Alerte ! Le sénateur Hingray et la ministre Vidal vont-ils saborder in extremis le CNU ?

Et voilà, cela devait arriver : in extremis, le groupe centriste au Sénat propose de saborder le CNU, tout du moins l’une de ses fonctions les plus importantes. L’amendement n° 150, déposé par l’obscur Jean Hingray, 34 ans et ancien responsable de l’UNI Lorraine, supprime l’étape de l’inscription préalable des maîtres et maîtresses de conférences sur la liste de qualification établie par le Conseil national des universités pour devenir professeur·e.

https://www.flickr.com/photos/twicepix/3902796929/in/photolist-6WSRye-a6yntM-2DWhMw-5kNqGH-ewXH7d-6Kti3J-4Hs3ot-XGVj77-QZLivz-GUZEEK-JkC4-fsnucL-7HxvyK-5mYbEA-9YPeeT-2cyjXzS-99nZWM-ke7AtH-5u4z4L-dKMvt7-23GEC2t-95K2x1-5peTZ7-81cHX7-7s8icG-34rx3B-6Ab6V5-axKDWW-DSGGK-7NYUA3-L4wyxu-2g3PpdS-aHSiwc-PFyBEd-58Soip-yWPgsm-6NCaW3-6eDeg7-qrGFsE-2jcuNmy-666Dfo-9nQhQE-5AAH3q-4WAdd4-29FcbUy-52nkoK-bybKN4-dKESSo-6Rjhwc-F3tqq

(c) Martin Abegglen, 2009

La ministre avait juré du contraire, nous avait accusés de nous répandre en fake news ; et c’est pourtant très exactement ce qui va se passer si, cette nuit au Sénat, lors des discussions sur la LPR, elle ne s’oppose pas de toutes ses forces à l’adoption de cet amendement : si cet amendement est adopté, le CNU se trouvera totalement évincé du recrutement des professeur·es des universités. Plus précisément, on savait déjà que le CNU serait évincé chaque fois que le recrutement d’un professeur·e des universités se ferait par la voie des chaires de professeur junior ; il risque maintenant d’être évincé pour toutes les autres hypothèses de recrutement des professeur·es.

Cet amendement, le sénateur Hingray ne l’a pas écrit lui-même, tout comme il n’a écrit aucun des quinze amendements qu’il a déposé : il en serait bien incapable. Il s’agit d’amendements extrêmement techniques, très majoritairement consacrés aux élections des présidentes d’universités, si bien que leur auteur ne fait guère de doute : il y a fort à parier que ce soit la CPU, la Conférence des présidents d’universités – et en tout cas presque certainement un ou plusieurs président·es, qui ont bien pris la peine de ne pas l’assumer.

Il y a un risque que cet amendement passe. Et il passera certainement si la ministre ne s’y oppose pas. Madame Vidal, peut-on vous faire au moins une fois confiance ?

Madame Vidal, souvenez-vous de ce que vous avez écrit dans votre tribune au Monde du 10 février dernier : « […] suppression du Conseil national des universités (CNU) […] : on prête au gouvernement toutes les intentions, sans jamais prendre la peine de lire ce que le président de la République, le premier ministre et moi-même avons d’ores et déjà indiqué ».

Verdict ce soir tard au Palais du Luxembourg.

Game over. Newsletter du 19 au 25 octobre 2020

Nous y sommes.

La fin de la récré a sonné.

Voilà des mois que nous, étudiant∙es, universitaires, BIATSS, chercheurs,  encaissons des initiatives, des dispositions législatives, des circulaires, des discours : loi Ore, Parcoursup, 25 milliards, l’absurdité du temps de recherche passé à chercher de l’argent pour mener ses recherches jusqu’au scandaleux récent appel à projet dit  réhabilitation des bâtiments universitaires.

N’en jetez plus.

Voilà plus de dix mois qu’Academia s’est déclarée « en grève », assure une veille de l’actualité de plus en plus insupportable, propose des analyses, et s’échappe de l’enfer grâce à sa AcademiaStrikePlaylist et à l’humour de Fred Sochard, de Dr Animula, des collègues et de sa rédaction.

Il est vrai que, quelquefois il n’y a plus que l’humour devant la malignité et la bêtise.

La semaine qui vient de s’écouler a jeté une lumière parfaitement crue sur l’isolement du gouvernement et sur ses ultimes manœuvres tentées pour conserver le pouvoir. Décryptage

https://www.flickr.com/photos/92324836@N00/172116351/in/photolist-gd9ci-ftV1P5-ir3Rv-ajsW9W-irYJk8-9evn4A-eyKHca-yYucP4-ieAEuN-6t9Wbi-ukSm7-7dBTbr-9f3L2n-21NWh-85EF6a-2zyA-5tfkin-6WrXvt-9ekLU5-dXZ3S-4P8oGy-cCSWmh-e5b4xn-5kJjxx-9f3LcR-bDHqgJ-7DyMQk-dbiwTi-MLw1E-9z5euW-9uqDnN-iDqXwj-esywHY-6b4EuY-4rZ8MT-6UTB9n-wYNsNW-2gkhkEn-5X5GSf-6wGrcB-uU5FE-eKtQU-4sHr2v-6rYJYU-8SziVf-8LGCeS-CuRis-KunoUP-y9j3B-4k8CMB

