Les biais sexistes lors de concours de recrutement. Une création Sorbonne Université/ Théâtre de la Ville

En France, les femmes restent minoritaires dans les corps les plus élevés de la recherche et de l’enseignement supérieur. Lors des jurys de sélection, quels sont les biais implicites et stéréotypes de genre qui se mettent en place lors du choix entre un candidat et une candidate ?

Dans le cadre d’un partenariat entre les deux institutions, le Théâtre de la Ville – Paris et Sorbonne Université ont réalisé un court-métrage mettant en lumière les biais de discrimination de genre à l’université, en particulier lors du recrutement des personnels d’enseignement et de recherche dans les filières scientifiques.

Academia vous prévient: les échanges dans la vidéo sont à la fois terriblement familiers et terriblement caricaturaux. L’inégalité genrée dans les universités françaises se s’hérite pa : elle se fabrique. Les comités de sélection en sont un outil puissant. Nous Regarder, en 2022, un comité de sélection de l’intérieur, c’est certainement intéressant ; écouter les remarques sexistes de recruteurs, terrifiant. Mais cela ne consiste en rien une découverte Comment est-il possible qu’après des années d’alerte sur les recrutements sexistes, nous en soyons encore là, à nous satisfaire d’une formation en ligne correctement faite ? Comment est-il possible qu’il n’y ait toujours aucune réflexion sur les sanctions ou les dispositifs exigeant le recrutement de femmes à parité ?

Bon visionnage ! Et surtout ACTION !

La politique de la citation

  • Kecia Ali, professeure religion à Boston University.  Publié sur GenderAvengers, 31 mai 2019. Traduction Ch. Rabier

Ces deux dernières années, j’ai travaillé à la préparation d’un livre sur les politiques de genre des études islamiques à l’université. Les études islamiques représentent un champ de controverses et d’échanges, où se côtoient la philologie, les études aréales, les études religieuses et la théologie. C’est aussi un microcosme où se tiennent des débats plus généraux au sujet de la formation professionnelle, sur la discrimination et sur ce qui constitue la légitimité d’une recherche.

https://unsplash.com/photos/ZslFOaqzERU

Back to School, by Siora Photography, 2019

Les recherches, les unes après les autres, documentent les préjugés, de race ou de genre, dans le monde académique dans toutes les disciplines. Il y des préjugés dans les notations des examens, le recrutement, les invitations à donner des conférences, la présence sur Wikipedia, l’inclusion dans ouvrages collectifs, et, dans ce qui relève du statut professionnel, les citations1 . Je ne suis ni une sociologue, ni une statisticienne, mais personne n’a besoin d’entreprendre une analyse bibliométrique to démontrer ce qui, même avec une réflexion minimale mais honnête, relève de l’évidence  : les préjugés de genre opèrent dans notre champ au quotidien, jusque— et peut-être tout particulièrement — dans ce que Sara Ahmed appelle la politique of citation.

La citation est la monnaie d’échange du monde de la recherche. Les mesures actuelles, sont, au mieux, des indicateurs imprécis d’impact, notamment dans les sciences humaines. Les index de citations sont particulièrement mauvais à donner l’exacte mesure des livres, qui ont de l’importance dans la plupart des études islamiques. Pour autant, bien que je ne souhaite pas encourager la culture de la génuflexion à la métrique toute puissante, un peu de quantification élémentaire peut montrer l’étendue du problème.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Un échange sur Twitter nous incite à expliciter qu’il s’agit ici d’un “effet Matthieu Matilda” (Rossiter, 1993), qui étend à d’autres dimensions professionnelles l’invisibilisation des femmes. Un effet Matilda étendu, en quelque sorte. []

Méderic, co-inventeur de Motchus, décline l’invitation du Figaro

Pour jouer à Motchus (co-conception Denis Beaubiat et Méderic Gasquet-Cyrus), rendez-vous sur MOTCHUS en VO marseillaise.

