Confinée libérée – édition du WE – 16-17 mai 2020

Édition du WE. Dimanche 17 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #6
  • 12 mai 2020. COVID : la colère en prime – opposition des soignant·es aux primes COVID« A la mi-avril, dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tou·tes, le gouvernement annonce aux soignant·es des « primes COVID ». Loin de nous réjouir, ces primes nous choquent et nous humilient. Nous nous y opposons et refusons tout ce qu’elles représentent. » Tribune du collectif Hôpital Ouvert.

Le 29 février, devant l’Assemblée nationale. Alors que la crise du COVID se dessine, l’usage du 49.3 est utilisé pour la réforme des retraites et les protestations sont réprimées (photographe anonyme).

  • 14 mai 2020Et si la Loi de Privatisation Programmée de la Recherche c’était demain ?, par Paola Bertelli
    Dans un état de crise sanitaire et sociale sans précédent, la ministre Frédérique Vidal s’acharne dans ce projet, malgré la contestation qu’il a soulevé. Il paraît donc d’autant plus important de se mobiliser aujourd’hui pour que demain ne ressemble pas au monde décrit dans les lignes qui vont suivre.
  • 16 mai 2020Autoritarisme à Saclay
    La présidente de l’université Paris-Saclay, établissement expérimental lancé au 1er janvier 2020 et navire amiral de la « politique d’excellence », vient de suspendre un professeur des universités en droit, sans même l’entendre, dans l’unique but de l’empêcher de siéger dans un jury d’examen. Il lui est reproché d’avoir mis de trop bonnes notes aux étudiant·es lors d’un examen en ligne, en période de confinement.

La mort du service public universitaire

En passant

​La mort du service public universitaire

Roger Breteau, enseignant-chercheur dans une institution d’enseignement supérieur au cœur de Paris, revient sur la crise que traverse l’université, une institution qui ne répond, selon lui, plus à son rôle de service public.

L’université est en crise. Cette crise se manifeste dans la plupart des États du monde depuis de nombreuses décennies sans que l’on puisse en mesurer raisonnablement les enjeux et les effets. L’Université n’est pas défendable et les universitaires – enseignants-chercheurs de tous bords (universités, grandes écoles, CNRS) – sont indéfendables parce que l’institution et ses acteurs ne sont pas reconnus à leur juste place.

Lire la suite