Game over. An interior of the great bonnaroo classic video arcade
© Jumpy_Sicilian, 2006

Continuer la lecture

Déclaration de Bonn : le grand silence de Frédérique Vidal

La fabrique de la loi #49

← Article précédent

Article suivant­ →

Les calendriers sont parfois cruels : dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, les ministres européens de la recherche ont adopté cette semaine la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique 1, au moment même où, en France, le ministre de l’éducation nationale accusait l’Université de « complicité intellectuelle avec le terrorisme » et soutenait que « l’islamo-gauchisme » y « fait des ravages ».

Sur le fond, la Déclaration de Bonn ne dit rien de bien original. Mais la situation française est devenue si malsaine qu’elle suffit aujourd’hui à faire passer ce texte pour un brûlot subversif. Le chemin parcouru ces derniers mois, et ces derniers jours en particulier, est proprement terrifiant.

Il n’est pourtant pas original de dire que la liberté de la recherche scientifique est une valeur essentielle de nos sociétés, qui comprend « le droit de définir librement les questions de recherche » et « de choisir et de développer des théories […] pour interroger les idées reçues ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même que les plus hautes autorités de l’État accusent l’université d’avoir « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon »  (E. Macron, Le Monde, 10 juin 2020) et osent affirmer, dans l’enceinte la plus officielle qui soit, le Sénat, qu’« il y a des courants islamo-gauchises très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits » (J.-M. Blanquer, Public Sénat, 22 octobre 2020).

Il n’est pourtant pas original de dire que les chercheurs ont la « liberté d’exprimer leurs opinions sans être désavantagés par le système dans lequel ils travaillent ou par des censures et discriminations gouvernementales ou institutionnelles ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même qu’une loi de programmation de la recherche est en passe d’être adoptée, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. On se souvient qu’en première lecture un amendement anodin de défense de libertés académiques proposés par Patrick Hetzel (Les Républicains) avait été rejeté. Et cela résonne très étrangement quand, dans ce même pays, le président choisit de nommer son propre conseiller à la tête de l’agence chargée d’évaluer la recherche et l’enseignement supérieur, dont dépendra une part substantielle des crédits qui seront attribués.

C’est parce que cette Déclaration de Bonn sonne si étrangement dans la France d’aujourd’hui que la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a choisi de ne rien en dire. C’est par un communiqué du ministère des affaires étrangères, via l’ambassade de France en Allemagne, qu’on en apprend l’existence, et c’est scandaleux : rien, pas un mot, pas une ligne, pas un communiqué, pas même une mention dans son agenda officiel du côté de Frédérique Vidal, comme elle n’aura rien dit, rien écrit, rien fait suite aux propos de Jean-Michel Blanquer.

À quoi Frédérique Vidal sert-elle, si ce n’est à faire passer une loi inique, sur le plan de la liberté de la recherché, et mensongère, sur le plan budgétaire ?

Dampler pedal (c) [Elaine], 2007

Continuer la lecture

  1. Nous la reproduisons ci-dessous, à défaut d’avoir pu en récupérer le seul texte pour sa traduction. []

Explications aux sénateurs et aux sénatrices par le coNRS

En passant

Lettre ouverte
à l’adresse de mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs
à propos du projet de loi de programmation de la recherche

Lettre au format PDF

Le 22 octobre 2020

 

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Vous aurez prochainement à examiner le projet de loi de programmation de la recherche (LPR).

Comme le rappelle l’exposé des motifs du texte transmis au Parlement avant l’été, la LPR vise à définir « l’ambition de notre pays pour son système de recherche publique et le soutien à sa recherche privée » pour les dix prochaines années, à permettre « l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes scientifiques qui [aura] vocation à porter le nouvel essor de la recherche publique française et son rayonnement dans l’ensemble de la société et dans le monde » et à traduire « un choix politique majeur : (…) replacer la science et la rationalité scientifique au cœur du pacte social et du développement économique du pays ».

La communauté scientifique partage cette ambition forte. Elle partage également en grande partie le diagnostic établi par les trois groupes de travail mis en place au printemps 2019 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En revanche, elle diverge profondément sur les mesures à mettre prioritairement en œuvre. Force est de constater, en effet, que ce projet de loi ne répond pas aux principales attentes qui ont été exprimées par la communauté scientifique lors de la phase de « consultation » organisée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) au printemps 2019, attentes dont le Comité national avait été l’un des porte-paroles mais qui avaient été également formulées dans des termes très proches par d’autres collectifs. Au contraire, ce projet de loi confirme pleinement les inquiétudes exprimées à plusieurs reprises par le Comité national depuis les premières annonces présidentielles et gouvernementales à la fin de l’année 2019.

Cinq points en particulier méritent à nos yeux une attention particulière du législateur.

