était dans ton jury de thèse, je me dis qu’il y a moyen que tu aies son adresse mail perso … [mais tu vas prétendre naïvement ne pas avoir d’autre adresse que son mail universitaire parce que tu considères que tu n’es pas un pigeon…voyageur]. »
  • « Je monte un dos

    La New Home [machine à coudre] : médaille d’or, Paris 1889 : [affiche] / [non identifié] sur Gallica 

    sier de demande de financement auprès d’un organisme pour lequel tu as déjà obtenu des aides. Je te demande des conseils. Enfin… des conseils… je te demande de m’envoyer tous tes documents, j’insiste pour que tu rejoignes le projet (dans lequel tu ne trouves aucun intérêt scientifique) pour que tu participes à l’élaboration du dossier (donc que tu travailles pour moi), et je ne suis pas foutu de faire une simple recherche Google pour trouver des coordonnées alors je te sollicite pour le moindre contact. Et dans un énième mail qui sera le dernier parce que vraiment tu en as marre, j’ai quand même le culot de commencer ma demande par : « Désolé de quémander tes conseils de mandarin(E???) une fois encore… ». Quand tu me répondras que le terme « mandarin(e) » est déplacé parce qu’il sous-entend des formes d’abus de pouvoir, je rétropédalerai piteusement en disant que « il s’agit d’une erreur de formulation ; je voulais dire que je m’adresse à toi en tant qu’exemple »… allez, ce n’est pas comme si les mots étaient mon matériau de travail [si !]… et puis j’ai quand même sorti l’italique, alors sois sympa stp… »

Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

La pandémie et la femme universitaire

Après l’article de la Confinée libérée du samedi 28 mars 2020 – Quand le confinement accroît les inégalités de genre -Nature fait paraître une réflexion proche d’Alessandra Minello, que nous introduisons ici dans sa version originale en langue anglaise.

The pandemic and the female academic

« I’m curious what lockdown will reveal about the ‘maternal wall’ that can block faculty advancement ».

Humour is one way for women in academia to face the pandemic’s consequences for their work and family lives. Last month, a viral Twitter post read, “The next person who tweets about how productive Isaac Newton was while working from home gets my three year old posted to them!”

Pour lire la suite :  https://www.nature.com/articles/d41586-020-01135-9

June Daziel Almeida & Daniel Tyrrell 1967 – The Morphology of Three Previously Uncharacterized Human Respiratory Viruses that Grow in Organisms – Remerciements à @366Portraits

Confinée libérée. Édition du week-end 4-5 avril 2020

Édition du WE. Samedi 4 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

 

  • vendredi 27 mars 2020Pour le service public de la recherche, non à l’ANR !
    Quel est le sens d’une recherche publique assignée à rechercher… des financements ? Nous voulons des financements pérennes pour assurer à tou·tes de bonnes conditions de travail, d’étude et de vie, pas des postes précaires et des projets ANR !

  • samedi 28 mars 2020 Quand le confinement accroît les inégalités de genre
    Le confinement creuse (encore) les inégalités de genre dans les carrières des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses. En continuant le travail de mobilisation, même en temps de confinement, nous refusons ces logiques et nous nous tenons prêt·es pour la suite.

  • lundi 30 mars 2020 – Confiné·es et exilé·es : l’inquiétude des étudiant·es étrangèr·es face au COVID-19
    Plus de 300 000 étudiant·es étrangèr·es sont venu·es étudier dans une université française cette année. Si le confinement a approfondi et révélé de nombreuses inégalités dans la société française, celles-ci sont d’autant plus flagrantes dans le cas des étudiant·es étrangèr·es, qui vivent déjà d’ordinaire dans une grande précarité économique et juridique. Force est de constater que l’épidémie de COVID-19 et les règles du confinement mises en place durant ces deux dernières semaines ont provoqué un durcissement accru des conditions de vie des étudiant·es étrangèr·es.

Continuer la lecture

#8mars J-2 — Le temps de travail des maîtresses de conférences

Études, analyses, témoignages établissent régulièrement, depuis longtemps, le sexisme à l’endroit des personnels féminins dans l’enseignement supérieur et la recherche. Plafonds de verre, salaire différents à statuts équivalents, retards de carrière, qui pèsent à leur tour sur les retraite, sont connus, mais ne sont pas devenus une prioirité nationale, en dépit de l’urgence qu’il y a à traiter, par l’exemple, l’inégalité sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les réformes en cours, imposées par le MESRI et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis dix ans, non seulement ne proposent aucune solution aux inégalités de revenus, mais font peser sur les femmes des conditions de travail de plus en plus difficiles, qui confinent désormais à de la maltraitance.

Nous republions ici deux textes, en prélude à la manifestation de demain.

  1. «Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences», entretien avec Sophie Devineau, mars 2020
  2. Une tribune de Pérola Milman, directrice de recherches au CNRS, parue dans Libération du 6 mars 2020

Continuer la lecture