Violences sexistes et sexuelles et déontologie à Sciences po: les rapports et leurs recommandations « ambitieuses »

Les deux groupes de travail consacrés respectivement à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et à la déontologie au sein de Sciences Po ont remis mardi 4 mai 2021 les conclusions de leurs travaux à l’administratrice provisoire Bénédicte Durand.

Depuis la mise en place de ces deux commissions le 17 février 2021, les présidentes, Danièle Hervieu Léger et Catherine de Salins, ainsi que les différents membres se sont mobilisés avec un engagement remarquable, et en toute indépendance, pour tirer les leçons de la crise traversée par Sciences Po ces derniers mois.

Dans leurs rapports respectifs, les commissions dressent un état des lieux détaillé des dispositifs de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, et formulent des recommandations concrètes et ambitieuses afin de renforcer ces dispositifs.

Continuer la lecture

« Ces nouveaux inquisiteurs mènent une chasse aux sorcières ». Tribune de Nonna Mayer, 6 mai 2021

Dans une tribune parue dans Le Monde le 6 mai 2021, qu’elle nous a autorisée à reproduire, Nonna Mayer, candidate à la succession d’Olivier Duhamel à la président de la Fondation nationale des sciences politiques, dénonce les attaques dont elle a fait l’objet par l’Observatoire du décolonialisme. Ce site, qui s’en prend à de nombreuses chercheuses et chercheurs ciblés, individuellement, depuis sa création en janvier 2021, entend donc désormais dresser la liste des candidat·es autorisé·es et interdit·es à la tête des établissements de l’ESR.

  • par Nonna Mayer, directrice de recherche émérite à Sciences Po/CEE/CNRS, 6 mai 2021

Tout chercheur travaillant sur les préjugés envers l’Islam et les musulmans en France court désormais le risque de se voir accoler l’étiquette infamante « d’islamo- gauchiste ». Un terme confus, polémique, aux effets délétères.

Le 11 mars, la veille de mon audition par le Comité de recherche formé par Louis Schweitzer pour examiner les candidatures à la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques, un billet non signé sur le site de l’Observatoire du décolonialisme m’accusait pêle-mêle : d’avoir introduit le terme « islamophobie » à la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), de lui donner « une caution scientifique », de reprendre mot à mot la définition de feu le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), de mettre sur un pied d’égalité préjugés antisémites et islamophobes, de confondre critique légitime de la religion et attaque contre des croyants, d’importer des théories douteuses sur le genre, la race, l’intersectionnalité.

Ce texte, au demeurant truffé d’erreurs et de contrevérités, était à l’évidence destiné à délégitimer ma candidature, et à promouvoir celle de Pascal Perrineau, présenté comme « un universitaire » défendant le « camp républicain » et handicapé par sa qualité de « mâle blanc de plus de 50 ans ». D’autres articles ont suivi, stigmatisant la démarche « militante » du sondage annuel sur le racisme de la CNCDH et des chercheurs qui l’analysent, dont je suis.

Le dernier en date, sous la plume de Pascal Perrineau, m’associe dans une note de bas de page avec Vincent Tiberj à une « mouvance islamo-gauchiste » pour qui l’islamophobie aurait historiquement remplacé l’antisémitisme en Europe.

Cette campagne, complaisamment relayée par certains médias — voir l’interview le 15 mars du fondateur de l’Observatoire, Xavier-Laurent Salvador, sur le site de LExpress — est grave. Elle met en cause mon intégrité scientifique. Elle vise à discréditer les travaux que je mène sur le racisme et l’antisémitisme depuis trente ans, ceux de la CNCDH, et de l’équipe de chercheurs avec qui j’analyse son enquête annuelle sur le racisme. Le temps est venu de réfuter ces accusations malveillantes.

https://www.flickr.com/photos/17853411@N00/36784607590/in/photolist-bKNQP-zScbtR-WXFqeg-5Mo92V-5AnKih-XU3Dmn-bh1dNe-8A9SAJ-8z4jvL-XoRGgg-9SUb1X-gFfeH-oGTRWv-74tLSU-772XEG-8yMZeD-oMyTf4-d3swi9-4BqqQW-za4qR-y5t8b-aBbst-8HnTKd-aqymr2-hEgGW9-71nndm-2fgNyz2-LfiKE-oGCeX2-67r6-7mkZT-9f7Lyg-xrck8-4qc8SE-pav3m-6Lhete-XwUZQf-3LQme-2rLgxE-7GBpWN-cqBUE3-XxmWcH-ePtM37-Y3wJhf-r5G9cB-bkpakT-9in6jY-6bsSk1-a5zLUy-d4Ysvd/

Lighthouse, Atle Grimsby, 2017

Continuer la lecture

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission d’Olivier Duhamel : publication du rapport

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission du président de la Fondation nationale des sciences politiques

Rapport IGÉSR n° 2021-028, février 2021

Ce rapport d’inspection générale fait suite à la démission le 4 janvier 2021 du président de la Fondation nationale des sciences politiques, consécutive aux accusations portées contre lui, et à la déstabilisation que cette démission a provoquée au sein de Sciences Po Paris.

Rapport – Publication : 15.02.2021

Le rapport examine dans un premier temps la chronologie des évènements qui révèle les responsabilités du directeur de Sciences Po ainsi que celles d’autres personnes exerçant des fonctions au sein de l’établissement, analyse les améliorations possibles de la gestion de crise et enfin aborde les suites possibles au plan de la gouvernance et des dispositifs internes en matière de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Auteurices :

Cristelle Gillard (pilote)
Patrick Lavaure (pilote)
Olivier Sidokpohou
Sophie Bergerat