1. La « trajectoire d’emplois » prévue concernant les personnels statutaires (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens) est très en-deçà du redéveloppement nécessaire.

Continuer la lecture

Projet de loi Recherche : modification du calendrier d’examen au Sénat

La fabrique de la loi #48

← Article précédent

Article suivant­ →

Le calendrier d’examen, par le Sénat, du projet de loi de programmation de la recherche est décalé d’un jour, afin de donner priorité à l’examen du projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire déposé hier sur le bureau de l’Assemblée nationale.

Le nouveau calendrier est le suivant :

  • Début de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : jeudi 29 octobre 2020 à 14h30, puis le soir
  • Suite de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : vendredi 30 octobre 2020 à 9h30, puis à 14h30 et, éventuellement, le soir

François et fier de l’être, « Trop remontée », 1er octobre 2016

Academia écrit aux parlementaires au sujet de la nomination Coulhon

La fabrique de la loi #43

Article suivant­ →

Député·es, sénateurs et sénatrices seront appelés à voter pour ou contre la nomination de Thierry Coulhon à la présidence du Hcéres ce mercredi 21 octobre 2020. La Constitution prévoit une majorité de blocage aux trois cinquièmes des suffrages exprimés. Academia, qui chronique depuis de longs mois ce scandale à répétition,  engage ses lecteurs, en particulier celles et ceux qui occupent des responsabilités au sein de l’ESR d’écrire aux membres des Commissions concernées et de les engager à voter CONTRE cette proposition du Président de la République.

TITRE

Ville,
Date

Madame la députée [Monsieur le député, Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur],

Mercredi prochain, 21 octobre, vous serez amené[e] à émettre un avis public sur la nomination par le président de la République de son conseiller, M. Thierry Coulhon, à la tête du Haut conseil de l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche (Hcéres). Dans ce cadre, vous aurez le pouvoir d’empêcher cette nomination si l’addition des votes négatifs, dans la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale et dans la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat, atteint trois cinquièmes des suffrages exprimés au sein de ces deux commissions.

C’est pour vous témoigner des très vives réserves que cette nomination de M. Coulhon suscite dans la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche que je me permets de prendre la liberté de vous écrire aujourd’hui.

Le Hcéres est l’autorité administrative indépendante chargée d’évaluer l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France. Il est tenu d’assurer sa mission dans un cadre juridique bien précis : dans le respect des libertés académiques (indépendance, liberté d’expression, intégrité scientifique, collégialité des décisions), d’une part ; conformément aux principes d’objectivité, de transparence et d’égalité de traitement entre les structures examinées, d’autre part ; et en considération des principes d’expertise scientifique au meilleur niveau international, enfin.

Comme vous le savez aussi, le rôle du Hcéres est appelé à croître fortement dans les années à venir. L’un des objectifs principaux de la loi de programmation de la recherche pour les années 2021-2030 est, en effet, d’instituer un modèle dit de l’« évaluation par la performance », au sein duquel la place du Hcéres est centrale : une part substantielle des ressources de l’ESR sera allouée en fonction de « résultats » produits, sur la base des évaluations, précisément, du Haut Conseil.

Dans ce contexte, l’enjeu, derrière la nomination de M. Coulhon, est considérable. Bien respectueusement, je vous demande de voter contre cette nomination.

https://www.flickr.com/photos/12463666@N03/49631152836/in/photolist-2iBJCBE-9L6VF7-26r5DMG-KvPZcR-M3uQA7-27PpcAk-27MxWyR-27MMWdT-2j9F6uk-27PuokX-M3U7Ym-26qr61J-PwQHG-26rV5Gq-KwnXCz-LXSHgJ-p1pNBH-26pzbVE-29cTPsF-SYrn6T-29cKrxp-6bWw8F-85sbNk-26pvEWY-26BwuC7-28gSijU-85bUfX-8xCy6Q-6c1Fk1-92qqWx-c1hSqw-297q9xw-agS7b4-7tiP4-6bWwbK-29cTPMD-297M3cd-M4A5LW-26qLoX7-M2D5A1-5CNzvF-298fnZf-4e4v66-298op43-297ot2u-29cBeRK-7YeFmv-28gSiiw-26BwuBA-28gSik5/

Eraser, by R. Miller, 2020

Continuer la lecture

Alerte ! la nomination de Thierry Coulhon peut encore être bloquée !