Enceinte contre le système

Encore une “Baby Battle”

  • par Viviane Pons, openpyviv, 17 janvier 2022

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS est à la pointe sur la question de l’égalité homme / femme. On pourrait espérer qu’il soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas1.

De façon tout à fait fortuite, j’ai découvert l’histoire de plusieurs jeunes femmes ayant réussi le prestigieux concours de chargée de recherche au CNRS alors qu’elles étaient enceintes. J’ai appris qu’il existait une loi spécifique à l’obtention des concours de la fonction publique en étant enceinte. Et surtout, j’ai été choquée par les conditions de prises de poste qu’ont dû subir ces jeunes femmes. Je vous partage ici à la fois mes découvertes, mon indignation et le sens de ce combat dans le milieu de la recherche.

La loi

Vous connaissez sans doute les concours de la fonction publique française avec leurs qualités (égalité de traitement, uniformité du recrutement) et aussi leurs défauts (rigidité tendant parfois à l’absurde). Cette rigidité qui doit garantir l’uniformité et l’égalité théorique a parfois pour conséquences des inégalités très concrètes comme quand les candidats des départements hors métropole doivent passer des épreuves de concours à des heures absurdes pour traiter les mêmes sujets (et au même moment) que ceux du fuseau horaire principal.

On retrouve cette rigidité dans l’ensemble de la fonction publique et en tant qu’agente de cette fonction publique, maîtresse de conférences titulaire (donc sur concours), je m’arrache souvent les cheveux dans des imbroglio administratifs, cherchant à maintenir un cap cohérent et humain dans une mer de bureaucratie.

En effet, les règles nationales qui doivent s’appliquer à tous et toutes ont parfois du mal à prendre en considération tous les cas particuliers que sont les très nombreux agents et agentes du service public. Comment faire par exemple lorsqu’une femme a réussi le fameux concours et qu’elle est enceinte ? Comment peut-elle prendre son poste alors que cela tombe, par exemple, en plein dans son congé maternité ? Eh bien, il se trouve que ce cas particulier précis a été pris en compte. (Oh miracle !)

Voici le texte du Décret n°94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l’Etat et de ses établissements publics

La nomination en qualité de fonctionnaire stagiaire d’une femme qui, ayant satisfait à l’une des procédures de recrutement prévues aux articles 19 et 26 de la loi du 11 janvier 1984 susvisée, se trouve en état de grossesse est reportée, sur la demande de l’intéressée, sans que ce report puisse excéder un an.

Il est donc possible pour une femme enceinte de reporter sa prise de poste si elle le souhaite. Elle n’y est pas obligée. Par exemple, si son accouchement est prévu un peu plus tard, elle peut tout à fait prendre son poste et bénéficier de son congé. Mais cette possibilité de report lui donne une certaine flexibilité bienvenue.

Je n’ai aucune idée du contexte dans lequel cette loi a été écrite. Elle date de 1994, sous le gouvernement de Balladur. J’ai une pensée pour ce ou cette députée ou peut-être assistant-e parlementaire qui a pensé à ajouter cet article, qui s’est rappelé que “être enceinte” était une situation en réalité tout à fait courante et normale et que cela devait être pris en considération dans la loi.

Cependant, bien que je sois moi-même agente du service public, entourée de nombreux autres agents et agentes que ce soit mes collègues universitaires ou mes amis profs, je n’avais jamais entendu parler de cette loi avant cet automne. J’ai l’impression que cette loi est assez méconnue et que de nombreuses agentes n’en ont pas connaissance alors même qu’elles auraient pu en bénéficier. Et j’ai même des indices qui me laissent penser que les institutions elles-mêmes ne la connaissent pas toujours.

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS et qui a mis en place différentes actions pour diminuer les inégalités hommes / femmes et donner aux femmes scientifiques la place qu’elles méritent2, est à la pointe sur cette question. On pourrait penser que le CNRS soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés, non seulement en appliquant la loi mais en soutenant au maximum ses nouvelles agentes. C’est ce que je voudrais en tant que chercheuse. Je ne suis pas moi-même agente permanente du CNRS mais il est une figure incontournable du paysage de la recherche française. C’est pour ça que les témoignages ci-dessous m’ont particulièrement déçue et mise en colère et que j’ai décidé de les partager.

