L’église de la scientométrie

En créant l’Église de Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard, dit L. Ron Hubbard, introduisit la pratique essentielle d’audition des adeptes à l’aide d’un E-Meter ou « électro-psychomètre », instrument supposé pouvoir mesurer l’état ou les changements d’état spirituel de la personne auditée ou de l’être vivant.

L Ron Hubbard utilisant son Hubbard E-Meter pour déterminer si les tomates éprouvent de la douleur, en 1968

L’appareil n’est en réalité qu’un simple ohmmètre (ou pont de Wheatstone) permettant de mesurer des variations de résistance de quelques micro-ohms, évidemment en rien liées à l’état psychique de la personne qui tient les électrodes conductrices, tout au plus induites par une sudation ou une sécheresse des mains qui modifie la résistance des contacts main-électrode. Pour l’affaire qui nous concerne, l’intérêt de cette mise en scène ne vient pas du caractère grotesque de la mesure ou de son interprétation délirante. Cette pratique montre que L. Ron Hubbard, en fin connaisseur – manipulateur – de la psychologie humaine et de ses failles, avait parfaitement saisi l’importance d’un marketing de type Canada Dry (« Ça a la couleur de la science, le goût de la science… mais ce n’est pas de la science ! ») pour ancrer les principes fondateurs de sa « religion » dans une soi-disant vérité scientifique et par là même promouvoir son entreprise sectaire.

Quoi de plus convaincant, en effet, que de confier l’évaluation des états d’âmes des adeptes à un « instrument de laboratoire » plutôt qu’à un oracle ? Dans le cas de l’audition scientologue, la démarche est théâtralisée, ritualisée même ; elle consiste à effectuer des « mesures » et à générer des données personnelles relatives à la personne ainsi « auditée » grâce à ce fameux électromètre. Cette dernière se soumet à l’examen et est généralement convaincue (sinon elle ne serait pas là) que l’audition va lui apporter des informations sur son état psychique et l’aider à progresser dans sa quête de spiritualité.

Alléluia.

La science de la technobureaucratie — ou sa religion

Quel lien entre l’Église de Scientologie, l’électromètre de Ron Hubbard et l’évaluation de la recherche en France ? Aucun, a priori, tant les deux mondes sont antinomiques à tous points de vue. Sauf que, à y regarder de plus près, certains éléments de cette pratique de la scientologie pourraient se retrouver dans la nouvelle religion qui enflamme la haute technobureaucratie de la recherche française depuis les années 2000 : la scientométrie.

Continuer la lecture