La fabrique de la loi #42

Sauve-qui-peut, nous Coulhon ! Il y a urgence à lancer l’ultime campagne contre la nomination du conseiller du président de la République pour l’ESR, Thierry Coulhon, à la tête du Hcéres, le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Il reste une étape, une seule étape, pour que cette nomination — une nomination par le pur fait du prince et à rebours de toutes les bonnes pratiques internationales en matière de nomination à la tête des instances d’évaluation — soit menée à terme : la Constitution de la Ve République, dans son article 13 alinéa 5, exige qu’avant sa nomination par le Président de la République, Thierry Coulhon soit auditionné par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, puis par la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

La première de ces auditions se tiendra mercredi prochain, 21 octobre, à 9h ; et la seconde, ce même jour à 11h30

Ces deux commissions doivent rendre un « avis public » sur cette nomination, et c’est pourquoi Academia leur a suggéré un programme de questions à poser. Mais ces commissions ont surtout pouvoir de bloquer cette nomination si

« l’addition des votes négatifs dans chaque commission représente au moins trois cinquièmes des suffrages exprimés au sein des deux commissions »

Il existe donc une carte à jouer : que les deux commissions parlementaires prennent leurs responsabilités et votent à 3/5e contre la nomination Thierry Coulhon. Pour cela, le calcul est simple à faire : la commission de l’Assemblée compte 71 député·es, et celle du Sénat, 48 sénatrices et sénateurs. Ce sont donc 119 parlementaires qui seront appelé·es, mercredi prochain, à se prononcer sur la nomination de Thierry Coulhon ; et ce sont donc 72 votes négatifs qu’il va falloir atteindre, si tous les suffrages sont exprimés. La barre est haute, ne serait-ce que si l’on s’en souvient que du côté de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, la majorité parlementaire dispose de 45 voix, dont 34 voix directement issues de la République en marche. À noter qu’à l’Assemblée, les votes se feront néanmoins à bulletins secrets, en présentiel, de manière simultanée 1, ce qui, peut-être, donnera enfin un peu d’audace à quelques député·es de la majorité, ou plus vraisemblablement, ne les mobilisera pas plus que l’examen en 1e lecture de la loi.

Alors, que faire ?

L’enjeu derrière cette nomination, et le scandale qui l’entache

Rappelons l’enjeu derrière cette nomination : l’un des objectifs principaux de la loi de programmation de recherche est de faire basculer l’ESR français dans un modèle dit de l’« évaluation par la performance », en allouant une part substantielle des ressources de l’ESR en fonction de « résultats » produits, sur la base des évaluations du Hcéres et des autres instances d’évaluation dont le Hcéres assurera « la coordination ». Pour Thierry Coulhon, prendre la tête de cette instance, c’est s’assurer de la mise en œuvre de ce modèle ; et c’est s’assurer d’avoir toute indépendance dans cette mise en œuvre, puisque le statut d’« autorité administrative indépendante », et bientôt celui d’« autorité publique indépendante » lui permettra d’éviter d’avoir à rendre des comptes. Il sera ainsi, en pratique, ministre de l’ESR, avec une bien meilleure rémunération, sans avoir à rendre aucun compte devant la représentation nationale.

C’est pour cette raison, d’ailleurs, que Thierry Coulhon n’a pas hésité à user des pires manœuvres pour prendre la tête du Hcéres, qu’il ne faut pas se lasser de rappeler à défaut de susciter, à ce stade, l’intérêt des médias, y compris des médias spécialisés qui, sur ce sujet, ne font pas correctement leur travail.

Effets de lumières au barrage de la rivière Magog, Sherbrooke,Québec ,Canada, par Gaétan; 2014

Si les 3/5e n’étaient pas réunis, il reste certain qu’une majorité contre la nomination entamerait sérieusement son légitimité et donc son pouvoir de nuisance.

Continuer la lecture

  1. « En application de l’article 3 de la loi organique n°2010-837 du 23 juillet 2010 relative à l’application du cinquième alinéa de l’article 13 de la Constitution, les délégations de vote ne sont pas autorisées ». []
  2. Voir en fin de billet. []

Les 92 amendements déposés au Sénat : aucune ambition, beaucoup d’horreurs, quelques possibles avancées

La fabrique de la loi #41

92 amendements ont été déposés en commission au Sénat sur le projet de loi de programmation de la recherche. Academia ne les commentera pas en détail : le fonctionnement particulier du Sénat, si différent de celui de l’Assemblée nationale, fait qu’ils ne sont pas représentatifs des débats à venir.

On dira simplement qu’à ce stade, on ne peut qu’être déçu·e de leur teneur. Seules quelques évolutions à la marge du projet de loi sont proposées, sans ambition de contrebalancer le texte adopté par l’Assemblée nationale. Alors nous attendrons les amendements déposés « en séance » et les débats politiques en hémicycle, moins formatés et plus ouverts qu’à l’Assemblée ; mais nous avouons être très inquiets quant à l’issue du processus, et peu optimistes sur la capacité du Sénat à faire plier un tant soit peu sérieusement le gouvernement, comme certain·es pouvaient l’espérer.

Ce qui est sûr, pour le moment, c’est que les modifications que propose la rapporteure Laure Darcos (LR) confortent la quasi-intégralité du projet de loi. Ce n’est pas le redéploiement de la programmation budgétaire sur sept années plutôt que sur dix (amendement COM-53), la réduction des chaires de professeur junior à 15 % des recrutements autorisés plutôt qu’à 20 (amendement COM-55) ou l’interdiction de rompre le CDI de mission scientifique durant la première année (amendement COM-67) qui y change quoi que ce soit.

