À l’université, un homme reste un homme

On trouve énormément de témoignages venant d’enseignantes-chercheuses qui dénoncent les comportements sexistes de collègues qui se trouvent en position de pouvoir vis-à-vis d’elles : elles sont non-titulaires et ils sont titulaires, elles sont doctorantes et ils sont directeurs de thèse ou en comité de suivi, elles sont MCF et ils sont PU. Le genre croise et produit alors de façon consubstantielle d’autres rapports de pouvoir, ce qui rend les phénomènes de domination d’autant plus brutaux et les manifestations de l’asymétrie particulièrement aiguës.

Mais il existe une autre situation, loin d’être inintéressante. C’est lorsque l’enseignante-chercheuse se trouve dans une position de pouvoir vis-à-vis de l’homme qu’elle a en face d’elle, qui se trouve dans une situation plus précaire, moins installée, plus incertaine, etc. Il est doctorant, elle est docteure. Il est ATER, elle est MCF. Il est en début de thèse, elle est en fin de thèse. Et là, c’est éclairant d’observer ce que se « permettent » les hommes dans une situation où l’asymétrie statutaire est en leur défaveur, dans un milieu où écrire « cordialement » plutôt que « respectueusement » à la fin d’un courriel peut vous coûter un poste, dans un milieu où il ne faut pas craindre que les génuflexions finissent par vous mettre à genoux, dans un milieu où « ne pas faire preuve d’obséquiosité » peut vite être compris comme « manquer d’égard » ou « être indélicat ».

L’autrice considère que cet habitus est délétère, elle exècre ce climat qui oblige les plus vulnérables à marcher sur des œufs alors qu’ils sont eux-mêmes malmenés et méprisés quotidiennement, elle ne souscrit pas à ces codes (implicites, bien sûr) qui font que les puissants finissent par prendre goût à la soumission de celles et ceux qui les entourent. Mais elle considère que l’impolitesse, le culot et l’indélicatesse de certains interlocuteurs masculins vis-à-vis desquels elle est pourtant en position de pouvoir en dit long sur les rapports de genre et en particulier sur le travail invisible sans contrepartie qu’on attend et qu’on considère exigible des femmes. Elle n’est pas victime d’un rapport d’exploitation, car elle a les ressources et le pouvoir pour refuser ces requêtes. En revanche, elle se dit que si ces hommes-là se sont comportés ainsi avec une femme relativement « puissante » ou « légitime » vis-à-vis d’eux, alors elle ne préfère pas imaginer la façon dont ils se comporteront un jour avec des étudiantes, doctorantes, collègues, etc. en position de moindre pouvoir.

Voici donc un échantillon ; l’autrice précise que ces sollicitations librement retranscrites proviennent toutes, sans exception, d’hommes, et qu’elle n’a pas retrouvé d’équivalent provenant de femmes dans ses souvenirs (en revanche, elle avait d’autres exemples masculins mais elle a choisi de s’arrêter à trois anecdotes).

  • « Peux-tu relire cet article sur un sujet que tu maîtrises (et moi beaucoup moins, mais j’essaie de me frayer une place dans ce champ, parce que je suis assez opportuniste), sachant que c’est urgent ? Par contre, c’est presque un brouillon que je te donne, même si je ne te préviens pas, tu verras qu’il y a des passages qui sont à peine rédigés. C’est très mauvais et tu vas devoir corriger énormément de choses et me donner énormément de références. Bon, j’ai dit que c’était « urgent » mais je te ferai un retour sur tes retours seulement trois mois après et parce que tu m’as relancé par mail, et je te demanderai alors sans honte de relire la V2. Tu refuseras gentiment, du coup je pillerai la bibliographie de ta thèse et bien sûr je ne te remercierai pas dans l’article finalement publié [soyons honnête, tu es soulagée, car tu ne veux pas voir ton nom associé au mien et surtout pas à un article aussi mauvais]. Par contre, quelques mois plus tard, j’enverrai une proposition en réponse à un appel à contributions de revue pour un dossier que tu codiriges, et là, ne t’inquiète pas, la bibliographie sera constituée pour moitié d’articles à toi, dans un appel du pied particulièrement subtil [pourtant ma proposition va être refusée, pas de chance…] »
  • « Tu es spécialiste du sujet Y, et je m’y suis mis il y a peu de temps moi aussi parce que c’est assez bankable et à la mode. J’organise un séminaire dans lequel j’invite un peu n’importe qui. Tu as beau être dans mon laboratoire et même dans mon axe, je ne t’ai jamais invitée [et ça t’arrange en réalité parce que j’y défends une conception de Y que tu considères théoriquement et politiquement très problématique, pour ne pas dire catastrophique]. Par contre je vais t’écrire pour te demander les coordonnées personnelles de cette chercheuse star sur le sujet, qui m’évite et ne répond pas à mes mails sur son adresse institutionnelle, alors que je cherche à l’inviter depuis des mois. Comme elle était dans ton jury de thèse, je me dis qu’il y a moyen que tu aies son adresse mail perso … [mais tu vas prétendre naïvement ne pas avoir d’autre adresse que son mail universitaire parce que tu considères que tu n’es pas un pigeon…voyageur]. »
  • « Je monte un dos