L’histoire de X

X est une chercheuse. Elle a obtenu le concours CNRS il y a quelques années.  À l’époque, elle était postdoc au Canada, déjà maman d’une petite fille et enceinte d’un second enfant. Elle est heureuse, heureuse d’avoir réussi ce concours particulièrement sélectif, heureuse d’avoir une perspective d’avenir stable dans la recherche. Elle est aussi surprise, elle ne s’y attendait pas. Les résultats du concours arrivent à la fin du printemps, la prise de poste en octobre. X doit accoucher en novembre. Elle avait prévu de s’installer dans une nouvelle ville (toujours au Canada) pour profiter de ses 32 semaines de congé maternité fédéral (contre 16 en France). Son compagnon a un poste là bas.

Alors, X demande : est-il possible de repousser sa prise de poste d’un an ?

Encore une fois, X est très heureuse d’avoir obtenu ce poste. Elle est tout à fait prête à s’installer en France avec sa famille, elle a juste besoin d’un peu de temps. On parle ici d’un poste à vie pour faire de la recherche, un an de plus ou de moins, ça ne change pas grand chose.

La réponse du CNRS arrive : non, ce n’est pas possible. Les règles du CNRS autorisent un report de poste jusqu’au 1er février au maximum. X est un peu dépitée. Non seulement la réponse est négative mais il n’y a pas beaucoup de sympathie pour sa situation personnelle. On ne lui propose aucune solution alternative. Au mois de février, elle aura un bébé de quelques mois, on sera en milieu d’année scolaire pour sa fille, son compagnon pourra difficilement quitter son travail. Elle se renseigne : peut-elle être affectée temporairement dans l’unité internationale du CNRS qui se trouve justement là où elle est ? Non. Elle demande si elle peut prendre un congé pour suivi de conjoint ? Peut-être un congé parental ? Ce sont des choses auxquelles elle a le droit. On lui répond “non”, ou alors on ne lui répond pas du tout. Dans ces échanges, elle sent une certaine lassitude de l’institution. Elle a l’impression d’être embêtante , demandeuse. Elle finit par abandonner.

Mallow Baby, above Skunk Creek, Peoria Arizona. Credit: Anne Reeves, 2016

Continuer la lecture

  1. Contrairement aux posts précédents, j’ai décidé d’écrire en français. En effet, cet article concerne de façon plus spécifique la loi française, avec même des subtilités de langage, et les institutions françaises. J’utilise donc ma propre langue pour le rendre plus accessible à la communauté universitaire française. []
  2. NDLR: Nous ne partagons pas cette appréciation. Il y a un écart entre la communication de la direction, la (remarquable) information assurée par la Mission pour la place des femmes au CNRS, non décisionnaire, et les pratiques de gestion de personnel qui dénote un réel sexisme : cf. par ex, sur Academia, Déclassements en série au CNRS, 16 juin 2017: Le CNRS et la parité en temps réel, 23 février 2019; Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars, 8 mars 2019; Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS, 28 avril 2019, sans même parler de la croyance à un darwininsme social sexiste de l’actuel pdg ou des effets délétères de la LPR (La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh, 18 septembre 2020.). []

Le jeu des trois erreurs, par Maude

Tweet de Maude Le Gall, 20 décembre 2021, 7:04

Au Journal officiel

  • Arrêté du 16 décembre 2021 autorisant au titre de l’année 2022 l’ouverture de concours pour le recrutement de chargés de recherche de classe normale à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale

Les missions Égalité-Université des universités répondent à Frédérique Vidal !

Le flot des critiques ne s’arrête plus pour Frédérique Vidal, suite à sa dénonciation d’un prétendu “islamo-gauchisme” dans nos universités. C’est maintenant au tour de la Conférence permanente des chargé·es de mission Égalité-Diversité de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPED) de prendre position en rejetant fermement les accusations de la ministre.