Le détricotage du code du travail par le droit de l’ESR

Pire, certains des amendements que Laure Darcos souhaite introduire dans le projet de loi sont très problématiques. Nous pensons tout particulièrement à l’amendement COM-66, qui, de manière tout à fait inattendue, propose d’étendre le nouveau « contrat post-doctoral » de droit privé « aux entreprises ayant une activité de recherche et bénéficiant d’un agrément au titre du crédit impôt recherche ». Dans le projet de loi initial, le gouvernement entendait réserver ce nouveau contrat précaire de droit privé aux « établissements publics de recherche à caractère industriel et commercial et [aux] fondations reconnues d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche publique » ; sur proposition de député·es LR et LREM, l’Assemblée nationale l’a étendu aux établissements d’enseignement supérieur privés à but non lucratif ayant obtenu la qualification d’« établissements d’enseignement supérieur privés d’intérêt général ». Et, à présent, Madame Darcos veut donc étendre ce même contrat à toutes les entreprises « bénéficiant d’un agrément au titre du crédit impôt recherche ».

Si cet amendement était adopté, ce serait une catastrophe, et nous sonnons l’alerte : c’est une nouvelle exception au CDI que l’on introduirait dans le code du travail, à rebours du principe selon lequel les contrats à durée indéterminée sont et doivent rester la forme générale de relations d’emploi entre employeurs et travailleurs. Il faut bien mesurer le tour de force : voici donc que la précarité propre à l’ESR public sert à présent d’aiguillon pour précariser plus encore les relations de travail dans les entreprises. Pour les entreprises bénéficiaires du crédit impôt recherche (CIR), c’est un cadeau offert sur un plateau : elles bénéficieront d’un double privilège financier, le CIR, mais aussi la précarité du contrat post-doc. Ou, pour le dire autrement, le CIR ne servira plus seulement à détourner de l’argent public sur le plan fiscal ; il contribuera, en outre, à déréguler plus encore le droit du travail.

https://www.flickr.com/photos/rocbolt/7977793366/in/photolist-d9Yh2u-d9YwRS-d9YuNi-d9YrwQ-2i2g1TF-FW5jc1-op92R2-C2zvTQ-8yaVNe-btRNfy-AC69b4-btRNnw-6aJNi1-ipSVB-CUSCB-cn1jv5-6aEDgF-6aJNey-cT7Dv5-6aJNwL-nqSs2x-6aEDk8-6aJNsj-WnRtQs-2hZwLmd-fzChEn-dVTyzx-2i1aGvu-B8kqwL-d9YtDc-Q9Uv2p-22wh5r2-6aeFBb-C8FLeG-4LhJuy-4LdvvT-4Ldv1p-9iZYiS-GJiC2-XXf1Ss-J4kAGm-bVCp9o-An5Epq-3GtFME-cn1jau-UAGABt-9r7rcK-a47M3S-atgV46-atgV5D

Sandvik DT820 Jumbo (c) Kelly Michals, 2012

Continuer la lecture

Se manifester aux sénatrices et aux sénateurs le 13 octobre 2020 : les courriels !

La fabrique de la loi #37

← Article précédent

Article suivant­ →

Le Sénat qui s’apprête à examiner la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 à partir de mercredi 14 octobre — Commission de la Culture et de l’éducation — et du mercredi 28 octobre en hémicycle, pour un vote prévu dans la foulée. Suivra la Commission mixte paritaire, dont nous ne connaissons pas encore exactement la conclusion.

Le Sénat ayant été renouvelé par tiers fin septembre, nombre de sénateurs et de sénatrices découvrent tout du texte, comme du fonctionnement du Sénat. Leur principal accès à une information critique sur la loi, à côté du rapport de Laure Darcos sur le point d’être rendu public, sera les courriers que nous leur enverrons.

À l’issue de l’audition de Frédérique Vidal, mercredi 7 octobre, où elle a fait face à une salve de critiques inouïes, sur le financement, la trajectoire, les chaires de professeurs junior, le financement, la trajectoire, l’ambition politique du texte, il sera dommage ne pas continuer à pousser notre avantage, en écrivant aux sénateurs et aux sénatrices, à partir de la liste actualisée.

https://www.flickr.com/photos/actualitte/9730992007/in/photolist-fPTSUg-9qUmyy-9qUmA5-8dbd6z-9qRn6p-9sCUSH-98k8Z1-dMFhu-9sFUSq-98k93u-9rfAxt-AJD9Vc-9ygNqQ-98k94L-9sFUPW-zGmXcR-9xKsE2-8dbd5D-9xKr6p-dQbfY-27BnnPP-2gfoaRj-eCPzWB-9xKkWM-9ydPPT-9zXcMA-9xKAQB-ehcetP-tnzCTX-98gYFi-9K9vGg-9riy3N-8aVWqS-9rfAyF-98k8Qu-9AtEom-a9oZZx-8aBN4X-9qRn5i-9qRn7M-9xKr1t-9K9vH6-9xNiMQ-8caKa9-7ebg2d-7e7mM4-dMFC5-9xKsyv-fQbqUd-4DRQGH

Limes et poinçons. Exposition Le Livre à la Renaissance, exposition des trésors de l’Imprimerie Nationale et de ses savoir-faire, pour Le Livre sur la Place de Nancy 2013 (c) ActuaLitté

Interpeller sa sénatrice ou son sénateur : une proposition lilloise

Le 13 octobre manif physique et virtuelle 

Si vous souhaitez interpeller votre sénateur/sénatrice sur la LPR, voici une action qui permettra peut-être de donner un peu de poids à la démarche.