    La New Home [machine à coudre] : médaille d’or, Paris 1889 : [affiche] / [non identifié] sur Gallica 

    sier de demande de financement auprès d’un organisme pour lequel tu as déjà obtenu des aides. Je te demande des conseils. Enfin… des conseils… je te demande de m’envoyer tous tes documents, j’insiste pour que tu rejoignes le projet (dans lequel tu ne trouves aucun intérêt scientifique) pour que tu participes à l’élaboration du dossier (donc que tu travailles pour moi), et je ne suis pas foutu de faire une simple recherche Google pour trouver des coordonnées alors je te sollicite pour le moindre contact. Et dans un énième mail qui sera le dernier parce que vraiment tu en as marre, j’ai quand même le culot de commencer ma demande par : « Désolé de quémander tes conseils de mandarin(E???) une fois encore… ». Quand tu me répondras que le terme « mandarin(e) » est déplacé parce qu’il sous-entend des formes d’abus de pouvoir, je rétropédalerai piteusement en disant que « il s’agit d’une erreur de formulation ; je voulais dire que je m’adresse à toi en tant qu’exemple »… allez, ce n’est pas comme si les mots étaient mon matériau de travail [si !]… et puis j’ai quand même sorti l’italique, alors sois sympa stp… »

Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

La pandémie et la femme universitaire

Après l’article de la Confinée libérée du samedi 28 mars 2020 – Quand le confinement accroît les inégalités de genre -Nature fait paraître une réflexion proche d’Alessandra Minello, que nous introduisons ici dans sa version originale en langue anglaise.

The pandemic and the female academic

« I’m curious what lockdown will reveal about the ‘maternal wall’ that can block faculty advancement ».

Humour is one way for women in academia to face the pandemic’s consequences for their work and family lives. Last month, a viral Twitter post read, “The next person who tweets about how productive Isaac Newton was while working from home gets my three year old posted to them!”

Pour lire la suite :  https://www.nature.com/articles/d41586-020-01135-9

June Daziel Almeida & Daniel Tyrrell 1967 – The Morphology of Three Previously Uncharacterized Human Respiratory Viruses that Grow in Organisms – Remerciements à @366Portraits

Confinée libérée. Édition du week-end 4-5 avril 2020

Édition du WE. Samedi 4 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

 

  • vendredi 27 mars 2020Pour le service public de la recherche, non à l’ANR !
    Quel est le sens d’une recherche publique assignée à rechercher… des financements ? Nous voulons des financements pérennes pour assurer à tou·tes de bonnes conditions de travail, d’étude et de vie, pas des postes précaires et des projets ANR !

  • samedi 28 mars 2020 Quand le confinement accroît les inégalités de genre
    Le confinement creuse (encore) les inégalités de genre dans les carrières des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses. En continuant le travail de mobilisation, même en temps de confinement, nous refusons ces logiques et nous nous tenons prêt·es pour la suite.

  • lundi 30 mars 2020 – Confiné·es et exilé·es : l’inquiétude des étudiant·es étrangèr·es face au COVID-19
    Plus de 300 000 étudiant·es étrangèr·es sont venu·es étudier dans une université française cette année. Si le confinement a approfondi et révélé de nombreuses inégalités dans la société française, celles-ci sont d’autant plus flagrantes dans le cas des étudiant·es étrangèr·es, qui vivent déjà d’ordinaire dans une grande précarité économique et juridique. Force est de constater que l’épidémie de COVID-19 et les règles du confinement mises en place durant ces deux dernières semaines ont provoqué un durcissement accru des conditions de vie des étudiant·es étrangèr·es.

Continuer la lecture

#8mars J-2 — Le temps de travail des maîtresses de conférences

Études, analyses, témoignages établissent régulièrement, depuis longtemps, le sexisme à l’endroit des personnels féminins dans l’enseignement supérieur et la recherche. Plafonds de verre, salaire différents à statuts équivalents, retards de carrière, qui pèsent à leur tour sur les retraite, sont connus, mais ne sont pas devenus une prioirité nationale, en dépit de l’urgence qu’il y a à traiter, par l’exemple, l’inégalité sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les réformes en cours, imposées par le MESRI et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis dix ans, non seulement ne proposent aucune solution aux inégalités de revenus, mais font peser sur les femmes des conditions de travail de plus en plus difficiles, qui confinent désormais à de la maltraitance.

Nous republions ici deux textes, en prélude à la manifestation de demain.

  1. «Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences», entretien avec Sophie Devineau, mars 2020
  2. Une tribune de Pérola Milman, directrice de recherches au CNRS, parue dans Libération du 6 mars 2020

Continuer la lecture

Sébastien explique les retraites à un collègue

En passant

« Notre système de retraites n’a pas de problème de financement… »

Alors on répète : notre système de retraites actuel n’a pas de problème de financement. C’est le très officiel Conseil d’Orientation des Retraites qui l’illustre : voir ses deux derniers rapports : Évolutions des retraites et perspectives en France (juin 2019) et Perspectives des retraites à l’horizon 2030 (novembre 2019)

Actuellement il y a ZÉRO déficit Continuer la lecture