Cette instance, qui regroupe 94 universités, grandes écoles ou COMUE, dénonce d’un même geste, les accusations fausses de la ministre et le terrible manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur et la recherche en France, et en particulier en matière de lutte contre les discriminations et le racisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

Cette instance s’engage, en réponse à la ministre, à ne plus transmettre les différentes actions de l’ESR en faveur de la lutte contre les discriminations et le racisme. Ceci est une réponse ferme à la “défiance” maintenant clairement installée envers la ministre et à des “positions politiques démagogiques et dénuées de fondements”.

Nous relayons donc leur communiqué complet et les tweets par lesquels ils ont publicisé celui-ci.

 

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Le texte ci-dessous est issu d’une communication présentée le vendredi 29 janvier 2021 à la journée « Femmes scientifiques à la Une ! Comment améliorer la représentation des femmes scientifiques dans les médias ? » organisée par Sciences et Médias à la BNF. 

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Quelques éléments de diagnostic quant aux représentations des femmes dans les médias scientifiques, avec une entrée par les produits culturels scientifiques destinés à la jeunesse.

L’enfance et la jeunesse sont en effet des moments cruciaux pour la formation des rapports aux sciences – le goût, l’intérêt, les aspirations… Tous les contenus qu’on fréquente et qu’on consomme à ce moment-là ont un impact fort sur la possibilité ou non de développer goûts et pratiques scientifiques.

Explorer la culture scientifique

La notion de « culture scientifique » permet de décrire l’ensemble des pratiques et objets culturels et de loisir liées aux sciences :

  1. les sorties : visites dans des musées, des centres de culture scientifique, technique et industrielle, des expositions… ;
  2. la lecture : sur papier ou écran (supports de vulgarisation ou médiation ou textes qui évoquent des personnages ou activités scientifiques) ;
  3. l’audiovisuel : émissions, vidéos en ligne… ;
  4. pratique amateur et ludique :  coffrets de chimie ou d’expériences, microscopes, télescopes, robots, maquettes, clubs et associations…

Le constat : minoration, invisibilisation et stéréotypisation des femmes

Lorsqu’on observe de près les contenus de cette culture scientifique jeunesse – on constate qu’elle est conçue à destination des garçons, et non des filles. Grâce aux enquêtes de corpus récentes, on peut identifier trois règles qui régissent la représentation des femmes :

  1. Une règle de minoration des femmes. Tous supports confondus, on y trouve représentés à peu près deux fois plus d’hommes que de femmes
  2. Une invisibilisation des femmes scientifique. L’écart sexué s’accroît pour le statut scientifique : les femmes de sciences sont presque invisibles dans les musées, manuels scolaires, magazines spécialisés, dessins animés…
  3. Une forte stéréotypisation. Lorsqu’elles sont présentes, les figures féminines sont souvent porteuses de stéréotypes. Ce sont des femmes passives, voire considérées comme des objets, et cantonnées aux domaines jugés féminins (la nature, la maternité, le soin de l’autre…).

Quelques exemple dans chaque catégorie pour illustrer ces phénomènes.

Continuer la lecture

Les femmes ne sont pas sélectionnées dans la course à la publication en temps de Covid. Un preprint

En passant

Pas de tickets pour les femmes dans la course COVID-19 ? Une étude sur les soumissions de manuscrits et les évaluations dans 2347 revues publiées par Elsevier durant la pandémie