Il s’agit simplement de les interpeller par mail, mais en leur écrivant tous le même jour, de façon à donner un peu plus de visibilité à cette action, en occupant leur boîte mail. La date du 13 octobre s’impose puisque nous accompagnerons ainsi la manif « en présentiel » et que c’est la veille du début de la rédaction du texte de la commission sénatoriale sur le projet de loi.

Pour résumer, voici la procédure à suivre :

Continuer la lecture

Les auditions parlementaires de Thierry Coulhon : 21 octobre, 9h et 11h30

La fabrique de la loi #35

← Article précédent

Article suivant­ →

C’est la dernière ligne droite avant le crash final.

C’est désormais officiel, Thierry Coulhon, le « candidat » à la présidence du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) qui a été retenu par Emmanuel Macron envers et contre tout, sera auditionné par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale le 21 octobre prochain à 9h, puis par la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat ce même jour à 11h30.

Cette audition, qui est une obligation légale dont Thierry Coulhon se serait sans doute volontiers passé, est l’ultime étape avant la publication au Journal officiel du décret le nommant à la tête du Hcéres.

Pour cette audition, nous nous permettons de suggérer aux député·es, sénateurs et sénatrices membres de ces deux commissions les trois points suivants :

  1. Ces auditions doivent être filmées et diffusées, si possible en direct, pour qu’au moins une des étapes de cette procédure de nomination se fasse de manière publique et transparente, et suscite un minimum d’attention des médias [Mise à jour du 16 oct. 2020 : il est désormais précisé sur le site du Sénat que « l’audition fera l’objet d’une captation audiovisuelle et d’une diffusion en direct sur le site du Sénat »].
  2. Thierry Coulhon doit être publiquement interpellé quant aux conditions scandaleuses de sa nomination — une nomination par le pur fait du prince et à rebours de toutes les bonnes pratiques internationales en matière de nomination à la tête des instances d’évaluation.
  3. Enfin, et surtout, Thierry Coulhon doit être contraint de dévoiler de manière précise son programme pour les quatre années de son mandat à la tête du Hcéres, ainsi que la conception des libertés académiques qu’il y défendra, au sujet de laquelle nous nourrissons les plus grandes craintes. Rappelons qu’à ce stade, le conseiller du président de la République n’a pas jugé utile de rendre publique la moindre ligne de son programme auprès de la communauté de l’ESR.

Nous ne rappellerons pas une énième fois encore le scandale que représente une telle nomination, et le mépris qu’elle représente. Academia y a consacré nombre d’articles, et notamment une enquête de synthèse. Quelques mots suffisent : un Haut Conseil sans président·e depuis un an ; 1300 candidatures alternatives déposées à l’initiative de RogueESR ; trois procédures reprises à zéro du fait de dysfonctionnements majeurs ; un avis du collège de déontologie du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation signalant des problèmes déontologiques lourds, tout entiers imputables à Thierry Coulhon ; une ultime procédure entachée de grossiers conflits d’intérêts de la part de Christine Clerici et d’Alain Schul ; … Et, surtout, un risque important pour les libertés académiques quand on sait l’importance que prendra le Hcéres dans les années à venir, suite à l’adoption de la loi de programmation de la recherche. Voilà une autorité dont dépendra une partie des crédits de l’enseignement supérieur et de la recherche, à la tête de laquelle on place un conseiller du président de la République connu pour la brutalité de son programme idéologique pour l’ESR – et qui, accessoirement, deviendra intouchable pendant quatre ans comme tout président d’« autorité publique indépendante ».

Un Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, en somme, sans aucune responsabilité devant la représentation nationale.

C’est ahurissant.

Un vote négatif des deux commissions parlementaires s’impose, quand bien même nous ne nous faisons aucune illusion s’agissant de l’Assemblée nationale.

https://www.flickr.com/photos/gregnumberone/8252032701/in/photolist-dzcPPT-6HzXyP-MEmSg-stak-6HA8br-7wrXM2-8hhUPy-6uoRLd-48e9uj-5KS7B8-jHwH2-4dKrQy-7LDiRs-4MPvbM-MEdMG-8httQP-Y23AUT-8bVFMF-tdJg1-6HDYzo-6HA2dz-6HFiTy-wNTKz-kcXru-4ufKvA-NHfNtA-34MM9T-5C5Fx8-ddat8-6HE8KU-dfUPU-57oWk8-6UQpi5-2hEwzGm-57oWhH-2hEsL8A-wNTKu-25cAe-6HA76M-5tCHjW-c5rTLW-yARpZ-4NBtZf-giwbZ-giwc2-x7zUo-6e6qpU-oF7o-5pyNXY-5mNAvR

Crash, par Greg Number One, 2012

« La recherche française décroche », reconnaît Frédérique Vidal sur Public Sénat

En passant

«La recherche française décroche», reconnaît Frédérique Vidal

Venue défendre son projet de loi de programmation de la recherche au Sénat, la ministre de l’Enseignement supérieur a fait face au scepticisme des sénateurs sur le volet financier mais aussi sur des points plus spécifiques comme la création de chaires de professeurs juniors. 

