SciencesPo. Démission de Frédéric Mion. Communiqué de Garçes, collectif féministe, 10 février 2021

Pour aller plus loin

Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif

Mise à jour 4/1/2020: La prisonnière universitaire née en Iran, Farida Adelkhah, a quitté le quartier d’isolement et transférée dans la prison des femmes d’Evin — requête formulée à l’occasion de sa récente grève de la faim. Mais l’universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert reste détenue à l’isolement.  (Tweet du Centre for Human Rights in Iran, 4/1/2019)

 

Lettre ouverte de Dr. Kylie Moore-Gilbert et de Dr. Fariba Adelkhah

À nos familles, amis et soutiens :

En ce jour du 24 décembre 2019 nous commençons toutes les deux une grève de la faim en défense des libertés universitaires.

Nous menons cette grève au nom de tous les universitaires et chercheurs hommes et femmes en Iran et au Moyen Orient, qui, comme nous, sont injustement incarcéré-es en raison de chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces, alors qu’ils faisaient simplement leur travail de recherche.

À ce jour, nous sommes détenues par les Gardes révolutionnaires d’Iran depuis une période extrêmement longue : plus de 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert et plus de 7 mois pour Fariba Adelkhah. Nous avons subi de la torture psychologique et de nombreuses violations de nos droits humains fondamentaux.

Nous faisons la grève non seulement pour exiger notre libération immédiate mais aussi pour demander justice pour les innombrables milliers, hommes et femmes anonymes  que nous n’oublions pas qui souffront le même sort que nous ou pire encore, qui sont emprisonnés en Iran, alors qu’ils ou elles n’ont commis aucun délit.

En cette veille de Noël, nous vous demandons de vous joindre à nous pendant une journée en renonçant à vous alimenter et à boire afin de manifester votre solidarité alors que nous continuerons notre grève de la faim après Noël.

Nous espérons célébrer avec vous en chair et en os plutôt qu’en esprit à cette même date l’an prochain.

Merci pour votre soutien.

Il compte infiniment pour nous et nous donne la force de continuer à lutter.

Dr. Kylie Moore-Gilbert, University of Melbourne (Australia)
Dr. Fariba Adelkhah, Sciences Po (France)

lettre originale en anglais – traduction: C. Rabier

Continuer la lecture