Au cours des derniers mois de la pandémie COVID-19, le taux de soumission aux revues scientifiques a augmenté de façon anormale (par exemple, plus de 90% dans les revues de santé et de médecine Elsevier). Étant donné que la plupart des universitaires ont été obligé∙es de travailler chez elleux, les femmes ont pu voir leur productivité scientifique pénalisée, alors qu’elles assuraient le suivi de l’enseignement des enfants, les soins à leur apporter, et d’autres tâches relevant du care. Pour tester cette hypothèse, nous avons examiné les manuscrits soumis et les activités d’évaluation par les pairs pour toutes les revues Elsevier entre février et mai 2018-2020, y compris des données sur près de 6 millions d’universitaires. Les résultats établissent que les femmes ont soumis proportionnellement moins de manuscrits que les hommes pendant les mois de blocage de COVID-19. Ce déficit a été particulièrement prononcé chez les femmes à un stade plus avancé de leur carrière. La différence selon le genre est moins prononcée pour ce qui touche aux propositions d’évaluation (peer-review), en dehors de la santé et de la médecine, où les femmes étaient également moins enclines à accepter d’évaluer les articles somis. Nos conclusions indiquent que la pandémie a déjà avantagé les hommes de manière cumulative.1

https://www.flickr.com/photos/kecko/24434785490/in/photolist-DedEr1-2jspEiM-envkrH-RGWDXk-RGWE1g-2enoZbu-2enoZgu-5u18Ud-2enoZcS-2e5sv7D-2e5sv8F-2enoZfs-ekYK1J-2e5svae-2hXHx1m-KFX84b-8o7b9j-8LJehm-8WhdVi-pLPGGv-4tshrT-v574A-efoEAE-v58NZ-7HfLAN-2iAYJTH-2iiJSDg-J718f8-jR1PuL-2iwoPKo-2hkKGYn-YkPaeW-SR6sMo-2hkHRns-UZL8gt-2gnWCi9-civqTC-nvxU8N-5xh7AV-9Ax1ex-Zfug2i-ezhCoo-dwmcyj-2AuGsp-2aZScd-FnB4sy-YNxwb-FKQbj4-6MWCeJ-xxTM8j

Parity Church, Thal, Suisse (c) Kecko, 2018

  • Lien : Squazzoni, Flaminio and Bravo, Giangiacomo and Grimaldo, Francisco and Garcıa-Costa, Daniel and Farjam, Mike and Mehmani, Bahar, No Tickets for Women in the COVID-19 Race? A Study on Manuscript Submissions and Reviews in 2347 Elsevier Journals during the Pandemic (October 16, 2020). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3712813
  1. Résumé traduit avec l’aide  www.DeepL.com/Translator (version gratuite). []

1,2 millions de dollars versés par l’Université de Princeton aux femmes en compensation des discriminations liées au genre

Academia est heureuse de vous réveiller avec une bonne nouvelle : une deuxième université prend l’initiative de compenser l’injustice salariale du fait de d’une discrimination sexiste. La précédente initiative datait de 2017 à l’Université de Essex (Royaume-Uni). En France, c’est plus simple, on ne dispose d’aucune donnée, donc on ne peut pas procéder à des rattrapages de salaire.

L’université de Princeton accepte de verser près de 1,2 million de dollars à des professeurs femmes après avoir reconnu les conclusions du gouvernement fédéral : les hommes gagnent plus du seul fait de leur genre

Plus de 100 enseignantes-chercheuses de l’université de Princeton pensaient avoir atteint le sommet de leur profession : un poste de professeure à plein temps dans une université de la Ivy League.

Mais une étude du ministère américain du travail sur les salaires entre 2012 et 2014 a révélé que les femmes étaient moins bien payées que les hommes professeurs à Princeton, avec les mêmes emplois, la même expérience et les mêmes diplômes.

Les responsables de l’université de Princeton ont fait valoir qu’ils ne faisaient pas de discrimination à l’égard des femmes. Ils ont déclaré que les différences de salaire pouvaient s’expliquer par les différences entre les départements, les performances professionnelles et le marché du travail pour les professeurs de haut niveau.

Après des années de contestation des conclusions de l’enquête fédérale sur la discrimination salariale, l’université de Princeton a accepté de verser près de 1,2 million de dollars — dont 925 000 dollars d’arriérés de salaire et au moins 250 000 dollars d’ajustements salariaux futurs — aux professeurs féminins.