« Le nerf de la guerre c’est l’argent », a tout de suite souligné la sénatrice LR de l’Essonne, Laure Darcos face à la ministre de l’Enseignement supérieur, ce mercredi. Frédérique Vidal est venue devant la commission de la culture et de l’éducation pour défendre son projet de loi de programmation de la recherche.

Continuer la lecture

Hold up. Newsletter du 21 au 27 septembre 2020

Semaine étrange que celle que nous venons de vivre. La tension législative était palpable dans l’hémicycle ; la douche de l’adoption s’est avérée d’autant plus froide que les amendements apportés à la Loi de programmation de la recherche n’y ont rien changé, sinon en pire. Telle une lame de fond, la stratégie du choc adopté par le gouvernement au moment le plus fort de la crise COVID19, paie : la phalange Paris-Cergy-Nice continue son hold up sur le service public de l’ESR, alors qu’agents et usagers se débattent avec des conditions de rentrée dantesques. Pour nombre d’observateurs et d’acteurs de la vie politique française, il s’agit bien d’un « grave déni de démocratie ».

https://www.flickr.com/photos/98192834@N07/21221080762/in/photolist-ykezYN-BMTLm-fKWGcS-22cY52i-5RFVup-cBam85-22cY5Ja-22ahoqL-22aho8w-22ahoPb-22ahiPm-217JPDN-217JMrb-22ahnBm-9224Ps-2jk4dbn-4Yrp8d-2gr8bsb-2jCF4zb-gwVJST-yCb97d-22cY5RV-22cY5nP-M5ewZn-QedwnR-217JPX3-euMEm-22ahnSG-QAHGS9-qHncAX-4kuiSf-4jocb-52jyuC-3iERMh-SYS6pB-22ahmXA-7YN2dM-887WXU-5n3cqY-2iKq1RK-T7cv5q-55Y9Pu-2iHo1Xi-2gb3jXe-2iG7VM4-2igifFT-4X2Thg-s5jVXh-SnubYe-2ghei15

Hold Me Up, by Julie Jablonski, 2015

La séquence législative a achevé de décrédibiliser l’Assemblée nationale, tant les député∙es de la majorité — rapporteur∙es en tête— se sont révélé∙es incompétent∙es, tant les concessions faites à l’opposition ont été nulles, tant enfin la Ministre a pu mentir sans vergogne à la représentation nationale. Pourtant, nous savons que les différentes instances, collectifs, membres de la communauté universitaire, titulaires comme doctorant∙es, universitaires en devenir ou assistant professors repentis, sont allés au charbon et ont aussi précisément que possible documenté les conditions de travail et de rémunération honteuse, les besoins, les attentes, les espoirs. Il n’y a donc plus rien à attendre de la première chambre législative. La question reste entière de savoir de quels leviers va disposer le Sénat. Continuer la lecture

« L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat

La fabrique de la loi #28

← Article précédent

Article suivant­ →

Les interviews de Vidal sont quand même devenues totalement dystopiques.  Celle sur LCP là, il faut l’archiver et la mettre en boucle partout le soir de l’apocalypse.
Les vêtements, les clusters, l’été, les ordis, les betteraves, c’est une réelle merveille.
Son apogée. 

Flavien B., Twitter, 28/9/2020

Update. 29/9/2020

L’annonce était partout : Frédérique Vidal était interrogée sur Public Sénat ce soir, par Valérie Rabault, présidente du groupe Socialistes et apparentés, et par Stéphane Piednoir, rapporteur-adjoint préssenti pour la LPPR au Sénat.

https://twitter.com/StephPiednoir/status/1310571901924839425?s=20Fallait-il en attendre quelque chose, habitué·es que nous sommes aux mensonges quotidiens de notre ministre de tutelle ? Public Sénat a publié une séquence sur la crise sanitaire dans les universités ; Christelle Rabier a tenté un livetweet de l’émission qui voyait se succéder des journalistes ; et les deux parlementaires.

L’intégralité de l’émission se trouve ici.

https://twitter.com/FredericSawicki/status/1310674836285526016?s=20Sachez, braves gens, que les étudiant·es ne se contaminent qu’en soirée ; et qu’on repère mieux les infections à l’Université parce qu’on y teste plus qu’ailleurs. Que le masque, enfin, est la solution « efficace » au problème de surpopulation étudiante.

https://twitter.com/sluniversite/status/1310867416663162881?s=20

(c) Sauvons l’université

En prévision d’un reconfinement, le Ministère a fait acheter 5000 ordinateurs pour les 2,7 millions d’étudiants et la centaine de milliers d’enseignant·es. Le reste à l’avenant.