Continuer la lecture

Une place à soi

En cette période de rentrée où la question des violences sexistes et sexuelles se posent crûment, comme à l’Université de Lorraine où l’omerta règne, certains établissements, comme l’École normale supérieure de Lyon, organisent des formations de rentrée à desintation des étudiant·es et des enseignant·es  Academia publie un témoignage portant sur le contexte scolaire. Il s’applique parfaitement à l’enseignement supérieur.

http://www.chouyosworld.com/

Madame… on a besoin de votre aide.

Cela a commencé comme ça. Un petit groupe de six filles, à la fin d’un cours. J’ai mon sac prêt pour aller remplir ma bouteille d’eau et chercher un café, dans les dix minutes de récréation qu’il reste. Je leur dis avec un sourire que, s’il s’agit d’astuces pour leur devoir de physique-chimie, c’est pas gagné mais que je ferai mon maximum. Elles sourient. Trois autres filles, déjà parties dans le couloir, reviennent dans la salle.

L’une d’elle regarde ses camarades et commence à m’expliquer en choisissant bien ses mots. Depuis plusieurs semaines, certaines d’entre elles subissent des « remarques ». Des « moqueries ». Des « blagues ». J’écoute, hoche la tête. Vous avez vu comme cela va vite ? Elles ont 14 ans au mieux et elles ont déjà si bien intégré comment, dans le langage, édulcorer la réalité. Car ceux qui ont subi « blagues », « moqueries » et « remarques » savent de quelle réalité ces mots sont lourds.

Mais l’élève porte-parole tourne autour du pot : je lui dit que j’ai besoin d’exemples concrets pour comprendre ce dont il s’agit, ce qui se joue ici, et surtout clarifier ce qu’elles ne savent pas ou n’osent pas, plutôt, nommer. Elles dansent d’un pied sur l’autre, hésitent, l’une d’entre elles réajuste son sac sur l’épaule et se tournant vers la porte esquisse un « Nan mais c’est rien Madame, et puis vous n’avez pas le temps ».

Je pose mon sac et ma bouteille.

Je pose mes clefs de salle.

Je pose ma voix.

J’ai tout mon temps. Et vous aussi.

Continuer la lecture

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

La science politique à l’INRAE, c’est un métier d’homme

Sur le wiki de l’ASES, on trouve décidemment des choses intéressantes.

Postes en sociologie ou science politique à l’INRAE (fusion de l’INRA et de l’IRSTEA)

Poste 2 : N° POSTE CRCN20-ECOSOCIO-4
– Profil “Chargé-e de recherche en science politique”
– Mots clés du poste : https://jobs.inrae.fr/concours/concours-charges-recherche-classe-normale-h/f/crcn20-ecosocio-4
– Localisation : Bordeaux (Cestas)
– composition du comité de sélection : https://jobs.inrae.fr/sites/jobs/files/decision_de_composition_crcn-adb_0.pdf
– date d’examen des dossiers : fin avril 2020
– date d’audition : 11-12 juin 2020

– liste des candidat.es auditionnées (liste commune à l’ensemble des postes du concours n°13, qui inclut également deux postes en économie non indiqués ci-dessus)

Mme BOURBLANC Magalie
Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
M. CHEMO DZUKOU Kevin, Randy
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme CORNILLEAU Lise, Laure
M. FALLUCCHI Francesco
Mme GAUDEUL Alexia
M. KOTRAS Baptiste, Paul
Mme LAMANI Viola
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. LUNEAU Aymeric, Claude, Noël
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Résultat:
# ADMIS SUR LISTE PRINCIPALE:

M. KOTRAS Baptiste, Paul
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel

# LISTE COMPLEMENTAIRE:

Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme GAUDEUL Alexia
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Ainsi, l’INRAE auditionne 15 candidat·es, soit 11 candidats et 6 candidates. Au final les femmes se retrouvent sur la liste complémentaire, aucune en liste principale.