« On a fait acheter 5000 ordinateurs pour équiper les étudiants », Frédérique Vidal sur Public Sénat, 28/9/20 – infographie : Julien Gossa

Une mention spéciale pour Valérie Rabault,  offensive sur les deux principaux points de crispation collective : le budget n’est pas à la hauteur ; la Ministre se défausse de sa mission en n’assurant pas l’administration de la question sanitaire. Pour Valérie Rabault, il n’est pas normal que « l’État abdique de ses responsabilités ».

À défaut d’abdiquer de ses responsabilités, l’émission aura abandonné sa raison en agitant le chiffon rouge qu’on n’aurait attendu d’un journaliste de CNews, pas de Public Sénat, ni même du Figaro, encore moins d’un sénateur. Et donc on connaît désormais la prochaine manœuvre de diversion pour ne pas traiter des vraies problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche : après celle des lycéennes, ce sera donc le problème critique de la tenue des étudiant·es que sera en ligne de mire des sénateurices. Juste avant celui de « séparatisme à l’université » (?).

https://www.flickr.com/photos/jmenj/49636595441/in/photolist-oVsGUm-2izJ3Ur-2iCdwvF-Y8jxof-UqpqH5-Vsn9n1-UqpzPw-V7LZN7-7UinfD-2iCaPh9-2iCaPRa-2j9xBbW-2hywbAt-2hywby9-2hyz1qR-2hyAeTw-K4pZ9F-jocBSN-22HNzVa-22HNyMt-K4q2Ap-sUN1Xh-7uzzcJ-22HNFfi-246g6uR-22HNE1p-22VvqZW-22HNBGM-K4q2bM-9JoL4w-241hWpn-cNY1KC-RKGXVK-fKut7j-fKxCFg-fKQfkA-2hyz1u3-fKcVbc-fKQiBb-4tRoih-fKxFfn-fKutxm-fKuoYw-fJifrV

8 mars 2020 à Paris (c) Jeanne Menjoulet

Par bonheur, la journée avait commencé avec Adèle Haenel, sa voix et son engagement contagieux sur France inter. Que on pour se lever et se casser  quand on s’est levé et qu’on s’est cassé — et qu’on est déjà dehors ?  demandait Augustin Trapenard à la comédienne. « Déjà on reste debout et on continue de gueuler », a-t-elle répondu.

Pour l’université, on le sait : on reste debout, on continue de gueuler déjà. On ravitaille les valeureuses et valeureux restés faire le ménage.

Et on garde le temple, en attendant les hordes barbares.

La Commission Culture du Sénat rend son rapport sur le système de recherche face à la pandémie

Le sénateur Pierre Ouzoulias nous fait l’honneur de nous transmettre le résumé du rapport de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Le groupe de travail de la commission de la culture du Sénat a rendu son rapport sur le système de recherche face à la pandémie.
Il dit son admiration et sa reconnaissance pour la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté scientifique.
Néanmoins, il regrette le manque de stratégie nationale de recherche sur la Covid-19 et l’absence de structure de pilotage unique. Il demande la mise en place d’une stratégie nationale pilotée par une structure unique.
Il regrette que l’absence d’organisation et de coordination entre les institutions a eu pour conséquence la diffusion de messages au mieux désordonnés, au pire contradictoires.
Il note une dispersion des financements sur un grand nombre de projets, alors qu’il aurait été plus pertinent de consacrer des montants plus élevés sur des projets bien ciblés.

Il estime que la pandémie a mis en lumière les carences structurelles du système de recherche français et plus particulièrement le décrochage de la recherche biomédicale.

Ainsi, il regrette que les travaux de recherche sur les coronavirus ont considérablement été réduits il y a une quinzaine d’années en France, faute de financements et de programmation stratégique.

Il estime que l’érosion continue des dotations de base depuis plusieurs années oblige les opérateurs de recherche à se tourner de plus en plus vers les financements sur projets.

Or, ce mode de financement est peu compatible avec la prise de risques et ne permet pas de mener des projets exploratoires.
« Aussi, [il] estime indispensable de mettre un terme à la diminution constante des dotations de base des laboratoires de recherche et de rééquilibrer leur structure de financement entre ces dotations et les financements sur projets ».

Il considère que l’épidémie de Covid-19 confirme la nécessité d’une réforme globale de la recherche, qui tirerait les leçons de cette crise. Pour cela, il estime nécessaire :

  • d’amorcer une trajectoire financière ambitieuse qui permette d’atteindre l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique ;
  • de rééquilibrer la structure de financement des laboratoires de recherche entre dotations de base et financements sur projets ;
  • de revaloriser très nettement la rémunération et le statut des chercheurs.

À très court terme, il rappelle la nécessité d’un indispensable soutien aux doctorants et post-doctorants pénalisés par la crise.

Enfin, il déplore les excès médiatiques qui vont à l’encontre de la démarche et de l’intégrité scientifiques, lesquelles exigent de la méthode, de la rigueur, de l’esprit critique et de la discrétion professionnelle.

Rapport complet sur le site du Sénat.